Les passeurs : agir pour ce qui nous anime

Et si on essayait de comprendre notre thème d’une façon holistique, ce qui veut dire globale ?

Il ne s’agit pas d’une  lecture du caractère, qui se fait par additions des indications astrologiques visibles, une après l’autre : planète dominante sur AS, sur MC, etc, lecture des aspects, et compiler le tout en disant qu’on a fait une analyse.

Mais il s’agit de trouver la motivation profonde de notre venue au monde, de notre finalité, de ce qui nous anime, donc du désir de notre âme, car devant l’absurdité de ce qui nous parait décousu dans le monde extérieur, nous doutons d’en avoir une ! Il s’agit d’une démarche qui peut paraitre différente, en fait les deux démarches sont complémentaires. 

Entre le caractère, aspect pulsionnel de notre personnalité et, le désir de l’âme qui nous motive inconsciemment et, qui est plus fort que tous nos raisonnements, puisqu’on  y va envers et contre tout, il faut faire le lien !

 La route est souvent perturbée par les dérives du tempérament qui  n’arrive pas à s’adapter à l’environnement  et,   peine à parvenir à ce qui  serait le plus cher, le plus utile à son évolution.

C’est la-dessus que nous basons la recherche du karma qui n’est en fait qu’une lecture des points douloureux du thème en passant par l’analyse de ce que J. F Berry appelle  les passeurs, ces points qui sont des marqueurs des crises que nous avons à vivre. Le karma n’est pas une punition, c’est ce qui nous handicape, mais seulement en partie, car il nous aide aussi par une connaissance innée due à des souvenirs millénaires (contenus dans notre cerveau reptilien).

Qu’on soit ou pas croyant, les faits sont têtus, seuls les aveugles et les sourds refusent de voir qu’il n’y a pas de points communs entre les crises qu’ils vivent et, une conduite répétitive (quelquefois additive) qui provient de l’impossibilité à  se défier de soi-même et à modifier ses réactions pulsionnelles !

 Beaucoup de personnes, sur d’elles, disent “je suis  bien  comme cela,  pourquoi changer !” Ou alors “c’est la faute à pas de chance !” Ou pire  “je suis nul, je ne peux rien y faire !”, et comme pour un alcoolique qui continue à boire, ils pensent que ce serait perdu d’avance.

Il n’est pas question de culpabiliser, il faut se motiver à découvrir ces petits riens que sont des points tournants dans le thème,   qui pourraient nous soutenir comme des béquilles ou des tremplins pour nous épanouir.

Ces  éléments qui obligent à évoluer sont la Lune noire/ Lilith, le nœud sud, le régent karmique sud, Chiron , Pluton (selon Jeff Green), et  Saturne, le maitre du temps,  les planètes rétrogrades qui sont autant de marqueurs lors des transits.

Mais parmi ces points qui nous font vivre des difficultés, il y a un point (appelé part arabe) qui nous aide, et se nomme  la part de fortune, un point qu’on calcule avec la longitude du  Soleil , la Lune et l’Ascendant *, ce point fait partie de notre dharma, il est positif.

 Voici la théorie générale de la part de fortune : la part de fortune, telle qu’elle apparaît à travers les signes, indique comment un individu peut atteindre le bonheur et l’accomplissement en laissant l’énergie (celle de son maitre de signe) s’exprimer et comment on peut atteindre l’accomplissement, en particulier dans quelle secteur.

Il s’agit d’une part d’évolution pour réaliser pleinement notre vie, non pas d’une aubaine en astrologie pour prédire la bonne aventure. Le mot fortune renvoie à harmonie pas à bitcoins, le glyphe est constitué par  le cercle de la totalité, et la croix d’incarnation.

C’est le rapport entre l’Ascendant, le Soleil et la Lune. La formule consiste en une addition et une soustraction des longitudes* des trois données  calculée manuellement de la manière suivante :

Naissances diurnes (entre le lever et le coucher du soleil) Fortune = Ascendant + Lune – Soleil
Naissances nocturnes : Fortune =Ascendant + Soleil – Lune (du coucher au lever du soleil).

Voici ce qu’en dit l’astrologue Martin Schulman : “la part de fortune représente cet endroit dans le thème où le Soleil, l’ascendant et la Lune sont au mieux dans leur relation les uns par rapport aux autres, et s’expriment facilement dans l’intérêt de l’individu. Elle accorde l’individu à l’environnement dans lequel, il lui est le plus naturel de réussir, et définit pour chacun où s’appliquera sa conception propre et unique du succès, comme un ego idéal.

Si les trois facteurs sont utilisés selon un mode de fonctionnement correct, l’individu retirera des bénéfices de la part de fortune, mais sinon elle sera plutôt liée à l’infortune.

A travers le signe solaire, on doit savoir qui ont est, accepter de discipliner notre nature intérieure en étant strict avec nous même, en étant authentique, nous devons reconnaitre nos forces et nos faiblesses et, nous devons rayonner pour qu’il y ait croissance : ceux qui nous testent sont dans notre environnement. En faisant l’expérience des fluctuations intérieures, il nous faut réaliser et maintenir un reflet de soi, clair et véridique.

En face en opposition, on trouve la part de conscience dite impersonnelle,  qui si on la laisse se manifester naturellement, sans efforts,  fournira  une aide et un soutien à l’énergie de la part de fortune (par l’intermédiaire de son maitre et en acceptant les propositions de la vie). Exemple : si vous avez la part de fortune en VI, le travail et la santé, vous pouvez être en bonne santé, ou avec peu de problèmes de santé, en face où se trouve la VI, vous aurez la part de conscience impersonnelle : vous êtes probablement une personne qui aide les autres sans se forcer, qui peut soigner, donner d’elle-même naturellement, ce qui permet à votre part de fortune de se manifester éventuellement par le,  plaisir de faire, d’être bien.

Ceci peut paraitre bien difficile, mais il semblerait que cela se passe d’abord à notre insu, jusqu’à ce qu’on se rende compte de ce que nous avons que les autres n’ont pas, car le problème est de prendre conscience des chances que nous prenions pour acquises (une capacité à se retrousser les manches, à gagner sa vie, à partager, une bonne santé, de la gaité, etc)  toutes choses qui nous paraissaient égales pour tout le monde et qui ne le sont pas, certains naissant avec des tendances latentes handicapantes, des blessures, un atavisme).

 

*Il s’agit de calculer la longitude qui est la distance  de chacun des trois facteurs à partir de 0° du Bélier (lorsqu’on arrive à des chiffres supérieurs à 360° en faisant l’addition on soustrait 360°) selon les deux formules selon qu’on soit né la nuit ou le jour. Lorsqu’on se sert d’un logiciel, il faut faire une vérification car il arrive souvent qu’on n’ait qu’un seul calcul pour la part de chance diurne.

 

Partager avec:

La culpabilité

La culpabilité est une idée inscrite chez les hommes  qui ont été élevé dans une des religions du Livre.

Le principe de base est simple : l’homme est un coupable par essence, mais dieu lui pardonne,  s’il vient vers lui en se repentant. 

Dire que l’homme est coupable,  c’est avoir une idée négative de l’homme , donc que l’humanité est mauvaise par ses inclinations, et que ceci est bien, ou pas  dans une vision moralisatrice.

Evidemment, lorsqu’on parle de fautes graves, pratiquement tout le monde est en accord  avec les Commandements contenus dans le Décalogue de la Bible* (à l’exception des premiers commandements en rapport avec Dieu, notamment chez les athées).

Dans le bouddhisme , qui peut être considéré comme une philosophie sacrée, l’homme n’est pas tenu comme fautif de sa supposée faiblesse face à la vie qui le conduirait au péché, le péché n’étant finalement que la fragilité des hommes , visualisée dans un prisme moralisateur. L’idée de “karma” , beaucoup moins infantilisante,  considère l’homme comme responsable de ses erreurs, de vie en vie.

Dans le bouddhisme, l’homme est perçu comme perfectible, pas mauvais par essence, il fait de lui une victime, pas un coupable qui doit se justifier. Il en résulte, que la culpabilité n’est pas un fardeau, dont on le charge dès sa naissance, alors que le but du baptême, le premier sacrement, est déjà de le purifier, d’un pêché pré-existant. 

Bien qu’actuellement, beaucoup d’entre nous  pensent  ne plus  se soucier d’aucune religion, ces bases imprègnent la culture de la société occidentale, au point qu’il faut recourir aux psychiatres pour se déculpabiliser : la psychologie freudienne n’étant pas vraiment déculpabilisante, puisqu’elle rajoute des fardeaux aux fardeaux déjà existants (complexe d’œdipe, par exemple).

L’Astrologie Traditionnelle occidentale (qu’il faut distinguer de l’astrologie Humaniste) est , elle aussi,  imprégnée d’une philosophie qui se situe bien souvent proche du religieux dans certains raisonnements : aspects bons /personnes bonnes, mauvais aspects/personnes mauvaises. Or, il  ne doit pas être question d’un jugement de valeur, bien qu’on connaisse les difficultés auxquelles doivent faire face certaines personnes, et les impasses dans lesquelles leur comportement peut les amener, à cause d’aspects difficiles de leur caractère en rapport avec des aspects entre des planètes.

L’Astrologie dite Humaniste pense que l’homme est perfectible, qu’il passe par des crises qui sont nécessaires pour se structurer, s’élever s’il le souhaite, et seulement s’il fait l’effort de se considérer comme en apprentissage durant sa vie, dans le respect de son créateur, quel qu’il soit à ses yeux.  Trop de bons astrologues  oscillent entre différentes approches, celle du tout psychologique, celle du religieux … mais lequel ?

Il faut se faire un chemin parmi toutes ses approches qui ne se valent pas toutes, pour pouvoir apporter une aide un petit peu efficace, sans apporter un surplus de culpabilité.

 

 

*(Bible de Jérusalem, Ancien testament)
Exode (20, 12 et s.), puis Deutéronome (5, 16 et s.)

Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement

Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment

Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement

Tes père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement

Tu ne tueras pas.

Tu ne commettras pas d’adultère.

Tu ne voleras pas

Tu ne porteras pas de témoignage mensongé contre ton prochain.

Tu ne convoiteras pas la maison ou la femme de ton prochain

Tu ne convoiteras rien de ce qui est à ton prochain

 

Partager avec:

Zéro déchet et semaine de la femme

Sauver les ours, les baleines , trier, recycler les déchets et les éviter en supprimant le maximum de plastique, de papier et de carton,  acheter près de chez soi, acheter en vrac, laisser de côté les marques qui utilisent l’huile de palme,  les additifs, réparer, réutiliser, acheter d’occasion, donner, est une attitude humaniste… mais encourager les jeunes femmes à se remettre aux habitudes de l’avant-guerre , est-ce bien utile ?

Naturellement, on peut mettre des couches lavables à ses enfants, si on a le courage de se mettre un peu plus les mains dans le caca, puisque de toutes façons les femmes ont toujours été traitées comme des boniches, (ce qui  aura pour effet le bénéfice indirect que les  enfants ne porteront plus leur couches jusqu’à trois  ans parce que lassée plus tôt , la maman accélérera la prise de conscience du petit chéri) , semble le futur avec la redécouverte des choses qu’on avait enterrées avec bonheur !

Mais il y a des bornes à ne pas franchir : se moucher dans des mouchoirs  qu’on lave durant une épidémie de grippe ou de corona virus n’est pas souhaitable…

Et je ne parle pas de ce qui risque de nous renvoyer à des périodes de… crasse après qu’on est eu tant de difficultés à faire prendre des habitudes de propreté. 

Chez les radins, ce mouvement a beaucoup de chance de prendre, les femmes étant toujours prêtes à tout accepter quand on les culpabilise !

Mais,

Être les seules responsables de la santé et de la survie de la planète me semble un peu excessif ! Cela ne dépendrait-il que des femmes et du travail ménager, redevenu aussi dur que par le passé ?

Êtes-vous prête à laver votre linge avec du jus des cendre retirées de votre cheminée ?

Nos grands mères qui n’avaient pas d’argent étaient déjà écolo  en récupérant des produits peu chers et en les réutilisant mais elles se servaient déjà du savon !

C’est encore pire au niveau du bien être intime : Avez-vous  vu le prix des petits accessoires vendus en boutiques bio spécialisées pour s’occuper de son hygiène intime ?

Quelle n’est pas la stupeur des ainées, lorsqu’ elles voient que la contraception, si difficile à mettre en place et à faire accepter, est méprisée sous des prétextes fallacieux, au profit de la méthode des températures  avec sa cascade d’échecs : plus de cinq grossesses et des avortements ne sont pourtant pas ce qui va favoriser le bonheur au sein d’un couple et la santé de la mère !

On fait tout porter aux  femmes qui sont celles qui ont profité en dernier du progrès de la civilisation, au point qu’on pourrait revenir non pas soixante-dix ans en arrière, mais des millénaires   en arrière, avant la civilisation !

Quant à faire soi-même tous les produits de soin  – crèmes de beauté, lessives,  etc- le coût des produits de base est supérieur à l’achat du produit tout fait dans un magasin.  On l’a toute pratiqué avec les masques à l’argile et au concombre, mais de là à  faire le petit chimiste avec la soude et le percarbonate de soude pour ne pas acheter de la lessive machine en boite, qui mobilise un carton tous les deux mois … D’ailleurs pourquoi ne feriez vous pas votre vaisselle à la main comme au bon vieux temps, quand les femmes trimaient toute la journée…au foyer. Mais vous, ce sera en plus du bureau !

…Ne soyez pas naïves ! La quarantaine chinoise nous montre, si nous ne le savions pas, que ce sont les dépenses d’énergie, des déplacements, de l’activité économique du tourisme, des agitations surfaites, qui nous mettent dans une impasse au niveau de la pollution !

Une fois la semaine de la femme terminée…. c’est comme d’habitude…et quelle subtilité que de prendre des femmes pour pousser les autres à agir pour l’intérêt de la planète, en même tant que des  intérêts financiers.. verts.

Ce qu’on nous propose a toujours deux visages, celui de la Lune qui nous sourit et de la Lune noire qui nous trahit.

Le “Do It Yourself” est une manie anglo-saxonne ; c’est une française  vivant à St-Francisco Béa  Johnson (?) qui est à l’initiative de ce mouvement , sa vidéo nous la montre dans un appartement de rêve , avec une classe de rêve (pas la femme qui récure ses casseroles)  avec un bocal rempli seulement de …son passeport …qu’elle n’a pas pu désintégrer !

Il est clair qu’une  industrie à l’échelon mondial se lance dans la conquête des  marchés de l’économie verte ! qui profite financièrement la nouvelle économie verte ?

A une nouvelle secte inter-mondialiste,  Zero Waste*, qui avec une idée de base très sympathique, “sauver la planète par les petits gestes”,  surfe sur votre crédulité et a surement un chiffre d’affaire qui n’est pas de zéro, en vendant des produits qui vous permettent de faire zéro déchet ! 

 

*Zéro Waste signifie zéro déchets . “Zéro déchet est une stratégie globale de réduction de la quantité de déchets produits par la civilisation industrielle” selon Wikipédia

Partager avec:

Un uranien type : Jack London :

Jack London l’auteur de “Croc Blanc” que tout le monde a lu durant son enfance,  a été célébré à l’occasion de sa disparition  il y tout juste cent ans, le 22 novembre 1916 précisément. En 2016, l’auteur de Martin Eden a fait son entrée dans la Pléiade. Sans manquer de souligner “l’esprit de liberté qui n’a cessé d’être le sien”, Philippe Jaworski, qui a supervisé l’ édition , fait cette remarque à propos de Jack London :

“On a souvent souligné ses contradictions et ses ambiguïtés. Ce sont celles d’un homme qui n’a jamais voulu, su ou pu choisir entre ses appétits contraires, ses révoltes et ses ambitions”. Jack London disait lui-même : “j’aime mieux être un météore superbe qu’une planète endormie”. C’est bien la définition d’une personnalité marquée par la planète Uranus, qui symbolise la foudre !

Plutôt que de faire une analyse,  si l’on a une idée de la personnalité de quelqu’un, on peut se poser directement les bonnes questions, car la personnalité d’un individu est marquée par des indices qui ne trompent pas.On gagne ainsi un temps précieux, car cela conduit nos observations.

En quoi l’écrivain si original,  Jack London Soleil-Capricorne  ascendant Gémeaux,  fut-il  un Uranien  ?

Les planètes lentes sont les marqueurs d’une époque et signent une personnalité,  en se mettant en aspect avec les planètes personnelles : elles  conduisent vers un type de personnalité.

On constate souvent qu’il existe soit des aspects aux nœuds karmiques, soit des aspects aux régents karmiques  qui en disent plus sur la destinée, que les aspects des planètes rapides, qui donnent seulement des traits de caractères .

Jack London, auteur prolifique du début du XXe est né  le 12 janvier 1876 à San Francisco, à 14 h TU 22 h 09. C’était le fils d’un astrologue irlandais William Chaney et de la spiritualiste Flora Wellman.  Quand Chaney disparut de sa vie, Flora épousa John London, un travailleur migrant veuf avec deux petites filles.

Quand Jack London eut dix ans, la famille partie en Californie où il  développa l’amour des livres et de la mer. Après une année de collège qu’il abandonna, il commença sa vie comme un vagabond autodidacte. Il se joignit à la ruée vers l’or, vécut dans les taudis de Londres, travailla sur des bateaux à voile, et sublima ses aventures en les réécrivant.

En regardant son thème, on cherchera les indices d’un homme actif, courageux comme un Capricorne ,  plein d’imagination, inventif et créateur   mais téméraire, et tête brûlée donc un uranien !

Avec Jack London, on voit bien que savoir quel est le Soleil, et même l’ ascendant est insuffisant, d’autres facteurs entrent en jeu (ce qui devrait vous éloigner de la simple lecture des horoscopes journaliers).

Il faut noter le Soleil en Capricorne quinconce Uranus Lion , impliquant une tension intérieure entre un idéal type Capricorne de réussite sociale  et le désir de liberté d’un Uranus en exil placé en Lion ; le Soleil Capricorne en VIII  trigone Pluton Taureau en XIIle sextil Soleil-Capricorne en VIII/IX/ Jupiter en VI en Scorpion l’ont poussé à travailler plus que de raison.

La planète Mars régente karmique du nœud nord se situe  en Poissons  lui donnant une qualité neptunienne romanesque, mais une fragilité, avec une habitude de pousser son tempérament pour arriver à être à la hauteur de son nœud nord en Bélier et de son Soleil en Capricorne.

Son besoin d’aventures et son besoin de changements nous pousse à chercher les indices qui vont vers une identification Verseau : la lune conjointe à Uranus indique son grand besoin de liberté et d’originalité, qui au FC, indique déjà qu’au foyer la vie était originale, et heureuse (lune en domicile) tournée vers l’éveil, l’ésotérisme  (parents astrologues).

Mercure et Vénus sont en Verseau opposées à Uranus au FC maître du MC (importance de la maison IV ). Il était original, inattendu, inventif, souvent  marginal. Le  maitre de son ascendant Gémeaux est Mercure en Verseau, on est dans l’air, c’est le mental, l’intellectuel, le mouvant , teinté d’originalité.

La planète Uranus en Lion est carrée à Jupiter en Scorpion et à Pluton en Taureau, le tout étant  dans la croix des signes fixes, ce qui inscrit une fixité intérieure paradoxale qu’on pourrait qualifier de stabilité dans les excès , touchant la vitalité et les valeurs personnelles. 

Sa vie sentimentale fut celle d’un Verseau : en 1900, il épousa Beddie Madden, une enseignante de mathématique et d’anglais, avec qui il eut deux filles. Le mariage ne dura que quatre ans et le jour d’après son divorce, il épousa Charmian  Kittredge.

Pluton et Neptune en XII  indiquent à la fois le mysticisme de sa mère , parents astrologues,   mais aussi  spiritualité : Neptune est quinconce lune/Uranus. C’est l’alliance de la planète du signe des Poissons et de celle de la passion du Scorpion. Pluton en Taureau opposé à Jupiter et carré à Uranus  (maître de Jupiter) , carré à Saturne dans l’axe des valeurs lui a permis de vivre de son œuvre  prolifique, mais comme Neptune et Pluton se situent dans l’axe du service et ennuis de santé,  sa vie fut une lutte contre la pauvreté alors qu’ il gagna des fortunes .

L’opposition Lune-Vénus indique une difficulté dans les relations sociales, avec une sensibilité exacerbée, un problème à la rencontre des autres, Vénus étant maitresse des planètes en XII. 

Mercure (maître de son ascendant) carrée Neptune facilite l’évasion intérieur, fut la source de son imaginaire le menant à l’écriture, qui devait lui apporter l’ouverture dans les situations déplaisantes imposées par la vie, et par son manque de réalisme, ce qu’il ne devait pas toujours bien supporter.

Les Gémeaux, signe mutable donne une santé nerveuse fragile et Uranus est  une planète qui peut conduire à la paranoïa, car elle a une influence sur le système nerveux. L’opposition Mercure-Lune peut signifier quelqu’un qui parle beaucoup mais dit peu.

Le plan pratique, ces aspects  lui causèrent des maladies d’origine psychosomatique, ces écarts incluaient l’alcoolisme, une nourriture faite de sandwichs  à la viande crue ou au  poisson cru à une époque où  pouvaient se poser  des questions sur l’hygiène,  et surtout d’une vie décousue qui l’avait épuisé.

Le fait que Mercure, maître de l’AS se situe en maison IX, indique l’intérêt pour l’ailleurs, la maison IX étant la maison analogique au signe du Sagittaire, on comprend que Jack London ait été un autodidacte en tant que Gémeaux, et un auteur en tant que Sagittaire, nous sommes dans la communication.

Sa force de travail provient de Jupiter en maison VI, trigone à Mars en conjonction avec le noeud nord.

Il  faut noter le yod (aspect karmique) entre  le sextil Mars-Soleil (encore l’activité), formé par deux quinconces avec Uranus : Uranus/Mars et Uranus/Soleil. Un yod indique toujours des moments karmiques, et des attitudes ancrées qu’on résout par un point d’impact se situant sur la médiatrice du triangle et qui aboutit ici  au milieu du ciel où se situe Vénus à 19° en parfaite opposition à Uranus 19°: dans l’axe de l’hérédité IV/X.   

Sur lui, s’exerça une sorte de fatalité (par exemple ,  il fit construire une belle maison qui prit feu à la fin du chantier) venant des mauvais aspects de Jupiter opposé  Pluton Jupiter carré Vénus-Saturne, carré Uranus, conjugué à l’attitude  de légèreté des signes d’air. Le 22 novembre 1916, on le trouva dans le coma ayant absorbé une dose mortelle de morphine, on ne sut dire si c’était un suicide, et il mourut à 7 h 45 en Californie, il allait avoir quarante et un an et Uranus revenait doucement en opposition à elle-même, transitant sans doute son Mercure.

Partager avec:

Notre grande copine, Claire Bretecher nous a quitté

Hier 11 février,  à seulement 79 ans, Claire, dans un monde où des nazis meurent encore dans leur lit, nous a quitté !

Quelle injustice, pour celle qui nous a  donné à toutes, l’impression d’être comprises, à une période où mai 68 semblait le début de quelque chose de nouveau, de merveilleux, qui finalement a abouti à des machos qui, en France,   assassinent ou violent une femme tous les jours !

Certes,  elle a été censurée dans les années 2000 par des féministes du Québec, qui ne supportaient pas son analyse fine des contradictions féminines : quel manque d’humour !

On ne peut plus se moquer de soi-même ; c’est la tragédie de ce siècle où l’on ne cesse de nous donner des leçons de « bien exister ».

Nous sommes à la limite de la guerre civile des sexes, des religions, des couleurs de peau, cela devient insupportable !  

Aussi certains passent leur temps à vouloir tout gommer comme si c’était possible, c’est le méli mélo des idées, pour ne plus avoir d’idées !

Encore plus de tabous amène encore moins de clarté, puisque tout est critiqué, conspué, moqué, ridiculisé, insulté : du boulanger qui fait un gâteau noir , à une rue qui évoque une femme juive, pour aller vers Science po qui enseigne le  « genré ».

Claire nous mettait les idées au clair, pourtant elle le faisait avec une grande ingénuité, sans discours, dans une totale modestie.

Comme Georges Brassens, qui lui, chantait son absence d’implication dans un monde fou, elle dessinait des idées.

 

Partager avec: