Le génocide “oublié” des vendéens il y a 230 ans

vitrail de l’église de Dt-Gemme

Au moment où à Nantes, Steve s’est noyé dans la Loire dans des circonstances non élucidées,  au cours de la fête de la musique, on peut rappeler les exactions  perpétuées au nom de la République envers des innocents, après la révolution de 1789,  il y a 230 ans, un anniversaire dont personne ne parle en 2019.

La connaissance de soi passe par la connaissance des autres dans ce qu’ils ont de pire, les autres les plus proches, nos compatriotes, ce qui nous ramène à nous-mêmes. On ne peut pas dire que cela fasse beaucoup de bruit : faut-il s’étonner qu’on est tant de mal à s’entendre d’une seule voix ?

Les révolutionnaires de 1789 ont voulu supprimer – et de quelle façon – les vendéens qui étaient fidèles à la royauté.   Les colporteurs ne devaient pas tellement dire du bien de ces têtes qui tombaient dans Paris , que cette révolution ne devait pas sembler sympathique à une population profondément catholique, ou du moins attachée à ses traditions.

Une actualité de février 2009 – dix ans déjà – a remis à la surface les sans-culottes et leurs exactions sous le nom d’Armée de la République et voilà que Nantes est de nouveau dans les faits divers.

“En février 2009, plusieurs fosses contenant des ossements ont été mises à jour lors de fouilles préalables à la construction d’un nouvel espace culturel, place des Jacobins au Mans. Les archéologues ont rapidement établi l’origine de ces charniers : les massacres du Mans, les 12 et 13 décembre 1793. Cette découverte archéologique, une première (?) pour l’histoire des Guerres de Vendée, a révélé quantité d’informations précieuses, après deux années de travaux et d’analyses menés par l’INRAP. Les fouilles se sont achevées en septembre 2010. Dans les neuf fosses découvertes, 159 squelettes ont été retirés: 70 hommes, 38 femmes et 41 enfants. La disposition des corps montre que les charniers ont été creusés et remplis dans la précipitation, sans rite funéraire. Du reste, la présence de petits objets, pièces, boutons, croix, chapelets, etc. atteste que les victimes n’ont pas toutes été dépouillées avant leur inhumation, probablement par crainte de la maladie – la dysenterie faisait alors des ravages dans les rangs de l’armée vendéenne. Autre révélation, beaucoup de corps portent des traces de coups d’armes blanches, sabres et baïonnettes, mais également d’armes à feu. La question de savoir ce que vont devenir ces corps reste toujours ouverte, en espérant à terme qu’un mémorial les présentera au Mans, afin de ne jamais oublier, sur le lieu même de ce drame, l’importance de cette bataille dans notre Histoire”. http://www.vendeensetchouans.com/archives/2011/12/12/22960162.html.

Ce n’est pas une bataille, mais un génocide,  est-ce une révélation ? Serait -ce vraiment le premier charnier ?

Je me suis rendue sur des blogs qui sont dédiés à ces massacres en Vendée, voici  des villages martyrs mais tout d’abord Nantes :

Nantes (44) Fin décembre 1793 – Janvier 1794 : Entrepôt de Bouffay,
600 à 700 enfants sont emprisonnés. 300 de ces enfants viennent du champ de bataille de Savenay entre le 23 décembre et le 26 décembre. Le 5-6 janvier 1794, la commission militaire de Nantes demande au Comité de sûreté générale de décider du sort de ces enfants. Le comité se garde bien de répondre et personne n’ose prendre la décision soit de les libérer ou de les tuer. Les enfants restent donc dans l’entrepôt, dans des conditions épouvantables, d’excréments humains. Ceux qui n’ont pas succombé à la maladie et la faim, ont tous finis noyés, œuvre sans doute de Fouquet et Lamberty, selon Alain Gérard. “Les berges de la Loire se peuplent de petits cadavres de quatre à huit ans.”( Source : Bulletin du Tribunal révolutionnaire, séance du 19 octobre 1794. Les archives de l’extermination, Alain Gérard. Chavagnes-en-Paillers 85) 

 Et la nuit de Noël !

Pouzauges (85)    
24 décembre 1793 : le docteur Jean-Maurice Clercq a retrouvé une lettre d’un officier bleu du nom de Baptiste Nogaret : “Nous sommes le 24 Décembre 1793, à Pouzauges, en plein bocage vendéen. Il est minuit. Environ quatre-cents personnes sont rassemblées dans l’église du village pour assister à la messe de Noël. Soudain, une colonne de soldats républicains fait violemment irruption dans l’église et massacre la totalité des fidèles. Pas un seul survivant. La nuit de Noël bascule dans le sang et la tragédie. Et pour couronner le tout, le militaire commente : « Nos chevaux avoient du sang jusque au jaret».” Source Amaury Guitard, site de www.vendee-chouannerie.com

30 janvier 1794 : 30 prisonnières vendéennes sont violées par les officiers de la colonne républicaine Grignon avant d’être fusillées près du donjon du château. Source Nicolas Delahaye et Pierre-Marie Gaborit, Les 12 Colonnes infernales de Turreau, p. 45.

23 février 1794 : 201 habitants au moins sont massacrés par la colonne républicaine Cordellier. La colonne républicaine Cordellier se dirige en deux bandes vers Chavagnes-en-Paillers. La première passe par Benaston. La plupart des habitants ont fui. Cependant les Bleus ont arrêté un homme à qui ils ont ordonné d’abattre la croix du village. Pensant sauver sa vie, le malheureux obéit à l’ordre sacrilège, et reçoit en récompense une décharge dans le dos. Le village est alors brûlé, ainsi que la Robertière. Non loin de là, à l’Anjouinière, les soldats surprennent une douzaine de femmes qui revenaient de la messe de l’abbé Remaud à la Trottinière. Ils les alignent dans une aire et les fusillent toutes. A la Prilliaire, c’est un vieillard de 78 ans, Jean Gilbert, qui fait les frais de leur fureur. La seconde bande se jette quant à elle sur les villages de la Baudrière et de la Maison-Neuve. Au Chiron, les Bleus enferment dans une maison trois femmes et quatre enfants âgés de 3 à 9 ans, puis y mettent le feu.

Les témoins du drame ont rapporté qu’on entendait les cris des suppliciés jusqu’à la Ménardière. Les deux bandes se rejoignent ensuite à Chavagnes, déserté par ses habitants prévenus de leur approche. Les ordres sont respectés, le bourg est incendié, de même que le village voisin de l’Ulière, puis les Bleus se divisent à nouveau en deux bandes. La première descend vers la Dédrie que les habitants ont abandonnée. On ne relève qu’une victime. La bande poursuit vers le Cormier. Dans un champ, un Bleu aperçoit une jeune fille prénommée Jeanne, qui se sauve à toutes jambes. Il court vers elle, la rattrape et s’acharne sur elle de plusieurs coups de sabre avant de l’achever en l’égorgeant. Un vieillard de 70 ans, Jean Moreau, subit le même sort à la Martellière. Puis, à l’Angellerie, c’est au tour de Jacques Chauvet, 60 ans. Plus loin, aux Crépelières, une mère et sa fille, et un homme à l’Hopitaud.

Pendant ce temps, l’autre bande a pris, depuis Chavagnes, la route de Saint-Fulgent. C’est là qu’eurent lieu les plus grands massacres de ce dimanche 23 février. Dans un champ près de la Bonnetière, les Bleus saisissent un homme. Croyant tenir un prêtre, ils lui arrachent la langue avant de l’achever. A la Morinière, les soldats tombent sur une cachette dans laquelle s’étaient réfugiés des femmes et des enfants, 32 au total, tous massacrés. Les tueries des Bleus se répètent de village en village : trois femmes et cinq petits enfants de 2 à 4 ans à la Cornuère, deux morts à la Bretaudière, deux autres au Rochais, etc. En tout, 58 victimes identifiées, dont 34 femmes et 16 enfants. (Source : Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! », p. 44 et 504. et le registre clandestin de Chavagnes 1794).

Legé (44): Parmi les innocents massacrés, voici une liste chronologique des enfants  qui ont été exterminés pendant le Génocide Vendéen de décembre 1793 à septembre 1794,
Pierre PATRON, âgé de 8 ans, Catherine PATRON, âgée de 6 ans, Jean PATRON, âgé d’un an, Rose NEAUD, âgée de 11 ans, du village des Goupilleaux, Anne BELLAUDEAU, âgée de 12 ans, Joseph MOINARD, âgé de 3 ans, Victoire MOINARD, âgée de 7 ans, Marie-Anne MOINARD, âgée de 7 ans, Pierre MOINARD, âgé de 2 ans, Marie GIRAUDET, âgée de 6 ans, Rose GIRAUDET âgée de 7 mois, une petite fille de Louise BRETOMME âgée d’environ un an, Jean SORET, âgé de 6 ans, Pierre SORET, âgé de 3 ans, François SORET, âgé de 2 ans, Joseph MOINARD, âgé de 5 ans, Jean MOINARD, âgé de 3 ans, Pierre VOISIN, de la Gaillardiere, âgé de 16 ans, Jean GARIOU, âgé de 6 ans, Rosalie CHARIER, âgée de 9 ans, Julien PERROCHEAU, âgé de 6 ans, Louise CHANSON, de la Bourrie, âgée d’11 ans –

Plusieurs femmes furent brulées vives, des femmes enceintes égorgées et leurs enfants portés au bout de la BaïonnetteLa Limouzinière (44) Jeanne AYRIAU, âgée de 6 ans, Pierre AYRIAU, âgé d’un an, Françoise PATRON, âgée de 15 ans, Charles PAIRON, âgé de 6 ans, Prosper PAIRON, âgé de 4 ans, Olympe GUESDON, âgée de 3 ans, François GUESDON, âgé d’un an, Marie ORDONNEAU, âgée de 2 ans, Louis CHANSON, âgé de 4 mois, Joseph LOUIS, âgé de 9 ans, Jeanne BOSSIS, de la Garreliere, âgée de 16 ans, François, de la Guichere, âgé de 16 mois, Pierre BELLOUARD, âgé de 5 ans, Marguerite DURAND, de la Pouvraire, âgée de 9 ans, Pierre LOISEAU, âgé de 3 ans, Marie MOLLE, de la Gaillardière, âgée de 4 ans, morte d’une blessure faite par l’ ennemi, la fille de Julie Magdelaine GRATON âgée de 4 mois, François VRIGNAUD, âgé de 16 ans, Marie BEZIAU, de la Besilliere, âgée de 16 ans, Pierre PEAUDEAU, de la Retiere, âgé de 5 ans, Reine CAVOLEAU, de la Logne, âgée de 16 ans et Pierre DODIN, âgé de 17 mois.
(Source : “Les Lucs” p.218 à 226 du livre de Pierre Marambaud. Massacres de Legé pendant le Génocide Vendéen).

10 février 1794: une centaine de femmes et d’enfants sont égorgés dans le bourg et d’autres dans les environs, par la colonne républicaine Duquesnoy. Quelques habitants parviennent à se sauver à la suite de l’attaque des troupes de Charette lors de la bataille de Saint-Colombin. Source : Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, (Mémoires d’un officier vendéen, p. 77-78. http://www.genocidevendeen.fr/les_massacres.htm#B)

Il faut savoir que les “colonnes infernales” sont les “milices” des opérations menées par les armées républicaines du général Turreau lors de la guerre de Vendée, en France, afin de détruire les dernières troupes vendéennes. De janvier à mai 1794, les colonnes quadrillent les territoires insurgés en Maine-et-Loire, dans la Loire-Inférieure, la Vendée et les Deux-Sèvres. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes et valent aux colonnes incendiaires d’être surnommées « colonnes infernales ».

Dans le thème du général Turreau, de l’armée revolutionnaire , deux aspects sont très difficiles Uranus en Poissons opposé à Mars en Vierge, dans l’axe Poissons- Vierge (pourtant axe du service ), et le carré Uranus-Pluton Gémeaux-Sagittaire (ici on est dans le fanatisme des idéologues). Ces deux aspects sont très violents : ce sont  ceux que nous avons eu durant les  années récentes.  La  Lune en XII maitresse du Soleil est conjointe à la lune noire, la lune blanche étant en  carré à la lune noire (distorsion entre les besoins, ici une déshumanisation) , Chiron (un sacrifice) en Capricorne (signe d’obéissance et de froideur) dont le maitre est Saturne en Verseau en interception (une idée de la liberté contrainte)  opposé Neptune (contre le religieux),  Jupiter opposé Soleil (recherche de célébrité à son profit), Soleil  conjoint à la lune noire (absence de lumière, cruauté au mieux indifférence envers les enfants). On a ici toute l’influence ou la résonance de la lune noire, qui nie le rôle du Soleil protecteur de la famille en Cancer. Vénus en Lion en X maitresse de l’ascendant est conjointe  à Mars maitresse de la VII (combattre  pour sa gloire). Mercure maitresse de la XII, les prisons, etc est au milieu du ciel, la plus haute planète dans le secteur de la vocation.  Cet homme accomplissait son idéal, il pensait avoir raison avec son nœud nord en Vierge,  en faisant un travail de sélection (fanatisme idéologique dont on voit les drames encore aujourd’hui).

Après l’anéantissement de l’Armée catholique et royale lors de la Virée de Galerne, le général Turreau met au point un plan visant à quadriller la Vendée militaire par douze colonnes incendiaires avec pour ordres d’exterminer tous les « brigands » ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus, de faire évacuer les populations neutres ou patriotes, de saisir les récoltes et les bestiaux et d’incendier les villages et les forêts, de faire enfin de la Vendée un « cimetière national » avant de la faire repeupler par des réfugiés républicains.

Loin de mettre fin à la guerre, ces exactions provoquent de nouveaux soulèvements des paysans menés par les généraux Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny. Ne parvenant pas à vaincre les insurgés, dénoncé par les patriotes locaux et certains représentants en mission, Turreau finit par perdre la confiance du Comité de salut public, sa destitution mettant fin aux colonnes mais pas à la guerre.(wikipedia).

 

 

Partager avec:

Quels aspects pour les Poissons ce mois-ci ?

Neptune, qui régit le signe des Poissons, n’apporte pas de résultats concrets mais est une source d’inspiration pour les artistes !

Neptune termine  un carré à Jupiter à 22° , gênant pour les affaires mais aussi pour la spiritualité, cet aspect amenant la confusion au niveau des idéaux et des tentatives concrètes de les faire passer, semant la discorde entre ce qu’on devrait être et ce que l’on peut réellement faire.  Mais  le Soleil le 12 Mars fera un carré exact avec Jupiter, donc il faut compter trois jours de flottement durant lesquels ont pourra avoir du mal a obtenir satisfaction.

Dès maintenant, c’est un début de conjonction entre le Soleil  10° et Neptune à 16° qui sera exacte dès le 7 mars. Et ce sera la nouvelle Lune ! C’est encore un moment où les illusions sont grandes.

Beaucoup d’entre vous, qui ont cette conjonction dans le thème natal, et même ailleurs que dans les Poissons, vont avoir une résonance avec ce transit, et seront revigorés pendant quelques jours : théoriquement trois  (merci pour ce moment !). Neptune peut procurer de jolies inspirations artistiques, des moments de rêveries, causeries au coin du feu, ou balades en forêt.

Depuis l’entrée du Soleil en Poissons, Mercure Épiméthée direct qui le précède en degrés dans le signe, est aussi en conjonction avec Neptune, mais au lieu de quitter les Poissons, Mercure se mettra en rétrogradation le 5 mars (voir thème) et fera sa conjonction inférieure avec le Soleil le 14 mars toujours en Poissons (second thème). La conjonction dite inférieure semble amener pas mal “d’embrouilles” à cause de la fusion de Mercure avec le Soleil qui rend Mercure  subjective, le Soleil étant le guide par lequel Mercure est ébloui.

Mercure sera toujours en rétrogradation lors de l’entrée du Soleil en Bélier le 20 mars, mais en arrière du Soleil qui avance. La rétrogradation de Mercure se terminera le 28 mars par une conjonction exacte avec Neptune à 17° ce qui inclura encore beaucoup d’illusions.

Comme d’habitude, vous devrez patienter pour vos papiers et être plus attentif. Ces conjonctions avec Neptune peuvent donner une belle période d’enfumage : attention aux paroles non suivies d’effets.

Ensuite, Mercure reprendra sa marche directe en Poissons, entrant seulement le 14 avril en Bélier : elle restera donc jusque-là relativement proche de Neptune en Poissons, car entre les deux, dès fin mars, viendra s’intercaler Vénus en Poissons.

A l’entrée du Soleil en Poissons, Vénus est en Capricorne  en conjonction à 17° avec Saturne, Pluton à 22°, le nœud sud 25° (ouille !) elle passera en Verseau le 1er mars.  Elle y rencontrera la lune noire (pas de date parce qu’il y a la moyenne et la corrigée qui sont sur des degrés différents) risquant d’être encore plus froide. Ce ne sera pas le moment de vouloir s’installer dans un cocon et de parler de fécondité pour celles que cela concerne !

Elle sera enfin en exaltation en Poissons, durant le mois du Bélier. Chiron est entré en Bélier le 18 février, et ne dépend plus de Neptune, mais de Mars et on va s’en rendre compte : les idéologies vont faire place aux actes et si les actes ne sont pas là nos ne sommes pas encore prêt d’avoir le calme ; il faut suivre la route de Mars dans le zodiaque pour évaluer l’influence de Chiron et ce durant les huit années qu’elle passera en Taureau (voir explication sur Chiron en janvier 2019).

Je rappelle que Mars depuis le 12 février est en conjonction avec Uranus à la fin du Bélier, carré à l’axe nodale (articles précédents). Heureusement, la conjonction à 29° se sépare le 1er mars, mais elle reprendra quand Uranus entrera dans le Taureau le 14 mars, date à laquelle la planète Mars l’aura précédé dans le signe, ceci fait deux planètes de feu, qui veulent des changements, des améliorations, des progrès

Pour rehausser ce climat, il faut compter sur les sextiles avec Saturne ou Pluton au fur et à mesure de l’avancée des planètes rapides en Poissons : on pourra voir le 17 mars un beau triangle mineur en signes mutables qui peut permettre des évolutions : Mercure apex rétrograde au milieu de Soleil et Neptune sera en sextile avec l’amas en Capricorne et Mars, qui est en trigone avec Pluton ,  en trigone et sextile avec les nœuds. Ceci peut faire vraiment bouger les lignes, mais pas forcément dans la douceur, car se sont des planètes fort violentes dans des amas.

Merci de faire remonter vos constatations à la fin du mois mais ne me demandez pas plus de prévisions !

Ceci est un pot- en- tiel, car n’oubliez pas “le déterminisme n’est pas une fatalité”.

 

Partager avec:

Soleil en Verseau, carré Uranus, éclipse totale de Lune

C’est la Pleine lune durant la nuit du dimanche 20 au lundi 21 janvier, la Lune va traverser l’ombre de la Terre et nous pourrons assister à une superbe éclipse totale de Lune. Ce phénomène sera visible depuis une large moitié ouest de l’Afrique, en Europe, aux Antilles, du nord au sud du continent américain et en Polynésie française, notre satellite naturel passe dans l’ombre terrestre.”  Journal le monde.

Il se produit une éclipse totale de Lune puisque nous sommes encore au moment de la saison des éclipses se situant autour de l’axe nodal, dans l’axe Capricorne et Cancer. C’est à la toute dernière limite des signes, avant l’éloignement du Soleil. Les planètes du zodiaque sont concentrées dans les signes de fin de zodiaque: Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons et, heureusement Bélier début zodiaque. La mentalisation, la conscientisation se fait éventuellement dans les quatre derniers signes de l’année, dédiés à l’élaboration d’une sagesse, d’une sévérité, les planètes en Bélier  permettent de s’exprimer par l’ action et c’est ce que nous voyons. Le Verseau, s’il est au niveau le plus évolué,  est aussi le réveil des consciences au niveau pragmatique, car bien avant la philosophie, il y a la sécurité.

L’éclipse de Lune  signifie en astrologie que la Terre se mettant entre le Soleil et la Lune , les trois complétement alignés, la volonté solaire – la lumière solaire- est occultée par le matérialisme terrien (symbolisé par la position de la Terre), et en même temps que la Terre profite de cet éclairage sans obstacle et ce, dans l’axe karmique. Astronomiquement, en temps de pleine Lune, la Lune est parfaitement éclairée par le Soleil recevant tous ses rayons, on considère que le Soleil est dominant. A la nouvelle Lune, la Lune cache totalement le Soleil, c’est pour cette raison qu’elle est  considérée comme la plus influente, et la Lune c’est le ressenti, les besoins.

Ce mois-ci, la Lune forme des aspects – mineurs et majeurs – avec toutes les planètes dans une configuration d’amas où toutes les planètes se suivent dans sur 135°. Elles lui envoient leur influence, et la Lune en la récupérant va s’en servir pour travailler la question des besoins, comme une interlocutrice des planètes. Elle devient leur mère, on peut jouer sur les mots car les maires sont les interlocuteurs privilégiés lors des débats on peut même filer la métaphore, car la Lune est aussi changeante que nos gouvernants.

Mais auparavant  le 17, 18, 19, 20 le Soleil encore en Capricorne, sera en carré avec Uranus avant l’entrée en Verseau,  ce qui amène généralement beaucoup de nervosité, le Verseau régnant sur les nerfs périphériques. S’y rajoutent les conjonctions fin Capricorne avec Pluton noeud sud et Mercure.

Lors de la pleine Lune du 21, Uranus continuera (car il l’est déjà) à être en carrée avec l’axe nodal dans l’axe Cancer – Capricorne et le carré avec le Soleil bien que décroissant sera encore agissant.

Le mouvement de mécontentement, au sujet des questions privées et publiques du foyer du pays, continuera à prendre un tour révolutionnaire, (les cahiers de doléances nous ont quand même ramené à 1789), mais il s’ouvrira sans doute une vision plus globale que les soucis domestiques personnels pour ramener le pays à une vie normale. Il faudra se méfier de la conjonction du Soleil avec la Lune noire à mi parcours qui viendra jouer les trouble-fêtes en pervertissant les débats. Dès le 22 janvier un magnifique trigone de feu se créera entre Vénus conjointe Jupiter dans son domicile en Sagittaire et Mars dans son domicile en Bélier !

Le Verseau est théoriquement  un signe humaniste qui porte une espérance communautaire, Uranus en carré ne va pas nous faire  lâcher son but ,  qui est la transformation sociétale par la modification des règles autoritaires du Capricorne, qui sont hiérarchiques, centralisées, et détachées des contingences matérielles des concitoyens.

 

Partager avec:

La disparition subite de la chanteuse Dolores O’Riordan

Beaucoup d’entre nous connaissaient la chanteuse leader des Cranberries, le groupe irlandais des années 9O, qui chantait des Folksongs, avec sa belle voix avec des inflexions si particulières.

Dolores O’Riordan  a été retrouvée sans vie le 15 janvier 2018 dans la chambre de son hôtel londonien.  

 “L’enquête dépêchée par Scotland Yard, la police de Londres, a livré ses premiers éléments: la mort de Dolores O’Riordan n’est pas considérée comme “suspecte”. Son compagnon, Ole Koretsky, musicien du groupe de rock D.A.R.K, lui a rendu hommage. Cependant après sa mort, ses idées radicales d’irlandaise catholique (c’était son droit: anti féministe, anti avortement et …pour la peine de mort) ont refait surface sur les réseaux sociaux. Elle avait eu quatre enfants, était divorcée et avait fait une T.S et une dépression, on l’avait ensuite diagnostiquée bipolaire. Bref, une jeune femme fragile, excessive, une artiste; le groupe qui s’était dissout et reformé avait sorti un album acoustique en 2016.

Je me bornerai à montrer son thème natal et le thème de sa disparition étonnante alors qu’elle allait enregistrer. Sa voix, c’est la conjonction Soleil Vénus avec le Soleil en semi-sextile maitre du nœud sud en Lion, un don hérité. Mais au nœud nord on voit un Mars rétrograde et en Verseau dont le maitre Uranus est conjoint Lune noire. Je n’ai pas pu avoir l’heure de naissance donc je ne tiendrai pas vraiment compte des maisons. Rien que le t-carré entre Jupiter conjoint Neptune, qui faisait d’elle une “croyante” religieuse, mais l’intolérance se voit avec ce carré à Mars rétrograde et dans le signe en Verseau, cela peut confiner au fanatisme, même si on a un trigone entre Mars et la Lune noire/Uranus. Si l’ascendant est Scorpion, c’est encore plus fort.

Un grand trigone en signe d’air qui apporte la facilité reliant Mars, Saturne, Uranus conjoint Lune noire. Mais on ne peut se fier à des amis comme ceux-ci, une inclinaison à l’exagération, dans la communication (air). La combinaison Uranus/ Lune noire reliée à Pluton est assez costaud, du point de vue de l’exagération. Soleil, Pluton en Vierge : la critique fuse, la peur, l’angoisse, le doute. 

Au nœud sud en Lion Mercure la parole, la voix,  en opposition à Mars rétrograde en Verseau (une grande gueule). Le duo Jupiter 19°-Neptune 23° en Scorpion-Sagittaire, d’une part désigne la plupart du temps quelqu’un qui a tendance à la fuite, puis sur le plan karmique  carré aux nœuds montre un problème qui, s’il n’est pas résolu, s’installe, l’ego désigné par le Lion ne se sent pas reconnu à sa juste valeur, et si la personne ne va pas vers le détachement que lui demande le Verseau par le biais d’Uranus, or Uranus est en quinconce à Jupiter. De plus, en face,  l’opposition avec Saturne limite.

L’opposition Lune 2° – Uranus 12°, donne une femme qui refuse sa liberté de femme femme, avec la Lune noire à 10° conjointe, une sorte de dualité intérieure entre la mère et Lilith d’où certainement ses prises de positions exagérées reflétant ses propres contradictions  intérieures. Ce 15 janvier la Lune était en conjonction avec la Lune noire.

Dans le thème du jour de sa disparition,les nœuds revenaient en sens inverse sur le même degré 15°. Rappelons que les nœuds  marchent en arrière, allant vers 14° (degré du 15 janvier).

Je n’ai pas  l’heure de sa mort, mais la Lune, ce 15 janvier était en conjonction à Mercure, la voix, Saturne, la fin des choses, et la Lune noire, Pluton, la mort ou la transformation, en conjonction, augmentée de Soleil et Vénus, comme dans son thème natal la  suite de planètes Soleil Vénus, Pluton, Lune noire. Cette sorte d’amas est rare même sur deux signes.

Jupiter trigone Neptune fait écho dans le natal à Jupiter conjoint Neptune, Mars conjoint Jupiter fait écho à Mars carré Jupiter dans le natal, et était aussi ce jour là en carré à son nœud sud (le passé).

Neptune trigone Jupiter faisait écho à Neptune conjoint Jupiter, or Neptune influe sur le mental, et Jupiter fait l’exagération. Il est avéré, maintenant,  qu’elle a  pris un médicament qui s’appelle le Fentanyl , un médicament prescris au USA, qui est un analgésique opioïde  qu’utilisent ceux qui ne sont pas soulagés par la morphine et qui a les mêmes effets que l’héroïne, qu’on donne à ceux qui sont en phase terminale. (pris également par Prince, et Mikael Jackson). Ce jour là, Jupiter et Mars étaient aussi en carré au nœud nord : l’inflation de la violence, la circulation du sang qui s’accélère dans les artères.

 La Lune progressée à 7°47 était sur son Jupiter et avait dépassé l’opposition à Saturne à 6° et, elle allait faire carré avec son Soleil natal à 13° (symbole du cœur) dans cinq mois environs, mais  avait fait un trigone avec sa lune natale en signe de feu. Comme je n’ai pas d’heure je ne fais pas le thème progressé, mais on voit qu’elle vivait un moment très fort pour elle, qui n’aurait pas du la conduire à seulement 47 ans à une mort foudroyante.

.

Vous avez aimé? alors cliquez sur j'aime

 

 

Partager avec:

Technique astro : La maison VIII dans un thème

Ce texte de Ferdinand David extrait du livre “Les douze maisons astrologiques” a soulevé beaucoup d’interrogations parce qu’il fait peur, aussi je m’empresse de dire qu’il faut contrebalancer, avec les apports de la transgénèalogie.

L’astrologue ne mâche pas ses mots , il semble s’agir d’un réquisitoire sur la maison VIII, mais comme vous devez le savoir, les choses peuvent se produire à plusieurs niveaux : matériel, mental, psychologique, spirituel. Le fatalisme ne doit pas vous affoler, il s’agit de constatations qui peuvent varier en fonction du reste du thème.

“La maison VIII  donne corps à la Maison VII (du couple) : les problèmes d’argent avec les associés, c’est le but de la relation, la manière de travailler ensemble, les solutions aux problèmes pour réaliser le but de sa vie, grâce aux associations maison VII. Il faut noter que :

La raison d’être des expériences humaines symbolisées dans les six maisons-secteurs au dessus-de l’horizon (vie de relation sociale) nous apparaît comme étant la volonté de conduire à un accroissement de la conscience,  tandis que les maisons  au-dessous de l’horizon conduisent, elles, à une expansion de la matière, de l’espace extérieur.

Dans ces maisons il ne peut s’agir que de l’enrichissement de la conscience, puisque c’est le seul acquis personnel que l’homme emporte et, au moyen duquel il créera les conditions de sa renaissance, à l’image de la graine dans le royaume végétal…La maison VIII est le portail obligatoire pour franchir ces niveaux de changement de dimension.

La maison VIII nous enseigne la façon d’opérer au mieux les nécessaires repolarisations cycliques de notre croissance : c’est ce qui explique la présence d’une maison VIII natale chargée, chez certaines personnes.

La  maison VII étant l’opposition de la maison I, quand nous abordons la maison VIII cette phase d’opposition est dépassée et résolue en nous associant à l’autre.

Toute opposition signifie un temps d’indécision : en  maison VIII,  nous nous mettons à vivre le début de cette seconde moitié et, il faut redéfinir un comportement, il s’agit d’une nouvelle existence, l’autre étant morte. Nous agissons pour nos intérêts, mais nous sommes obligés d’être créatifs, dans les limites de cette programmation, la Maison II ne présentant pas ce caractère. La maison II relève du signe du Taureau, de la Vénus Taureau et de la Lune. Elle nous permet d’acquérir des moyens physiques terrestresLa maison VIII nous permet la conscience des biens acquis, par la maison II.

Les difficultés de la maison VIII ont leur source en maison VII, la  maison VIII traduit les conséquences des unions, les avantages et, les inconvénients,  notre capacité à renaître d’une situation nouvelle, ou l’obligation pour nous de mourir à certaines de nos habitudes. La maison VII s’adresse à l’entité, dans sa phase adulte.

Le genre de mort qui selon la tradition, est indiquée en maison VIII résulte de la maladie qui causera la mort ; cette maladie traduit un point plus vulnérable que d’autres de notre organisme, or nous avons hérité de cet organisme du fait de notre naissance qui est notre première association dans notre existence. La maladie doit aussi s’étendre à l’accident brutal, qu’en général, on ne considère pas comme lié à une maladie, mais qui au fond, est imputable à une déficience de réflexe ou à un mauvais choix.

La Lune dans la maison VIII a tendance à signaler un danger pour la mère (de la personne porteuse de cet aspect) durant la toute petite enfance de l’enfant, c’est-à-dire à l’époque où l’entité, utilisant les énergies de sa maison VIII, essaie de rejeter hors de ce corps hérité, les éléments qui ne la satisfont pas, ou bien, se débat en prenant conscience de l’association dans laquelle elle se trouve.

La maison VIII natale signale que le père (Saturne, Soleil), la mère (Lune) ou le conjoint (Soleil) pourraient disparaître, ainsi que nos finances (Pluton, Vénus), ou bien que des maladies peuvent se produire, c’est que nous avons généré ce type d’’événements (nous héritons de ce type d’aspects astrologiques, de nos ascendants car le facteur de répétition est souvent à l’œuvre dans les familles ).

L’héritage dit le lien : soit il peut bousculer notre façon de vivre, soit il imposera de nous réorganiser en fonction de son apport, ou en fonction de ce que nous attendions et, qui n’est pas arrivé.

La crainte de la mort, que l’on voit en maison VIII nous renseignera sur une multitude d’autres peurs, qui ne sont que la peur de l’ Inconnu.  Les colères et tous les sentiments violents qui ressortent d’une maison VIII négative, en sont issue, tandis que le désir d’étudier les sciences occultes relève d’une VIII positive.

La fonction de la maison VIII est de nous aider à franchir les grandes étapes, nous demandant de passer outre nos sécurités bloquantes. 

La maison VIII arrache nos tuteurs quand nous n’en avons plus besoin, alors que l’on croit qu’il nous serait impossible de vivre sans eux, la  maison VIII peut faire le vide si nous avons « besoin » de cette exigence, mais c’est notre excessive résistance au dépassement de notre Moi, qui l’aurait généré avant notre naissance.

La disparition prématurée d’êtres chers, répond bien souvent à la présence dans la maison VIII des planètes symbolisant la famille (Vénus : fille, sœur, amante, Mercure : enfant, frère ou sœur, Lune : mère , épouse, Soleil, Saturne : pére). Il est évident que leur disparition nous conduit à un autre type d’existence. Il est évident que tout ceci doit être confirmé par d’autres aspects, et n’est en aucun cas une prévision.

Mars est souvent l’indication, qu’il nous faudra apprendre à nous montrer actifs, positifs, pour redresser des situations qui auront tendance à se désagréger. 

Mars symbolisant l’énergie, prend des initiatives dans un secteur où l’énergie cosmique de base a pour fonction d’entreprendre la désagrégation de ce qui est mal structuré : il faut apprendre à maîtriser. On le traduit souvent comme l’indication d’un conjoint dilapidateur des biens de l’association, ou bien, la controverse autour d’un héritage ou l’attaque d’un point faible de notre organisme.

Plus généralement, la planète Mars dans un secteur indique toujours que le sujet doit prendre des initiatives dans les affaires de ce secteur pour l’ordonner, le rendre positif mais, qu’en cas de passivité, les événements l’obligeront à subir les initiatives des autres.

Dans les deux cas, cela veut dire qu’il y a un désordre et que quelqu’un doit rétablir l’ordre..

La sexualité est située en maison VIII mais elle relève aussi de la maison V (et de la maison I, du maître de la maison I).

La sexualité est une énergie à partir de laquelle nous pouvons générer du pouvoir. La maison VIII nous demande de la mettre au service de l’union.

Si cette énergie est désordonnée, puissante, exigeante, la situation née du mariage en maison VII, va exiger que le pouvoir soit dépolarisé au service de la croissance de la conscience et, non plus l’expansion de la matière, comme en maison V, (l’amour, la création relevant de la maison V et, la prise en charge des enfants de la maison VIII).

Les énergies de la maison VIII, nous invitent à oser dépasser nos habitudes sécurisantes pour  aller vers cet Inconnu de nous-mêmes, nous menant de crise en crise, d’unions en unions, jusqu’à ce que nous découvrions le portail par où passer,  afin de trouver un espace nous permettant de libérer les énergies qui nous contraignaient et risquaient de nous détruire, il faut se débarrasser de tout ce qui est devenu inutile et, qui tient la place de ce qui doit naître dans la maison IX.

La peur de la mort nous renseignera sur une multitude d’autres peurs, qui ne sont que la peur de cet Inconnu, que notre horloge intérieure nous demande de découvrir.

La frénésie sexuelle, la violence, la colère, qui ressortent d’une maison VIII négative, n’est que la fascination inconsciente de l’inconnu et du besoin de puissance pour l’atteindre.

Le désir de connaitre les sciences occultes résulterait d’une maison VIII positive ( on entend positif par le fait que la maison est habitée par des planètes bien situées dans le signe et la maison comme Uranus en VIII (héritages soudains éventuels, mais aussi ouverture spirituelle), Saturne est négatif car il draine des limitations, de la mélancolie, mais peu aider à se contrôler, Neptune est porteuse de dons , de mysticisme, (mais aussi de “folie”), Pluton est chez lui pouvant indiquer la transformation, l’ésotérisme et… des transactions financières, mais aussi des pertes.

Il faut voir la planète qui maîtrise le signe de l’entrée, voir aussi si les planètes Mars et Pluton sont directes, rétrogrades ou interceptées en tant que maitresses de  la maison par analogie et les éventuels aspects formés par ces planètes entre elles.

 Les maisons VI/VIII/XII sont des maisons à fortes capacité d’évolution.

 

Saturne : ses différents visages

 

 

Partager avec: