La rétrogradation

Rétrograder, pour un homme signifie être déchu ou rabaissé dans ses fonctions ; pour une voiture, cela signifie qu’on va passer à un rapport inférieur pour  diminuer sa vitesse. Actuellement, nous avons les transits de quatre planètes rétrogrades Jupiter, Saturne et Pluton et Vénus. Ceci réactive, en passant, vos planètes qui ont dans le natal la même rétrogradation.

«  Les pulsions de la planète s e manifestent plus dans la réflexion et la contemplation. La rétrogradation stimule des facettes peu évidentes de la personnalité, qui demeurent derrière la scène ordinairement. La fonction d’une planète retro est obscure et très difficile à reconnaître objectivement. Le ralentissement indique qu’il y a quelque chose dans le passé qui doit être réétudié, ou reconsidéré pour l’assimiler. Les planètes retro manifestent des pulsions en résonance avec des conditions précédentes de conscience, vers quelque chose qui n’est pas terminé.

Il y a un certain degré de conscience, elles peuvent indiquer des principes qui avaient, soit été envisagés superficiellement, utilisés sans qu’on les comprenne, dans des vies précédentes, soit mal utilisés au point d’être déformés et doivent alors être régénérés à d’autres niveaux intérieurs, avant de pouvoir être utilisé d’une façon constructive.
A un niveau conscient, le sujet peut éprouver des difficultés à diriger extérieurement, les pulsions de la planète concernée. Il semble que ces planètes réagissent d’une façon passive, en ce qui concerne les activités extérieures. Le sujet doit acquérir une idée plus claire de ce que la planète signifie à son niveau le plus profond. Il a tendance à agir plus lentement, sur le plan psychologique, puisqu’il doit compléter sa compréhension et apprendre à s’adapter à des conditions astreignantes qui se produisent souvent. Si le sujet a quatre planètes retro dans le natal au moins, surtout si ce sont des planètes personnelles, de Mercure à Saturne, il débute sa vie en intériorisant la plupart de ses pulsions. Il est plus attentif au monde subjectif.(Ruperti).

Voici ce que dit Irène Andrieu : “Les planètes rétrogrades sont importantes au niveau de l’analyse karmique puisqu’elles provoquent un travail sur soi, une évolution du comportement.

“Pour interpréter les rétrogradations, il faut sortir des schémas astrologiques terre à terre,  pour intégrer les valeurs des énergies planétaires.  Il faut considérer les planètes à leur niveau successif de conscience, la rétrogradation impliquant de passer au minimum du niveau primaire, physique-sensoriel – affectif, au niveau de l’interrogation psychologique réelle, suscitée par les obstacles et les événements, pour préparer l’évolution vers une ouverture à la puissance de mutation. Le plus souvent le changement de plan de valeur qui interviendra dans l’existence présente, ne sera sensible qu’après une longue expérimentation vitale.

La logique est la même que pour les nœuds lunaires…La personnalité chargée de fortes motivations antérieures, qui ont constitué son univers mental et, forgé des réactions fondamentales revient sur terre , porteuse de tendances dont elle devra se défaire, avant de pouvoir évoluer.

Dans les manifestations de la vie courante, ces imprégnations karmiques se retrouvent au niveau du comportement social et affectif, des instincts incontrôlables, des réactions gênantes pour l’environnement. Dans l’analyse des rétrogradations, il faudra distinguer : les planètes rétrogrades recevant des aspects harmoniques qui indiquent la continuité de tendances non dommageables, ou des désirs exprimés au cours des vies passées et qui trouvent leur continuité dans la vie actuelle.

Les planètes touchées par des aspects de carrés, de quinconces, de sesqui-carrés indiquent une répétition au cours de plusieurs existences, des mêmes failles de comportement social, affectif, intellectuel, psychique ou spirituel qui provoquent aujourd’hui un blocage dommageable dans la vie quotidienne de la personne concernée…

Par son obstination à se considérer comme le centre du monde ou à ne privilégier que ses propres valeurs, par son mépris des autres et des lois humaines, cette personne s’est mise elle-même, hors jeu. Elle  subit aujourd’hui le choc en retour de ses actes et pensées. Habituée à vivre sur un mode particulier d’introspection, de distanciation, de sagesse plus ou moins forcée, une personne ne quittera pas ce comportement une fois la rétrogradation levée.

L’apprentissage contraignant se prolongera par une discipline, devenue volontaire d’autant plus que la personne aura réalisé que l’utilisation de la planète rétrograde dans son sens d’énergie vitale était source de joie et, sa perversion, source de difficultés et de déséquilibre. Ainsi, on est libéré de l’action rétrograde, contraignante lorsqu’on a compris l’esprit en soi

On ne se libère pas d’une rétrogradation, on devient autre avec elle lorsque  les habitudes et les acquis  anciens ont été abolis.

Comment ? La personne devra réaliser que le courant ne passe pas avec les autres et qu’elle doit changer  pour se faire admettre et pour pouvoir réaliser ses projets. Elle se heurtera à des obstacles répétitifs, des habitudes acquises jouant en sens inverse, engendrant un conflit au sein de sa personnalité, des déséquilibres assez importants pour que la personne perde ses certitudes et que le doute l’ouvre à l’introspection, à la réserve, à la prudence personnelle.

Il intervient une phase plus ou moins longue de prise de conscience douloureuse de la nécessité de transformation. C’est durant cette période que la personne accuse les autres de ses propres incapacités, fuit devant ses responsabilités et engendre symboliquement des aspects qui pourront se retrouver dans le thème d’une prochaine existence.

Intervient alors la phase évolutive où, ayant admis ses failles et constaté leurs résultats dans ses relations affectives, sociales, humaines, la personne appelle à l’aide, se tourne vers les autres, entre dans un nouvel apprentissage vital.

On peut considérer dès cet instant que la rétrogradation est levée, quelles que soient les indications des éphémérides. La planète dans sa maison natale prend une signification harmonique, non pas spontanée …mais volontaire et orientée vers l’évolution psychique de l’être…” ( Astrologie, clé des vies antérieures).

La rétrogradation signifie alors réorganiser, faire un pas en arrière, faire une retraite, purger, permettre, accepter, se rendre, se déconditionner des normes sociales, pour aller vers notre vérité personnelle, ce en quoi nous croyons, mettre sa vie entre les mains de l’Esprit, notamment avec Neptune et Mars en Poissons.

Le mécanisme des rétrogradations des planètes lentes est le suivant :

Techniquement la première fois , la planète fait un passage direct sur les degrés du signe.

On  s’inquiète lors de l’approche d’un degré avant, dit degré appliquant, puis il y a passage sur le degré exact, et ensuite le degré séparant , cela dure chaque fois une semaine environ, soit trois semaines. Puis la planètre rétrograde généralement une dizaine de degrés en arriére en repassant sur le degré qui vous appartient : toujours durant trois semaines : appliquant à l’envers, exact, et séparant).

Finalement, la planète repasse directement une troisième fois sur votre degré.

Tout cela prend environ quatre mois.  

 

Partager avec:

La Lune noire ou Lilith, la femme amazone

Une autre mythologie dans sa symbolique place un vagin denté* sur le front de Lilith – lieu du troisième œil – ce qui explique pourquoi elle a tellement éLilith- Lune Noireté associée à l’érotisme, à la sexualité, au danger, mais ce serait une erreur d’en rester là ; d’innombrables livres sont écrits la-dessus, parmi lesquels ceux de  Joëlle de Gravelaine,  Laurence  Larzule, Philippe Granger,  Josette Bétaillole , Renée Leboeuf. 

Christian Drouaillet la voyait comme un accès à l’inconscient : un de ses rôles les plus important, est de nous obliger par des crises à aller vers notre nœud nord, celui de notre destinée positive, de notre épanouissement, après avoir surmonté  la source du manque, dans la maison et le signe dans lequel elle se trouve.

Lilith est solitaire, orgueilleuse, instinctive, indépendante, fantasque, libre, elle refuse le compromis. Égale de l’homme, elle ne veut pas faire de concessions, c’est à prendre ou à laisser. C’est le contraire de la femme-Lune de la société patriarcale, soumise et maternante.

Ses visages sont multiples : castratrice, dominatrice,  mais aussi initiatrice, médiatrice. Elle nous oblige à nous révéler à nous-même, elle préside et est nécessaire à la naissance de l’esprit

Les femmes très “Lune Noire” (Lilith angulaire ,en secteur I/IV/VII/X,  ou en aspect  à la  Lune ou Vénus) sont des êtres qui refusent la loi faite par les hommes et pour les hommes.  Lilith dit non et assume. Elle peut aussi comme Marilyn se servir de son magnétisme pour manipuler les hommes qui l’approchent, ce qui n’empêche pas qu’elle soit elle-même prise à son propre piège, et tentée par une relation “classique” : elle est alors dans l’ambiguïté .

La lune de Marilyn est en Verseau opposée à la lune noire et à  Neptune en Lion en secteur I, Neptune étant maitresse de Mars et Uranus, Uranus étant maitresse de la Lune. Vénus en Bélier signe yang est en trigone avec sa lune noire corrigée (la lune noire moyenne est dans le même secteur).

La Lune, à l’image de la mère dont elle est le symbole, s’absente mais nous savons qu’elle va réapparaître.  Avec La Lune Noire, il n’y a pas d’absence puisqu’il n’y a pas de présence. Il y a le manque, le vide. Le manque n’est ni absence ni frustration, mais génère le désir de.”

“La frustration appartient à Saturne qui prive, enlève, diminue, empêche, censure, occulte. La frustration dans un aspect Saturne/Lune engendre le besoin.”.

“Lilith symbolise nos pensées les plus secrètes, les pulsions que nous ne maîtrisons pas ou que nous tentons de rejeter. Avec la Lune nous nous laissons aller à nos pulsions émotionnelles, avec Lilith nous les combattons.”

Dans un thème masculin, comme dans un thème féminin la relation entre la Lune et Lilith est prépondérante mais il faut voir aussi  Vénus,  et Mars, en d’autres termes le yin et le yang, l’anima de l’homme, l’animus de la femme,  comment le féminin et le masculin sont dans toute personne. 

Une Vénus aspectée par la Lune noire pour un homme indiquera une attirance vers un type de femme Lune noire (angulaire comme Brigitte Macron dont le compagnon possède une Vénus opposée Lune noire) ; une Lune aspectée par la Lune noire, indique toujours  une femme libre et indépendante ( parfois cynique et cruelle) dont les enfants , ne sont pas la préoccupation  et qui  souvent a  des problèmes de fécondité, et bizarrement de sexualité.

Le besoin et la frustration peuvent trouver des accommodements, des adaptations par des mécanismes de défense allant de l’homosexualité à l’absence de sexualité,en passant par le S.M qui peut être sublimée dans l’art ou le mysticisme (vie religieuse).

Deux thèmes, celui du président et celui de son épouse Brigitte, peuvent vous faire comprendre le rôle fort de la Lune noire dans l’interaction de deux personnes.  La Lune noire attire, magnétise.

Il est évident que les hommes dont le Soleil est aspectés par Lilith sont  handicapés dans l’expression de leur personnalité dans une sorte de castration psychologique, en rapport avec le père, ce qui est le cas d’E.Macron dont le Soleil est opposé à la Lune noire.

Chez Emmanuel Macron, la Lune noire en Gémeaux, signant l’éternel adolescent frustré, en secteur V de l’amour, de l’expression de soi, de la créativité, des enfants, est placée en opposition à sa Vénus en secteur XI conjointe Soleil, Mercure et Neptune, donc  un idéal romantique fort. Jupiter en Cancer rétrograde indique les obligations vis à vis des enfants que sa Lune noire en Gémeaux, (signe immature, de jeunesse) en conjonction avec Jupiter, refuse. On a comme second indice, son Mars rétrograde (en rapport avec la lune noire en semi-sextil) carré Lune , elle en exaltation en Taureau (les joies du foyer), et Mars carré Uranus (l’indépendance, la rébellion, l’inefficacité des actes par incapacité à se soumettre aux règles) avec une lune opposée Uranus (froideur, les valeurs du foyer opposées aux valeurs de liberté).

Brigitte Macron possède une Lune noire en secteur I. Si elle est fortement lune noire, ce n’est pas la position  idéale car ici cela veut dire qu’elle ne conscientise pas qui elle est, son “je”, l’autre lui donnant naissance en quelque sorte, ce qu’ on peut bien  comprendre lorsqu’on voit qu’elle l’a suivi  jusqu’à l’Elysée bien qu’étant une femme  yang Bélier ; la question de la lune noire en Vierge, signe de discriminant, est corroborée par une Vénus rétrograde.

*Les textes sur Lilith sont dispersés et contradictoires, car selon le Zohar elle fut à la fois la mère et l’épouse d’Adam. Dans la tradition kabbalistique Lilith est le nom de la femme avant Ève, non pas sortie d’une côte d’Adam mais issue directement de la Terre et par conséquent l’égale (dans les nouvelles traductions on a dit que c’était une erreur d’avoir traduit cela différemment.

* Le vagin denté fait aussi référence en psychologie à la femme-mère castratrice, dont le fils doit se détacher pour exister s’il veut vivre sa sexualtié

*Extraits du livre de Josette Bétaillole : ” Astrologie Pratique de l’amour “, Photo de présentation du film “Dark Sails”

 

Lilith , la lune noire est entrée en Verseau

 

 

Partager avec:

Jupiter rétrograde en même temps que Vénus.

Jupiter est rétrograde depuis le 14 dans le signe du Capricorne, or nous  avons déjà Pluton et Saturne rétrogrades, Vénus est devenue rétrograde le 13  dans le signe des Gémeaux, dont  elle en sortira fin juin, c’est donc une période de révision, de recul, de réorganisation, de remise en question, de doutes, de confrontation avec nos valeurs, nos sources, nos bases mêmes, bien qu’on soit sur le point de reprendre les “bonnes” habitudes d’avant déconfinement.

La simultanéité de ce transit avec les circonstances extérieures est bluffante, dans le sens où l’on nous annonce une récession sans précédent, des licenciements et du chômage à cause de l’arrêt de l’économie durant le confinement. Les américains parlent de la plus sévère crise depuis 1930.

Jupiter est une planète lente, qui agit sur le socio-culturel, elle nous porte et nous aide à participer à la vie commune, elle nous ouvre aux autres, mais elle nous donne un engouement quelque fois trop grand qui nous fait croire que cela ne s’arrêtera jamais. Or, non seulement, cela s’arrête mais en plus cela peut nous apporter des ennuis de santé, puisque Jupiter augmente les emballements du sang dans nos artères, provoquant des problèmes de cœur(selon l’astrologie médicale) car “Jupiter arrose tout, même les mauvaises herbes”*.

Parce que les jupitériens se croient plus forts, plus intelligents, plus doués, ils ont finalement des ennuis ,  ils ont donc besoin du coup de frein de Saturne pour modérer leur enthousiasme, ce qui ne manquera pas d’être fait , puisque Saturne rétrogradera en Capricorne !

Jupiter qui rétrograde,    c’est une période  importante car Jupiter est plus lente, Jupiter restant un an et un mois dans un signe (sauf en Verseau et en Poissons)  fait toujours une rétrogradation pendant son cycle.

Coïncidant avec le séjour de Vénus durant 4 mois en Gémeaux, (remise en question de nos valeurs intellectuelles, pédagogique, de pragmatisme), nous avons  les deux “protectrices” qui nous testent , nous lâchent.

Jupiter rétrograde sur le  27em degré du Capricorne du 14 mai au 13 septembre (le temps des beaux jours)  où elle parviendra alors au 17em degré  avec une reculade de 10 degrés. Sont concernés ces degrés, et les degrés de ceux qui ont des planètes sur les mêmes degrés dans les autres signes mutables : en carré, en Bélier et Balance et en opposition en Cancer, en quinconces, avec les planètes dans les  signes du Gémeaux et du Lion . C’est un aspect que je trouve très intéressant sur le plan karmique, notamment quand une planète en quinconce forme un yod temporaire en se positionnant en face d’un sextil existant,  activant des effets karmiques.

Pour l’instant, Jupiter 27°et Pluton 25° sont en aspect de conjonction d-étonante, avec Saturne et en trigone au Soleil pour trois jours, mais ensuite, il y a un sesquicarrè avec Mercure en Gémeaux jusqu’au 21 mai, puis  un trigone pour l’entrée du Soleil en Gémeaux, qui va y trouver Vénus.

La planète Saturne ne devient directe que le 29 septembre en Capricorne à 25° tandis que Jupiter est directe à 18°. De toutes façons, ces deux là ne vont pas cesser de cheminer ensemble, à moins de 10° (en conjonction,) mais là, elles seront directes. Puis elles passeront ensemble dans le signe du Verseau ,  Jupiter passant en Poissons le 15 mai 2021, tandis que Saturne elle, y restera. Puis,  Jupiter fera également sa retrogradation en Verseau mais c’est une autre histoire !

 Je ne vais pas détailler les quatre mois, ce sera fait au moment de transits intéressants, qu’on va suivre sur le calendrier que constituent les éphémérides : les aspects des planètes en transit étant effectivement une donne essentielle dans notre vie de tous les jours.

Il y a toujours une règle qui dit que d’un mal sortira un bien : pourquoi croire que ce qui est mauvais, est (totalement) mauvais, ceci à condition d’en tirer la leçon ! Ce qui en astrologie revient à dire qu’un carré ou une conjonction peuvent être meilleurs qu’un trigone et que nous pouvons évoluer dans les moments difficiles. 

Ce ne sont pas les plus matérialistes , à qui la vie  donne le maximum,  qui  partagent ce qu’ils possèdent surs et certains que le plan comptable est la seule chose réelle.Un fort sentiment de solidarité se fait jour parmi une partie de la population, celle des idéalistes.

*citation de Christian Drouaillet et de Jean François Berry”. 

 

Partager avec:

La manipulation de l’humanité

Être esclave. Afrique-Amériques (XVe-XIXe siècles), de Catherine Coquery-Vidrovitch et Éric Mesnardest un livre unique, qui décape les cerveaux qui sont toujours figés sur des données inexactes..

Cet extrait montre à quel point la manipulation fabrique la la différence qui perdure encore dans nos sociétés inégalitaires basées sur l’exploitation (sinon le rejet total) du plus démuni.

“L’esclavage est un phénomène très ancien, avec une grande majorité d’esclaves blancs. En effet, dans le monde méditerranéen ancien, avant que les Arabes n’organisent la traite à travers le Sahara, la plupart des esclaves venaient plutôt des grands espaces nordiques. Kiev était un grand centre de commerce des esclaves qui venaient du Nord – des grandes plaines sibériennes, par exemple –, pour être vendus vers l’Empire Ottoman. Avant la systématisation de l’esclavage noir, la quasi totalité des esclaves étaient des esclaves blancs.

Les histoires de vie – surtout de la traite atlantique – peuvent être exhumées via la recherche d’archives, notamment les archives de l’Inquisition au Brésil et en Angola, mais d’anciens esclaves ont eux-mêmes raconté et parfois écrit leur histoire. Les historiens en ont collecté aujourd’hui plusieurs milliers depuis la fin du XVIIe siècle, la plupart en langue anglaise.

Le statut « d’esclave » n’est pas  le même dans toutes les sociétés : il est très variable d’une société à une autre. Le mot esclave est lui-même relativement tardif. Il a été adopté vers le IIIe siècle de notre ère par les Romains. Cela vient de “Slave”, “Slavonie”, c’est-à-dire les pays du Nord.

Mais ce qui est intéressant, c’est de voir comment on dit « esclave » dans les langues locales. Dans les langues africaines, cela signifie :” Quelqu’un qui ne vaut rien, qui n’existe pas, qui n’a pas d’ancêtre”. L’esclave est “esclavisé”  en Afrique, il ou elle découvre sa nouvelle condition durant la traversée de l’océan, puis aux Amériques.

En Occident, le mot esclave est généralisé pour décrire des situations où l’autre est considéré comme une chose : possédé, échangeable, méprisable. Cette pensée repose sur une justification : l’esclave ne possède pas la culture du dominant.

Aristote dit par exemple que tout barbare, c’est-à-dire tout non-Grec, n’est bon qu’à être esclave. En d’autres termes, l’esclave est un étranger qui ne vaut rien. Il vient toujours d’ailleurs, ce qui neutralise le risque de fuite : il lui est très difficile de retourner à son endroit d’origine. Il va transmettre cette absence d’ancêtres à sa descendance.

Ce sont les Berbères qui vont chercher des esclaves plus au sud, pour les Arabes d’Afrique du Nord. À la fin du VIIe siècle, après une période de conflits, un accord aurait été signé entre les Arabes du Caire et la Nubie. Selon cet accord , les Arabes du Caire s’engagent à ne plus de conquérir la Nubie à condition que ceux-ci leur transmettent chaque année 300  “esclaves de bonne qualité”. Le Caire devient alors un centre d’échange d’esclaves du sud, c’est-à-dire ceux qu’on appelle à l’époque les Éthiopiens, du grec “peau brûlée”, c’est-à-dire, les Noirs. Ce commerce est réalisé majoritairement par les Arabes et les Juifs de Méditerranée au Xe siècle, où l’on possède d’excellentes sources sur ce trafic au Caire.

Les esclaves avaient été présents dans les grandes plantations, en particulier au IXe siècle en Mésopotamie. Ils étaient utilisés massivement pour détruire la carapace de sel qui empêchait de cultiver les terres – et ils en mourraient très souvent. C’est là qu’éclate une révolte qui aurait duré une vingtaine d’années et, selon les sources, aurait conduit à l’exécution de 500 000 à un million d’esclaves.

L’esclavage arabo-musulman a surtout été un esclavage urbain. En parallèle, il existait de grandes maisonnées avec des princes qui possédaient des esclaves noirs. C’est à ce moment-là, aux IXe, Xe et XIe siècles, que les auteurs arabes d’Afrique du Nord et d’Égypte commencent à formuler des réflexions négatives sur la couleur noire : la traite transsaharienne combine le facteur religieux : l’ esclavisé n’est pas musulman , la couleur de peau est noire).

L’identification entre couleur et esclavage va se systématiser avec la traite atlantique : progressivement, avec l’échec de l’utilisation d’esclaves indo-américains dans le courant du XVIe et au début du XVIIe siècle, les planteurs constatent que les Africains subsahariens sont une main-d’œuvre plutôt facile à obtenir, tandis que les climats entre pays d’origine et plantations sont analogues. Dès lors, il y a assimilation totale entre Noir et esclave. Ainsi, au XVIIIe siècle le mot nègre signifie : esclave noir. Il s’agit d’une invention du commerce atlantique, c’est-à-dire des Européens.

Côté africain, ce sont d’abord les chefs côtiers qui vont faire affaire avec les premiers Portugais arrivés au XVe siècle. Le commerce se met en place, car il est rentable pour tous les partenaires :  les produits  importés n’existent pas sur place – les fusils, notamment, vont permettre d’approvisionner les guerres contre de potentiels ennemis (car il s’agit d’États indépendants les uns des autres : on ne vend pas ses propres sujets, on va les razzier ailleurs).

La suppression de l’esclavage par les Britanniques dans les îles (et dans la colonie du Cap) intervient seulement avec la loi de 1833. Ce sera 1848 pour les colonies françaises, 1863 aux États-Unis, et 1888, seulement au Brésil. Dans leurs possessions africaines, les colonisateurs n’interdiront l’esclavage interne au sein des sociétés coutumières qu’au début du XXe siècle.

Dans le monde scientifique, ceux qui pensent alors que les races n’existent pas sont très minoritaires. C’est en 1976 qu’Albert Jacquard popularise, dans un ouvrage de vulgarisation scientifique, l’inexistence scientifique du concept de race, montrant qu’il s’agit d’une construction historique.”

La citation d’Albert Jacquard la plus  pertinente : “ L’autre est différent, certes. Il ne s’agit pas de nier cette différence, ou de prétendre l’oublier, mais d’en tirer parti. Car la vie se nourrit de différences ; l’uniformité mène à la mort.”

Malgré cela,  le concept de race, fondée sur l’esclavage des Noirs, reste très difficile à déraciner dans l’esprit des gens…

Pourquoi ?

Pour la majorité des gens , il s’agit de se sentir supérieur à quelqu’un quand on n’est pas sur de soi …et c’est l’aveu de sa propre médiocrité,  pour les puissants, c’est l’avidité, car on ne veut pas payer au juste prix le travail de l’autre, par l’intermédiaire des mafieux qui se font de l’argent  avec la misère humaine quelque soit la couleur de peau des malheureux.

                                                                          

Être esclave. Afrique-Amériques (XVe-XIXe siècles), de Catherine Coquery-Vidrovitch et Éric Mesnard, initialement paru aux éditions La Découverte en 2013, a été réédité en 2019.

Partager avec:

L’astrologue est un témoin

L’astrologie karmique n’est pas une histoire de sorcellerie avec des vies antérieures merveilleuses de prêtres en Égypte et, de sadiques tortionnaires de l’inquisition.

Pourquoi ?

Parce qu’on se rend bien compte que dans toute l’histoire de l’humanité, il y a eu plus de victimes que de tortionnaires !

En effet, pour un Hitler ou un Staline combien de millions de morts innocents ,  combien de noyés dans la mer Méditerranée pour un passeur avide ; il faut bien garder en mémoire que pour un oppresseur , il y a un grand nombre de victimes  nées le même jour et à la même heure, quelquefois au même endroit.

Autre question : quel serait le rythme d’une réincarnation ?

C’est une question que pose l’astrologie karmique . Personne ne peut vraiment le dire , et pour cause (sauf le voyant Edgar Cayce, en état “d’hypnose” –  voir dans le blog).

Pour savoir combien d’années se sont écoulées en moyenne entre deux vies , en aucun cas on ne peut se servir d’une moyenne en comptant  vingt ans par génération, car pour la durée des vies antérieures, on ne peut pas se fier à des statistiques.

Pourquoi ? Sur un panel de 10.000 personnes recensées dans une généalogie familiale, on dira qu’on vivait  trente ans à quarante cinq ans en moyenne à une certaine époque, mais c’est seulement une moyenne puisque  les enfants qui sont décomptés mourraient souvent avant l’âge de deux ans, de même que leurs mères. Dans les registres , on peut constater qu’on trouvait de longues vie d’hommes qui font remonter les statistiques (Victor Hugo est le plus connu)  mariés plusieurs fois, qui ont eu une belle descendance :  chez les hommes, les guerres  produisaient des hécatombes.

Avec l’étude de la généalogie, nous avons accès à une suite de personnes de notre famille qui ont des dates de naissances connues, un ADN commun et des thèmes astrologiques portant des aspects communs.

On peut donc estimer qu’on se réincarne dans une famille parce que celle-ci réunie des traits de caractère communs sur lesquels nous allons devoir travailler pour polir notre âme car  une âme s’incarne pour accomplir quelque chose de positif, même dans une petite vie banale et ceci de génération en génération,  dans une lignée.

Certains s’attaquent aux religions en voulant les remplacer par une vision d’une astrologie  de type bouddhiste, mais Bouddha se défendait d’être religieux et le Dalaï Lama lui même , n’encourage nullement à quitter la religion de ses ancêtres. La réincarnation*, ayant été supprimée des textes, au Concile de Nicée en 325 par St Augustin, appartient bien à toutes les religions !

Certains  écrits astrologiques traditionnels, avec des visées moralisatrices judéo chrétiennes semblent dire que la majorité des gens, vivait dans la turpitude, alors qu’ils ont juste passé leur temps à essayer de survivre dans des temps parfois difficiles.

 Personne ne détient toute la vérité sur un autre : il y a trop de marge entre le réel et le supposé et surtout , on ne sait jamais comment fera la personne pour se débrouiller avec sa réalité, parce qu’on ne connaît pas son degré de résilience, son courage, et son éveil spirituel , sa force de sublimation : on reste donc dans la généralité tant qu’elle ne nous a pas tout dit sur elle,  dans un dialogue bien compris.

L’astrologie karmique est une intention de l’âme d’aller vers une progression spirituelle, à partir des données du ciel natal rencontrées au moment de la naissance et, l’humanité  a besoin de valeurs, pas de dénigrement

.*Dans les évangiles certaines phrases qui auraient été dites par Jesus christ, renfermeraient l’idée  que lui même  y croyait : “ils ont les dents qui grincent, mais ce n’est pas eux qui ont mangés les raisins verts…”, etc

 

Partager avec: