Clovis, face aux grandes invasions du Vèm siècle

france de clovis Le Vèm siècle commence par une période d’accalmie entre les Romains et les Francs. Mais la pression des Huns qui viennent d’Asie pousse les Vandales, les Wisigoths et les Burgondes vers l’ouest.

Avec les hivers particulièrement rigoureux de 405 et 406, le Rhin et le Danube sont pris par les glaces, et les envahisseurs peuvent franchir facilement ces fleuves. Tandis que les Francs rhénans pillent une première fois Trèves, les Francs saliens protègent les provinces romaines de Belgique et de Germanie, se ralliant à l’usurpateur Constantin III qui organise la défense.

Les Francs saliens se regroupent ensuite en un seul royaume et sont gouvernés par Théodomir, tué vers 420 par les Romains.

Profitant du retrait des troupes romaines de Gaule, le successeur de Theodomir conduit son peuple vers le sud et s’empare de Tournai et de sa région. Ils sont cependant arrêtés et battus par Aetius, qui leur accorde un lieu autour de Tournai.

Plusieurs rois s’y succèdent,  jusqu’à Clovis qui devient roi en 481. Mais à cette époque, il n’est pas question de « France », mais d’un  « royaume des Francs »  les rois germains, ne règnent pas sur un territoire, mais sur des sujets !

Sur la carte vous pouvez voir la taille du territoire des francs saliens (les hauts la France).

Print Friendly, PDF & Email

Ubu scopie

« Le Bon sens est la chose du monde la moins partagée »

Cette phrase prononcée par Montaigne est restée gravée dans mon esprit.

Hier soir, on nous annonce que nos ordures ne pourront plus être recyclées … en Chine, qui n’en peut mais de la pollution !

 Quelqu’un  à la télé en rajoute en disant que c’est impossible de construire en France des usines de recyclages (?) et que les usines qui ont des déchets, devront donc les bruler (dans l’atmosphère) pour s’en débarrasser…Et si les usines commençaient par les réduire à la base, au moment de l’emballage qui est toujours trop grand : il s’agit de nos déchets de plastique  et de carton. Rien n’est plus recyclable que le carton !

La pollution qui est une affaire mondiale ne concerne pas la France qui manque d’emplois, mais qui ne peut construire …allez … une ou deux usines de retraitements par région qui créerait des emplois pour recycler nos déchets ! Par contre, la pollution des voitures fait des nous des coupables tout désignés…

En fait, c’est juste plus commode de laisser les ordures aux autres et, de donner de l’argent aux chômeurs, de légaliser le shit, de rembourser le Prozac pour acheter la paix sociale et de culpabiliser les sans emplois en les désignant à la vindicte populaire.

Autre nouveauté, la puce sous la peau pour contrôler le travailleur lambda ! Après la montre connectée qui mesure vos dépenses et vos prises  caloriques, le nombre de pas que vous faites, afin que par la suite les mutuelles puissent vous responsabiliser et  un jour, vous dire, qu’on ne vous assurera plus parce que vous ne vous conduisez pas en citoyen écoresponsable… « vous fumiez, et bien, on ne soignera pas votre cancer du poumon ».

Il y a une source d’emplois et des solutions pour des chômeurs mais on n’a pas la volonté de la mettre en oeuvre « parce que cela couterait trop chers » ! Effectivement puisqu’on nous achète nos déchets qui polluent ailleurs…

D’un côté, on nous demande d’être responsable : “mettez vos vieilles voitures à la poubelle” (pardon, c’est une affaire pour les récupérateurs, car elles seront vendu en Afrique où un diesel fait des millions de km), ce qui fait conclure que comme le nuage de Tchernobyl : la pollution s’arrête à la frontière de l’Europe !

Tout et son contraire ! En aucun cas on ne voit émerger une attitude éco responsable.

 

Print Friendly, PDF & Email

Conscience globale, un message d’espoir : interview d’Erwin Lazlo, physicien

Ervin László est un philosophe des sciences hongrois, théoricien des systèmes et théoricien du tout. Il a publié autour de 75 livres et plus de 400 articles, et est l’éditeur de World Futures: The Journal of General. La journaliste Lilou, était en 2012 à Reims, pour parler du fameux alignement des planètes. Voici un extrait du texte  d’Erwin Lazlo :

“Quelle est la nature profonde de la réalité ?

Depuis plus d’un siècle cette question philosophique touche la science de plein fouet. En effet, l’apparition de la physique quantique impose de revoir les fondements même de notre vision du monde. Pourtant, malgré ces mutations en cours, notre idée de la réalité reste bâtie sur le même schéma qu’il y a deux siècles, un modèle mécanique. Car, plus qu’un simple outil de découverte, ce modèle mécanique constitue ce qu’il est convenu d’appeler notre paradigme.

Un paradigme, pour reprendre les mots de David Bohm, ce « n’est pas simplement une théorie scientifique particulière mais tout une méthode de travail, de réflexion, de communication et de perception intellectuelle. » Un paradigme, c’est la base de notre vision du monde. Mais voilà, depuis près d’un siècle, nous sommes donc entrés dans un changement de paradigme. Le processus est long. Il peut prendre encore quelques décennies. Changer de paradigme signifie que nos théories scientifiques sont en train d’évoluer en profondeur, cela implique également que nos perceptions, notre vision des choses, notre façon d’en parler, et sans doute jusqu’à nos comportements en tant qu’êtres humains, vont en être affectés.

L’essence du changement de paradigme qui s’opère aujourd’hui dans notre monde porte sur notre capacité à intégrer le fait que le monde matériel, celui de l’espace, du temps et de la matière, ne constitue pas la réalité fondamentale !

Alors, comment la science fonctionne-t-elle lorsque s’accumulent des « anomalies » ces faits observés qui pourtant sont « impossibles » selon les modèles scientifiques encore en vigueur ? Sur quoi portent précisément les changements conceptuels que nous allons observer ? A travers le monde, des chercheurs, mais également des penseurs, des philosophes explorent ces questions, et proposent des hypothèses.

Le Docteur en philosophie d’origine hongroise Ervin Laszlo a développé une théorie intégrale du tout dans laquelle il développe l’idée d’un univers informé, un monde dont tous les constituants seraient reliés, connectés. Ervin Laszlo a baptisé ce champ d’information « champ Akashique », reprenant un terme sanskrit désignant, dans la philosophie hindoue, le plus fondamental des cinq éléments.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Les mondes parralléles

Des mondes actuellement se juxtaposent de plus en plus, fracture sociale, fracture culturelle, mais aussi fracture familiale avec les générations nées après 90. 

Tout le monde se rend compte qu’il y a des mondes parralléles, mais surtout les gens qui s’occupent des autres, les enseignants, les soignants, les policiers, les pompiers, ceux qui sont dans l’espérance de faire quelque chose, car ils croient au beau, au bien, le monde de la cinquième dimension.

Mais ce n’est pas de ce monde là dont je veux parler, c’est le monde dans lequel une partie des jeunes se créent un monde  grâce aux techniques déshumanisées du XXIe siècle.

On a tous souffert des différences entre les générations : “le monde de papa, c’est pas le mien”, mais on gardait un lien avec, au moins l’éducation : auparavant les repas étaient le lieu des échanges, on était ensemble, chacun voulait savoir de l’autre.

Pendant longtemps, on a jugé que la télévision était un outil consternant pour la culture mais jusqu’au XXIe siècle, elle réunissait les familles autour de quelque chose de commun. Elle a été un ciment d’unification, tant qu’il n’y avait que cela, certains diraient d’uniformisation, maintenant, c’est vrai que souvent la télé parle et reflète une réalité qui est  celle du XXe siècle, qui ne concerne finalement plus les jeunes.

Après les télés dans les chambres, puis l’apparition des téléphones portables nouvelle génération, le lien s’est rompu. On peut s’isoler pour parler, et on a une vie qui se substitue à la parole convenue,  car le vieux téléphone qui trônait au salon, n’offrait aucune intimité. Ainsi, la dissimulation devient un jeu d’enfants. Les parents n’ont absolument plus aucune prise sur leurs rejetons.

Les téléphones étant des ordinateurs, tout passe par internet individuellement, chacun regardant ce qu’il veut au moment où il le veut, chaque individu va chercher son info, son programme, contrôlant même ce que disent ceux qui détiennent le savoir officiel acquis par des diplômes dont le cursus n’a pas évolué.

Tout est questionné, ce qui n’est pas formellement négatif, on peut voir les contradictions entre les mesures des uns ou des autres, le doute peut être formateur, il ne s’agit pas ici de parler des méfaits d’internet, mais de montrer comment cela a individualisé le savoir et, en même temps, comment cela a remisé les connaissances acquises par des spécialistes puisqu’il y a toujours une autre vision.

D’ailleurs, lorsqu’on ne cesse de comparer les pays qui font mieux ceci ou cela, on utilise le même principe. Mais on a affaiblit la famille, la relation de confiance, on a même poussé à agir malhonnêtement.

 Face à une dictature de la pensée unique, Internet permet de voir autre chose. On dit qu’Internet isole, effectivement en séparant au lieu de rassembler, il dissocie, il distrait, il décale et, pour les enfants, les ados, cela est néfaste car à peine ils commencent à se constituer un socle de connaissances, déjà on leur propose un choix, et comme c’est la discipline qui instaure la possibilité d’apprendre, ils n’apprennent qu’à contester.

Ainsi, ils contestent le vieux monde est ses principes laïques de tolérance qui deviennent un autre fondamentalisme ( qui aime qu’on se moque de ce qui constitue son identité, sa manières de faire ?), car ils en voient directement les effets négatifs grâce à des vidéos critiques faite sur un ton humoristique visionnées des millions de fois renvoyant dos à dos, toutes les idées pour en démontrer l’inanité (Vérité en de ça des Pyrénées, mensonge au delà disait Montaigne). Toutes les connaissances qu’on acquéraient à force de longues heures de lecture, sont soupesées et moquées. C’est la destruction de la culture, en générale, fondée sur des siècles de chocs de la pensée, soupesée par des nihilistes et écoutés par des ignorants.

Ceux qui n’ont pas de morale ou sont désespérés s’accrochent à des illusions, des images qui les séduisent. On a tué les dieux, qui étaient un moyen de contrôler, de peser sur nos actes, notre gendarme intérieur, mais on les a remplacé par un dieu consumériste conduisant à la jouissance matérielle obligatoire, tandis que les “sans dents” regardent désolés, la vie leur échapper : l’envie a remplacé la compassion pour la plus grande majorité, c’est ainsi qu’on a  un vide intérieur abyssal que n’importe quoi, vient remplir.

La partie animale de l’homme encore intuitive, bonne, sans méfiance, sans à priori, a besoin de tuteurs, mais aussi de réconfort or, il n’y a plus que désordre de la pensée et désintérêt de l’autre; on s’aperçoit qu’on préfère tourner la tête de l’autre côté que faire face au principe même d’humanité.

Certains pensent qu’ on retournera  en arrière en adorant les icônes, d’autres qu’on doit avancer en les détruisant, mais la plupart des  jeunes ne veulent plus rien : ils s’en fichent. C’est une des raisons des abstentions, chez ceux en âge de voter.

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Guérir grâce à la thérapie quantique ?

“La thérapie quantique ou la thérapie du troisième millénaire : Le mot quantique interpelle aujourd’hui de nombreuses personnes : tout le monde en a plus ou moins entendu parler, mais personne ne sait réellement ce qu’elle est.

Le quantique est devenu un fourre-tout dans lequel se déversent des termes un peu ésotériques comme : énergétique, invisible, ondes, fréquences, holistique, mémoire, information, électrons, photons, vibrations, rayonnements, magnétisme, mais aussi télépathie, transmissions de pensées, champs morphogénétiques, auto guérison, rémission, intuition, loi d’attraction, pensées positives, croyances, Foi… Tous parlent de la même chose en des termes différents.

Pour comprendre ce qu’est la thérapie quantique, il faut changer de vision.
A cause de Descartes, l’esprit a été dissocié du corps et pendant plusieurs siècles la culture occidentale ne considérait l’Univers que comme une gigantesque machine composée d’éléments matériels inanimés.

Grâce à cette vision la médecine a pu progresser à pas de géants : la chirurgie a atteint des sommets d’efficacité, on peut transplanter de nombreux organes vitaux, on peut remodeler des chairs, on peut même raccorder des membres manquants et les articuler avec le cerveau ! La médecine actuelle sait réparer, relancer un cœur, déboucher des artères, éliminer la douleur, endormir mais elle ne comprend pas pourquoi certaines personnes meurent de leur cancer alors que d’autres, à traitement égal guérissent, pourquoi certains sont touchés par les maladies neurologiques (Parkinson, Elsheimer, dépression) et d’autres non…

« Le monde sensible que nous voyons, que nous touchons, où nous vivons, est-il réel ? » s’interrogeait Jean Jaurès lors d’une thèse qu’il présenta à la faculté de Lettres de Paris en 1891 ! Si vous touchez cette table en bois, c’est qu’elle existe ! Oui, à un certain niveau elle est bien réelle. Mais si vous changez de plan et que vous prenez un microscope à balayage, vous vous apercevez que cette table n’est en fait que du vide, car il y a un espace immense entre chaque atome, tout comme il existe un espace infini entre chaque étoile !

« E=MC2, la matière n’est qu’une forme condensée d’énergie », nous disait Albert Einstein qui reprit les travaux de Nikola Tesla sur les ondes scalaires.

Les dernières découvertes scientifiques nous obligent à changer de paradigme : la matière est immatérielle, l’Univers ne peut être né du hasard, et la conscience n’est pas enfermée dans notre boîte crânienne ! Nos cinq sens ne peuvent appréhender qu’une part restreinte de la réalité ! La physique quantique a mis en exergue des lois régissant l’énergie vibratoire des particules qui elles-mêmes répondent à des lois qui dépassent notre entendement. La vitesse de la lumière n’a plus aucune influence sur un électron qui, même séparé de 5000 kilomètres de son électron jumeau, réagira instantanément de la même manière à une même information !

Jean Charron, Physicien et Philosophe, a tenté d’expliquer que notre « Esprit » était contenu à l’intérieur de certaines particules de notre corps et tel un hologramme, chaque « électron pensant ou éon » est contenu dans le tout de notre corps. Un peu comme l’auriculothérapie, qui, si vous touchez un point dans votre oreille, celui-ci active à distance l’organe en correspondance avec ce point. Ces électrons « pensants » enferment un espace–temps différent mais complémentaire de ceux que nous connaissons : ils possèdent des qualités spirituelles, mémorisent et ordonnent les événements passés et à venir. Ces particules de vie seraient éternelles.

Les dernières recherches réalisées démontrent que notre code génétique (notre ADN ou notre patrimoine héréditaire), est porteur de l’information génétique sous forme d’une structure quantique organisée en hologramme, à savoir que chacune des parties contient l’information de la totalité : la cellule porte en elle l’information de la totalité de l’organisme vivant. De plus elle a la capacité de transmettre, de traiter et de réaliser un programme mémorisé en le déroulant selon un enchaînement programmé dans un espace-temps défini.

Quand vous observez un grain de blé, celui-ci contient tout le code génétique de ce qui deviendra un bel épi de blé ! …

 Tout est enregistré dans notre ADN dès notre conception. L’acquisition des émotions commence dans l’utérus de la génitrice : toute émotion subie par notre mère (peur, colère, rancœur, chagrin, anxiété, tristesse) se transfère à l’enfant en se stockant dans nos gènes ainsi que dans nos tissus (os, chair, etc.). Les appareils de thérapies quantiques comme le S C I O visent à enrayer les pollutions émotionnelles et physiques des cellules. Cela entraîne parfois des réactions d’élimination qui peuvent être inconfortables, signe que le corps rejette cette charge, mais qui visent toujours à améliorer, à terme, l’état de santé. Au fur et à mesure que les tensions et les peurs s’éliminent, on retrouve son énergie et son entrain d’antan !

La thérapie quantique reconnaît l’interdépendance fondamentale entre le corps et l’esprit, à tous les stades de la vie, tout en considérant sa dimension spirituelle. Seuls des rayonnements à très faible énergie sont nécessaires et sont imperceptibles par le patient. Ce faible signal agit au niveau informationnel des cellules et interagit par phénomène de réaction en chaîne, sur l’ensemble de l’organisme. On sait aujourd’hui, que toute cellule a la capacité de transmettre, de traiter et de régénérer une information comme le ferait un ordinateur. Les thérapies quantiques emploient tous les types de radiations biologiquement compatibles, pour rétablir la cohérence de l’information altérée par la maladie.

Le champ d’application et d’efficacité des thérapies quantiques ne cesse de s’élargir. Des recherches de pointe sont réalisées en Russie pour diverses maladies comme les tumeurs, les maladies cardio-vasculaires, les maladies auto immunes, les paralysies cérébrales, les lithiases rénales, l’asthme, les allergies, mais aussi les maladies neurologiques (autisme, schizophrénie). Elle est également utilisée en médecine du sport et en médecine cosmonautique pour préparer les cosmonautes aux vols spatiaux…
On sait aujourd’hui que nos chromosomes utilisent des ultra-hautes fréquences et des hyperfréquences, des champs lumineux (type laser) et des champs acoustiques pour la transmission et la gestion des données biologiques

La thérapie quantique associe les dernières connaissances sur la structure profonde du vivant avec l’expérience millénaire de la médecine chinoise (les méridiens d’acupuncture découverts il y a 6000 ans ont été validés par la médecine officielle, il y a seulement une vingtaine d’années). Cette thérapie est basée sur l’utilisation de petites doses de radiations électromagnétiques, appelées quantas d’énergie, destinée autant au diagnostic, qu’à la prévention et au rétablissement des personnes. L’action énergétique utilisée en thérapie quantique est proche des rayonnements électromagnétiques de la nature et, est destinée à influencer de façon cohérente les fonctions de la cellule, des tissus et des organes de l’individu tout entier.

Les différentes techniques quantiques visent à corriger les anomalies fonctionnelles ayant entraîné une pathologie, en envoyant une information correctrice visant à retrouver un état d’équilibre, qu’on appelle, état de santé.

« La santé consiste dans l’harmonie des relations énergétiques d’information entre l’individu et la Nature ; cette harmonie s’exprime par l’homéostasie de l’organisme sur le plan physique, mental, et spirituel» nous définit le Docteur russe Youri Khefeits, praticien en thérapies quantiques. L’homéostasie étant la régulation optimum des mécanismes de défense, d’équilibrage et de guérison des individus, impliquant la globalité de la personne.

La thérapie quantique est une nouvelle approche, basée sur la synthèse de toutes les sciences quantiques. Elle s’appuie sur l’utilisation des quantas, ces infimes quantités de lumière, d’ondes électromagnétiques, qui composent le cœur de toute matière. . On peut qualifier le quantique d’« invisible qui anime la matière du vivant». Il influence toutes les fonctions de l’organisme, que ce soit les cellules, les tissus, les organes, ou les systèmes en général, jusqu’à la dimension spirituelle et les niveaux de conscience de l’individu.

Un dysfonctionnement organique entraîne autour des cellules et des tissus un champ électromagnétique altéré. La thérapie quantique emploie tous les types de rayonnements biologiques environnementaux et écologiques, afin de réduire les interférences et de rétablir l’harmonie et la stabilité dans le champ électromagnétique à traiter. Pour ce faire, les émissions électromagnétiques employées doivent être à l’unisson avec les processus biophysiques d’information énergétique de l’organisme vivant, ce que l’on appelle la bio-résonance. La bio-résonance représente la capacité des êtres vivants à capter et émettre des rayonnements dans leur environnement, et à se synchroniser avec l’énergie ambiante. Elle englobe aussi les méthodes de soins et appareils basés sur l’émission de rayonnements électromagnétiques destinés à rééquilibrer l’énergie corporelle. L’organisme a sa propre capacité d’auto guérison : l’action quantique stimule cette aptitude, tant au niveau de la cellule que du système vivant dans son ensemble, en mobilisant les mécanismes de défense de l’organisme et, en augmentant rapidement l’immunité.

A l’échelle de l’infiniment petit, il n’est plus possible de décrire la réalité selon les lois de la physique classique, c’est-à-dire de façon déterministe. On observe des phénomènes insolites faisant intervenir de nouvelles notions telles que la non-localité, la superposition d’états ou le principe d’incertitude. Les particules observées peuvent apparaître à un endroit, puis disparaître et réapparaître ailleurs sans que l’on sache où elles étaient entre-temps ; une même particule peut être à deux endroits en même temps, ou se présenter sous deux formes différentes simultanément ; deux particules très éloignées, du moment qu’elles aient été en relation à un moment donné, continuent de communiquer de l’information à distance et, instantanément !

Ces  observations étonnantes ont été répétées à de nombreuses reprises en laboratoire sans que notre ” logique ” habituelle ne puisse embrasser la réalité observée. De plus, dès que l’on observe les choses au niveau quantique on les modifie, du simple fait de les observer , l’observateur – par son intention et sa conscience notamment – va en partie déterminer le résultat de l’observation.

La physique quantique apporte a à l’être humain une nouvelle vision du monde.


Extrait du livre de Marion Kaplan et Valérie Lamour, aux éditions Robert Laffont :
Rajeunir ? Agir contre le vieillissement cellulaire“, d’après l’ article du site Energie-santé

 

Print Friendly, PDF & Email