Aspect de 165°, quindécile et quinconce, théme de S. Freud

Ayant un aspect exact de 165° entre la Lune et le Soleil (donc la phase lunaire), aspect qui ne rentre ni dans la case du quinconce 150° ni dans celle de l’opposition 180°, mais qui signifie pour moi être né la veille de la pleine Lune, je me suis penchée sur la question,  car cette écart de 15° entre le quinconce et l’opposition couvre 24 heures (certains jour la Lune fait plus de chemin), soit une division exacte de 360° par 24, un vingt-quatrième de zodiaque, ces 15° représentent un quart de sextile dans cette dernière étape, pour parvenir à l’opposition de 180°.

 Donc, lorsqu’on ajoute 15° au quinconce de 150°, qui est un  aspect psycho affectif “pervers” qui croissant est tendance Vierge « fait un gros effort vers cette planète qui te tracasse, soit gentil»*, soit décroissant tendance Scorpion, « je me sens si mal que j’ai envie de tout casser et, de mourir », ou on soustrait 15° à l’opposition “retenez-moi, je vais faire un scandale”.

Ajouter un quart de sextile, c’est booster le quinconce dans un dernier sprint final avant d’arriver à l’affrontement ou la compréhension des deux planètes, devenues antagonistes, de l’opposition : « soit courageux, tu vas toucher au but, tu vois, elle en face, elle pourrait s’entendre avec toi ! »

Quel que soit le nom qu’on va donner à ses 165°,  un astrologue américain nommé Morrison, pense que c’est un aspect dont on doit tenir compte , voici ce qu’il dit :”l’aspect de 165° rend têtu, pugnace, il permet de braver les tempêtes mais ne les épargne pas, il éloigne souvent les amis, les voisins, les parents, donne envie de s’isoler pour récupérer”. Il ressemble finalement au sprint final du coureur de fond.

C’est un aspect qui fonctionne dit Morrison…

L’analyse psychologique (qui ne serait pas “agissant”) du quinconce a été traitée par des astrologues d’ailleurs reconnus ; pour expliquer l’aspect, les auteurs, les ont illustrés par le choix d’exemples considérés généralement  par la société comme négatifs  et, ceci me semble particulièrement pervers : Hitler, Mussolini, Franco, Sade, etc, sont souvent cités dans les livres, sans parler d’une série d’assassins, comme si l’aspect était responsable des tendances latentes non réprimées de ces personnalités qui se sont tout simplement laissées porter vers les aspects les pires de leur personnalité.

On ne peut que dire du mal d’un aspect, si l’on choisit des monstres pour l’éclairer alors qu’il existe des porteurs de ces aspects qui sont de braves gens dont on ne parle jamais, mais certainement aussi des génies (d’ailleurs les génies sont souvent dangereux pour eux-mêmes).

Un seul aspect, ou même aucun aspect, ne saurait être responsable du manque de moralité ou de la cruauté de quelqu’un. Les thèmes véhiculent des tendances latentes, que le porteur a le choix d’orienter dans un sens ou dans le sens opposé. 

Par contre, un consensus se fait sur des personnalités qui continuent à servir de modèle à la société. Pour illustrer ce manque d’impartialité, voici le thème de Sigmund Freud.

Sigmund Freud possède une ascendant Scorpion et un Soleil Taureau, axe de signes les plus fixes du zodiaque avec Soleil-Pluton, maitre de l’ascendant en VII de même qu’Uranus et Pluton en Taureau, le signe le plus sensuel du zodiaque.

Le fondateur de la psychologie, devenu un dieu pour l’humanité, présentait donc une belle avidité sexuelle : Vénus conjonction dissociée Pluton opposée Mars rétrograde conjoint Lune noire, Mars maitre de Vénus et Vénus maitre de Mars, inversant les maitrises. Au vue de pas mal d’aspects concomitants, on peut se demander si, avec sa conjonction Lune noire-Mars rétrograde, il n’était pas plutôt un homosexuel refoulé (on l’a accusé d’inceste avec sa fille, qu’il a détourné de deux prétendants, dont il a fait son assistante et son infirmière).

Mars carré Saturne, Saturne carré Jupiter conjoint Neptune en Poissons, montre que son surmoi (mot qu’il a créé), l’a empêché de montrer ses tendances au grand jour.

De plus, ce sont  les Gémeaux, signe double, qui  contiennent Saturne et la Lune ; ceci nous rappelle deux choses : une que le signe des Gémeaux nous parle souvent d’homosexualité, deux, qu’il avait une mère castratrice, ce qui n’est un secret pour personne.

Mercure, maitre de la Lune est conjoint à Uranus, Uranus et Mercure signant souvent un des signes de l’homosexualité. Uranus est  maitre de la IV (maison analogique de la Lune-mère) en Verseau. Vénus en VI (VI maison de la Vierge par analogie dont Mercure est le maitre) est maitre de la XII, et de la VII, (VII en analogie avec la Balance dans laquelle se trouve Mars rétrograde).

Vénus 26° et Mars 22°, planètes de l’amour, sont ici reliées au couple et à l’enfermement, à la dissimulation. Au passage, on note que Mars rétrograde et la Lune noire sont dans la maison XI, en analogie avec le signe du Verseau dont le maitre est Uranus.

Deux quinconces existent entre la conjonction Mars rétrograde- Lune noire et Vénus-Pluton, qui pourraient bien exprimer l’ambiguïté de sa libido refoulée, mais n’en font pas un monstre, mais plutôt un être tiraillé, qui a mis en évidence les tortures de l’inconscient,  expliquant aussi son obsession de tout ramener à des pulsions sexuelles refoulées.

L’ensemble du thème présentant une orientation vers l’ouest, il a voulu comprendre l’âme humaine, tandis qu’il ne vivait qu’en se projetant sur les autres. Comme on sait, il est mort d’un cancer de la mâchoire qui pourrait être en relation avec la somatisation de son refoulement (Mars rétrograde, maitre de son nœud nord en Bélier en VI), le Taureau étant relié à la parole (sublimée par son travail : Mars R 22° quinconce nœud nord 23°).

Comment les Francs chassérent les Romains

C’est en 254, que les Francs débutent leurs incursions sur le sol romain. Au même moment, les Alamans attaquent une nouvelle fois les Limes qu’ils franchissent et, ravagent la Gaule Belgique.

Durant le début du IIIe siècle, la transgression flandrienne provoque la progression de la mer du Nord sur la plaine de Flandre et la Frise, et transforme le lac Flevo en golfe marin, le futur Zuiderzee. Il s’ensuit un appauvrissement des populations locales Frisons, Francs et  Saxons,  incitant ces derniers à se lancer dans la piraterie et le pillage de l’Empire romain. Ils commencent par le pillage de la Germanie inférieure avant d’être repoussés par Gallien en 257.

Profitant du départ de Gallien vers la Pannonie, les Francs reprennent leurs incursions, mais sont provisoirement battus par Postumus qui  se proclame empereur des Gaules et doit lutter contre Gallien, ce qui laisse le champ libre aux incursions terrestres des Francs, qui se lancent également dans des expéditions maritimes, ravageant la baie de Somme, le Cotentin, le Morbihan, les basses vallées de la Seine et de la Loire et même les côtes de la Lusitanie.

Les Francs et aux Alamans  reprennent leurs pillages en 269.

Probus soumet les Alamans en 277. En 286, Carausius, un général romain envoyé en Bretagne par l’empereur Maximien et craignant une disgrâce, se proclame empereur, il s’empare de Portus Itius, s’allie aux Francs et les installe sur les embouchures du Rhin afin de contrôler les deux points qui pourraient permettre à Maximien d’envahir la Bretagne.

En 287 ou en 288,  Maximien  installe les Saliens , à l’embouchure du Rhin derrière le limes, en Gaule Belgique, mais ce succès ne lui permet pas de reconquérir la Bretagne .

En 306, Ascaric et Mérogaise, deux rois francs, envahissent la Gaule, mais Constantin les vainc, les capture et les fait jeter aux fauves à Trèves.

Sans doute à la suite de cette victoire, l’empereur romain émet des aurei, monnaie d’or frappée depuis Jules Cesar, frappésLa France : des invasions successives à Trèves montrant au revers une allégorie de la Francie, effondrée aux pieds d’un trophée d’armes, avec la légende Francia à l’exergue.

Durant le IVe siècle, les invasions francs continuent mais sont toutes repoussées par l’armée romaine . Mais un nouveau phénomène apparaît au sein de cette dernière :

En effet, les citoyens romains rechignent à s’engager dans l Acte de naissance des Français‘armée ou simplement à faire leur service militaire et, pour compenser la baisse des effectifs, les empereurs romains engagent des soldats germains qui intègrent l’armée romaine. Nombreux sont les Francs qui s’engagent et certains parviennent aux plus hautes fonctions militaires et politiques…et c’est le début des revers des romains.
source Wikipédia