Mars attaque

Le 30 juillet la NASA lance le robot “Perseverance” sur Mars : Mission mars 2020. On voit donc que les astronomes aime Mars. En astrologie, on a besoin de Mars qui est notre énergie principale.

Je reviens sur les aspects que fera cette planète Mars pendant tous le mois d’août du fait des mauvaises nouvelles sur la covid. 

Cette maladie peut être assimilée à une guerre, puisque c’est l’homme qui a mis cette étiquette, le vocabulaire n’offre pas d’illusions : lutter, se battre, vaincre la mort, car il s’agit bien de morts. Pour beaucoup, la mort des vieux – si ce ne sont pas les siens – n’a pas d’importance ; c’est comme la mort des migrants : qui s’en soucie ! On ne veut pas voir, on n’écoute plus les infos trop dures ! Pas de sens civique, pas d’empathie ! On préfère la moquerie ou la contestation : les théories de complots permettent de douter de la véracité des faits ; en effet, pourquoi se soucier de la montée des eaux qui va éradiquer des ilôts entiers avec leurs habitants dessus et de pauvres êtres qui meurt en mer ! On interprète, on fait de la sémantique :  “on veut nous faire peur pour nous contrôler”, mais les sceptiques sont dangereux à force de nous embrouiller.

Si on y croyait, il faudrait faire quelque chose (c’est justement ce qu’ils ne veulent pas),  aussi mieux vaut détourner la tête ! Des droits de … oui, des devoirs… surtout pas !

On  appelle cela de la lâcheté, un vieil adjectif qu’on n’utilise plus tellement, parce qu’on ne parle plus tellement du courage : non on est cynique ! Pour voir les choses en face, il faut en avoir le courage !

Certains ont distribué des repas, fait les courses, soigné, mais la cohésion n’est  pas au rendez-vous : nos décisionnaires sont eux-mêmes trop imbus de la supériorité de leur jeunesse, pour imposer une ligne.

Mars qui est en synchronicité avec nos actes, et non pas qui les produit, va en rajouter durant le mois, et puis après.

Le Soleil est en Lion à 7°47 , dans son domicile, en tendance de trigone appliquant à Mars à 17° en domicile en Bélier, ce qui est bon à priori.

La planète Mars en conjonction à la lune noire à 20°30, carrée à Mercure à 19°, opposée aux deux planètes lentes considérées comme dures, Pluton R 23°30 et Saturne R 28°, exaltées par la sécheresse du signe du Capricorne, et de Jupiter R en chute à 20°30 :  on voudrait agir, mais on est entravé dans une incertitude totale, correspondant bien à l’effet de ces aspects  trop binaires.

Mercure à 19° en Cancer en carré croissant séparant à Mars 17° indique l’accentuation de forces violentes durant les déplacements,  mots violents,  susceptibles d’affecter l’estomac sur le plan santé. C’est une période où les discussions seront âpres, sans diplomatie, et les chocs frontaux. Lors du carré exact on a constaté d’abominables accidents , mais c’est l’ été ; le soleil tape un peu plus fort sur des gens qui ont été enfermé.

L’opposition entre Mercure en en Cancer et , Jupiter en chute en Capricorne implique une difficulté dans l’axe de la famille, qui a un lien avec les projets familiaux (comme la PMA pour toutes au niveau sociétal, qui divise encore),  défavorisés par la conjonction  de Jupiter à Saturne, qui au final fait alterner les bons et les mauvais moments (fermetures d’usines, familles en détresse) . Jupiter et Mercure sont les planètes de la communication qui actuellement est inaudible : on  risque des malentendus.

La planète Mars est carrée croissant à Jupiter rétrograde  s’appliquant le 3, le 4 et le 5 août. Avec Jupiter,  planète représentant la protection, l’alliance peut  causer extravagance et indulgence pour soi (nos gouvernants se félicitent d’un accord qui nous endette un peu plus). Jupiter (rétrograde, donc karmique,  porteuse d’une certaine “indetermination” dans les vies personnelles) pousse à s’engager dans une activité  qui peut être supérieure aux  possibilités réelles (on ne sait jamais où l’on va avec les rétrogradations qui ramène en arrière dans un passé “incertain”). Ceux qui possèdent un Jupiter rétrograde doivent être encore plus circonspects , dans leurs décisions et actions généreuses.

Mars en Bélier  à 17°commence à former le début d’un carré croissant (l’aspect s’éloigne de Pluton   dans le sens des signes) à Pluton 23°30 , un carré fort violent qui va s’intensifier en s’appliquant (touche) exactement le 14 et le 15, se séparant le 16 août  (s’éloignant) : il s’agit de destruction, au mieux d’un début de transformation voulue par Mars “à l’arrache”, qui généralement , n’aboutit pas faute de continuité ,  précipitation et manque d’organisation.

Un  carré de Mars croissant appliquant à Saturne est pour plus tard, lorsque Saturne le 28 septembre  sera à 25°20 tandis que Mars sera à 25°49 : c’est le carré de la frustration,  agissant comme un robinet qui tantôt coule, tantôt s’assèche : la rentrée apportera son lot de déceptions pour ceux qui n’ont pas posé des jalons solides. Les autres arriveront à faire leur chemin tant bien que mal dans l’incertitude, courageusement. Aucun aspect ne peut totalement annihiler vos efforts si vous êtes organisé, et lucide, c’est juste plus dur (mais les saturniens connaissent). La naïveté  de  Jupiter sextil à Neptune 20° et, de Mercure trigone Neptune, ne paiera que dans ce cas, mais le rêve est une aide aussi, pour échapper à la sécheresse de la réalité.

Mars en Bélier joue sur les  planètes lentes en les stimulant, provoquant avec Pluton une source d’énergie puissante qui s’épuise parce que la lune noire en Bélier produit sur Mars un vide  profond, qui ne peut être comblé. En effet, Mars  en se heurtant à la Lune noire trouve son ombre et agit à l’opposé  à savoir, de dynamique, leader, de battante la planète devient perdante, avec de  mauvaises décisions, jusqu’à en devenir paranoïaque. Il peut être bon de travailler sur le détachement ! Cela peut être une source d’inspiration pour un artiste qui va transcender, ici nous sommes dans le mondial, et pour nous c’est le carré à la lune de transit (24/22°), qui provoque des ruptures dans la fluidité des choses (on voit des mouvements de contestations pour porter le masque comme on a vu des gens qui ont refusé les préservatifs pour le SIDA et on connait les conséquences  plus de morts).

L’amas Chiron, lune noire, Mars en Bélier est la source d’une blessure que chacun peut ressentir avec le confinement… Mars en Bélier est passé sur Chiron  dans le Bélier qui résonne sur l’aspect combatif. C’est le lieu de bien des tourments pour les Soleil Béliers ou ascendants, qui se sentent pris dans une toile d’araignée., Chiron, le pur luttant contre la lune noire.

On a noté  l’occupation majeure de la croix cardinale avec les planètes Pluton, Jupiter et Saturne, maitre du Capricorne revenu dans son domicile,  et maintenant Mars  en domicile, Mercure en Cancer dans le signe de la lune qui donne des vibrations changeants tous les deux jours et demi ; ces changements risquent de provoquer des décisions rapides et inconsidérées, par manque d’ancrage.

Chaque passage de la lune en Balance ou en Cancer ou en Capricorne implique de grands carrés exacts durant deux jours  durant le stationnement de Mars en Bélier  et de Mercure en Cancer dans les degrés correspondants , ce qui  sera le cas  le 2 août avec la Lune en Capricorne, le 16 août avec la Lune en Cancer. Ces t-carrés (triangles isocèles en rouge)  et grands carrés (deux t carrés accolés) parlent de forcer les événements du point de vue des décisions, des actions. Ils donnent l’impulsion, mais cela  se fait au pied de biche, si je peux faire cette comparaison. Ces périodes impliquent des chocs frontaux.

Ces dates marquent au niveau  mondial , des moments qui seront en rapport avec en partie la propagation du virus durant le mois de vacances d’après déconfinement.

Ceux d’entre vous, qui ont des signes dans la croix cardinale devront faire plus attention, notamment les ascendants , la maison I concernant le corps (les  signes ascendants chevauchant en général la maison XII,  même si ce sont les maisons VI/VIII/XII qui se rapportent à la santé)

Je conseille à ceux qui ont leur anniversaire durant ces périodes de considérer ces aspects de transits comme passagers, et de ne pas psychoter sur d’éventuelles révolutions solaires qui ne pourraient que les inquiéter inutilement durant une année. Il est plus recommandable pour ceux qui veulent absolument “savoir” ce que leur année solaire pourrait  leur réserver, de faire les progressions secondaires pour voir l’éventuel rapport de force entre le thème natal et le progressé qui donnent un éclairage personnel sur le potentiel à trois/six mois.

Les Lions de même que les Verseaux,  signes en carré au Taureau , dans lequel se situe Uranus, se sentent tenus en cage et n’ont jamais eu autant envie de forcer leurs barreaux. C’est pas le moment…

Partager avec:

Les esclaves blancs de la République

Actuellement, on parle beaucoup de l’esclavage des noirs ce qui est justifié, mais ce qu’on doit savoir est que les blancs n’étaient pas mieux traités dans les bagnes* métropolitains, la même cruauté s’appliquant aux blancs sous couvert d’une justice totalement arbitraire ce qui revient à dire que quelque soit sa couleur de peau on ne vaut pas cher quand on est pauvre (quoiqu’on trouve des galériens célèbres**, même s’ ils n’étaient pas la majorité). On connait l’affaire Dreyfus au  bagne de Cayenne, mais peu  d’entre nous savent que Toulon en France fut tout aussi  horrible, de même que les bagnes portuaires de Brest, Le Havre , Rochefort*** . 

Le texte  ci-dessous, dont je ne suis pas l’auteure est parlant .

Le bagne de Toulon  fut un établissement pénitentiaire, maintenant lieu de villégiature apprécié des touristes, pouvant loger plus de 4 000 forçats :  il fut le bagne le plus grand, et aussi le plus longtemps ouvert, de 1748 à 1873, cessant d’exister avec la création des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie.

Au début du XVIIe siècle, le roi Louis XIII transféra à Toulon et Marseille la Flotte du Levant, basée jusque-là à Fréjus.Sous Louis XIV, le ministre Colbert (responsable du Code noir) décida que le Commerce serait donné à Marseille et que Toulon deviendrait un port de guerre.

Il voulut reconstruire la flotte royale pour avoir un corps de galères . Mais se posait le problème des rameurs. Colbert, ordonna que l’on applique plus souvent la peine des galères, jusqu’alors seulement appliquée en temps de guerre : « Sa majesté désirant rétablir le corps de ses galères et en fortifier la chiourme par tous les moyens, son intention est que vous teniez la main à ce que votre compagnie y condamne le plus grand nombre de “coupables” qu’il se pourra, et que l’on convertisse même la peine de mort en celle des galères. »

Pour un siècle, il suffisait d’avoir la « mauvaise gueule » (le délit de sale gueule) pour se retrouver sur les galères. On était condamné à trois, six, neuf, vingt ans, voire à perpétuité. Parfois même, des hommes condamnés à des peines limitées n’étaient pas libérés après avoir purgé leur peine.

Quand on commença à utiliser des canons, les galères n’étaient plus utiles, puisqu’elles ne pouvaient être armées qu’en poupe et proue : Louis XV ordonna que la peine des galères soit remplacée par celle des fers. La fin des galères coïncida donc la même année avec la construction du premier bagne* à Toulon qui était jusqu’ici leur port d’attache.

À Toulon, on logea les forçats sur les anciennes galères démâtées, les bagnes flottants et on les employa dans les travaux les plus pénibles : sur le port, dans l’arsenal, dans la corderie ou dans les carrières de pierres.

Sait-on ce que c’est que de vivre sur la mer avec le sel dans les plaies, les voies d’eau les jours d’épisodes méditerranéens ?

En 1750, peu après la création des bagnes, un code royal (au moment où on mit en place le code noire) comporta les articles suivants :

Article 20 : « Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés, sera flétri, sur la place publique, par l’application d’une empreinte avec un fer brûlant sur l’épaule droite. Cette empreinte sera faite des lettres TP pour travaux à perpétuité, de la lettre T pour les travaux à temps. La lettre F sera ajoutée dans l’empreinte si le coupable est un faussaire. »

Article 22 : « Quiconque aura été condamné à une des peines de travaux forcés, avant de subir sa peine sera attaché au carcan sur la place publique : il y demeurera exposé aux regards du peuple durant la journée entière. Au-dessus de sa tête sera placé un écriteau portant en caractères gros et lisibles ses noms, sa profession, son domicile, sa peine et la cause de sa condamnation. »

Article 27 : « Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés à temps ou à vie  durant la durée de sa peine, aura à subir la dégradation civique et la destitution et, l’exclusion du condamné de toutes fonctions publiques, il sera en état d’interdiction légale d’entrée dans les églises et les lieux du Seigneur. »

Lors de la Révolution de 1789, la flétrissure fut abolie et la durée de l’exposition réduite (mais les galères non supprimées : voir les exactions des brigades révolutionnaires en Vendée dans le blog).

Article 28 : de la première partie du Code des délits et des peines du 3 brumaire, an IV (après la révolution) : « Quiconque aura été condamné à l’une des peines des fers, de la réclusion dans la maison de force, de la gêne, de la détention, avant de subir sa peine sera préalablement conduit sur la place publique de la ville où le jury d’accusation aura été convoqué ; il y sera attaché à un poteau placé sur un échafaud, et il y demeurera aux regards du peuple pendant six heures, s’il est condamné aux peines des fers ou de la réclusion dans la maison de force ; pendant quatre heures, s’il est condamné à la peine de la gêne ; pendant deux heures, s’il est condamné à la détention ; au-dessus de sa tête, sur un écriteau, seraient inscrits, en gros caractères, ses noms, sa profession, son domicile, la cause de sa condamnation, et le jugement rendu contre lui. »

En même temps, on remplaçait officiellement le mot galérien, qu’on utilisait toujours pour les condamnés aux travaux forcés, par le terme « forçat ».

En 1810, le Code pénal impérial français  de Napoléon entra en vigueur. Il ordonna le rétablissement de la flétrissure et raccourcit le temps de l’exposition.

La vie des forçats : Les forçats arrivaient enchaînés par le cou et menottés, en groupes de 24. À leur arrivée, ils étaient tondus, vêtus d’une casaque de laine rouge, d’un gilet de laine rouge, d’une chemise de toile blanche, d’un pantalon de toile jaune et d’une paire de souliers ferrés sans bas. Ils portaient aussi un bonnet de laine, dont la couleur indiquait la durée de la condamnation :  rouge pour les condamnés à temps et  vert pour les condamnés à perpétuité. Une plaquette de fer-blanc, portée sur la casaque, le gilet et le bonnet, indiquait le matricule du condamné. Ceux qui travaillaient dehors recevaient également une vareuse de laine grise.

Ensuite, on enchaînait, ou “accouplait” (en argot, on appelait cela le mariage) les forçats deux à deux, toujours un “ancien” à un nouveau venu. Pour cela, on rivait une manille autour de la jambe droite du condamné. À la manille, on rivait une chaîne de neuf maillons d’environ 16 centimètres et lourde de sept à onze kilos, que l’on fixait à sa ceinture.

On réunissait les deux chaînes par trois anneaux de fer, appelés organeaux. Deux forçats ainsi accouplés étaient appelés chevaliers de la guirlande. Un forçat qui montrait une bonne conduite pouvait, après quatre ans, être mis à la chaîne brisée, aussi appelée la demi-chaîne : on rompait les organeaux ; le forçat ne gardait ainsi que la moitié de la chaîne, c’est-à-dire neuf maillons, d’où l’expression. Cependant, on continuait à l’enchaîner pendant la nuit. Chaque matin et chaque soir, les bagnards devaient tendre leur jambe au rondier, qui frappait les fers avec un marteau. Ainsi, par le son que ceux-ci faisaient, le gardien savait si une lime avait mordu le métal.

Les forçats couchaient sur des grands bancs de bois, au bout desquels se trouvaient des anneaux de fer auxquels on les enchaînait pendant la nuit. On n’accordait des couvertures ou des matelas qu’aux condamnés ayant une bonne conduite. Les salles n’étaient chauffées que pendant les  mois de l’hiver plus froids.

La nourriture se composait de pain noir, de fèves, de légumes secs et, les jours des travaux, de viande et de vin. Il était également permis de s’acheter des rations supplémentaires.Les forçats se levaient l’hiver à six heures, l’été à cinq heures, et commençaient le travail une heure plus tard, ceci jusqu’à midi ; ils déjeunaient dans leur salle pendant une heure. Puis, ils reprenaient le travail jusqu’à huit heures du soir (en hiver) ou jusqu’à neuf heures (en été). Après le souper, extinction des feux.

Les forçats travaillaient sur des tâches différentes. Le travail était divisé entre Grande Fatigue et Petite Fatigue. La Grande Fatigue correspondait au travail sur le Port de commerce, dans l’arsenal, à la corderie, aux fourgons, dans les ateliers de serrurerie ou les carrières. Une lettre sur la casaque indiquait le lieu de travail. Un forçat de bonne conduite, pouvait travailler à la Petite Fatigue soit  dans l’hôpital, dans la cuisin ou, s’il savait lire, dans quelques bureaux du bagne.

Vers 1816, l’intendant de Lareinty prit la décision d’employer les forçats aux ouvrages d’art du port militaire. Son but était double : offrir aux forçats qualifiés une voie de réinsertion, faire construire à moindres frais des ouvrages nécessaires à la marine mais que le budget ne permettait pas de construire . Le programme de grands travaux “à l’économie” réalisés à cette époque a permis de construire l’hôpital de Saint Mandrier (actuel centre d’instruction naval Nord, dont la chapelle est inscrite à l’inventaire  des monuments historiques), le magasin général (actuel magasin d’habillement), les bassins Vauban n° 2 et 3, toujours en service et, qui furent les premiers cas d’emploi de béton de ciment artificiel à la mer, les cales couvertes (incendiées avant la guerre), le hangar aux bois de l’arsenal du Mourillon (démoli depuis la guerre).

Voici quelques articles du code qui  régissait leur peine : Article 22 : « Quiconque aura été condamné à l’une des peines des travaux forcés à perpétuité, des travaux forcés à temps ou de la réclusion, avant de subir sa peine, demeurera une heure exposé au regard du peuple sur la place publique. Au-dessus de sa tête sera placé un écriteau portant, en caractère gros et lisibles, ses noms, sa profession, son domicile, sa peine et la cause de sa condamnation. En cas de condamnation aux travaux forcés à temps ou à la réclusion, la cour d’assise pourra ordonner par son arrêt que le condamné, s’il n’est pas en état de récidive, ne subira pas l’exposition publique. Néanmoins l’exposition publique ne sera jamais prononcée à l’égard des mineurs de dix-huit ans et des septuagénaires. »

Le 28 avril 1832, une ordonnance de Louis-Philippe Ier, abolit la flétrissure en même temps que l’amputation de la main du parricide.

Le 9 décembre 1836, Louis-Philippe ordonna que les forçats soient transportés vers les bagnes dans des fourgons cellulaires, plutôt que d’être exposés aux regards de la foule. La même ordonnance porta la suppression des fers et des boulets (à compter du 1er juin 1837). Le 12 avril 1848, le gouvernement provisoire abolit la peine de l’exposition publique (avaient eu lieu les deux révolutions de 1830, et 1848 fut la date de la seconde république). Le bagne ils prenait le travail aux ouvriers honnêtes, et d’autre part, il fut considéré trop dangereux pour être maintenu sur le territoire (une épidémie de dysenterie fit des ravages au bagne durant l’année 1834, les malades étaient soignés à l’hôpital maritime de Toulon à Saint Mandrier. Sur l’acte de décès la lettre B signifiant « Bagnard ».

Napoléon III ordonna la création des bagnes coloniaux par la loi du 30 mai 1854. Mais on avait déjà commencé la déportation des forçats pour la Guyane française, le 27 mars 1852 avec 298 condamnés extraits des bagnes de Rochefort et de Brest.* Peu à peu, les bagnes métropolitains furent abandonnés. Toulon fut le dernier qui ferma ses portes, en 1873.

Voici des témoignages : Victor Hugo  résume pendant sa seconde visite au bagne de Toulon, les lois du bagne : « Rébellion, meurtre sur un camarade ou tout autre, coups à un supérieur, depuis l’argousin jusqu’à l’amiral, depuis le mendiant jusqu’au pair de France : la mort

– Évasion ou la tentative, coups à un camarade, injures à un supérieur, vol au-dessus de cinq francs, etc. : 3 ans de prolongation de peine ou trois ans de double chaîne.

– Jurer, chanter, refus d’obéir, refus de travail, ne pas se découvrir devant un supérieur (c’est-à-dire devant quiconque passe), etc. : Cachot ou la bastonnade. » (Victor Hugo, Choses vues, Toulon, 1839).

“Mettre un forçat à la double chaîne” signifiait enchaîner le forçat dans une salle séparée au bout de son banc avec une chaîne, qui pesait double de poids d’une chaîne normale. Cette pièce séparée depuis laquelle le forçat ne sortait jamais, avant qu’il n’ait purgé sa punition était ainsi appelée « salle de la double chaîne » (c’était la salle numéro 3 quand Vidocq y était). Le cachot était une cellule étroite, longue de deux mètres, contenant un banc de bois, un seau et une cruche, sans fenêtre, excepté un guichet dans la porte.

La bastonnade était appliquée devant toute la chiourme. Le condamné était couché à plat ventre, torse nu, sur le coursier. Quatre forçats devaient le tenir par les bras et les jambes pour l’empêcher de se débattre. Un cinquième devait appliquer la bastonnade soit quinze à soixante coups, avec une corde goudronnée. Il arrivait que le condamné passe quelque temps à l’hôpital, suite aux blessures. Une autre punition disciplinaire était le boulet au pied. 

Le jeune Schopenhauer voyageur contemporain de Victor Hugo en 1804 visite le sud de la France, et passe par Toulon , il a tout juste 16 ans :     « Les galériens exécutent dans l’Arsenal toutes les corvées. Un étranger ne peut être que frappé par leur aspect. On les a répartis en trois catégories : Dans la première, on trouve regroupés les forçats condamnés à de courtes peines pour les crimes les moins graves : entre autres les déserteurs, les soldats qui ont refusé d’obéir aux ordres, etc. Ils portent un anneau de fer à la cheville et ils peuvent vaquer à leur guise  à l’intérieur de l’Arsenal  ,  car l’accès à la ville de Toulon leur est interdit. Dans la deuxième catégorie se trouvent des criminels plus dangereux: ils travaillent par paires. Ils sont attachés aux pieds, deux à deux par de lourdes chaînes.

Les criminels les plus dangereux forment la troisième catégorie: ils sont rivés en permanence au banc de leur galère et astreints aux seules besognes que leur permet la position assise. Je trouve le sort réservé à ces malheureux bien plus effrayant que la peine de mort. Je n’ai pas visité l’intérieur d’une galère. Elles me paraissent néanmoins être l’endroit du monde le plus repoussant et le plus apte à inspirer le dégoût. Ces galères ne prennent jamais la mer : ce sont de vieux bâtiments réformés.

Le camp du forçat se limite au banc auquel il est enchaîné, sa nourriture au pain et à l’eau. Je ne comprends pas comment, minés par le chagrin et sans aliments roboratifs, le poids des corvées n’a pas raison de leurs forces. En effet, pendant leurs années d’esclavage, on ne les traite pas autrement que comme des bêtes de somme. »

Aujourd’hui, il ne reste plus trace du bagne. Les bâtiments qui subsistaient ont été touchés par les bombardements du port entre 1943 et 1944 et, entièrement rasés à la fin de la guerre

 

*Le mot « bagne » vient de l’italien bagno, qui était le nom d’une ancienne prison à Livourne, construite à l’emplacement d’anciens bains publics romains.. L’ingénieur Sébastien Le Prestre de Vauban créa la Darse Neuve, construite entre 1679 et 1685, celle-ci fait 20 hectares.Les bagne métropolitain resta en usage jusqu’au milieu du XIXe siècle. En ce temps, il y avait plus de 6 000 forçats (ils étaient encore 11 000 en 1846). . L’Algérie fut également le territoire des bagnes de l’armée française (bataillons disciplinaires, établissements pénitentiaires) dont les archives sont conservées au Service Historique de la Défense (SHD) (Fonds de la Guerre et de l’armée de Terre) et suite à la révolution de 1848 puis au coup d’état de 1851, des opposants politiques furent déportés en Algérie. wikiwand ugrade de wikipedia

**Forçats célèbres :

Eugène-François Vidocq passa quelque temps au bagne de Toulon, après s’être évadé du bagne de Brest.

L’imposteur Pierre Coignard, connu aussi sous le nom de comte de Sainte-Hélène, mourut au bagne de Toulon.

Mornac, bandit auvergnat, qui purgea une peine de 10 ans de travaux forcés entre 1834 et 1844.

Marie Lafarge (1816-1852), célèbre empoisonneuse française, qui y fut déportée avant d’être transférée à la prison de Montpellier.

***http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/PDFs/General/Note-dorientation-bagnes.pdf

Partager avec:

La nouvelle ministre des verts : Barbara Pompili

Barbara Pompili, née le 13 juin 1975 à Bois-Bernard (Pas-de-Calais), ” est une femme politique française, ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement Jean Castex depuis le 6 juillet 2020.”

“Adhérente des Verts à partir de 2000 puis d’Europe Écologie Les Verts (EÉLV), elle travaille à l’Assemblée nationale à partir de 2002.”

“Elle est secrétaire d’État chargée de la Biodiversité de février 2016 à mai 2017 ; à cette fonction, elle fait adopter la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Réélue députée en 2017,  elle intègre le groupe LREM et préside dès lors la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.”

“Elle est membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes et du groupe d’études sur l’intégration des personnes handicapées, dont elle est assure la présidence. Elle siège également au sein du groupe d’amitié « France-Madagascar », ainsi qu’au sein de deux organismes extra-parlementaires, la commission nationale pour l’autonomie des jeunes et la commission supérieure des sites, perspectives et paysages.” wikipedia

On note chez elle, comme chez les 4 maires des villes vertes (voir article précédent), un certain nombre d’aspects  en commun comme un fort Mars : ici un magnifique Mars conjoint Jupiter en Bélier, un Mars large, généreux, en expansion, mais carré à Saturne opposé à  Pluton : donnant une  envie de renverser les conventions d’un vieux monde et la volonté de changer les choses en passant par la voie légale.  Mère d’une fille de 17 ans, elle a commenté sa nomination en disant : “Au travail !”.

Son Soleil et son Mercure rétrograde (elle est née à la conjonction inférieure, elle est donc maintenant à son âge Prométhée direct, innovant), sont conjoints en Gémeaux , signe de l’adaptation technique, pratique, de la communication.

Ses planètes féminines Lune et Vénus sont en conjonction en Lion, signe de feu,  trigone à Neptune, ce qui fait d’elle une personne avec un grand charme, en plus de sa beauté,  trigone à Mars-Jupiter ce qui ajoute le peps : “une main de fer dans un gant de velours”.

Le Soleil est opposé à Neptune rétrograde, indiquant l’idéalisme, l’idéologie,  sextil à Pluton rétrograde.

Souhaitons lui de réussir  dans les détails (tri, recyclage des déchets, frein aux gaspillages, remplacement du plastique) comme dans les grands enjeux  (ouverture vers des énergies moins planetivore, en passant par la protection des moutons et des ours). 

La tache est colossale, c’est un monde à repenser , chaque pas en avant est une victoire, pas qui est repris le jour d’après, bien souvent malheureusement : masques qui jonchent le sol.

Après tout, si Monsieur Hulot a fait son temps, il est possible qu’une “jeune femme” soit assez pugnace pour faire face !

Souhaitons lui bonne chance !

 

 

Partager avec:

La percée verte : portraits des vainqueurs

Un des symboles de la percée extraordinaire des Verts en France est l’élection Gregory  Doucet de Lyon, la capitale des Gaules, mais aussi l’élection de Michéle Rubirola à Marseille, une ville difficile, et de Pierre Hurmic à  Bordeaux, bastion de la droite,  de Jeanne Barseghian à Strasbourg, la benjamine,  quatre grandes villes françaises,  sans parler des plus petites communes.

Cet effet vert est forcément rattaché à l’effet Covid 19 qui a remis les pendules à l’heure en ce qui concerne la priorité : priori Terre.

La Pleine Lune avec ses aspects difficiles de Mars 4° en Bélier pour six mois, Chiron 9° et Lune noire  en carrés à Soleil 13° et Lune 13° constituent un moment fort. Ces carrés sont des marches à  gravir indiquant bien un tournant !

Grégory Doucet, né le 22 août 1973 à Paris  (heure de naissance inconnue) devient maire de Lyon , la troisième ville française.

Il est relativement jeune, sympathique, jamais élu, pour une première élection c’est un coup de maitre.

Grégory Doucet possède un Soleil en Lion à 29°30,  conjoint Mercure Prométhée, donc un bon potentiel d’innovation et d’autorité. Avec une Vénus en domicile en Balance conjointe Pluton, trigone à Jupiter en Verseau, sextil NeptuneUranus également en domicile en Balance donne un amas en Balance : il séduit et il obtient des résultats satisfaisant dans ses entreprises dune manière consensuel.

En politique, on trouve souvent une accentuation sur le signe de la Balance, cependant le couple Vénus/Pluton est carré à la Lune noire corrigée et à Saturne , son  Soleil est trigone à Mars ce qui est bon pour l’activité,  nous ramenant au signe du Bélier où se trouve Chiron à 20°30,  (Chiron, le soignant, l’outsider, le passeur), donnant de force et énergie.

Jupiter en Verseau   favorise  une conduite humaniste, ouverte, la propagation d’idées nouvelles dans des groupes  : membre d’Europe Écologie Les Verts (EELV), il a un parcours humanitaire – dix ans dans une ONG, il a consacré la majorité de sa vie professionnelle à  en tant que cadre chez Handicap International, en charge des opérations en Afrique de l’Ouest.

Voici ce qu’il a dit dans une interview au magazine Challenges. “Gouverner cette ville, c’est l’objectif que j’avais fixé en 2017 quand je suis devenu secrétaire pour EELV ,    je ne me l’étais pas fixé pour moi, mais je voulais qu’on soit en situation de définir un plan d’action global, de choisir un programme, et de préparer des candidats.”

Encarté chez les écologistes depuis 2007, il lui a fallu dix ans pour que ses ambitions éclosent” : ce qui ramène à  2017, or en regardant dans les éphémérides, le 16 mai 2017, le noeud nord de transit dans l’axe Lion-Verseau, passait sur son Soleil à 29° Lion. Ce qui indique déjà quelque chose de karmique. C’est une observation intéressante , sur la valeur des transits sur l’axe nodale.

Une fois dit cela, on va voir sur le thème   où se sont faits,  les transits lents depuis quelques mois , car en principe une victoire comme celle-ci n’arrive pas seule : on voit tout de suite qu’il y a des transits qui se situent  à proximité des configurations de yods, considérées, comme karmiques. Je rappelle qu’un yod est un triangle aigu, avec 2 grands côtés égaux, nommés quinconces qui sont des multiples de 30° soit 150° (je considère qu’on peut augmenter l’orbe au -delà de 5° entre 146° et 156° parce que c’est un aspect très utile, avec une base qui est un sextil (orbe 6°).

Gregory Doucet posséde  5 sextils autour du thème , ce qui donne un thème extrêmement rare avec une configuration type étoile de David (selon l’astrologue Pierre Lassalle, il faudrait 6 sextils mais je n’en ai jamais vu). Cela donne le génial “touche à tout” qui a de grandes facultés de communication, une personne  a qui se présentent de fantastiques  opportunités !

Le premier yod se situe entre le sextil le Soleil en domicile en Lion, et  Saturne en Cancer avec Jupiter apex,  en Verseau à 4°, qui a été contacté les mois auparavant par le transit de la lente Saturne sur Jupiter natal  ,  rétrogradant actuellement à 29°45 du Capricorne.

Le 2ém yod entre le sextil Neptune Sagittaire 4°40- Jupiter en Verseau 4° avec Saturne 2° apex en Cancer a été touché par l’entrée du Soleil en Cancer , mettant encore en valeur Saturne de transit  en aspect avec son Jupiter natal.

Le 3em yod se situe entre le sextil Vénus 4°/ Pluton 2° tout les deux en Balance, et Neptune en Sagittaire 4°40 avec la planète Mars en Taureau 4° apex  qui a donc été contactée par Uranus de transit cette année..

Le 4ém yod  entre le sextil Mars – Saturne (encore) et  Neptune apex a été contacté par Uranus de transit, mi-mai 2019,  yod qui comprend en outre une conjonction de Saturne natal au noeud sud en Cancer, ce qui est de l’ordre du karmique (dont je parlerais après).

Ces 4 yods ne sont pas de la même importance du point de vue du caractère et de la psychologie, mais ils sont significatifs de tensions qui se mettent en marche provoquant des actions, et des réactions qui engageront l’individu vers sa destinée , ceci étant chez lui conjugué avec le noeud nord en Capricorne, qui lie la vie à une carrière et à une réussite de type austère, car Saturne au noeud sud régente karmique du noeud nord reliant le noeud sud et le noeud nord , indique une certaine fatalité , un lien entre le passé et le futur ; c’est une planète très importante pour lui.

Le noeud sud en Cancer, c’est le foyer familial, qu’on laisse  derrière soi,  pour aller le noeud nord en Capricorne où l’on est seul mais où l’on s’occupe de la société, et , où il s’agit d’économiser l’énergie, de réduire, de contrôler, de trier, de prévenir le gaspillage,  ce qui est typiquement un travail d’écologiste ou de Vierge (la Vierge étant l’  éternel second du Capricorne par choix).

La Lune en Gémeaux est régente karmique noeud sud (on peut penser qu’elle est en Gémeaux quelle que soit l’heure de naissance). La Lune est donc maitrisée par Mercure Prométhée en Lion, et reliée par conjonction au Soleil.

Le jour de l’élection du dimanche 28 juin, Saturne régent karmique nord venait d’être transité par le noeud nord entré dans le signe des Gémeaux et, par le Soleil qui est le signe solaire, Vénus en Gémeaux  étant en aspect avec sa Lune natale, la Lune de transit se situant sur son amas en Balance, Vénus symbolisant la  concrétisation des besoins :  il va œuvrer, agir, pour transformer l’environnement proche.

A Marseille, Michéle Rubirola née le 28 juillet 1956 (pas d’heure natale) 63 ans, est  la première femme à devenir maire dans la seconde ville française. Médecin de famille pendant 15 ans dans les 4e et 5e arrondissements de Marseille, aujourd’hui médecin de prévention à “La Rose”. Membre d’Europe Écologie Les Verts, conseillère départementale des Bouches-du-Rhône à partir de 2015,   elle est élue maire de la ville, à la majorité absolue aux élections municipale  de 2020.

C’est un Lion comme Grégory Doucet, avec un amas dans le signe du Lion : Soleil, Uranus, Mercure, Pluton. La conjonction Soleil-Uranus dit tout déjà d’un tempérament novateur, original, ouvert, non conformiste, et imprevisible ; l’amas faisant un grand trigone avec la lune, et un grand trigone avec Saturne retro en Scorpion conjoint au noeud nord en Sagittaire, le tout formant une pyramide de feu, indique dynamisme, énergie et vision du futur. Jupiter,  maitre du noeud nord  en Sagittaire, est en conjonction avec les planètes en Lion  – mais se trouve dans le signe de la Vierge, en lien avec son implication dans le métier de la santé.  

Les régentes karmiques Mercure et Jupiter sont conjointes et  la planète Jupiter est carrée  à l’axe nodal : sur le plan karmique il est dommage que le maitre du noeud nord soit en difficulté  indiquant une lutte, entre la tendance Lion d’expansion et la tendance restrictive Vierge, ce qui est dommageable au niveau de la communication.

Trois yods mêlent  la lune noire moyenne : le premier  est constitué par  le sextil générationnel Neptune-Pluton qui va vers le mi-point entre la lune conjointe Mars.,

le second un sextil Lune noire -Mars qui va vers Pluton apex

et un sextil lune noire -Saturne qui va vers  Vénus.

Le yod le plus intéressant est le premier, il possède en face de l’apex un  point dit “de résolution” sur lequel se trouve Uranus Uranus en Lion. C’est le point de résilience du malaise intérieur produit par le  yod, le chemin par lequel il faut passer pour cesser de se sentir mal , ici, à cause de la lune noire opposée au Soleil.Or la Lune noire opposée Soleil indique un manque au niveau de l’image du père qui masculinise la femme qu’elle est, de plus le Soleil sextil noeud sud, trigone noeud nord renforce le yang de la personnalité et la Lune est en Bélier  conjointe à Mars, (et ne peut être ailleurs quelque soit l’heure de naissance). Actuellement, Chiron va sur sa Lune en Bélier, l’axe nodale de transit revient dans le même axe de signe que le natal.

Saturne carré Pluton indique une capacité de violence, de froideur et même de dureté. Cet aspect  est destructif pour “l’ordre établi” : c’est bien ce que veulent les verts. Cependant dans  l’axe nodal  Sagittaire/ Gémeaux, le Sagittaire au noeud nord  indique le but de vie qui est l’éducation dans une orientation humaniste.

 

A Bordeaux, autre grande ville française, c’est Pierre Hurmic né le 10 avril 1955 à Saint-Palais  dans le Pays Basque (heure inconnue) qui a remporté la victoire sur Alain Juppé.  Avocat de formation,  membre d’Europe Écologie Les Verts, il est élu depuis le 28 juin 2020. Le Soleil est en Bélier trigone au noeud nord en Sagittaire,  l’axe  nodale est en Gémeaux -Sagittaire,  axe de communication, ayant le régent karmique nord Jupiter et le régent sud Mercure , un Mercure Prométhée innovant. Jupiter est en Cancer conjoint Uranus – intuition plus expansion – montrant l’intention de changement en grand, dans le foyer, qui peut être étendue à la Terre maternelle mais  les deux planètes sont cependant carrées au Soleil en signes cardinaux,    le carré croissant  en signes cardinaux montrant la pugnacité. Le carré Soleil-Uranus indique son besoin de changement, qui se fera surement avec force et contestations dans une ville très bourgeoise et conservatrice.

La Lune, maitresse du Cancer est en Scorpion, retenue par Saturne en conjonction, indiquant des besoins non satisfaits, une frustration affective.

L’opposition Soleil Bélier -Neptune en Balance indique l’intuition, comme les désillusions, et les erreurs de jugement,

Un tel aspect donne des personnalités   souples qui peuvent avoir de  bonnes idées si elles ne se laissent pas influencer par leur environnement.

Jupiter et Uranus forment avec Vénus en Poissons et lune-Saturne en Scorpion une pyramide, grand trigone d’eau, indiquant la sensibilité et l’intuition ;

Pierre Hurmic possède également un yod entre le sextil fait par Neptune et le noeud nord, (intuition )  allant vers Mars en Taureau apex (l’action pour la terre).

Pluton est au sommet d’un t-carré  (ou triangle isocèle) entre Mars-Saturne opposé lune. La conjonction Mars-Saturne indique déjà une nature obstinée, pour ne pas dire dure,  et  le carré de Mars à Pluton, permet l’éclosion de la puissance du trigone de Pluton au Soleil et au noeud nord de se manifester dans les actes,  permettant de réussir le but de sa vie dans le signe du Sagittaire (éducation des valeurs, idéal humaniste), comme Michèle Rubirola.

On trouve le même aspect de Saturne carré Pluton, qui vient pour renverser les  conventions.

Par transit , Neptune est passé sur sa Vénus, Chiron sur son Mercure, le Soleil va passer sur son Jupiter en Cancer durant ce mois, l’amas Jupiter Pluton -Saturne  passe sur son noeud nord, tandis que les noeuds reviennent inversés en parfaite conjonction à 29°. Mars va sur son Mercure et son Soleil durant la période qui s’annonce. Neptune de transit est trigone Lune Saturne.

 

Jeanne Barseghian  née le 6 décembre 1980 à Suresnes, la nouvelle maire de Strasbourg, septiéme ville française, où siége le Parlement Européen,  est la plus jeune.

Élue au Conseil municipal et au Conseil de l’Euro métropole de Strasbourg où elle est déléguée à l’Économie sociale et solidaire depuis 2014. Elle a été élue maire de Strasbourg le 4 juillet 2020, en ayant été auparavant Conseillère municipale de Strasbourg du 30 mars 2014 au 4 juillet 2020, conseillère à l’Euro métropole de Strasbourg.

Jeanne Barseghian est Soleil Sagittaire. Elle posséde  un amas  en Sagittaire avec Neptune, Lune et Mercure en conjonction avec Uranus fin Scorpion et Vénus)   La  conjonction Soleil Neptune donne une trop forte idéalisation.

Son noeud nord est en Lion , signe de feu. Toutes les planètes sont contenues dans 90°,   occupant les signes de la Balance au Capricorne faisant de son thème un modèle en grappe.

Les autres signes sont vides de planètes, ce qui  rend trop concentré  dans certains domaines en limitant la relation symbolique aux autres signes, ce qui ne veut pas dire que les autres signes sont totalement transparents : ils sont actés par le jeu des maitrises et,  lors des transits. La personne qui a ce modèle est une spécialiste dans certains secteurs de son existence, elle peut concentrer son énergie sur un but précis ; elle agira avec force dans le domaine caractérisé par les maisons occupées en ayant une vue un peu limitée sur les autres domaines, se sentant inhibée dans certains secteurs. La première planète dans l’ordre des signes du zodiaque montrera quelle énergie elle utilise.

Ici Mars en Capricorne est en exaltation et il est intéressant de voir qu’il y a  2 carrés entre trois planètes, ce qui va éviter le consensuel : le carré de Mars, le leader, avec son maitre Saturne en Balance, conjointe à Jupiter, faisant un second carré de Mars à Jupiter.

Mars ici rend pugnace, le carré avec Saturne  exaltée en Balance , fait qu’elle ne cède pas volontiers .

Mars carrée à Jupiter peut retarder les résultats mais actuellement l’action a produit ses fruits , probablement parce que la planète Jupiter est passée sur son Mars !

En ce moment, les planètes Pluton 24 °/Jupiter 23°30, / Saturne29°45 en Capricorne   sont carrées à son Pluton natal 23° et à sa lune noire , preuve que Pluton est là dans les grands moments et pas forcément négatif , même en carré.

En résumé : dans les quatre thèmes de personnalités pas de la même tranche d’âge (1955, 1956, 1973, 1980), on notera que  G. Doucet et  P. Hurmic ont Mars en Taureau, ce qui indique le désir de faire quelque chose pour la terre symbolisée par le Taureau, de même qu’on voit  certaines autres similarités chez ces  maires verts comme la prédominance des signes de feu : enthousiasme, énergie,  vision dynamique d’un renouveau. Mais on note surtout des aspects hyper durs et forts :

L’aspect entre Mars-Saturne qui donne ou pas de la structuration à nos actions est représenté par un trigone  chez  M Rubirola, un carré chez Jeanne Berghosian, une opposition chez Pierre Hurmic, sextil chez Doucet

L’aspect Mars-Pluton  très explosif est représenté chez Pierre Hurmic par un carré, et par un quinconce Mars – Pluton chez Rubirola et chez Grégory Doucet,

L’aspect Saturne-Pluton qui vient pour renverser les conventions donne un  carré Saturne-Pluton chez Doucet, et chez Pierre Hurmic, chez Michèle Rubirola,  Saturne – Pluton dans le même signe de la Balance, pratiquement en conjonction sinon réellement chez Jeanne Bersighian.

On voit qu’ont été élues des personnalités  de type marsiennes,  feu (Bélier, Lion, Sagittaire) , et idéalistes en même temps, avec un fort Neptune (Conjonction ou opposition  ou carré au Soleil), 

On pouvait s’attendre à des personnalités Uraniennes (conjonction Uranus Soleil de Michèle Rubirola, Jeanne Bersighian, Uranus carré Soleil chez Pierre Hurmic, aspect spirituel de septil 51° Uranus-Soleil chez Gregory Doucet.

 

Partager avec:

L’Homme et l’ours

On s’est affolé parce qu’un ours a été tué dans les Pyrénées, mais dans nos Alpes  on  traque des désespérés qui fuient  la guerre et la misère , on tue ça et là officiellement des hommes dans des circonstances douteuses et, on passe à autre chose. 

Quelle valeur a l’homme ?

Pour vivre quelque part, il faut être conforme aux standards. Actuellement,  on assiste à un sursaut mondial dans tous les domaines contre les  injustices : femmes, racisme, homophobie, et quelquefois certains cumulent les trois.

Comme disait Sammy Davis Junior dans ses shows  :  “quand on est juif, noir et borgne, comment s’en sortir ?”

Il semblerait qu’on soit à  un pic, un tournant, mais c’est déjà arrivé par le passé : ça ne plait pas à tout le monde, les équilibres sont fragiles, l’injustice avance masquée. Aussitôt découverte, on la cache afin que  l’ordre ancien, Saturne, ne soit pas dérangé. L’ordre ancien ne veut pas disparaître, et il ne demande qu’à mordre dès qu’on y touche, afin que les grands de ce monde ne soient pas dérangés.

L’esclavage est vieux comme le monde : Louis XIV a demandé à Colbert de le réglementer par le “Code noir”, c’était à l’origine une ordonnance promulguée par le roi. C’est une manie bien française d’organiser l’horreur avec de la paperasse :  sait-on que nous avons inventé le numéro de la Sécurité Sociale en 1940,  et qu’il y avait un code spécial  pour les juifs avec un chiffre différent, code qui a été ensuite supprimé à cause de biens tristes souvenirs.

On sait que, pour n’avoir pas de “désordre”, Pétain demanda aux allemands de rafler les enfants avec leurs parents, alors que même ceux-ci n’y songeaient pas, puis que la SNCF a accepté de faire de belles fiches avec la liste des gens qu’elle embarquait dans ses wagons vers les camps de “travail”, listes de martyrs que vous pouvez consulter !

La guerre, la guerre civile, est une même source de cruautés : il y en a eu pour tout le monde ; les Vendéens, réfractaires à la République, furent tristement assassinés par les colonnes du Général Turreau (le bien nommé)  en 1793 et 1794 (voir article ).

Actuellement, malgré la Commission Nationale Informatique et Liberté, qui  se bat contre toutes les dérives, on se sent piégé  par les innovations qui se liguent contre notre liberté : dépistage  du Covid 19 par une application, mais en même temps, outil de surveillance de l’entourage, surveillance  de la température par caméras dans la rue en Chine. Petit à petit, nos libertés se rétrécissent au prétexte de notre sécurité (Voisins Vigilants/voisins espions). Mais les loups et les sangliers prospèrent, ils sont si doux ! Pauvres agneaux, que nous sommes !

Mais  “vous mangez encore de la viande, quelle horreur !”, entend-t-on dans les villes où personnes ne connaît la dure vie paysanne ! Pendant que vous regardez par là, on s’occupe de votre bien-être : viande reconstituée à partir de cellules, tomates dures, mais calibrées, qui n’ont jamais vu la lumière. Va-t-on vers une civilisation de gens sur la défensive, prêt à dénoncer leur voisin, mais ne mangeant pas de viande de bœuf, afin de ne pas être cruel envers les animaux, tandis qu’ils prendront des avions polluants, des bateaux immenses pour faire fructifier l’économie, grâce au sacro-saint tourisme de masse ?

L’histoire de l’humanité est connue, les civilisations se sont toujours constituées de la même façon : deux forces antagonistes sont toujours en concurrence, on voudrait croire à une amélioration , elle semble proche, puis elle s’éloigne. La dernière fois qu’il y a eu un grand bouleversement ce fut à la Renaissance, qui nous amena Christophe Colomb et ses missionnaires, celui dont la statue a vu sa tête séparée de son corps : on pourra  toujours décapiter les statues de Christophe Colomb, détrôner le roi Léopold II de sont pied d’estale, la civilisation avance, mais la nature humaine ne se transforme jamais vraiment, elle dissimule ses atrocités, elle les exile ailleurs, elle les pervertit, elle cherche des boucs émissaires et des alibis pour se rassurer sur ses bonnes raisons de mal agir. On essaie pourtant  de changer et, au prix de beaucoup de renoncements, on arrive à supporter un environnement de plus en plus pénible, parce que lui ne se transforme pas  : une des preuves les plus éclatantes est de voir des poubelles sélectives remplies de manière non sélective, sans le moindre respect pour ceux qui passent derrière : elles sont à l’image de notre société actuelle, régit  par des amendes, des caméras de surveillance.

Dans cette société, comme un message d’espoir des femmes admirables essaient de faire quelque chose, et se font traîner par les cheveux lorsqu’elles protestent… Oui mais…j’oubliais, l’infirmière F. C. lançait des petits cailloux… ils l’ont pris pour un “black bloc”,  vous savez ceux qu’ils n’arrêtent jamais, bien que leurs identités soit connues ! (images de l’arrestation sur youtube) https://www.youtube.com/watch?time_continue=111&v=DiaJ4Q6psmI&feature=emb_logo

Tout ceci nous ramène à une autre époque, celles des femmes tondues par des français bien pensants, et une institution qui “n’avait rien à se reprocher”.

 

 

Partager avec: