L’alter ego , l’ autre

Notre plus grosse tâche est de nous entendre avec les autres (et avec l’autre nous-même !) alors qu’on ne peut sen passer.* En astrologie c’est à la Balance qu’on sait qu’on va passer le test de la rencontre entre le Je et le Nous, entre le Bélier et la Balance se noue un dialogue.

Pour certains avec la Balance en III, c’est dans la vie avec la fratrie qu’on rencontrera une  épreuve, pour d’autres, ce sera avec les racines, la famille en IV, pour d’autres avec les enfants et l’amoureux en V , et avec les associés et partenaires en VII ;  d’autres auront la Balance  en XII  se méfiant du couple,  alors qu’en XI, ils ont toutes les chances de devoir au contraire oeuvrer pour les groupes.  

Certaines maisons sont donc  toutes désignées pour nous créer de la difficulté, avec certaines personnes en particulier, fournissant ainsi  une partie de notre karma – au sens de difficultés à surmonter –  souvent concrétisé par une planète mal aspectée ou un point de type  “éprouvant” qui sera implanté là, comme  un nœud sud en III,  un Saturne en V, un Chiron en VII, une Lune noire en X où la réussite sociale sera toujours teintée du ressenti de manque, etc. Il ne faudra pas vous étonner de mal vivre certaines situations, ou que les choses se répètent toujours là de la même façon , car c’est ici que vous devrez faire preuve d’intelligence et de patience.

Quelles sont les planètes ou les points qui nous font mal réagir ?

Bien qu’on est redonné en psycho astrologie, une valeur positive à Saturne (rigueur, structuration, patience) . Saturne fait partie des planètes qui indiquent un secteur de vie où il faut faire face à une partie du karma négatif (notre ombre). Tout cela fait un peu peur mais c’est totalement naturel, c’est la leçon du karma qui vient de nos actes du passé, ou ceux de nos ancêtres, dont on a hérité. Elle apporte l’angoisse, le doute, le travail sur nous-même … mais la répétition.

La position de Pluton dans le thème décrit des schémas identitaires pré-existants (des tendances latentes qui nous façonnent à la manière de quelqu’un qui a déjà vécu avant nous), vers lesquels l’individu se dirige dans cette vie : je viens au monde chargé de mes vies antérieures – mon hérédité spirituelle – mon âme n’est pas une page blanche, du coup, j’agis déjà d’une façon personnelle mais je n’oublie pas que je suis dans les fidélités familiales,   qui m’ont été  transmises inconsciemment. Dans cette perspective d’évolution, Pluton n’est pas une planète ogresse qui vient détruire mes fondements, au contraire la planète fait partie de moi, comme l’élément  le plus ancien, le plus immatériel, celui qui me mène vers ce que je vais devenir , pour me réaliser durant mon incarnation avec mes déboires, qui sont des pas vers ma réalisation de vie, vers la conscientisation de mon enfant intérieur avant les changements induits par la société, le milieu, l’éducation. Pour le vivre le mieux possible, je dois agir sur le point de polarité en face dans l’axe de signes et de maisons sur les  schémas “figés”, c’est le mi-chemin d’une vie en accord avec le nœud nord , noeud dont la place nous indique quelle est la finalité de notre incarnation (pas de gagner au CAC40, mais de faire une fondation avec cet argent !).

L’axe nodale ou axe karmique va du karma au dharma. Le nœud sud est le vêtement qu’on enfile en naissant : en quelque sorte le déterminisme de notre incarnation. On ne va pas rester au nœud sud, vers lequel on est fortement attiré parce qu’on y cherche la facilité des habitudes, le connu, un certain confort.Le nœud sud en signe et en maison est notre base, tandis que le nœud nord est l’ascendant de la Lune stricto sensu : il nous fait comprendre nos besoins profonds avec l’aide de celle-ci. Quand on les fuit, la lune noire par un biais dont elle a le secret, une privation là où cela fait mal, nous remet sur le chemin, ce qui fait qu’on est obligé de réagir. Pour comprendre tout cela , il faut analyser dans quelle maison et quel secteur cela se situe. On va vers le nœud nord après avoir pris des forces au nœud sud qui nous rassure, pour avancer : en effet, techniquement, on a besoin de réconfort, mais ce sont les difficultés qui nous forment, et notre travail est de les résoudre, pas de les fuir.

Toutes les planètes rétrogrades sont également un problème, qu’on véhicule à cause de  nos vies antérieures pour avoir  fait défaut, (ou pour ceux qui n’y croit pas à cause de nos ancêtres qui ont failli ,et là on trouve du lourd dès qu’on attrape la 4em  et au -delà ; cela dépend des familles, quelquefois il n’y a pas besoin de remonter si loin).

En outre, si une planète régente karmique (maitre d’un nœud ) est rétrograde, c’est pour liquider d’anciennes dettes karmiques. Les planètes rétrogrades  réagissent au passage des nœuds lunaires par transit,  ramenant des affaires du passé, qui ont comptés au nœud sud et qui sont importants et positifs au nœud nord (les nœuds remontent en sens contraire des planètes, donc dans le même sens que les planètes  rétrogrades.)

On peut réutiliser positivement les planètes rétrogrades :

Jupiter Rétrograde correspond à un idéal religieux qui n’a pas été exprimé d’une manière satisfaisante, la personne retourne dans des lieux où elle a vécu autrefois, et elle a des idéaux  : utilisé dans le ici et maintenant, on peut développer des qualités de guide et pratiquer la communication avec son guide spirituel, on cultive la connaissance de soi et l’honnêteté, Saturne rétrograde agit sur la structuration et sur le bien fondé ou non des structures anciennes, qui sont peut-être devenues obsolètes, Uranus rétrograde nous fait travailler sur l’idée de liberté,  Neptune rétrograde remet sur le feu les affaires religieuses et philosophiques,  Pluton rétrograde nous fait réfléchir au concept de puissance et de manipulation qui peut se cacher derrière un mécanisme de défense suite à la peur : tout cela doit permettre de démonter les apparences, les certitudes.

Chiron a un rôle karmique positif, mais n’est pas exempt de rigueur. C’est une planète qui  symbolise le passeur vers l’ éveil symbolisé par Uranus faisant le lien entre le passé symbolisé par Saturne et le futur, le nouveau, la connaissance intuitive (pas le savoir intellectuel).  C’est un soigneur, un guérisseur, un musicien, un enseignant, et un dieu qui se sacrifie pour les autres (assez christique). Sa place dans le thème indique la source de souffrance (et la joie une fois qu’on a compris ce qu’il voulait nous dire, sans masochisme). Chiron est un outsider qui ne force personne, qui vit sa vie, tandis qu’Uranus casse un peu tout sur son passage, c’est la manière forte. C’ est un face à face entre deux aventuriers qui ont  besoin de liberté.

Comme vous êtes têtu et pugnace, et pas du tout pleurnichard, vous lutterez avec tous les atouts  pour surmonter, et c’est pour cela que le “déterminisme ne sera pas une fatalité.”

* La fameuse phrase de JP Sartre “l’enfer c’est les autres”

 

 

 

 

les signes des maisons de l’âme : Cancer, Scorpion, Poissons

Les maisons de l’âme sont les maisons IV/VIII/XII, elles sont reliées à la Lune et aux signes  du Cancer, du Scorpion et des Poissons, reliées entre elles par un écart de 120°, donc formant des trigones.

Voici un extrait de “La roue de la vie” d’Irène Andrieu. “Le psychisme en astrologie est la surface qui sépare le ciel de la terre ; le Soleil est la conscience et la Lune la fonction psychique. La Lune reflète le Soleil, mais si on la sature par nos désirs refoulés, nos souvenirs, on se ferme, on devient un intellect et on oublie son cœur. Le vécu du Cancer est de plus en plus occulté par les identifications mentales rigides, la Lune perd son rayonnement, Saturne l’a emporté. C’est comme s’il y avait deux Capricornes à l’extrémité.”

“Aussi dans un thème il faut voir quelles planètes se trouvent dans le signe du Cancer contrôlées par la Lune, surtout Saturne et Mars (fort en Capricorne).

Cela crée un inflation du carré théorique entre le Scorpion, qui est le lieu de l’inconscient et de l’occulte et le Verseau , qui est le signe de l’ouverture spirituelle.

“Le Scorpion (la VIII), c’est le déni de la réalité ; c’est une activité mentale, qui, si elle refuse la réalité au profit du  désir, ne se rend pas compte qu’elle est toujours attachée à des désirs-souffrances passées (karmiques), le mental voulant assurer la fixité … dans la réalité. La maison VIII est la mort par le refus de la mort, le refus de la transformation, les désirs veulent se prolonger alors qu’ils doivent céder devant la réalité des faits (et des ré incarnations). “

“Les Poissons (la XII) seront l’exécuteur du désir de mort du Scorpion portant en lui l’autodestruction avec Mars : l’émotion  dans le  Scorpion nie que les besoins sont refoulés, le signe veut les pleins pouvoirs. “Son impuissance devient un désir de revanche, il tombe malade par dépit, ne veut pas reconnaitre sa fragilité, se dévalorise : « si je peux tout, je ne peux rien, je ne suis rien ». Il devient le tueur du zodiaque. “L’égo réagit toujours comme si l’univers entier, réagissait à ses désirs.”

Plus haut vous pouvez voir le thème du 16 juillet 2013 dans lequel il y a une pyramide ou grand trigone dans les signes d’eau. La période fut marquée par la loi du 17 mai 2013 qui a institué le mariage pour tous en France en légalisant des unions entre des hommes. Le jour du vote le ciel est plus dur.

L’axe nodal se situait en Taureau-Scorpion,   le nœud nord en Scorpion  est conjoint à Saturne.  Un carré d’Uranus à Pluton, montre la difficulté de faire comprendre la nécessité d’une transformation , Mars en Bélier maitre d’Uranus  (le changement) étant cependant trigone à Neptune.Saturne en Scorpion insiste sur la rigueur , sur le sérieux, dans le signe de la sexualité ; Mars et le soleil conjoints sont opposés en Taureau au niveau du noeud sud, et sesqui carré à Pluton, de même que Jupiter est sesqui carré à Saturne : un aspect qui marque le déficit de confiance dans le changement face à la tradition qui doit pourtant changer. On peut penser que les débats ont été vifs durant cette période entre les pour et les contre.

En juillet 2013 (ci-contre) au moment des vacances, les aspects positifs ont permis que cette révolution dans les mœurs s’ancre dans l’esprit du public, malgré les résistances. C’est le moment des conversations entre amis, où chacun peut réfléchir.

les conflits potentiels par les axes – Lion -Verseau et Vierge -Poissons

Je poursuis ici l’intéressante question des crises potentielles que ne manquent pas de rencontrer les signes que nous portons dans notre zodiaque, elles concernent nos ascendants, nos soleils, et nos dominantes, nos régentes karmiques, là où elles se trouvent, ce qui fait que nous pouvons être “attaqués” sur pas mal de fronts : il faut donc savoir à quoi s’attendre pour pouvoir se défendre plus précisément. D’autre part, il faut aussi ramener ceci aux axes des maisons, car bien que n’étant pas des signes, un amas dans une maison peut jouer le même rôle ; bien souvent le thème est composé en harmonie, ce qui fait qu’on retombe toujours sur ses pieds au niveau de l’analyse : un amas en VI et la personne est de la Vierge, un amas en XII et la personne est ascendant Poissons, etc, ce qui fait que de toutes façons, on ne risque pas trop de se tromper de cibles ! C’est ce qui démontre la justesse de l’astrologie. Écoutons Jean-François Berry :

“Nous émergeons dans notre vie relationnelle en quittant de vieilles matrices de fonctionnement (axe Bélier-Balance), -délimitons un nouvel espace de bien-être dans un territoire physique (axe Taureau-Scorpion), où nous pouvons découvrir de nouveaux horizons (axe Gémeaux-Sagittaire), nous pourrons ainsi nous centrer sur notre rôle à  jouer dans ce monde (axe Cancer-Capricorne), animés par un pouvoir créateur personnel et social (axe Lion-Verseau), nous laissant inspirer par une compassion puissante, que nous pouvons mettre en œuvre avec efficacité là où nous sommes (axe Poissons-Vierge). Ici il s’agit du bel ordonnancement des six axes de notre thème. Poursuivons la lecture des conflits, et des crises potentiels dans les axes :

L’axe Lion – Verseau

“Nous touchons à un conflit de territoire concernant le royaume de notre héritage social, le rang. Lorsque la « persona » Lion nous submerge, plus rien ne compte que notre titre et valeur sociale, masquant un manque total de rencontre avec soi-même. Le Lion s’identifie très vite à des images extérieures oubliant son propre cœur, tous les drames de sa vie personnelle le rappelleront à l’ordre pour  ouvrir son cœur pas sa tête.

Dans toutes les histoires cardiaques, le cœur lâche parce qu’il est abandonné au profit de l’intellect, du mental qui veut tout régir : il faut qu’il accepte de lâcher avec les brillances extérieures, qu’elles soient humaines ou sociales.

Avec le Verseau , nous allons à travers ses mal-être, apprendre à nous détacher et , nous libérer des liens émotionnels enfouis dans notre généalogie qui nous saisissent les chevilles.

Le Verseau a des crises « éruptives » qui peuvent se traduire par des démonstrations spectaculaires et provocatrices. Le Verseau représente toute la circulation de l’énergie vitale sanguine le long des artères, veines et vaisseaux.

Derrière les problèmes de tension, les courts-circuits peuvent aller jusqu’à certaines formes de paralysie, scléroses, etc, liés avec des révoltes viscérales, contre les injustices personnelles, sociales etc, traduisant l’impuissance vécue ou héritée, si ces injustices vont de pair avec un ressenti d’enfermement. Il devient glacialement distant et s’abstrait du cœur, mais il se bat toujours contre un certain type rétrograde de mentalité.”

L’axe Vierge – Poissons

“L’axe Vierge-Poissons est un grand nettoyeur de généalogie et son rôle doit être pris en compte dans le thème. C’est un axe d’élimination et de transition trainant sur le plan des conflits et des crises psychologiques des poubelles de non-dits, de rumeurs, de secrets. C’est un placard où s’entasse tout ce que notre clan n’a pas voulu confronter et, a vite enfoui, toutes les explications Vierge, qui auraient pu clarifier de sombres histoires, toutes les misères du monde Poissons, qui ont laminé tant d’hommes et de femmes qui n’ont pas été reconnus, pris par les aléas de l’histoire. C’est aussi un pont à construire au cours de notre vie entre un vieux monde et un nouveau monde, un passage à franchir, une véritable crise personnelle et collective pour s’affranchir, sortir des peurs et doutes puissants qui animent ce couple zodiacal. Tous les conflits et douleurs nés de séparations, deuils, migration, exil, exode, sont là et continuent d’exercer leur pression, si nous n’acceptons pas une lessive psychologique importante. Leur somatisation n’est jamais d’une clarté aveuglante : mal au ventre, au dos, pieds que l’on traîne. Cet axe de crise se retrouve chez tous ceux qui soignent et œuvrent dans la relation d’aide (cela peut être votre axe VI/XII, IV/X, I/VII ou l’axe des nœuds) .

Avec la Vierge, attendons  nous à un inventaire à la Prévert : elle symbolise le bas -ventre , le  tout reliés à l’assimilation et l’élimination. Les intestins – mal au ventre, mal à l’âme-  terminent le processus de digestion conduisant à l’intégration , tant physique que psychologique ; les intestins sont un immense filtre dont le rôle discriminateur est fondamental pour notre survie, séparer le pur de l’impur. ils sont pleins de bon sens.

*L’intestin grêle est le monde de la critique, la Vierge nous aide à éliminer du mieux que nous pouvons ces images lourdes de négativité, faire le tri, etc… C’est peut-être le début d’un chemin d’individuation,  l’intégration de l’ombre, côté sombre de l’humain. Avec cet organe, nous lâchons prise avec les derniers restes, les plus tenaces, les plus inscrits dans nos cellules.

Avec le Poissons, les pieds ont aussi une dimension spirituelle importante, la blessure du pied révèle la faiblesse de la dimension humaine rappelée à l’ordre de sa mortalité , de son aveuglement (Œdipe = pieds gonflés, le Christ lavant les pieds de ses disciples,  « talon d’Achille »).”

Jean-François Berry – “le Chant de la Résonance”

* lire “le charme discret de l’intestin, tout sur un organe mal aimé ” de Guilia Enders

Vénus, maitre de la Balance, la Lune noire, Chirac

La  Lune noire est un passeur (avec Chiron, l’axe nodal, Pluton). Les passeurs indiquent le lieu du thème (la section, domaine), et le signe donnant des tendances latentes par lesquelles on peut accéder à la spiritualité ; il ne s’agit pas de réussite matérielle, mais de dépasser des « épreuves » qui nous mènent à l’éveil, cette notion bouddhiste : on peut grossièrement définir l’éveil comme un état de non souffrance au contact des faits matériels, état qui passe par le lâcher prise, l’abandon des tensions dues à l’ego qui se veut tout puissant en nous,  à conditions de bien vouloir identifier ses failles sans pleurer sur son sort ; la connaissance de soi  et la libération est à ce prix. C’est un état de grâce.

Selon Philippe Granger (psychiatre, psychologue, enseignant), la Lune noire est un point de manque,  ce point est toujours en rapport avec la libido (en tant qu’énergie vitale) ; le manque de caresses faites à l’enfant dans l’enfance, ne permet pas de conscientiser, de vivre son narcissisme primaire, pour développer par la suite des rapports normaux avec les autres. Vénus  qui est la limite entre le dedans et le dehors avec la peau, parle de l’expérience à partir de la surface du corps (selon le psychiatre Didier Anzieu ). Il ne peut y avoir de représentation psychique de soi sans la peau qui donne au corps le sens de ses limites. Également selon Freud qui disait que, toute activité psychique s’étale sur une expérience perceptive, non seulement de l’intérieur du corps, mais de sa surface dont la peau  qui est l’agent médiateur.

En astropsychologie, on peut dire que l’expérience de Vénus précède la différenciation mercurienne, et l’élaboration des premiers processus cognitifs qui seront fonction de la nature de Vénus dans le thème. La perception prépare la pensée  selon Henri Wallon.

Vénus* qui est la peau et les formes, vient jouer son rôle avant Mars (et après la Lune, qui féconde), mais on ne peut dissocier Vénus de Mars : Mars étant la pulsion, Vénus étant le désir, mais la pulsion obéit au désir. La réussite de Mercure la parole, viendra de la réussite de ces deux-là.  Il peut s’en suivre un autisme dû à un manque de caresses, une hypersensibilité, un manque qui devient un besoin de se surprotéger des agressions de l’extérieur aussi légères soient-elles. Vénus nous renseignera sur la stabilité, sur la structure, sur la fiabilité de “l’image inconsciente du corps” incarnation du sujet désirant selon Dolto, nous faisant prendre conscience de notre différence.

L’astrologie recherchera en quoi cette première relation a été sécurisante, ou frustrante, en quoi elle a donné du sens à la communication, elle a permis la “symbolisation”, en quoi elle a préfiguré l’accession au langage. Ceci imprégnera à jamais ,tout le vécu affectif. C’est l’avenir de la libido sexuelle, dont Vénus est la représentation, qui va mettre en évidence la qualité du développement libidinal, comment celle-ci a pu suivre un cours satisfaisant ou au contraire a pu connaitre des blocages par traumatismes ou privations, qui ensuite ont constitué des fixations, une immaturité affective, cause de souffrance. A partir des stades oral, anal et phallique jusqu’au vécu de l’œdipe, Vénus doit être considérée comme un agent structurant du psychisme de tout individu (P. Granger). Vénus est la source de la pulsion libidinale, puis c’est Mars qui est la  force directionnelle, on ne peut dissocier les deux.

Une Lune noire en situation trop importante  oblitèrera, la fonction martienne, la personne peut passer par des états d’aboulie, puis d’activités intenses ; il peut y avoir  une somatisation due aux frustrations accumulées, aux manques. La Lune noire n’est pas la sexualité, au contraire, mais elle peut jouer un rôle considérable, elle peut indiquer l’homosexualité ou la bisexualité puisqu’elle n’a pas de sexe, elle peut pousser le sujet à des attitudes masculines ou féminines.

Il faut voir les rapports de Vénus avec Mars, Jupiter ; on revient à “l’intégration” , l’assimilation de l’épreuve œdipienne qui est la fin de l’évolution de la sexualité à 7 ans (moment où l’enfant se sépare symboliquement de sa mère par une prise de conscience de la préséance paternel auprès d’elle).  

Chez l’homme , la Lune noire est un fantasme de retour au sein maternel, c’est pour cela que l’inceste est un tabou de toute l’humanité,  mais chez la femme la réparation se fait par la maternité et un renforcement (éventuel) à l’attachement à la mère (la coupure se fait quand même à ce moment-là en confrontant ses réactions à celles de sa mère, car on ne va pas forcément vivre la maternité de la même façon).

Prenons l’exemple du président Chirac , dont tout le monde connaissait l’appétit de vivre, mais dont peu savaient que sa mère l’avait couvé après qu’elle l’ait mis au monde dix ans après la mort d’une sœur :

Ceci se lit dans son thème natal, qui ne l’oublions pas est le symbole de l’état d’esprit de sa mère au moment de l’accouchement : Vénus (fille, soeur) est en Scorpion en secteur VIII (Éros et Thanatos) en sextil avec Mars, mais en carré avec Saturne ; grâce au sextil, il y a ici une facilité à satisfaire ses pulsions, dans le secteur de l’autre (planètes interceptées, source d’obligations).

Vénus est en quinconce à la Lune noire, en secteur III (fratrie ,la sœur disparue), en Taureau signe de Vénus (il faisait tout pour deux,  une grande avidité). Le Soleil qui est opposé à la Lune noire montre la transparence du père qui n’a pas été capable de rompre l’œdipe (Saturne en XII, limite Verseau, carrée Vénus : Chirac jeune homme, son père vient le chercher en Amérique parce qu’il ne voulait plus revenir  au lieu de le laisser se libérer, il le ramène dans le giron maternel). Une nouvelle Lune en Sagittaire, associe les deux parents  étroitement , pour garder l’enfant entre eux deux, ils montaient la garde. afin de le protéger des  personnes (planètes) situées en VII en carré (Mars) qui symbolisaient les ennemis éventuels (Mars) , les tromperies (Neptune au nœud sud ; il fumait beaucoup, il buvait bien) . On l’encense actuellement pour sa gentillesse, son amabilité, sa convivialité) mais certains ont du subir  Uranus en feu en Bélier carré Pluton en Cancer et Pluton semi-carré Mars, et même les impatiences de son humeur avec Lune-Mercure carré Mars.

Tout ascendant Verseau  donne une accentuation sur Uranus, ici en II, relié en quinconce avec Mars en VII (enrichissement par le mariage, et les partenaires, les associés, les amis avec Jupiter). Jupiter conjoint  maitre du Soleil, et en VII, montre la longévité de son mariage, de son partenariat avec la nation !

Il y a une pyramide de trois trigones entre l’amas en VII, Saturne en XII et la Lune noire en III, pas si positive puisque ni Saturne ni la Lune noire ne sont faciles.  Vénus sextil Lune et quinconce Lune noire, fait un yod dans lequel la résolution se fait sur le Soleil qui se situe au milieu du ciel (la réussite). Cet ensemble a du compter parmi les aspects qui ont du jouer dans sa vie.

La Lune noire se retrouve donc dans deux configurations, ce qui lui donne plus d’importance : On sait que durant sa vie, il a eut à souffrir de l’anorexie mentale de sa propre fille (Mercure retrograde ?) ce qui l’a surement maintenu encore dans la dépendance à la famille qu’il avait construite (la V et la VI en Cancer maisons liées par la Lune). Il a aussi, avec Bernadette, hebergè, accueilli longtemps une petite fille vietnamienne qui est une amie de la famille et  Claude, sa seconde fille, sont il ne pouvait se passer , a assuré la garde pour recadrer un papa du Verseau ,un peu imprévisible.

L’axe nodal se situant en VII/I, il a servi son pays (axe Vierge-Poissons) pour travailler à sa propre gloire (nœud nord en secteur I)… et il a réussi grâce à la part de chance en conjonction au  nœud nord en secteur I. Neptune au nœud sud maitre du nœud nord indique une continuité karmique, entre la VII et la I : retrouvera-t-il  encore une fois Bernadette ?

 

*Les planètes sont  aussi symboliques des  personnalités familiales ;

Lune :  mère.

Soleil : père.

Saturne: figure paternelle qui dit la loi.

Mercure : frère cadet et enfants en général.

Vénus :  fille, sœur,amante.

Mars :  frère , fils, amant.

Jupiter : oncle, protecteur, beau père, parrain.

La stérilité , le désir ou non désir d’enfant

Avec le débat sur la PMA ,  ceci a pour effet de mettre en lumière, les problémes que beaucoup de femmes rencontrent pour avoir des enfants   à des âges de plus en plus tardif, pour des causes diverses.

Ce désir, dit si naturel, ne figure pas dans les plans de carrière. Beaucoup de femmes sont sommées par le clan familiale de donner une descendance et on leur fait comprendre à demi mot que quelque soit la brillance de la carriére, elles n’auront pas rempli leur tache de reproductrice, de perpetuatrice de la dynastie familiale surtout quand celle-ci est partie de rien, car contrairement à ce que l’on pense l’enfant est une richesse familiale qui concerne toute la famille, dans ce cas. Aussi à un certain moment (avant quarante ans, mais de plus en plus après lorsque les ovocytes se font rares), elles entreprenent de devenir mère : cela est une entreprise parce qu’elles ont mis de côté, cette part d’elle-même que le monde du travail ne fait rien pour encourager (au contraire). Dès lors elles sont ici aussi, sommée de réussir ! quid de leur inconscient qui ne s’y retrouve plus et qui bloque toute tentative puisque pour lui cela devient une injonction paradoxale : comment, tout ce refoulement maintenant doit sortir ? Le corps n’est pas prêt. Il s’agit ici de parler du non désir d’enfant, qui lorsqu’il se réveille devient ambiguë. C’est qu’après avoir bâti renoncements après renoncements une situation sociale et professionnelle, on leur demande d’aller chercher dans cette part d’elle-même, une petite chose totalement enfouie, leur âme d’enfant -fille.

Quelque fois, au contraire, leur inconscient leur joue des tours et l’enfant auquel elles avaient renoncé sous des prétextes divers : pas d’homme valable en vue, des fausses couches, une vie de célibataire presque endurci,  puis elles tombent enceinte d’un ancien amoureux retrouvé (presque) par hasard : ainsi une femme pré-menopausée qui (pense) qu’elle n’a jamais voulu avoir d’enfant tombe enceinte ! Pourquoi ?

Une femme adopte un enfant parce qu’elle a été déclaré stérile et tombe enceinte : pourquoi ? Une endométriose, ou un autre problème encore plus rédhibitoire rend stérile, mais le plus souvent il n’y a rien, c’est incontestablement psychologique, psychosomatique, même chez celles qui voulaient un enfant dument mariée avec l’homme de leur vie considèré comme un futur père valable.

Voici des situations possibles pour une femme qui ne peut pas avoir d’enfant lorsqu’elle le désir :

1 – il peut y avoir une culpabilité – mais actuellement elle n’en a pas, en fait elle le refuse  (quoiqu’elle dise) voir la position de la lune noire (souvent en V), elle sent intimement qu’elle laisse toutes ses idées de féminité de côté pour devenir une nourricière (ce qui ne lui sourie pas), le paradoxe enfant versus indépendance

2 – il y a les dissonances  liées à des peurs, des traumatismes anciens faisant refuser les conséquences d’un vécu familial : cela peut se lire  avec  les aspects difficiles de la Lune avec Saturne, un désaccord entre l’axe nodale et la  Lune, qui ramène à un karma

3 – souvent chez des femmes nées dans des familles nombreuses,  une identification négative à la mère donne des pulsions contradictoires (ne pas reproduire ce schéma est un principe de base pour cette femme)

4 – l’attitude la plus courante est le refus de responsabilité que représente la prise en charge de l’enfant, tout en le reprochant à l’autre, alors que l’autre aura été attiré par cette personne dans un désir inconscient. La personne pour avoir un enfant doit affronter sa peur de l’avenir, de ne pas être à la hauteur, de ne pas avoir les moyens.  Malheureusement cela ce solde souvent par un avortement.

5 – le refus peut être basé sur des interdits sexuels, liés à des idées philosophiques (la virginité comme idéal), blocages antérieures transmises par les ancêtres (une religieuse dans une vie antérieure),avec peur d’une punition immanente ;

6 – une féministe qui refusait la maternité se mettant en couple, peut avoir  des désirs  paradoxaux d’enfants, et ne pas tomber enceinte (évidemment).

7 – il peut y avoir une peur due à la différence dans un couple mixte, la femme inconsciemment se sent coupable de trahir ses origines (une arrière petite-fille d’un esclave mariée à un blanc) , l’enfant va la faire passer de l’autre côté,  du côté de son mari. Que penseront ses grands- parents peut-être moins évolués que ses parents : c’est toute la force du clan, qui inconsciemment se rejoue : remplacer les disparues mais comment ?

8 – l’inversion sexuelle joue pour exclure de sa vie le père ou la mère de l’enfant, l’homme est devenu femme, la femme est devenue homme dans cette vie : dans une autre vie la personne a nié le bien–être de ses enfants, et c’est la décision d’assumer totalement la responsabilité dans cette vie-ci, qui fait peur (Saturne ou Jupiter retro en IV ou V),  Ils rencontrent des gens comme eux. Cela peut jouer pour un homme comme pour une femme quand on y regarde de près. Si l’on ne veut pas y croire, on peut se rapprocher de la transgénéalogie : on peut avoir eu une grand-mère qui était féministe qui s’est fait avorté , ou un grand-père homosexuel qui a fuit femme et enfants.

“Le  désir de ne pas  avoir d’enfants s’inscrit dans les formations mentales, dans lequel fonctionne notre conscience ordinaire, mais où se situe aussi tous les résidus de toutes les expériences non vécues dans le présent (ce qui veut dire qu’un passé non connu s’y trouve aussi).”  J’espère n’avoir  pas trahi la pensée de Madame Andrieu

Thème exemple : Femme qui après une stérilité psychosomatique de trois ans a eu deux enfants sans intervention médicale : Lune noire en V (dualité) ,

Lune opposée Saturne et Soleil et Mercure par resonance,  (peut induire un réflexe de repli du fait de la  frustration affective) mais Soleil (vitalité , conscience) et Mercure (enfant) en domicile (en Vierge discrimination, critique) ,

Lune quinconce décroissant Vénus, charge karmique , conflit entre les besoins personnels et les désirs avec  Vénus carrée Mars (orbe large acceptée à cause de la conjonction à Neptune en Balance signe de Vénus),

la Lune en carré à l’axe nodale montrant bien un karma dans les signes fixes de possession, de fixité, d’attachement aux valeurs concrètes ,terrestres,

le tout compensé par une Vénus en Cancer (domicile de la Lune) et une Lune en IV trigone à Neptune, une Vénus sextil nœud nord en Taureau (Vénus en domicile) et maitre de l’ascendant , de la maison VIII (procréation) en Taureau, lieu du domicile  de Vénus a dicté la prévalence du désir d’enfant sur la liberté personnelle d’une Lune en  Verseau mais en IV, Uranus propriétaire de la Lune conjoint à Vénus, n’a pas bloqué mais au contraire a favorisé l’éveil, contre une tendance de repli sur soi  : il appartient d’abord de se convaincre soi-même, le corps étant commandé par notre cerveau . Donc avant d’avoir recourt aux traitements, commencez une analyse transgénéalogique, distrayez- vous, faites-vous plaisir, pour ne pas être dans la frustration, et l’obsession, qui aboutit au résultat inverse dans un corps stressé.