L’Hiver 1709, il y a trois cents dix ans

En regardant un vieux film sur Louis XIV, j’ai appris que les froids extraordinaires ne dataient pas d’aujourd’hui ; en faisant des recherches rapides, j’ai trouvé cette documentation de  la météo ; pourquoi n’en parle-t-on  jamais ?

L’information est facilement accessible sur internet, et il s’agit d’une source fiable de la météo.

“L’hiver 1708-1709 est resté dans la mémoire collective comme « Le grand hiver » auquel il convient de se référer en cas d’hiver très froid.

Pourquoi cet hiver a-t-il marqué durablement les esprits ?

 

Quel était le contexte socio-économique et politique de l’époque ?  Questions à l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie.

Le Roy Ladurie : Il a en tout cas été marqué par des périodes de froid exceptionnelles, pour autant que les données de l’époque nous permettent d’en juger. Au cours du XVIIe siècle, les premiers appareils de mesure de la température, apparus vers 1567, se sont perfectionnés et leur usage s’est répandu progressivement.

Ainsi, pour 1709, on dispose de séries de mesures, notamment à Paris où le mathématicien et physicien Philippe de la Hire les consigne plusieurs fois par jour dans des « journaux » conservés à l’Observatoire de Paris. Le médecin et botaniste français Louis Morin établit pour sa part des relevés de températures, conservés à la bibliothèque de l’Institut, trois ou quatre fois par jour, du 1er février 1665 au 13 juillet 1716. Cependant, à l’époque, le point de référence pour le 0°C, la valeur intrinsèque du degré, le type de thermomètre, les conditions de mesure et d’étalonnage… sont loin d’être définis. Les données brutes dont nous disposons doivent donc être « retravaillées » pour pouvoir être comparées aux mesures actuelles.

Elles sont cependant cohérentes entre elles et avec les nombreux témoignages écrits dont on dispose. Elles confirment qu’un froid exceptionnel a régné certains jours, notamment le 6 janvier 1709. Mieux encore, elles mettent en évidence des alternances de périodes douces et de froid intense entre octobre 1708 et avril 1709.

Les travaux de Jean-Pierre Legrand et de Maxime Le Goff, chercheurs au CNRS, sur les mesures de Louis Morin, donnent une idée plus précise du froid qui a sévi. La vague de froid qui démarre le 6 janvier 1709 s’étend sur onze jours avec des valeurs minimales entre -15°C et -18°C à l’exception du 17 janvier où elle n’est que de -7,5°C.

Le dégel s’amorce le 24, avant une nouvelle vague de froid, du 4 au 10 février avec des températures minimales de l’ordre de -5°C. Les températures remontent ensuite de manière spectaculaire pour atteindre 12°C avant de rechuter entre le 21 février et le 3 mars avec un minimum de -13,5°C le 24 février. Les observations de Louis Morin sont extrêmement complètes, puisqu’il indiquait également la pression (alors mesurée en pouces et en lignes) ainsi que le vent. On identifie ainsi des périodes anticycloniques associées à un vent d’est ou d’est-nord-est soutenu, qui sont sensiblement en phase avec le début des périodes les plus froides.

L’historien Marcel Lachiver a, pour sa part, en confrontant les témoignages oraux et les mesures disponibles à Paris, Montpellier, Bordeaux et Marseille, identifié sept vagues de froid successives. Il insiste sur le caractère extrêmement délétère pour la végétation de ces alternances de périodes de douceur et de grand froid.

Météo-France : Que nous apprennent les récits de l’époque ? Le Roy Ladurie : Les témoignages écrits abondent dans les paroisses, les villes, les hôpitaux et à la Cour de Louis XIV. Le Duc de Saint-Simon qui, d’ordinaire s’attache plutôt à dépeindre la vie à Versailles, souligne, à plusieurs reprises, le caractère exceptionnel de l’hiver 1709 avec, par exemple, mention des rivières solides jusqu’à leur embouchure et [des] bords de mer capables de porter des charrettes. Pour donner une idée de l’intensité du froid, il précise que l’eau de la reine de Hongrie, les élixirs les plus forts et les liqueurs les plus spiritueuses cassèrent leurs bouteilles. Il insiste sur les pertes subies en matière d’arbres fruitiers y compris la vigne, sur la cherté du pain en accusant le contrôleur général des finances, Nicolas Desmarets, de couvrir les spéculateurs. Il raconte aussi comment la décision de semer de l’orge pour remplacer les blés d’hiver détruits permit d’éviter la famine. Les émeutes de subsistance sont commentées plusieurs fois dans ses écrits. Saint-Simon ne résiste pas au plaisir de nous conter la mésaventure de Monseigneur (le fils aîné de Louis XIV) dont le carrosse est assailli…par des femmes en grand nombre, criant du pain, alors qu’il se rendait à l’Opéra, et qui, du coup, n’osa plus se rendre à Paris. Le mémorialiste fait également état de la triste condition des Armées du roi : les officiers particuliers mouraient de faim avec leurs équipages. Dans La clef du cabinet de mars 1709, qui ne traite habituellement que de politique étrangère, on trouve, outre une chronologie précise de l’arrivée du froid sur le royaume, cette mention : il est mort partout une infinité de personnes de tout sexe & tout âge, principalement des enfants & des vieillards, parmi ceux qui n’avaient pas les commodités de se garantir contre un froid si extraordinaire, on a trouvé des familles entières mortes de froid…

Plus près du peuple, les registres paroissiaux abondent en descriptions apocalyptiques de la période. Ils insistent sur les difficultés à procéder aux enterrements mais ne manquent pas d’insister sur les œuvres de charité organisées pour subvenir à la détresse des plus pauvres, notamment les distributions des potages par les dames les plus aisées.

Météo-France : Quelles en ont été les conséquences démographiques ? Le Roy Ladurie : Le nombre de décès liés à la crise de 1709 avoisine 600 000. Selon M. Lachiver, environ 100 000 personnes seraient mortes du froid au premier trimestre 1709, 200 000 personnes seraient ensuite décédées suite à la malnutrition jusqu’à l’automne 1709. On enregistre 300 000 décès liés aux épidémies (dysenterie, typhoïde, typhus, scorbut …) particulièrement meurtrières sur des individus sous alimentés jusqu’en 1710. Toutes les tranches de la population ne sont pas également touchées : les plus pauvres, les enfants et les plus âgés sont les plus vulnérables.

Ces chiffres, bien que très élevés, ne sont cependant pas comparables à ceux observés en 1693-1694. Sur cette période, les historiens s’accordent pour évaluer à plus de 1.300 000, le bilan d’une hécatombe due à des récoltes catastrophiques en lien avec un printemps 1693 très pluvieux et un échaudage à l’été qui ruinent les moissons alors que celles de 1692 étaient déjà déficitaires.

Météo-France : Que fait Louis XIV face à cette situation exceptionnelle ? Le Roy Ladurie : En 1709, la France est en guerre depuis février 1701 pour la succession d’Espagne et la situation économique du pays est loin d’être florissante. Cependant, le pouvoir politique, qui avait été pratiquement sans réaction lors de la crise de 1693-1694, prend des mesures : interdiction d’exporter du blé (décembre 1708), autorisation de resemer de l’orge (avril 1709), recensement des stocks de céréales (avril 1709), contrôles visant à freiner la spéculation, châtiments exemplaires pour les contrevenants, expulsion des mendiants étrangers à la ville, contributions spéciales pour des bureaux de bienfaisance ou des comités de charité, distribution de soupes, ouverture d’ateliers publics…

Le pays va cependant connaître plusieurs émeutes de la faim à Paris et surtout en province, dès février 1709 et ce jusqu’à la fin de l’été. Jean Nicolas en dénombre 10 en février, 28 en mars, 57 en avril, 49 en mai, avant que leur nombre ne décroisse progressivement. Il insiste sur le fait qu’elles sont particulièrement violentes en province comme à Reims, Tours, Toulouse, Rouen, Caen, Saint-Flour. Les femmes, qui protestent contre le prix exhorbitant du pain, sont souvent en première ligne et la répression qui s’abat sur les manifestants ne les épargne pas. Une ouvrière en soie est ainsi pendue en représailles sur la place du grand marché à Tours. À Paris, les émeutes sont, paradoxalement, moins violentes, à l’exception de celle d’août 1709, où les autorités se retrouvent incapables de gérer l’affluence de volontaires pour effectuer des travaux de terrassement en échange de pain.

D’après Saint-Simon, le Roi semble avoir été affecté par les Placards affichés dans Paris et les pamphlets qui se multiplient. Pour autant, son principal souci semble avoir été d’arrêter une guerre qu’il n’a plus les moyens de continuer. Son « Appel au Peuple », lu, en juin 1709, dans les Églises, et par lequel il justifie sa décision de poursuivre la guerre et sollicite le soutien des Français, traduit les limites de la monarchie absolue qu’incarnait jusqu’alors Louis XIV. 

Météo-France : Pourquoi cet hiver a-t-il marqué la mémoire collective ?Le Roy Ladurie : Cela peut paraître étonnant, car, il y a eu des hivers tout aussi sévères, voire plus, avant et après, d’un strict point de vue climatologique (températures, nombre de jours de gelée…). Citons, par exemple, les grands hivers du bas Moyen-Âge (1315, 1420,…) mais aussi celui de1788-1789 où on enregistre le record historique du nombre de jours de gelée à Paris (86 jours de décembre 1788 à février 1789), les hivers 1829-1830, 1879-1880, 1916-1917, ou plus près de nous ceux de 1956.

Pour autant, l’hiver 1708-1709 est resté dans la mémoire collective. Il a été abondamment décrit et étudié. Il intervient dans un contexte de guerre qui a appauvri la France et les Français. Les grands hivers qui suivront lui sont toujours comparés. Peut-être parce qu’il signe la fin des grandes mortalités : après 1709, les décès se compteront en milliers ou en centaines, plutôt qu’en centaines de milliers.”

Actuellement il s’agit de bouleversements climatiques chauds, mais si la mer est refroidit par la fonte des glaces du pole, nous allons avoir la disparition du golf stream qui réchauffe les continents, aussi finiront -nous par avoir froid !

 

Bibliographie

Legrand JP., Le Goff M., 1992. Les observations météorologiques de Louis Morin entre 1670 et 1713, Monographie de la Direction de la météorologie nationale, n°6.

Lachiver M., 1991. Les années de misère- La famine au temps du Grand Roi. Paris, Fayard, 566 p.

Dupâquier J., 1991 Histoire de la population française – De la Renaissance à nos jours. Vendôme, Presses universitaires de France, 601 p.

Le Roy Ladurie E., 2005. Histoire humaine et comparée du climat – Canicules et glaciers XIII°-XVIII°. Paris, Fayard, p509-518.

http://www.meteofrance.fr/actualites/68588294-histoire-le-grand-hiver-1709

Le zéro déchet de l’écologie en question

Je vais vous parler “d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître”, pas si rose que les nostalgiques voudraient nous faire croire.

Qui va être en première ligne du zéro déchet en question ?

Qui sont les grands responsables des déchets ?

Qui montre-t­-on du doigt pendant que les autres s’en moquent ?

Les femmes et leurs protections hygiéniques, les femmes et les couches pour bébés, les pilules contraceptives qui nous ont protégé des avortements , les hormones qui ont soulagé notre ménopause !

Qui trie, porte, à la poubelle  dans des sacs non recyclables, parce que les autres sont trop chers ? Les femmes ! Qui met encore sur le marché, des sacs non recyclables : les fabricants !

Pourtant, il serait déjà simple, à la fabrication, de ne pas mettre du chlore, ni du parfum dans les produits pour l’hygiène corporelle : on s’en fiche, si on se change on ne sent pas, à moins que quelqu’un ne mette le nez dessus. La phobie des odeurs fait de nous, des animaux à sang froid.

Pour recycler les déchets , il faudrait qu’on fasse des collectes et des usines une fois que les déchets sont triés : où sont les usines ? Les déchetteries peuvent tout recycler mais il faut de l’argent pour les construire.

Avez-vous lavé des couches de bébé à la main, la machine à laver n’étant pas équipée d’égouts, avez- vous essayer d’enlever le sang à la main , et vu vos serviettes rougies qui trempent dans un seau, comme nous, lorsque nous étions jeunes (c’est pas si vieux) ?

Le kleenex, fut une invention merveilleuse ! Qui a eu un rhume et a été obligé de décoller les mouchoirs de la morve de son nez ? Comment se passer de tout ce progrès extraordinaire, pour notre bien-être !

Les torchons c’est bien, ça ressert, mais le Sopalin c’est mieux : avant on prenait du papier journal pour essuyer le gras des plats et on mangeait l’encre !

Enlevez les colorants, les parfums, les produits chimiques, et refaites nous les produits de base des années soixante-dix !

Ce sont  les femmes qui achètent les produits sous vide, scellés comme des coffres-forts, alors qu’un simple papier huilé suffit !

Et la voiture sans essence qui polluerait moins, alors qu’on se sert de batteries au lithium qui polluent plus ? Va-t-elle  transporter mes déchets de jardinage pour aller à la déchetterie, va-t-elle transporter les charges de bois de chauffage ? C’est une voiture de célibataire citadin.

Les femmes vont-elles être montrées du doigt parce qu’elles vont au super-marché  remplir les caddies de la semaine, qu’elles mettent dans le coffre  dune voiture usagée parce qu’elles sont les seules à être payé 20% de moins que les hommes ? Faut-il qu’elles fassent les courses d’une semaine en vélo (électrique), sous la pluie, dans des supermarchés à la périphérie des villes ?

Faut-il aller à pieds vers des services sociaux qui fuient les campagnes, où il n’y a pas de transports en commun ?

Faut-il que les grands- mères promènent leurs petits enfants, encore bébés  à trottinettes (électriques donc au lithium), un dans les bras, un sur le dos ! Au final , on remplace la pollution au pétrole par la pollution au lithium : à qui profite le deal ?

Et la défense des animaux pour sauvegarder la planète ? Les loups sont à Hyères,  plage du bord de mer, du Var et dans les villages des pré-Alpes (je l’ai vu) : comme c’est mignon, ils mangent les agneaux ! 

Cessez plutôt d’abandonner les chiens dans les refuges, au moment des vacances !

Greta Thunberg qui traverse l’ océan en toute simplicité,  dans un bateau qui a couté des millions d’euros, bateau qui a fait le retour avec des skippers qui sont venus en avion pour le ramener d’où il venait, nous donne des leçons !

De qui  se moque-t-on ? Un peu de réalisme et moins de culpabilisation. Les changements doivent venir des fabricants qui eux suivent le vent, mais le vent d’où qu’il souffle fait toujours des dégâts, la preuve.

Boris Johnson versus Donald Trump : étonnant !

Trump est né le 14 juin 1946 à New York, à 10H54, il est Soleil Gémeaux, ascendant Vierge à 1° (il lui reste tellement de beaux atouts du Lion amoureux du luxe, et de la gloire qu’on se pose des questions sur l’exactitude de l’heure de naissance).

Boris Johnson est né le 19 juin 1964 à New York à 14 h (voir biographie traduite de l’anglais,  à la fin qui montre qu’il n’est pas d’origine simple comme prétendent les journalistes !).  Johnson est Gémeaux, ascendant Balance, nous avons deux personnes qui sont Soleil en Gémeaux le maitre est Mercure.

Les Soleils sont conjoints et conjoints à leur nœud nord respectifs également conjoints : l’aspect soleil nœud nord  fait en général les gagnants ! Mercure, le maitre se situe en conjonction au Soleil pour Johnson, en maison IX, et en Cancer en X pour Trump. Dans les deux cas, les Soleils et les Mercures sont proches et entourent les MC ! (vous pouvez voir ceci sur le thème comparatif).

L’un pourrait être le père de l’autre : il est clair que Trump a un ascendant sur Johnson parce qu’ils ont des affinités :Trump encourage Johnson à quitter l’UE le plus rapidement possible pour récupérer des marchés pour se faire réélire, ce qui laissera tout loisir à Trump de pratiquer du commerce à sa main du fait du vide laissé par l’absence de négociations (deal) avec l’UE , ce qui va plonger la GB, tout de suite dans une suite de problèmes d’approvisionnement , dans un manque à gagner :  Johnson va dissoudre le parlement puisqu’il n’a plus la majorité (depuis hier) et convoque de nouvelles élections. Cette façon de passer outre, est totalement Gémeaux,  n’est ce pas ce qu’à fait Trump depuis qu’il est en poste ? Les gémeaux sont les rois du commerce.

Comme je l’ai dit, leurs axes nodales sont conjoints quoique dans des signes différents, et on peut voir que la lune noire de Johnson est conjointe à la lune noire de Trump (17°/4°), ce qui implique une attirance physique forte (vies antérieures ?). Trump a un Soleil conjoint Uranus qui se met sur le Soleil de Johnson et Johnson met sa planète Uranus (et Pluton) sur l’ascendant de Trump, leur besoin de changement se rencontre, mais leur idéal n’est pas aussi spirituel qu’Uranus pourrait le faire croire.

Leur Pluton font un semi-sextil , ils sont d’accord pour leur révolution commerciale, ils sont capables de faire sauter la banque, du moment que c’est pour eux. Leurs Jupiters,  l’un  en Taureau, l’autre en Balance sont dans les signes de Vénus : ils ont des désirs sinon semblables du moins assez proches : prendre de l’expansion, mais étonnamment, c’est Trump qui a Jupiter en Balance, signe du bien être social, tandis que les désirs de Johnson sont plus terre à terre, en Taureau. Trump en fin de vie qui a déjà réussi , il posséde Jupiter dans sa maison II, il veut sans doute apprendre à Johnson comment faire ,lui qui a Neptune en II en Scorpion, signe de tractations souterraines dissimulées, et de possibles déboires financiers ,  à moins que Trump ne profites de sa naïveté neptunienne. Johnson risque d’apprendre à ses dépends, on le verra dans les prochaines semaines quand il n’aura plus le choix

Le fait de récupérer des marchés via les EU masque les pertes qui seront dues au Brexit sans négociations ; Trump se frotte les mains à l’idée de s’épanouir dans les pays amis de l’ancien Commonwealth britannique avec lequel la GB a gardé des liens privilégiés.

Les valeurs d’humanité qui ont été véhiculées jusqu’ici sont piétinées par le repli identitaire, basé sur un référendum qui n’a pas attiré la majorité de la population aux urnes ; du coup la GB est divisée au moment où l’on a célébré les combats contre le nazisme à grands renforts de moyens, la division n’a jamais été aussi grande politiquement. Trump a d’ailleurs fait ressortir nos divisions plus que nos alliances, au moment où cela l’arrangeait, il s’apprête à recruter un voyageur de commerce.

Trump a Vénus conjointe à Saturne, maitre de Jupiter, ce qui montre qu’il n’a pas eu tout ce qu’il voulait en tout cas pas aussi facilement qu’il ne le prétend quoiqu’il en dise, (notamment au niveau sentimental) tandis que Johnson a une conjonction Soleil -Vénus maitre de Jupiter, qui a fait de lui un maire de Londres très apprécié, ce qui l’a aidé à prendre le pouvoir et la force de Vénus est grande  puisque Vénus est maitre de son ascendant (peu de gens savent qu’il était sourd dans sa jeunesse, d’où peut-être une tendance à ne pas vouloir entendre : Chiron est à 19° en Poissons, dans sa maison VI opposé à son maitre Neptune).

En parlant des négociations avec  l’Europe, il a employé l’expression “faire la mendicité” ce qui montre qu’il a clairement pris le partie de snober les européens, il est clair qu’il est résolument l’ami de Trump, ce populiste qui créé la désunion partout où il passe.

Le 3 septembre 19, au parlement, l’Ecosse et l’Irlande du nord ont mis un stop à son coup politique, des députés conservateurs ont votés avec les démocrates libéraux :  Boris Johnson Va-t-il réussir ?

biographie de Boris Johnson : BJ est l’aîné de quatre enfants de Stanley Johnson un membre conservateur du parlement européen et employé de la commission européenne et de la banque mondiale, et de Charlotte Fawcett, la fille de sir Fawcett, avocat et président de la commission européenne des droits de l’homme. Du côté paternel, il est l’arrière petit fils de Ali Kema Bey, un journaliste turc, ministre de l’intérieur du gouvernement de Damt Ferid Pasha, grand vizir de l’empire ottoman, qui a été tué durant la guerre d’indépendance turque en 1922.

“Johnson is the eldest of the four children of Stanley Johnson, a former Conservative Member of the European Parliament and employee of the European Commission and World Bank, and the painter Charlotte Johnson Wahl (née Fawcett), the daughter of Sir James Fawcett, a barrister and president of the European Commission of Human Rights. On his father’s side, Johnson is a great-grandson of Ali Kemal Bey, a liberal Turkish journalist and the Interior Minister in the government of Damat Ferid Pasha, Grand Vizier of the Ottoman Empire, who was killed during the Turkish War of Independence in 1922. ”

 

Vous pouvez voir l’analyse de D. Trump dans l’article  du 14/06/2018 dans les archives.

 

la Magma Carta pierre angulaire de la démocratie britannique

Le brexit ou british exit, ressemble à une tarte à la crème, mais sur la figure de qui va-t-elle atterrir ?

Une telle hargne ne parait pas très diplomatique , à tel point que pour empêcher toutes nouvelles options démocratiques de se manifester, le premier ministre Boris Johnson, (sorte de Trump à l’anglaise né et éduqué pendant dix ans à New York, plutôt façonné par le style d’outre-atlantique), se permet de faire quelque chose qui n’avait pas été fait depuis des siècles : empêcher la chambre des communes de siéger pendant un mois, pour pouvoir arriver jusqu’à la date butoir du 31 octobre 2019, sans tergiversations ! Pour trouver pareil conduite, il faut remonter à Henri VIII qui essaya de convoquer le parlement le moins possible lorsqu’il fit toutes les modifications qu’il souhaitait envers et contre ses conseillers.

Il faut reconnaître qu’aux grands maux, les grands remèdes ; mais la potion va-t-elle passer chez ce peuple qui a une grande tradition démocratique dans ses affaires intérieures (je pèse mes mots !).

En effet, la démocratie anglaise a de la bouteille, malgré une royauté qui subsiste envers et contre tout : dès le moyen-âge, elle fut à l’origine de la plus grande avancée démocratique de tous les temps  et, depuis personne n’a jamais  fait mieux en matière de protection de ses citoyens face à la dictature des puissants.

Si la République (un chef est élu par le peuple) est née à Athènes,  la Démocratie, l’institution d’un Parlement fort, représentant le peuple face aux dirigeants élus, n’est pas née à Paris, bien que l’idée ait circulé en Europe.

L‘Angleterre n’était alors qu’un pays naissant, à l’époque où elle luttait encore contre les envahisseurs Danois et Norvégiens, les fameux Vikings (ancêtres des natifs de la Normandie)  furent à l’origine des premières avancées démocratiques en Angleterre (1éres invasions des danois en 783 ). Un texte ou Charte du roi Henri Ier, surnommé Lion de Justice, fils de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d’Angleterre, daté de 1100, sert de base ; elle garantit les droits féodaux, les libertés des villes contre l’arbitraire royal et institue le contrôle de l’impôt par le Grand Conseil du Royaume, et établit en droit l‘Habeas corpus qui empêche entre autres, l’emprisonnement arbitraire.

Henri III  la promulgua en 1225, cette fois dans une version plus courte avec seulement 37 articles. Ce texte  fut donc écrit sous l’inspiration d’un peuple qui vivait des deux côtés de la Manche (l’Aquitaine est restée anglaise jusqu’au XVe siècle).Une idée reçue

Henri III régna pendant 56 ans (le plus long règne d’un roi anglais au Moyen Âge) si bien qu’au moment de sa mort en 1272, la Magna Carta était devenue en Angleterre un précédent juridique incontestable, qu’ il serait plus difficile pour un monarque d’annuler, comme le roi Jean avait essayé de le faire près de trois générations plus tôt. Elle  permettait de déposer le roi en cas d’arbitraire.

Édouard Ier, fils et héritier d’Henri III, et le Parlement publièrent une dernière fois la Magna Carta le 12 octobre 1297.

Cette charte est la plus ancienne manifestation importante d’un long processus historique qui a conduit aux règles de légalité constitutionnelle en Grande-Bretagne. Cette charte contient en germe la déclaration des droits de l’homme et de La constitution des États-Unis qui ne furent adoptées qu’au XVIIIe siècle !  

*voir article sur Guillaume le Conquérant

source Wikipédia

Où la division Charlemagne refait surface

Vous savez sans doute , que pour faire de la bonne astrologie* et, pour décrypter la transgénèalogie, il faut connaitre un peu  d’histoire. Jauger nos ancêtres avec le peu que nous avons, c’est comme jauger un thème sans savoir si la personne à  20 ou 60 ans.

Or nos esprits ne peuvent imaginer tout ce qui s’est tramé dans ce vaste monde. La réalité dépasse la fiction.

L’histoire nous revient continuellement à la figure, comme un boomerang, comme le sujet de la division Charlemagne est revenue sur le tapis, à cause d’une insulte :  voici une partie d’ article que j’ai emprunté à un blog spécialisé dans l’histoire du reich, qui n’est pas mon histoire préférée.

“Le 14 juin 2008, l’association VBGO  sous la supervision du Volksbund et avec l’aide de médecins légistes de l’institut de Stettin (Szczecin) mettent à jour une fosse commune où reposent des corps de soldats allemands mais dont certains sont pourtant bien français.
Nous sommes dans le centre du village de Retzin en Poméranie (Pologne), là repose six corps allongés côte à côte. La rumeur locale disait que des travailleurs français avaient été exécutés par les allemands au printemps 1945, mais la réalité était tout autre.En 1945, les corps des 6 soldats avait été trouvés par les villageois dans une kolonialwaren, une épicerie puis enterrés soigneusement près d’un mur entourant un parc. Les habitants de l’époque pensaient qu’ils avait été exécutés, ou s’étaient suicidés mais d’après les médecins légistes, les soldats seraient morts en combattant.
Hypothèse : Deux possibilités s’offrent à la localisation des dépouilles :
1) Les volontaires français sont tombés alors qu’ils tentaient la percée des lignes russes après l’évacuation du secteur de Körlin. Ce qui est fort improbable…
2) Les français étaient des retardataires, ou des soldats de l’arrière garde des combats de Hammerstein se dirigeant vers le point de rassemblement, Boissin ou Körlin où stationnaient les restes de la Division ils auraient été pris de vitesse par l’avant-garde soviétique, l’option de s’orienter alors vers l’ouest était le seul échappatoire possible. 
En attendant sur les 6 squelettes seul deux avaient encore leurs plaques d’identification.
Une plaque comportait “Legion française“, ce qui veut dire que c’était l’un des premiers soldats de la LVF, un de l’hiver 1941, du Bataillon II !
L’autre plaque “ERS-KDO-FRZ-I-638” démontre là aussi que nous avons un français de l’Infanterie-Regiment 638, un homme du Bataillon III de la LVF.Un troisième homme portait une veste de la Kriegsmarine, reconnaissable à ses boutons, quelques français de la marine de guerre allemande ont rejoint la Waffen-Grenadier-Division der SS 33 “Charlemagne“.
Malheureusement malgré les recherches, les deux français certifiés de la division “Charlemagne” n’ont pu être identifiés.

Les 6 hommes reposent dorénavant au cimetière militaire de Neumark-Czarnowo.
Ce cimetière militaire allemand regroupe 21 604 tombes de la région de Dantzig, de Poméranie et de l’est de la Prusse. ”

Cette affaire il fallait qu’elle sorte dans une apostrophe faite par un président étranger à un président français, mais aucune émission de télé n’en a parlé à ma connaissance au moment des célébrations, et seuls quelques anciens et les historiens le savent.

Mais si l’un d’entre eux était votre grand-père  ?

* il est toujours interessant d’analyser un thème au vue d’une certaine connaissances des parents, de l’histoire de la famille, pour avoir une vision de l’influence sur la personnalité. Pensez vous qu’un migrant qui a traversé le desert puis la mer puisse avoir la même psychologie et par la suite avenir et destin, qu’un enfant né en France dans une famille de la classe moyenne  de la même origine ? C’est le problème soulevé par toutes les guerres sans exception.

d’après http://historeich.blogspot.com