Il est impossible de ne pas communiquer !

L’astrologie humaniste est fille de la psychologie humaniste, branche de la psychologie cognitive*, qui a pris naissance à l’école de Palo Alto.

La psychologie cognitive est née à la fin des années 1950 de la contribution de divers intellectuels du monde de la philosophie, de la psychologie et de la psychanalyse. La psychologie cognitive s’appuie sur la science de la cognition, à savoir la manière dont les connaissances sont acquises et réutilisées.

La psychologie cognitive permet de prédire les réactions de sujets dans des situations précises grâce à leur modèle cognitif. Cette science n’est pas juste dans tous les cas, car l’être humain a une part d’imprévisible mais il n’en reste pas moins qu’elle est fondée sur des préceptes et théories vérifiés. La psychologie humaniste est une branche de la psychologie cognitive. Quelle est sa spécificité ?

La psychologie humaniste est différente dans son approche. Celle que l’on appelle la Troisième Force a vu le jour dans les années 1960, aux États-Unis.

Abraham Maslow ,psychologue américain connu pour ses travaux sur la motivation a axé ses recherches sur l’accomplissement de soi, il créa en 1954  l’American Association for Humanistic Psychology, s’adjoignant pour cela l’aide de Carl Rogers et de Victor Frankl.* On doit à Carl Rogers l’idée de développement personnel , qui a insisté sur l’approche centrée sur la personne.  C‘est Dane Rudhyar, fondateur de l’astrologie humaniste qui parle de “person centered astrology”. 

Selon l’approche de Palo-Alto,  un problème est une difficulté qui revient sans cesse soit parce qu’on n’y a pas apporté de solution, soit parce que les solutions essayées entretiennent la difficulté au lieu de la résoudre.

C’est là qu’apparaît la notion de système : l‘approche systémique de l’école de Palo Alto a donné de nouvelles perspectives à la psychologie sociale, en intégrant les relations humaines et les questions psychiques : Toutes les thérapies essaient de soigner l’individu pour l’amener d’un état de mal-être physique ou psychique à un état de bien-être.

Aussi, il faut considérer l’individu dans son environnement, avec les relations qu’il y entretient.  La personne essayera de nouvelles solutions, en fonction des relations qu’elle a avec les autres, car il peut en résulter des changements importants pour elle.

La psychologie humaniste fait ressortir l’idée du potentiel humain : la personne a la capacité de s’autodéterminer et de grandir, elle reconnaît qu’il existe un processus vivant, un élan qui pousse à accomplir et à s’accomplir, elle implique l’engagement de la personne, sa responsabilité et elle n’oublie pas sa liberté.

Elle fait ressortir le respect de la créativité qui permet le développement personnel de chacun ; elle s’appuie sur l’expérience, le vécu émotionnel, le ressenti des choses et de son propre corps en  intégrant la dimension corporelle de la personne.

Elle met la relation patient/thérapeute au premier plan, avec un respect marqué pour le patient : ceci entraîne pour l’astrologue humaniste, le souci de contacter son interlocuteur avec humilité, sans lui asséner des vérités toutes faites.

On prendra en compte comme dans l’approche baptisée systémique :

les aspects personnels : psychologiques, émotionnels, comportementaux,

les aspects familiaux : éducation, religion familiale, rapports entre les membres de la famille, secret familial,

les aspects sociaux/professionnels : structure de travail, insertion dans la société, niveau de vie, fréquentation de clubs ou groupes,

les aspects géographiques/historiques : habitat, origines de la famille et vécu.

L’astrologie  devient une grille de lecture, les données du thème natal sont une base : planètes en  maisons, en signes, en aspects,  décrivent les situations afin de comprendre le fonctionnement individuel, la finalité du thème, son potentiel.

La devise de l’école Palo Alto  : « Il est impossible de ne pas communiquer ».

(lire aussi dans la bande de l’en-tête)

 

* Les autres participants étaient : Alfonso Caycedo, médecin espagnol qui a mis au point la sophrologie; Jacob Levy Moreno, psychiatre qui a mis au point le psychodrame ; Viktor Frankl, un psychiatre autrichien qui a développé la logothérapie après avoir passé plusieurs années en camp de concentration ; Fritz Perls, psychiatre et psychanalyste allemand, qui a fondé la Gestalt thérapie ; Alexander Lowen Mihaly Csikszentmihalyi, psychologue hongrois qui a étudié le flow…

d’après le site Ooreka

 

 

Partager avec:

A quoi peut-on se fier ?

Blaise Pascal disait : “De la vie à la mort , nous ne faisons que nous distraire pour oublier que nous allons mourir, aussi l’idée d’autre chose après, est-elle une option  qui doit nous pousser à choisir de croire “.

Ce qu’on a appelé “le pari de Pascal” : “faites semblant de croire” est une proposition qui peut avoir sa valeur  pour progresser en spiritualité.

Beaucoup d’entre-vous s’intéressent seulement à l’Astrologie traditionnelle parce qu’ils cherchent à prévoir les ennuis,  à surfer sur les moments qui leur seraient favorables financièrement, d’autres sont à la croisée de chemins difficiles et ne savent pas choisir. Ils veulent que la vie prenne la décision à leur place, parce qu’ils passent leur temps à procrastiner, ce qui est déjà le début d’un état de déprime !

Or, l’astrologie traditionnelle parle de bons et de mauvais aspects (sextil et trigone versus carré et opposition), mais il y a  une loi de la vie  qui dit que  d’un mal sortira un bien, et donc, il ne faut pas croire que ce qui est difficile est (totalement) mauvais, ceci à condition d’en tirer un enseignement : ce qui en astrologie revient à dire quun carré peut être plus efficace qu’un trigone. On peut en douter lorsqu’il s’agit du caractère, car on peut voir devant nous se déployer un individu très désagréable, borné, têtu, coléreux, agressif, mais même un individu désagréable peut dans les grands moments se présenter sous ses meilleurs jours , être capable d’acte héroïque. Donc dans les circonstances de la vie, les carrés sont les atouts des têtes dures !

Si nous sommes parvenu à la conclusion que nous faisons partie d’un plus grand tout, que ce qui est en bas est en haut et que ce qui est dehors est dedans, (comme d’autres ont compris qu’il n’y avait que la mondialisation  économique,  surs et certains que le plan comptable était la seule chose réelle, avec la Science), c’est parce que les aspects des planètes sont effectivement une donne essentielle dans le mouvement de nos vies, et que pris dans ce tourbillon céleste, nous pouvons aussi grandir dans tous ces moments, en nous reliant les uns aux  autres.

La situation actuelle est une plaie : beaucoup ne travaillent que pour survivre mais ce ne sont pas les plus matérialistes, car justement la vie ne leur donne que le minimum, et la plupart du temps, ce sont ceux-là qui partagent. Pour certains le travail,  constitue la seule et unique façon d’exister, de se trouver, de retrouver des collègues (une famille), et ont pour se distraire les activités de groupe pour fuir la solitude intérieure, car ils pensent que rien n’habite le silence. 

La civilisation, comme la nature , est bâtie sur la solidarité entre les hommes  car on ne peut vivre totalement seul, et toutes les espèces se serrent les coudes, quitte à se déchirer entre espèces différentes, mais nous sommes tous de la même espèce, nous sommes liés  les uns aux autres ; mais , sitôt un tsunami passé  nos économistes n’en tirent pas les leçons, les habitants de la planète n’en tirent pas les leçons : dans les îles dévastées, ils ne veulent pas bouger du rivage…parce qu’ils ont toujours vécu là.

Le Bouddhisme nous donne un début de réponse : la loi du karma-dharma n’est pas négative, elle implique que nous revenions parce que nous sommes morts trop pleins de désirs qui nous obligent à nous réincarner, et si certains sont venus pour  aider la masse des indifférents comme des anges qui meurent pour nous, d’autres sont là pour abuser de cette vie.

Les gens avides en veulent toujours plus, ils disent une phrase qui me semble très carnivore : il faut “profiter de la vie”,  la “dévorer” à pleines dents, en “tirer le maximum”, “soumettre” les événements à notre volonté, “vaincre” les obstacles, être compétitif, être le meilleur, être le premier  : toutes ces injonctions du sport et de la compétition font croire qu’on n’est pas autre chose qu’un corps bien rodé !  On s’applique à reproduire un comportement avide de réussite, sans penser à ceux qui sont restés sur le bord de la route. Chacun pour soi !

Ceux qui nous aident, nous permettent de manger et prennent des risques : les caissières et les transporteurs, les éboueurs, les fonctionnaires, les pompiers, les infirmières, tout ceux qui sont le moins bien payé sur le marché du travail se battent pour nous, tandis que d’autres ont volé les masques pour les revendre.

Et pourtant cela ne gêne pas certaines personnes de participer à cette décadence en refusant de porter ces masques si précieux, pour essayer de ne pas  contaminer les autres, car la preuve est faite que les gouttelettes sont une source de contamination, de même que le contact des mains (site de CDC).

Il est impossible d’avancer si on ne  revient pas à plus d’équilibre, de cohérence, moins de profit, plus d’humanité, car comme disait le juif du “Marchand de Venise” (Shakespeare) :

” N’est-ce pas le même sang qui coule dans nos veines ? “

Partager avec:

L’entrée du Soleil en Balance le 22/09/20

La nouvelle Lune en Vierge du 17 et l’entrée du Soleil en Balance le 22, font apparaitre des ressemblances dans le programme astrale. La Lune avance de 13/14° par jour et change donc de signe tous les deux jours et demi, compte tenu du fait qu’un signe fait 30°.

La Pleine lune du 17 qui était à 25° en Vierge passera dans la Balance, tandis que de nombreux points resteront inchangés.

En Balance, nous sommes dans la seconde partie du zodiaque, celle où nous sommes toujours en relation. La Nouvelle lune en Vierge a élaboré un schéma moins narcissique que celui du Lion (formation de l’ego), pour aller vers la relation en Balance , relation qui constitue le seul moyen de prendre conscience de ce que nous sommes réellement , par le biais de la projection et de l’effet miroir. Lorsqu’on échoue dans le relationnel, nous sommes renvoyé à notre solitude existentielle. L’interaction avec les autres nous met en face de miroirs que nous apprécions ou pas mais dont nous avons besoin, l’esprit grégaire nous poussant à avoir un clan.

Actuellement, avec le virus du covid nous faisons tragiquement face à notre solitude, car beaucoup  d’entre nous qui vivaient continuellement en contact avec les autres, sont incapables de se recentrer sur eux-même, pris d’angoisse à l’idée de ne pas être distrait par l’extérieur de leurs ruminations personnelles, intimes . Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont été capables de participer à une  réunion collective à partir de leur balcon , d’organiser des exercices de sport à partir de la rue, de faire chanter leur quartier confiné  de chez eux, de faire du skype avec leur ordinateur, sans se rebeller, sans   prendre pour acquis toutes les thèses complotistes des sites de fausses nouvelles qui poussaient à la contestation , la contestation pouvant être un moyen de fuir ses responsabilités en projetant sur les autres son mal être, sa haine des autres qui est la haine de soi-même.

Être seul n’est pas une fin, mais  un moment de réflexion sur soi commence toujours, par un temps de solitude car un des buts de la vie est de faire venir à la conscience une partie de notre inconscient , pas tout cependant, parce qu’on sait que nos mécanismes de défense sont là pour nous protéger de nous-même. Cette part d’ombre n’est pas seulement négative, elle peut aussi être protectrice en empêchant des souvenirs trop douloureux de surgir intempestivement. Cependant, il est sain de vouloir comprendre son angoisse face à la solitude qui est pesante.

Voyons les aspects :

L’axe nodal est maintenant dans l’axe de la communication Sagittaire – Gémeaux et Jupiter est régent karmique  noeud sud, or ce noeud est karmiquement difficile, il nous tire en arrière dans la vie précédente, il vient de nos parents actuels, et nous charge de choses bonnes et mauvaises qui ne nous appartiennent qu’en partie. La planète Jupiter  est l’expansion, en avoir toujours plus, or Jupiter en Capricorne c’est un dépouillement du superflu ou une augmentation des servitudes, Saturne  en conjonction  offre son aide pour faire de ce moment de dépouillement  un moment utile, ne serait-ce que pour avoir conscience du temps qui passe et faire un bilan.

C’est un temps d’initiation : on se pose la question de savoir qu’elles sont les vérités qu’on nous asséne, parmi toutes les fausses informations. Nous pouvons nous demander en quoi nous croyons, ce que nous croyons, si nous vivions dans l’illusion, parce qu’avec les événements qui se bousculent sur nos écrans (en même temps qu’un glacier se détache en Antarctique , toute la côte ouest des états Unis est en feu , et  un cyclone a détruit la côte sud-est). Et pourtant, certains prétendent encore que le réchauffement climatique n’existe pas ! On ne peut continuer à croire que rien ne doit être tenté pour le climat et que les avions voleront à nouveau  dans tous les coins de la planète comme l’an passé : certains le pensent, mais d’autres envisagent déjà d’aller sur Mars (clients d’ Elon Musk,  fondateur de SPACY).

Nous nous vivons sur la planète bleue ici, et c’est la meilleure chose à faire.

Mais qu’en penser ?

La Balance  nous invite à l’harmonie , à la concertation, à la discussion mesurée.  Sa maitresse Vénus jusqu’ici opposée à Neptune , l’amour universel ,  avance en Lion. Vénus , c’est la déesse de l’amour  physique, terrestre, l’aspect pécuniaire, les ressources et l’habileté à survivre :  nous testons notre force, notre stabilité émotionnelle, notre mental, notre physique.

Chiron le guide, en Bélier nous demande si nous sommes capable d’agir dans le signe de Mars, malgré la Lune noire qui ici vient semer sa zizanie, en nous faisant douter de tout, en dévirilisant Mars

Nous faisons face à nos limitations.  Mère nature est stressée, nous sommes plus conscients de nos limites, l’évolution se met en place, se prépare, car nous sommes dans la croix mutable , celle  Poissons -Vierge  au moment de la Nouvelle lune et Gémeaux- Sagittaire  contenant  l’axe nodale qui s’y meut en marche arrière durant un an et demi .

La croix mutable signifie que, comme nous vieillissons nous évoluons, nos croyances, nos vérités changent, les choses  évoluent.  Chez un individu, au fur et à mesure qu’il vieillit l’évolution est normale (“petite je voulais être vétérinaire, puis la vie a fait que je suis  infirmière”), c’est une nouvelle étape, c’est à lui de voir si elle est positive.  Et nos désirs dépendent de nos croyances, nos actions dépendent de nos désirs, tout s’enchaine pour une transformation.

D’autre part, cela se produit aussi  parce que  les gens que nous rencontrons,  reflétant nos idées ou pas, nous rendent de plus en plus conscient de nous-même : on en revient au fait que la vie est le processus de faire venir au conscient une partie de ce qui est inconscient en nous. 

Avec la Balance, à ce moment du zodiaque,  nous sommes au cœur du problème.  Il faut utiliser ses relations  pour aller plus loin en soi, pour comprendre qui on est, pour unifier notre Moi.  En allant vers l’autre , nous allons à la rencontre de nous-mêmes au noeud nord en Gémeaux.  Il s’agit d’ici et maintenant, dans l’environnement, face à ses collègues, ses collatéraux, ses voisins, pas dans des pays étrangers, dans des bibliothèques, ni dans des rêves.  En Vierge, il s’agit d’objectivité dans la croix mutable de la transformation.

Au milieu de tout ces aspects, il y a eu la formation d’un yod dès l’entrée du Soleil en Balance qui dure quelques jours (un sextil et deux quinconces qui font un triangle aigu). Un yod est karmique, deux quinconces de 150° relient le sextil  Neptune  19° Jupiter 23° à Vénus en Lion, Vénus-Neptune et Vénus-Jupiter. On a vu ce que représente ces trois planètes sur le plan du bien-être, on a ici un enjeu pour notre vie affective et matérielle, qui dépend de notre capacité à choisir les bonnes solutions, parce que  nous y sommes contraints.

Quand Vénus entrera en Vierge le 3 octobre ce sera l’accent sur le matériel , la terre ,  la réalité de nos comptes, le bilan des faillites et la capacité à rebondir : elle fera un trigone avec les planètes fin Bélier (Lune, Mars, lune noire), puis elle fera un trigone avec Uranus vers le 7 octobre, et ensuite des trigones avec les trois ténors en Capricorne, du 14 au 28 octobre.  

Entre ces moments,  il y a pas mal d’aspects plus compliqués : le 14 octobre , Mercure devient rétrograde en Scorpion à 12°, apportant sa lenteur, les retours sur soi, les situations qui se bloquent, et l’angoisse du grain de sable.

En même temps, le 14  octobre ,  on  verra  le Soleil à 21° se mettre en opposition  à Mars à 21°, déjà rétrograde, et les deux  formeront des carrés  à  Jupiter 19° et Pluton conjoint à 22° en Capricorne : ce seront des moments de tension.

Préparez  les semaines qui viennent, il semble que nous repartions vers une période qui semble nous ramener au printemps dernier.

Voir la vidéo du glacier : https://www.youtube.com/watch?v=pSy-Zztna8c

Partager avec:

Reflexion sur le temps : chronos, time, weather

La question de la vie et de la mort est-elle au cœur de  l’astrologie ?

Elle l’est dans le sens que la vie humaine est au centre de l’astrologie.

Actuellement, la peur pousse beaucoup de lecteurs à lire des articles d’astrologie. La maladie dans tous les médias, autour de nous, avec les épidémies comme le SIDA , le coronavirus, les disparitions à tout âge à cause du cancer, mais aussi la déchéance de nos anciens avec la perte de  mémoire, la maladie de Parkinson, et toutes les maladies dégénératives, comme la sclérose en plaque, effraient.

Même si l’on est optimiste, en voyant toutes les initiatives des sauveteurs de tous bords, le moral chute à cause de l’ambiance que les médias s’ingénient à pourrir avec des articles réalistes sous prétexte d’informer, mais en fait , ils surinforment, et quelquefois désinforment : tous ces plateaux où les mêmes parlent des heures pour commenter, en se contredisant d’un jour sur l’autre. Tout le monde en est tellement conscient que beaucoup ont décidé de les boycotter, ce qui, en soit est pour moi une erreur, car il est  aisé de baisser le son, mais il est nécessaire de savoir où l’on en est de ce que l’on ne sait pas !

La question des sites plus fiables sur internet, qui eux diraient la vérité, est aussi fallacieuse car, en fait vous écoutez, lisez ce que vous avez envie d’entendre en zappant ce qui vous dérange : soyez en au moins conscient,  mais vous êtes tout autant manipulé.

La question du complot est un véritable problème de fond : “on vous ment”, est la phrase de propagande des années quarante ; le problème est que peu de gens aiment l’histoire, ils sont donc de nouveaux “pigeons”. Il faut quand même savoir que c’est grâce à des gens bien sous tout rapport, que Aloïs Brenner, le bourreau des Alpes Maritimes, est mort à plus 90 ans, probablement pleuré par ses  disciples.

Au final, las de tout cela, vous vous tournez vers un media qui parle de l’avenir, et cherchez ce qui peut motiver tout ceci.  Mais quelle météo prévoit fiablement le temps à un mois ? Aucune ! Un astrologue  peut-il se permettre de faire des prévisions à un an, avec certitude ? Pour moi, il ne peut que se poser des questions dont il sera bien en peine de donner les réponses :  il ne peut que donner des probabilités.

Certes, ce sont des calculs précis, certes ce sont des planètes qui existent, mais la météo ce sont des nuages, des courants, et des satellites performants, et vous voyez les marges d’erreurs : un ouragan classé 4 heureusement passe en 2, les dégâts devenant inférieurs, un incendie allumé par des orages, embrase la Californie à cause de la sécheresse, le second dans l’histoire parait-il , totalement imprévu !

Par conséquent, des gens pris dans ces tourmentes,  nés le même jour que vous et qui ont les mêmes thèmes, ou presque, avec  le même ascendant, (parce que les maisons doivent être identiques pour faire la comparaison), font parties d’un lot de victimes, tandis que d’autres sont tranquillement assis chez eux, ailleurs , à regarder cela aux infos étant au pire,  affectés par la nouvelle.

Déontologiquement,  personne ne doit prévoir la mort : Par exemple, si vous avez perdu un parent au moment où Saturne passait sur votre thème dans votre maison  IV , il y a 29 ans : certains  disent vous allez savoir ce qui va se passer trente ans après , du coup la peur vous assaille !  Or les comparaisons avec les périodes précédentes sont des données qui peuvent ne jamais reprendre exactement la situation, étant donné par exemple, que la planète terre recule  lentement vers l’ouest , se déplaçant par rapport aux  étoiles d’un degré tous les 70 ans (c’est ainsi que nous changeons d’ère).

En toute logique, une durée  de trente ans dans la vie d’un être humain est une longue période et  nous avons presque tous des parents âgés, et dès lors si l’on compare, il faut être juste : ce qui ce qui était valable avant Pasteur, quand les gens ne se lavaient pas les mains lors des épidémies, ne correspond pas à ce qui se passe actuellement. Depuis,  les progrès de la médecine ont sauvé de la mort des millions de gens. Au fait : vous vous savonnez les mains régulièrement avec la covid ?

Alors, à quoi sert l’astrologie ? C’est un merveilleux outil de connaissance de soi, mais qui ne vous dira pas ce que vous avez envie d’entendre !

 

 

Partager avec:

D’abord ne pas nuire

Nous sommes dans la période des nuits étoilées qui ont lieu le 7, 8, 9  et 10 août, cette année. Nous allons  admirer le ciel et certains d’entre vous vont se poser la question du rapport entre eux , les étoiles, les planètes. Certains font des rapprochements matériels, et beaucoup d’entre nous, passent au stade suivant, en se posant des questions sur la finalité de l’existence, face à l’immensité.

Il faut s’entendre sur la spiritualité sous-tendue par l’Astrologie, qui est la philosophie de l’Astronomie, la recherche d’une logique, la logique de l’univers .

Ce que nous savons, c’est qu’au commencement, l’Astrologie , la science des astres est mésopotamienne* , mais les plus anciennes traces remonteraient à -32.000 ans ( plaquettes en os et pierre gravées de petits points figurant la course lunaire appartenant au Paléolithique supérieur, trouvées en Dordogne, (les  “calendriers gravés de Marschack”  qui ont été confirmées comme l’exacte trajectoire de la lune). Ensuite , on a compris que  les grottes dont les premières salles sont décorées sont orientées dans la direction du solstice d’été (d’après cahier Science et Avenir de mai 2012).

Pour avoir été l’observation de la Lune et du Soleil , l’astrologie est née avec les hommes puisque la vie des hommes a toujours été réglée par les jours et les nuits avant l’apparition du feu,  et que nous avons été guidé, au sens propre, par la Lune, le Soleil, Vénus qui elle se voit le matin à l’est et le soir à l’ouest, la favorite des mayas.

Des hommes qu’on pensaient incapables de franchir les océans l’ont fait, grâce à l’observation des étoiles et des courants : entre 700 et 1000, les vikings sur les fameux drakkars à fonds plats  qui ont  sillonné les fleuves et les mers de l’ Europe jusqu’en Méditerranée, Mer noire, et  Mer Caspienne à partir du Dniepr et de la Volga, et au nord en allant du  Groenland à Terre Neuve,  découvrant le Canada à partir de l’Islande, ces grands navigateurs s’orientaient à l’aide de “pierres de soleil” (les calcites)  des cristaux qui, correctement orientés par rapport aux rayons lumineux, permettent de trouver la position du Soleil même masqué par des nuages.(le Figaro Histoire -Août Septembre 2017).

Comme la Lune et le Soleil ont été sacralisés, dieu est une évidence pour certains, et une invention pour d’autres : l’idée même de dieu est partiellement née de notre faiblesse devant l’adversité, de l’étonnement devant la puissance , la beauté, et l’intelligence de la nature et les puissants s’en sont servit pour contenir les peuples dans une médiocrité matérielle, loin de l’idée de l’éveil et de la spiritualité.

La Lune fut ainsi la première déesse,  il est aisé de comprendre pourquoi (régularité de son cycle, etc), et comme le matriarcat ou la puissance des mères déplaisait aux hommes, ils ne tardèrent pas à la remplacer par le culte du Soleil.

Or, si certains rejettent la foi, la puissance de l’énergie  qui nous anime est réelle (la puissance de la libido) : ce qui l’est moins, ce sont les inventions de démons accordées à la force dévastatrice des événements et des hommes, projetée sur l’astrologie. C’est une manipulation de l’esprit de certains qui sont soient clients, soient complices sinon de bonne foi, mais attirés par le “côté obscur de la force”. Platon l’a dit dès l’antiquité : toutes les idées  sont des projections humaines.

L’astrologie  symbolise la vie humaine avec les codes humains et les lois de la nature qui sont bien réelles (on ne constatera jamais assez le principe du boomerang et de la répétition dans la vie humaine). 

Les cycles répétitifs des planètes rapides  sont des énergies qui nous bousculent au sein des cycles des planètes lentes, donnant leur empreinte  aux  générations qui se succèdent : notre thème natal, notre ADN astrologique est l’instant t  au court duquel nous avons fait notre apparition au sein de ces cycles planétaires  immuables et continus ; leur donner une influence maléfique est pure sorcellerie, et ici le mot n’est pas innocent.

Par exemple , dire que Mars va nous frapper est comme de dire qu’il manque le démarreur à une voiture ! Nous avons besoin de Mars comme force, et si la planète Mars fait un carré à  Saturne, il faut  réparer le démarreur. Il n’est pas néfaste, il n’y a pas d’esprit malin dans le démarreur : nous avons  remarqué que Mars agissait sur nos activités , que les carrés de  Mars à  Saturne pouvaient apporter des énergies contrariantes,  limitatives,  desséchantes, que de cause à effet, il en résultera pour nous des possibilités de frustration, de colère, de souffrance,  des réactions  violentes, mais celles-ci  nous appartiennent en propre et les crises testent notre courage, notre patience, notre intelligence, notre résilience, et surtout nos nerfs , notre capacité à organiser ce qui peut être un trop plein  d’agressivité, qui doit être utiliser pour agir intelligemment et consciemment  (dans Mars attaque, article précédent, je donne des indications d’aspects durant le mois d’août, qui montre que nous sommes confrontés à de moments qui peuvent être stimulants).

Tout discours primitif jette le discrédit sur l’astrologie qui est d’abord une somme de  mathématiques astronomiques (même si le géocentrique n’est pas l’état du ciel réel) mais les références en bien ou en mal,  viennent largement de jugements moraux.

Ne projetez pas sur les planètes vos fantasmes négatifs, vos frustrations :  si des gens sont mauvais, nuisibles,  leurs ancêtres l’étaient peut-être aussi, mais leur milieu socio-culturel l’a surement été encore plus : un chien aimé, bien nourri , jamais battu ne mord pas, mais comme ces ancêtres étaient des loups, s’il mord , on sait pourquoi (le loup est un prédateur), donc pourquoi pas un homme  ou une femme qui ne connaît pas ses ancêtres ?

L’astrologie ne parle pas d’esprits, ni de démons. Certains livres religieux écrits  à des époques révolues ont remplacé  la mythologie par un seul dieu  vindicatif,   d’autres par des dieux misogynes, après qu’eussent  régnés des  dieux scandinaves sanglants, de même que les devins et les druides peuplaient la Gaules (- 4200 ans), d’ autres le  Mexique, autant de civilisations dites évoluées qui pratiquaient les sacrifices ; or si l’on se réfère à un concept de dieu créateur, il ne devrait pas être envisagé qu’il soit nuisible à la vie de l’homme sur terre, car l’homme fait tout simplement partie de la nature. L’astrologie, c’est l’apprentissage du symbolisme, de la philo, de la psycho, de l’histoire, des mathématiques, du raisonnement et de la tolérance envers les autres.

Vinrent durant les années soixante-dix, les courants bouddhistes  qui  nous apportèrent un courant d’air frais, nous faisant sortir de la dualité infernale mal versus bien !

Leur astrologie  parle  d’énergies positives. Cette philosophie,  grâce à laquelle on  s’attarde à respirer,  à prendre le temps, à se déculpabiliser sans se déresponsabiliser,  à s’apaiser, se pratique avec le sourire intérieur et implique une règle universelle  simple : ne pas nuire, ne pas nuire,  ne pas nuire : Primum non nocere.

Voici ce que dit Irène Andrieu,  “notre thème natal inclut toutes les ressources nécessaires à la réalisation d’un projet, pour lequel nous sommes venus au monde…”  et je dirais, que ce projet ne peut être que lumineux, il faut aligner nos rêves avec notre pot – en – ciel. Les planètes sont des  indicateurs de tendances.

 

.*Les mésopotamiens ont notés la durée qui sépare les levers et couchers du soleil, les phases de la lune, les conjonctions de la lune avec les étoiles,  les éclipses, et leur caractère périodique dont se serviront Hipparque de Nicée et Claude Ptomélée pour élaborer la science astrologique grecque, car astronomie et astrologie ne faisait qu’une discipline : des milliers de tablettes en écriture cunéiforme grâce à l’ invention de l’écriture par les sumériens vers -3400.

**Dans les années 1930, au cours d’un voyage en Polynésie, l’anthropologue norvégien Thor Heyerdahl recueille des informations sur le possible peuplement des îles  par des Sud-Américains et non par des populations d’Asie du Sud-Est – la thèse officielle.  L’expédition veut vérifier l’hypothèse de l’exploration inca de l’océan Pacifique , rejetée par la communauté scientifique. L’anthropologue qu’il met sur pied une expédition afin d’en prouver la véracité en fabriquant un radeau en balsa, le kon tiki, comme l’avaient fait les hommes parvenus sur place ; l’embarcation et son équipage partent du Pérou et parviennent à rejoindre l’archipel des Tuamotu après cent un jours et huit mille kilomètres de navigation du au .

*** Chez tous les peuples gaulois sans exception se retrouvent trois classes d’hommes qui sont l’objet d’honneurs extraordinaires, à savoir les Bardes, les Vates et les Druides : les Bardes, autrement dit les chantres sacrés, les Vates, autrement dit les devins qui président aux sacrifices et interrogent la nature, enfin les Druides, qui, indépendamment de la physiologie ou philosophie naturelle, professent l’éthique ou philosophie morale. » — Strabon, Géographie, IV, 4

 

 autres  sources : wikipédia

 

Partager avec: