Le vide du confinement

Les pauses sont des occasions de faire des retours sur soi. Ceux qui travaillent sont obligés de s’agiter,dès le matin, et bien souvent s’écroulent le soir fatigués, sans avoir eu le temps de dire ouf. Les femmes en particulier font deux journées, dehors et dans la maison.

Au milieu de tout cela, avoir le temps de penser à soi une seule minute, est un luxe qu’on n’a pas toujours. On est sollicité par le dehors, on compense par des achats coup de cœur , si on peut, pour se sentir exister, on projette des choses intéressantes pour les vacances, on vit dans l’attente,  le rêve est même plus agréable  que ne le sera la réalité.

Aussi avoir du temps pour soi est une chance : si vous profitiez du confinement pour vous ressourcer ?

L’action n’est pas obligatoire, et ne rien faire ne doit pas vous culpabiliser : quand vous aurez fait le ménage à fond, si vous avez un peu de temps devant vous, lisez, si vous avez envie de ne rien faire, ne faites rien. Ne rien faire est un luxe, les gens très riches ne font généralement pas grand chose que de promener leur ennui d’un coin à l’autre de la planète ; ne rien faire est une distraction de riche ! Soyez riche de ce temps libre !

Apprenez à envoyer balader les pensées importantes , les pensées ennuyeuses, les pensées tristes, les pensées pour les autres, pensez vide, ne pensez rien, écoutez le silence comme une musique, mettez un peu de musique si cela vous aide à ne pas ruminer sur des sujets désagréables que l’agitation quotidienne vous obligeait à repousser : “ma mère préfère ma sœur, mon père ne m’aimait pas, je suis pauvre, les autres sont plus riches, ils peuvent faire ce que moi je ne peux pas”. C’est faux, ils s’ennuient aussi ! Eux aussi, ils ont une mère qui préfère leur sœur ! Eux aussi , ils peuvent ruminer, et c’est pire parce qu’ils n’ont jamais rien à faire (regardez la famille d’Angleterre).

Par contre vous, vous devez apprécier ce moment unique de confinement offert pour le moment par la firme ! Ils ont oublié pour un moment le CAC 40, ils ne peuvent pas faire autrement : qui fera le boulot si la population disparait (ils ne sont pas concernés par votre santé mais par votre potentiel à payer des impôts) déjà qu’il y a des personnes qui exercent leur droit de retrait pour leur sécurité, sans qu’on le leur demande !

Je ne fais pas une diatribe gauchiste, je sais que tout le monde pense toujours que chez le voisin c’est mieux ,  comme tout le monde pense que tout ira mieux demain alors qu’on n’en sait rien : aussi respirez tout de suite , appréciez d’être vivant, encore en bonne santé, et libre de vous reposer,  pour une fois sans limite de temps, car ça va durer.

Vous allez me dire : “je ne sais pas faire, je suis énervée, je fume, et je n’ai plus de cigarettes” , et bien, arrêtez de fumer en faisant du tricot à la place, ça occupe les mains ! Vous avez surement une voisine qui a des aiguilles ! Et,  apprenez à prendre le contre-pied de tout ce que vous faites d’habitude car du vide nait le plein, le cerveau en a besoin. Vous allez avoir des idées que vous n’auriez jamais eu avant.

Faites de la gym douce : pas celle qu’on vous montre à la télé qui ressemble aux exercices d’entrainement de l’armée, mais une gym lente, avec des mouvements lents, qui vous aide à vous concentrer parce qu’aller doucement ce n’est pas naturel et , c’est bien plus difficile.  C’est l’art de vivre asiatique :  la concentration !

Et ne comptez pas, au contraire, arrêtez-vous dès que vous en avez assez , oubliez le côté compétition de la société de consommation, c’est vous qui êtes consumé par ce mode de vie ! Si vous allez vite vous vous énervez encore plus, et ce n’est pas le moment d’avoir un claquage !

Ceux qui sont trop énervés peuvent prendre des douches, et même des bains : oubliez un moment miss cacahuète (vous voyez qui), déculpabilisez, faites-vous des massages avec des produits qui sont sur vos étagères depuis un an, que vous ne touchez pas, et si vous n’avez rien prenez de l’huile de table (vous n’en êtes pas encore là , quand même) !

Ne videz pas le frigo , ça vous obligerait à ressortir trop souvent, ce n’est pas la peine de chercher des excuses pour vous remplir de toutes sortes de choses mauvaises pour la santé, au contraire, profitez-en pour faire comme si vous ne pouviez plus remplir le frigo pendant un mois, parce que les magasins sont fermés !

Faites-en un jeu, si vous devez stopper des enfants : imaginez que vous êtes sur une ile déserte avec eux !

C’est une opportunité pour puiser des ressources à l’intérieur de vous, car en temps ordinaire vous êtes trop dépendant de l’extérieur ! Ne dites pas : “je ne peux pas “. Si, vous pouvez ! parce que vous n’êtes pas né avec tout ça, tout cet encombrement matériel , toutes ces obligations inutiles, toutes ces contraintes que vous vous êtes créés, parce qu’il le fallait d’après qui… au fait ?

 

Partager avec:

Vigilance !

Il est clair que le désintérêt de nos compatriotes pour la politique va finir par vous coûter cher, à vous, femmes des années post soixante-dix !

Les protections dont nous disposions du fait des anciennes lois vont disparaitre pour être remplacées par des dispositions qui à priori, favoriseraient les hommes.

La société se fracture de plus en plus, c’est la lutte pour la survie et le chacun pour soi. On joue perso avec Uranus en Taureau : les femmes se déchirent aussi entre elles, celles qui sont féministes méprisent les mères de famille, parce qu’elles ne sont pas indépendantes, et les mères de familles quittent leur conjoint poussées par la mouvance individualiste.

Prenez les dernières innovations sur les trimestres octroyés aux mamans pour avoir mis un ou des enfants au monde, en reconnaissance  de leur effort pour repeupler le pays ! Une décision du gouvernement dit qu’il va falloir choisir  entre  la mère et le père ?  Non, entre le parent 1 et le parent 2 .

Quoi ! Le sexe fort aurait aussi besoin de notre aide ? Est-ce que  les “nouveaux pères” qui ne sont encore pas si nombreux , veulent  être reconnus parce qu’ils ont donné le biberon, changé les couches ?

Je ne crois pas : ce qui est en jeu ce sont les couples LGTB qui sont parent 1 et parent 2 :  donc pour un pourcentage infime de la population , on aménage toute la loi au lieu de faire une exception , ce qui aurait pu se faire simplement. Tout en ayant l’impression de donner l’égalité homme-femme, en fait,  on déshabille Jeanne pour habiller Jean ! Dans ces conditions,  la paupérisation des mères qui ont des carrières hachées, ou pas de carrière du tout, est programmée.

Certaines d’entre vous qui ne se sont jamais mariées officiellement s’entend, ne savent pas que la pension de réversion, lorsqu’un mari disparait avant sa conjointe,  est partagée entre les diverses épouses du monsieur qui ayant eu le hoquet comme Eddy Barclay, par exemple,  passerait sa vie à se remarier . Cela aussi va être supprimé si les femmes ne réagissent pas !

Le partage se ferait au profit  de la dernière épouse  mais au prorata de sa participation aux galipettes et aux années de ménage, de cuisine, etc : en fait , cela sera au bénéfice des caisses de retraites déficitaires.  Si vous faites quatre enfants, vous perdrez vos trimestres, puis votre mari lassé de vous, ira voir une femme plus jeune moins fatiguée,  qui terminera sa vie avec lui, tandis que vous serez dans la misère. 

Quand est-ce qu’une femme qui a passé sa vie à élever des enfants (quelque soit le nombre) sera reconnue pour son travail de participation à la société , parce que ses enfants sont des citoyens qui font fructifier le pays : ce cas de figure n’est envisagé que dans les partis extrémistes alors qu’il serait plus juste que n’importe quel citoyen le comprenne. Dans les collèges, on apprend aux filles à faire des circuits imprimés, mais la vie ménagère est méprisée : pourquoi faut-il que le modèle féminin soit toujours ringard alors qu’il s’agit du bien être et de la santé : pizzas et Mac Do donnent de plus en plus de gens obèses  ? Or combien de femmes très qualifiées se retrouvent sans travail et ne savent rien faire !

La semaine dernière, certains députés on voulu allonger l’autorisation d’avorter à quatorze semaines aménorrhée soit douze semaine de grossesse -trois mois- (contre quatorze semaines de grossesse) ce qui sans changer le chiffre (pour faire illusion), rallongerait de quinze jours ce droit, date à laquelle le fœtus devient un enfant !

Autant le droit des femmes est inaliénable, autant  nous savons  que les moyens de contraception sont là pour réguler les grossesses, et le fait d’avoir peu de rapports non suivis de lendemain, n’est pas une excuse puisque l’égalité, ici non plus, n’existe pas  :  les moyens de contraception devraient être gratuits , pas le nombre de  semaines rallongé  !

On sait qu’il existe des exceptions, mais cela doit rester des exceptions (actuellement la misère avance dans ce pays et les souffrances de certaines femmes s’aggravent). Les anciennes lois reconnaissaient la réalité des femmes, leur complémentarité, non pas leur désir imaginaire d’être identique. Les féministes sont entrain de réussir à faire grossir le peuple de mécontentes d’un système qui rejette toujours la fragilité inhérente à la condition physique des femmes et ce n’est pas le droit à la PMA pour toutes qui cachera le fait que des femmes sont en danger.

La fragilité n’a jamais été un handicap pour réflèchir, on peut être enceinte , en somme être fragilisée durant quelques mois,  demander qu’on s’en souvienne, mais les féministes veulent absolument gommer les diffèrences de genre ! 

 

https://information.tv5monde.com/terriennes/geneve-les-panneaux-de-rue-se-feminisent-et-fachent-342797

https://www.journaldesfemmes.fr/mman/grossesse/1351511-12-semaines-de-grossesse-14-sa/

 

 

Partager avec:

La force de la bienveillance : S. O. S.

Matthieu Ricard, français, devenu moine bouddhiste qu’il n’est plus nécessaire de présenter (chercheur en génétique cellulaire), interprète français du Dalaïlama depuis plus de quarante ans, nous parle des vertus de l’altruisme au quotidien.

Dans son livre “Plaidoyer pour l’altruisme” (chapitre 25 : les champions de l’égoïsme) , Mathieu Ricard veut nous nous démontrer que l’altruisme est une nécessité, voir une urgence qui s’impose comme la solution à nos maux contemporains 

“La philosophe Ayn Rand a donné corps à l’individualisme extrême qui va croissant aux États-Unis. Quelles sont les erreurs morales et intellectuelles de sa doctrine. La clé de voute de son édifice est : le désir fondamental de l’homme étant de rester en vie et d’être heureux, il s’ensuit qu’il doit être égoïste.

C’est la faille logique.

“L’altruisme n’est ni sacrificiel, ni facteur de frustration, mais constitue l’une des principales sources de bonheur et d’épanouissement de l’être humain. Comme l’écrivent le père et le fils, l’un généticien, l’autre philosophe  Lucas et Francesco Cavalli-Sforza  : l’Éthique est née en tant que science du bonheur. Pour être heureux, vaut-il mieux s’occuper des autres ou penser exclusivement à soi ? Les recherches ont montré que la satisfaction engendrée par les activités égocentrées  était moindre que celle qui découle des activités altruistes.

Le philosophe James Rachels dit : En vertu de quelle différence puis-je me considérer si spécial par rapport à autrui ? Suis-je plus intelligent ? Ai-je accompli plus de choses ? Est-ce que je jouis plus de la vie que les autres ? Ai-je davantage le droit de vivre et d’être heureux que ceux qui m’entourent ? En conséquence, promouvoir l’égoïsme comme une vertu morale, est une doctrine aussi arbitraire que le racisme. En vérité nous devons nous préoccuper des intérêts et du bien-être  d’autrui pour exactement les mêmes raisons qui nous font nous préoccuper de nos droits et de nos aspirations, de nos joies et de nos souffrances.”

“Pour les fondateurs de la psychanalyse : l’altruisme serait une compensation malsaine de notre désir de nuire… l’agressivité serait un trait indestructible de la nature humaine.

Dans Freud, les sentiments prosociaux naitraient uniquement d’un sentiment de culpabilité et de mécanismes de l’ego, pour gérer les restrictions que la société impose aux pulsions agressives innées de l’individu, ainsi que les demandes du surmoi.

Darwin était au contraire persuadé que le sens moral était inné chez l’homme, et a été acquis au cours de l’évolution. Divers travaux ont montré que le sens moral se manifeste spontanément chez les jeunes enfants* (ici on parle de petits d’âge pré- scolaire qui ne marchent pas encore ou qui commencent à marcher) et n’est pas attribuable à l’influence des parents, aux exigences que la société imposent, comme l’avait dit Freud. Dès le plus jeune âge l’enfant à le sens de l’équité et considère que faire du mal à l’autre est répréhensible…”

“La psychanalyse se décrit souvent comme un moyen de connaissance de soi plutôt que comme une thérapie. Elle s’oppose à toute forme d’évaluation globale de l’efficacité de ses méthodes. Mais un rapport de l’Inserm prenant suffisamment de cas pour évaluer l’efficacité de la psychanalyse, montre que les bienfaits thérapeutiques ont été jugés quasi inexistants en comparaison avec les thérapies comportementales et cognitives, qui elles ont prouvé leur efficacité pour un nombre important de troubles…”

“Le fait de suivre une thérapie psychanalytique entraîne fréquemment une augmentation de l’égocentrisme et une diminution de l’empathie. Moscovici, psychanalyste social, a conclu que dans la plupart des cas, les psychanalystes arrogants, fermés, adonnés à l’introspection, se retirent toujours de la communication avec le groupe. Quant au psychiatre Baruck, il leur reproche de renforcer les conflits interpersonnels dans le mesure où le sujet psychanalysé « voit souvent avec acrimonie, ses proches, ses parents, son conjoint, qu’il rend responsable de ses maux ». Certains sujets deviennent extraordinairement agressifs, sont d’une extrême sévérité pour les autres qu’ils accusent sans cesse, ce qui fait d’eux des individus asociaux. La pratique psychanalytique semble donc atrophier nos dispositions à l’altruisme.”

“Les successeurs de Freud soutiennent que toutes les formes de restrictions et d’obligations dictées par le société ou par nos normes intérieures, entravent notre réalisation personnelle et nous éloignent de notre identité… mais dans ce cas il serait impossible de vivre en société… Une jeune américaine m’a dit : pour être véritablement moi-même, pour être libre, je dois être fidèle à mon ressenti et exprimer spontanément ce qui me correspond et me convient le mieux…”

Or, la véritable liberté ne consiste pas à faire tout ce qui nous passe par la tête, mais à être maitre de soi !

” Gandhi disait : la liberté extérieure que nous atteindrons dépend de la liberté intérieure que nous aurons acquis. Si telle est la juste compréhension de la liberté, notre effort principal doit être consacré à accomplir un changement en nous-mêmes . Cette transformation…consiste précisément à diminuer notre égocentrisme et à cultiver l’altruisme et la compassion.”

Ceci est le véritable programme pour vos bonnes résolutions de premier janvier !

 

*nota : Au départ il s’agit de mettre en présence un enfant qui commence à peine à marcher (moins de 18 mois) qui voit quelqu’un qui fait semblant de taper un autre enfant , au bout d’un petit moment il intervient contre la personne qui fait semblant de taper ; puis  on abaisse l’age des enfants en présence (bébés pas encore en âge de marcher) en montrant des poupées qui sont censées l’une être gentille, l’autre méchante (elle tape l’autre poupée) et,  le bébé comprend laquelle est la méchante poupée et  quand on lui demande d’en choisir une des deux,  il choisit la gentille.

Partager avec:

Imagine

Imagine there’s no heaven,
Imagine qu’il n’y a aucun paradis,
It’s easy if you try,
Partager avec: