Mars en Bélier, première énergie de l’année 2019

La première énergie de l’année c’est celle de Mars entrant dans son domicile, jusqu’au 15 février 2019, tandis que Chiron est sur 28° des Poissons : le début d’année ne sera pas aussi calme qu’on le voudrait. Avec Saturne en domicile en Capricorne, il s’agit d’ action, et de structuration, de structuration de l’action. Chiron en conjonction arme le bras de Mars.

Vénus ou Mars durant 2019 ne feront aucune rétrogradation :

Mars est en Bélier jusqu’au 15/2,  puis Mars entre en Taureau jusqu’au 31/3 , en Gémeaux jusqu’au 17 mai, en Cancer  du 17/5 au 2/07 (où elle sera carrée à Chiron), en Lion du 2/07 au 18/08, en Vierge (où elles se rejoindront en Vierge pour leur prochaine conjonction le 24/08/19 à 3° : voir thème) , en Balance jusqu’au 19/11 (où elle s’opposera à Chiron) et en Scorpion jusqu’à la fin de l’année.

La conjonction Mars-Vénus précédente  avait également eu lieu le 7/10/2017 à 20° en Vierge (ceci est une autre explication). La conjonction initiale donne, impose sa marque,  durant les presque deux années du tour du zodiaque.

La route de Vénus est plus rapide, elle commence l’année en Scorpion à 24°,  jusqu’au 8 janvier 2019, puis elle entre en Sagittaire jusqu’au 4 février, durant cette période il y aura une belle conjonction Vénus-Jupiter le 22 janvier à 16° en trigone avec la Lune en Lion au moment de la pleine Lune, alors que le Soleil est en Verseau (maitrisé par Uranus encore en Bélier).

Vénus se situe ensuite en Capricorne jusqu’au 1er mars inclus, durant la période Capricorne où elle sera en compagnie de Saturne et Pluton durant le mois de février, mois du Verseau maitrisé par Uranus, dont la marche est importante puisqu’elle entre le 7 mars en Taureau. Comme son rythme est plus lent, on y reviendra.

Cette conjonction (ci-dessous)  appelle au travail et à la prudence, et il ne faut pas s’étonner que nous soyons tous  dans une ambiance de bilan comptable. Mars et Vénus vont influer sur la manière de voir les choses. En particulier, Mars sera gérante de Chiron ce qui ne manquera pas d’accentuer son côté guerrier puisque Chiron est traditionnellement le maitre d’arme de tous les dieux.

Le 18 février 2019, Chiron en Bélier aura fini sa rétrogradation en Poissons  et, viendra prendre sa place en Bélier à partir du 7 mars 2019 jusqu’à mi-avril 2027 , et ce durant 8 ans.

Il faudra suivre la marche régulière de Mars en signe qui maitrise le signe du Bélier où se situe Chiron, qui est un passeur, une de ces planètes qui demande de l’éveil et en même temps un peu de contrôle sur soi, de structure.

Chiron se situera en semi-sextile à Uranus  en Taureau dès avril amenant l’innovation, pour des récoltes concrètes. Chiron accélérant le désir de changement avec des sacrifices provoquant des turbulences.

Le désir de sauver la planète  n’est pas sans sacrifices ni controverses, il s’agit de changer de modèle socio-économique, de remplacer la sacro-sainte doctrine économique de Keynes sur la consommation qui considère qu’il faut auto alimenter l’économie par la consommation*  et, au contraire  créer les conditions de prospérité d’un pays par une vision non consumériste faite au contraire par la fin de l’obsolescence programmée,  la récup, la qualité alimentaire pour les consommateurs, vivre avec des  limites  mais avec l’aide du progrès :  on ne reviendra pas en arrière, on déconstruira en améliorant avec les nouvelles connaissances.

Un nouveau schéma pourra se dessiner, il est déjà en route, même si ceux qui en parlent ne voient pas bien où ils vont, et comment ils y vont mais ce n’est surement pas plus de technocratie mais plutôt, moins de patriarchie, plus d’initiatives personnelles donc moins de verticalité.

Cela pourrait être le sens de Chiron en Bélier géré par Mars avec Uranus en Taureau géré par Vénus,

Deux bêtes à cornes qui finalement symbolisent les gaulois!

 

 

* doctrine qui évidemment avait pour idée principale de s’opposer à la doctrine marxiste;

 

 

Jupiter en Sagittaire : protéger les femmes et les enfants

Pourquoi la question des mœurs a-t-elle pris une telle ampleur en 2018  et pas avant ?  Que va-t-il advenir avec un Jupiter en Sagittaire ?

Je vais tenter de fournir une explication astrologique.

 

Le zodiaque commence au Bélier, qui implique un début de cycle jusqu’ à la Vierge inclus, où il s’agit de la construction de la personnalité avec en particulier le passage en Lion qui est celui de la formation de l’ego, puis vient le signe de la Vierge qui enlève les excédents pour rendre la personnalité un peu plus présentable, et on passe à la   Balance où l’on est censé se frotter aux autres, d’un peu plus prés.

Ce palier capital nous rend adaptable à la société, et nous permet en même temps de nous définir par rapport aux autres, notamment aux plus proches, mais qui ne sont pas de la famille, ni du voisinage.

Qui je suis ? Je le découvre parce que je ne suis pas l’autre. Je ne peux jamais fusionner totalement, quelques fois ils n’y a que de brèves périodes de parfaite entente, mais il est nécessaire qu’elles ne durent pas, pour se connaître soi-même (ce que je veux ou ne veux plus).

Souvent, en rencontrant les autres vers lesquels je vais naturellement (ou pas), je pense que je suis dans une situation parfaitement maitrisable : il n’en est rien, car je suis confronté à des idées, des visions de la vie, des comportements, des éducations, des milieux culturels différents. Certains s’en réjouissent, d’autres  rejettent  ces différences, mus par la peur ou le mépris.

Ainsi la partie supérieure du zodiaque, de la Balance aux Poissons, nous construit par rapport à l’autre, les autres. Si l’on reste entre soi, on aura des contacts à minima, mais il faudra apprendre à s’adapter, gérer des affaires financières ensemble dans le travail.

Ce n’est qu’après le passage en Scorpion que pourra venir l’évolution intellectuelle qui peut être bloquée ici par prétention et cynisme, puis peut venir l’éveil intellectuel en Sagittaire qui peut bloquer ici par dogmatisme, et enfin l’éveil  spirituel en Poissons, qui peut bloquer à cause de la maladie, de la drogue ou de la boisson, d’une foi sectaire ou des quatre : ici le salut est dans l’art, et dans une spiritualité soft.

Il est très facile de se trouver parfait lorsqu’on vit seul dans son terrier (admettons de ses rentes, avec ses anciens amis toujours les mêmes), mais il est autrement plus difficile de rencontrer un conjoint, d’avoir des enfants, d’être obligé par la société de  se socialiser dans des groupes, puis de se séparer du “fruit de nos entrailles”,  de les laisser vivre leur vie « à leur manière », dans une société qui les changera de toutes façons car rien n’est immuable, sauf les méfaits des hommes, qui recommencent sempiternellement !

J’ai l’air de m’être écarté du sujet,  mais pas du tout : Jupiter, qui régit les plus fragiles pour les protéger , notamment les femmes et les enfants, aborda le Scorpion en 2017/18,  après avoir abordé la Balance en 2016/17, moment où l’on a parlé du mariage des gens de même sexe, alors que la question de la justice et du mariage avait été discutée  et votée.

Et comme le Jupiter en  Scorpion en 2017 avait soulevé les choses cachées sous les jupes et les pantalons, après avoir abordé enfin cette dimension de la vie sexuelle cachée des personnes qui étaient obligé de s’aimer en douce, on a abordé celle  de subir les choses des gens qui portent le pantalon. Et maintenant que tout le grand déballage a été fait, les femmes se sentant plus fortes ont lâché aussi, tout ce qu’elles avaient sur le cœur. Aussi avec Jupiter en Sagittaire en 2018/19, on s’ attend à ce que les lois  soient votées et appliquées.

Sur le plan personnel, le même cheminement s’est fait, vous avez revécu depuis l’entrée de Jupiter en Balance une redéfinition de vos rapports avec les autres, avec des dissensions, des revirements, des départs, des arrivées, des divorces et comme dit Charles Vouga,

Ce que vous aviez gagné en Balance, le Scorpion vous l’a fait payé” à cause de la justice aux yeux bandées. Aussi vous êtes murs pour la sagesse.

Cependant, il faut savoir que lorsque ce sont les femmes qui sortent dans la rue, ce n’est jamais pour rien !

Avant 1789* Mirabeau eut cette phrase célèbre : “Tant que les femmes ne s’en mêlent pas, il n’y a pas de véritable révolution!”

* d’après les femmes dans l’histoire over-blog.com : “Dès les premiers événements révolutionnaires, elles sont présentes, très nombreuses, et en particulier celles du peuple. Dans la foule, à Paris, dans les tribunes lors des rencontres entre le Tiers-Etat, la noblesse et le clergé, au serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789 où les révolutionnaires promettent d’établir une Constitution, au jardin du Palais Royal, le 12 juillet de la même année, lors de la harangue de Camille Desmoulins, à la prise de la Bastille le 14… Elles participent aussi activement aux insurrections contre la faim, où elles saccagent les boulangeries (il faut rappeler qu’en 1789, le prix du blé augmente considérablement suite à une saison agricole catastrophique, ce qui engendre des disettes). Et force est de constater que les femmes vont se révéler être de véritables patriotes et entrer dans un engouement général sans précédent en France. En effet, la Révolution suscite en elles, tout comme pour les hommes, des émotions nouvelles. Le statut de ‘‘citoyenne ‘‘, le sentiment d’appartenance à une nation et la volonté de bousculer l’ordre établi vont les pousser à une participation active et massive aux  événements.”

 je vous conseille De lire le roman de Véronique Ovaldé paru chez Poche “Ce que je sais de Vera Candida”, qui campe en 335 pages, de nos jours, dans un pays imaginaire qui peut être en Amérique du sud, le portrait de la vie difficile des femmes de la même lignée, de la grand mère à la petite fille, en se concentrant sur une seule….

 

Aspects difficiles de la dernière PL 2018

Je ne fais que rarement les NL et PL, il y a d’autres astrologues qui s’en chargent très bien. Je mets ici un zodiaque de la dernière Pleine Lune de l’année, qui donne la tonalité de la période durant laquelle chacun essaie de vaquer à ses occupations pour les périodes de vacances de Noël, pour ceux qui peuvent en prendre.

Finalement, sauf pour les pauvres victimes des barrages et celles de l’attentat des Strasbourg, et toutes les victimes habituelles dans le monde, sur terre sur mer et dans les guerres, nous réussissions à vivre tant bien que mal, et finalement malgré les plaintes, plutôt bien, car nous pouvons encore en parler : c’est le miracle de la vie qui triomphe de tout.

Il y a toujours un bon aspect qui rattrape le reste, même si certains des mauvais font échos à notre thème natal et nous causent des ennuis passagers, sinon définitifs  et les passagers du Titanic que nous sommes, continuent de danser pendant que le bateau coule, sous les flots de l’orchestre !

En effet, l’image du circuit de planètes dans lequel nous arrivons à la vie, nous montre que c’est nous, qui en vivant, rencontrons notre destin : par le biais d’un aspect positif nous attendons un bonheur et par l’aspect difficile, le problème. Aussi la roue des planètes tourne avec nous, embarqués pour un tout petit bout d’éternité.

Cette pleine Lune (ici à 5 h du matin avant l’application au soleil) très mal aspectée, puisque il y a la conjonction Soleil, Saturne, Pluton nœud sud Lune noire,  fait penser que les manifestations vont mal se dérouler, mais il y a deux trigones dont un Soleil-Uranus mais Uranus n’est jamais neutre même dans un trigone : ici, il annonce les changements dans la difficulté (Saturne est à l’autre bout). La colère de Mars croise Neptune en Poissons en trigone avec Vénus, avec de grandes illusions, de grands rêves d’action, de “lendemains qui chantent”, mais le besoin de discussion qui peut mal tourner est grand, avec le carré de Mars à Jupiter conjoint Neptune, le carré de Pluton à Uranus encore plus difficile,  accentuant la dureté et la violence, le danger d’accidents. Ceci est accentué pour certaines personnes par les carrés d’Uranus à l’axe nodal, ciblant ceux qui sont nés avec un axe similaire en Cancer-Capricorne et peut donner un changement karmique au niveau familial (entendre un changement prévu qui vient d’actes antérieurs à la naissance). Mars  sextile noeud sud sert de levier pour faire du concret,  grâce au trigone nœud nord. Mars est très agissant dans cette configuration qui est tout sauf neutre. Le nœud sud conjoint Pluton et Saturne appelle la froideur et l’explosion, mais aussi l’ordre par la force en Capricorne.

La nouvelle Lune a commencée vers 5 h en Gémeaux, mais elle sera pleine dans douze heures autour de 19 h.

A ce moment là, l’opposition sera dans le signe du Cancer : le chez soi, le chez nous. Est-ce le sens de ces manifestations aux frontières ?

Dans ce cas, la cause est entendue, il y a récupération d’un mouvement qui se voulait neutre, humanitaire.

Sur le plan personnel, soyez prudents : la conjonction Soleil -Saturne- Pluton éventuellement Mercure concerne les personnes nés en 1948 , celle de Saturne -Pluton les personnes nées entre 46 et 48, mais la conjonction Soleil-Saturne couvre un large éventail car il n’est pas nécessaire qu’elle soit en Capricorne pour que  cela fasse un aspect de répétition. Il ne s’agit pas de jouer au plus fin dans un instinct de domination, mais de prendre ses responsabilités.

 

 

Le Capricorne : “Happy birthday mister president”

Le glyphe du signe du Capricorne est exceptionnel dans le zodiaque, il est le seul à comporter deux dessins différents et juxtaposés :  une tête de chèvre (capra) et une queue de poisson. Cela allie deux  symboliques : l’une  signifiant “Aller vers le sommet”, le secteur de la maison X,  la position sociale, la vocation,  la participation au progrès sociale, l’ambition, la puissance mais aussi la solitude, l’autorité, la froideur,  la susceptibilité, mais aussi le Poisson dont l’eau symbolise les sentiments, les émotions,  l’indécision du signe double, les motivations inconscientes,  la capacité de souffrir à un niveau émotionnel, celle de se sacrifier, mais aussi  la tiédeur, la fluidité, la porosité, la tendance à fuir l’obstacle qui vient d’une certaine fragilité, la maison XII, fait partie des maisons de l’âme, et c’est la matrice du monde, la matrice maternelle, c’est l’unité dans la totalité.C’est la fin du zodiaque, l’accomplissement.

Le Capricorne se réfugie dans la solitude de ses profondeurs intérieures, ce sont souvent des profondeurs méditatives, mais aussi des ruminations moroses négatives, il est alors triste et mélancolique et présente une face ombrageuse.

La légende antique de Saturne dévorant ses enfants n’en demeure pas moins vraie, ils ont des petites familles ou se retrouvent perdus dans des familles recomposées pour lesquels ils paient surtout des pensions alimentaires. Les Capricornes et Saturne n’ont pas toujours de la chance avec leurs enfants car la trop grande ambition ou motivation pour le travail, leur laisse peu de temps pour les démonstrations affectives et le jeu, ce qui par la suite entraine des rancœurs de la part de ceux-ci. De ce fait, on juge souvent les Capricornes comme des pères froids (ce qui est bien leur nature

Goya Saturne dévorant ses enfants

extérieure) mais en fait ils veulent avant tout à assurer la sécurité de leur foyer sans penser à eux, et pourtant  ce sont les mêmes à qui l’on reproche de “faire passer leur travail avant la famille”. En fait, ils ont un sens des responsabilités hyper développé. On trouve dans ce cas un Saturne suffisamment handicapant (situé en angle, en conjonction ou en opposition avec le Soleil, etc : Johnny Hallyday, Polnareff, etc) pour en payer le prix. Il faut alors chercher quelle est l’affaire familiale qui se cache là – dessous. Ils peuvent essayer de compenser par une discipline artistique ou sportive.

Face au Capricorne, se trouve le signe du Cancer qui est celui de la maison IV. Par polarité,  le Capricorne a souvent des ressentis de Cancer, et comme sa moitié de signe est d’eau, il y a une grande porosité. Sa fragilité est donc plus importante qu’il n’y parait.

Au contraire, les Cancers peuvent être durs, car ils sont narcissiques au point parfois de ne pas fonder de famille, et de ne pas supporter les enfants (des autres). Cependant, ils peuvent aussi être taillables et corvéables à merci en restant dans le giron de la famille de base, en vivant par procuration dans la plus grande frustration : ils n’ont tout simplement pas l’idée de faire autrement. Ils ont souvent une forte “anima”, une tendance puérile, et ne veulent pas s’embarrasser de chaines entrainant des responsabilités. Quelques uns font d’excellents artistes qui vivent uniquement pour leur art, et qui puisent quelquefois leur inspiration dans les souffrances réelles ou supposées de leur enfance.  

Voici, encore une fois comme exemple le thème du président qui fêtait ses 41 ans le 21 décembre, car il est sur le tout dernier degré du Sagittaire juste avant le Capricorne à 29°24 !

Au niveau de la maison I,  l’ascendant,  il a seulement quelques degrés en Capricorne avec Mercure à 29°51 rétrograde en conjonction inférieure natale. L’ascendant est en Capricorne. La maison I est liée à la maison XII, en Capricorne toutes deux, avec comme maitre commun Saturne : il y a donc une difficulté provenant de la gestation, de la matrice qui se développe à travers sa personnalité or Saturne ici indique toujours un problème de père. On peut noter que malgré son extrême jeunesse et un père vivant, on ne le voit jamais celui-ci ; d’autre part, il n’a pas d’enfant.

Saturne rétrograde en Vierge, dans le secteur VII du couple, indique ici le choix d’une épouse plus âgée et sérieuse. Comme la maison VI et la maison VII sont liée dans le signe du Cancer, la Lune en étant la gérante, il s’agit de la symbolique maternelle dans le secteur de la santé et du couple.

La Lune se situant en Taureau en exaltation, implique une forte avidité et une forte demande affective en secteur III de la fratrie. On peut imaginer qu’il y a eu une rivalité avec un frère et qu’il a eu besoin de se faire materner par une épouse pour compenser la frustration saturnienne.

Sa guérison en VII, passe par le travail en maison VI, et  si son désir d’aider les enfants et les familles est sincère, il n’a pas connu les réalités de la vie de la majorité des français ! On ne peut passer sous silence la fin de la maison I en Poissons, gérée par Neptune conjoint Soleil natal, qui montre sa tendance à ne pas affronter directement la population.

Pour son anniversaire, Pluton et Saturne sont dans sa maison XII : un grand sentiment de solitude. Saturne sortira dans deux ans environ, mais sera à ce moment là sur l’ascendant.

Uranus n’est pas encore arrivé en Taureau, et il sera sur la Lune en 2021, elle est actuellement carrée à son ascendant : c’est la grande vague de bouleversements qu’il connait actuellement.

Cette année  Jupiter en domicile en Sagittaire, lui assure une certaine protection, bien que son propre Jupiter soit rétrograde et conjoint à la lune noire. Durant l’année 2019 Jupiter, est carrément en opposition à sa part de fortune : cela se vérifie dans les faits.

Durant l’année 2019, Jupiter de transit va rencontrer les planètes Neptune, Vénus, Soleil et Mercure rétrograde : comme l’amas est opposé aux maison IV et V on peut penser que sa vie privée ne sera pas facile.

Étant donnée la situation, il n’est pas besoin d’extrapoler. Les oppositions sont des challenges qu’il faut saisir pour comprendre pour démonter des mécanismes de résistance en soi, car les évènements ne nous arrivent pas, nous arrivons aux évènements et, c’est en nous qu’il faut les combattre. Sa lune progressée arrive en IX en Scorpion, ceci peut l’aider à comprendre les questions de maison IX et de maison VIII avec l’aide de Jupiter en Sagittaire.

Dans les transits, l’axe des nœuds  inversés se situe sur l’axe AS/DS et en se superposant redémarre un cycle de 9 ans. Il va passer dans sa maison XII durant une bonne année, le nœud sud rencontrera Saturne et Pluton, ne manquant pas d’aller résonner dans les souvenirs enfouis dans son inconscient.

Cependant,  son Soleil est trigone à Uranus de transit, de même que Neptune de transit est trigone à son Uranus natal ce qui est plutôt bon  pour son évolution. On peut espérer un changement de cap dans sa manière d’agir, une évolution.

Vues les circonstances, j’ai fait sa Révolution solaire, où l’on peut voir un ascendant en Capricorne avec Saturne sur l’ascendant,  et Pluton également sur l’ascendant, montrant bien qu’il prend le transit en pleine face.

Cette révolution solaire est très proche des transits que l’on voit sur son thème, la seule différence étant les maisons, et le nouvel ascendant. On peut voir son Soleil bien isolé en secteur XII conjoint Saturne, sa Lune en Gémeaux opposée à Mercure et Jupiter de transit, ce qui est bien sur plus mauvais que les transits puisque la révolution solaire est sensée être valable pour une année : je préfére penser que ce n’est valable pour une année que pour les transits longs, tandis que les rapides font variés le ciel bien avant. Pourtant il arrive qu’un aspect qui reproduit l’aspect natal perdure et actualise ce qui est contenu dans le thème natal. Il faut alors additionner les effets du natal en signe et en maison à la révolution de l’année. La seconde difficulté étant de dater, mais ceci dépend aussi du thème personnel. Je pense qu’il faut s’inquéter ici des aspects des nœuds carrés à Uranus, même si dans le natal il s’agit d’un carré d’Uranus à Mars, les deux mettant en cause la violence et le karmique Le principal aspect qui se reproduit étant entre Jupiter et Mercure : Jupiter conjoint Mercure direct en XI alors que dans le natal il s’agit de Jupiter opposé Mercure rétrograde entre la V et la XI. On est bien  à la fois dans une question de communication et d’espoirs, de projets, de vision de maison XI  dans le défi jupiterien !

On note aussi la présence de la lune noire en Verseau dans la maison I.

 

 

 

 

 

 

 

Au nom de la république et de la révolution : le génocide des français vendéens

vitrail de l’église de Dt-Gemme

 Il faut rappeler en ce moment, les exactions et  disons le mot meurtres perpétués au nom de la république envers des innocents après la révolution de 1789.

La connaissance de soi passe par la connaissance des autres dans ce qu’ils ont de pire, les autres les plus proches, nos compatriotes, ce qui nous ramène à nous-mêmes.

On ne peut pas dire que cela fasse beaucoup de bruit  alors que certains parlent avec des trémolos dans la voix de notre révolution.

Faut-il s’étonner qu’on est tant de mal à s’entendre d’une seule voix ?

L’affaire de l’aéroport de Notre-Dame des Landes en était encore le reflet, et maintenant les gilets jaunes.

Les révolutionnaires de 1789*, ont voulu supprimer – et de quelle façon – les vendéens qui étaient fidèles à la royauté. Il faut dire que les colporteurs ne devaient pas tellement dire du bien de ce coupage de tête qui se passait dans Paris à cette époque et, que cette révolution ne devait pas apparaitre bien sympathique, à une population profondément catholique, ou du moins attaché à sa relative sécurité, car en fait au départ ils étaient plutôt favorables au changement promis par la révolution.

Une actualité de février 2009 – presque dix ans déjà – remet à la surface, les sans-culottes et leurs exactions sous le nom d’Armée de la République.

“En février 2009, plusieurs fosses contenant des ossements ont été mises à jour lors de fouilles préalables à la construction d’un nouvel espace culturel, place des Jacobins au Mans. Les archéologues ont rapidement établi l’origine de ces charniers : les massacres du Mans, les 12 et 13 décembre 1793. Cette découverte archéologique, une première (?) pour l’histoire des Guerres de Vendée, a révélé quantité d’informations précieuses, après deux années de travaux et d’analyses menés par l’INRAP. Les fouilles se sont achevées en septembre 2010. Dans les neuf fosses découvertes, 159 squelettes ont été retirés: 70 hommes, 38 femmes et 41 enfants. La disposition des corps montre que les charniers ont été creusés et remplis dans la précipitation, sans rite funéraire. Du reste, la présence de petits objets, pièces, boutons, croix, chapelets, etc. atteste que les victimes n’ont pas toutes été dépouillées avant leur inhumation, probablement par crainte de la maladie – la dysenterie faisait alors des ravages dans les rangs de l’armée vendéenne. Autre révélation, beaucoup de corps portent des traces de coups d’armes blanches, sabres et baïonnettes, mais également d’armes à feu. La question de savoir ce que vont devenir ces corps reste toujours ouverte, en espérant à terme qu’un mémorial les présentera au Mans, afin de ne jamais oublier, sur le lieu même de ce drame, l’importance de cette bataille dans notre Histoire”.

http://www.vendeensetchouans.com/archives/2011/12/12/22960162.html.

Ce n’est pas une bataille, mais un génocide,  est-ce une révélation ? Serait -ce vraiment le premier charnier ? A Verdun on ne compte pas les cadavres enfouis dans le sol.

Je me suis rendue sur des blogs qui sont dédiés à ces massacres en Vendée, classé par ordre alphabétique voici au hasard  des villages martyrs : le premier est le plus édifiant c’est la nuit de Noël !

Pouzauges (85)    
24 décembre 1793 : le docteur Jean-Maurice Clercq a retrouvé une lettre d’un officier bleu du nom de Baptiste Nogaret : “Nous sommes le 24 Décembre 1793, à Pouzauges, en plein bocage vendéen. Il est minuit. Environ quatre-cents personnes sont rassemblées dans l’église du village pour assister à la messe de Noël. Soudain, une colonne de soldats républicains fait violemment irruption dans l’église et massacre la totalité des fidèles. Pas un seul survivant. La nuit de Noël bascule dans le sang et la tragédie. Et pour couronner le tout, le militaire commente : « Nos chevaux avoient du sang jusque au jaret».” Source Amaury Guitard, site de www.vendee-chouannerie.com

30 janvier 1794 : 30 prisonnières vendéennes sont violées par les officiers de la colonne républicaine Grignon avant d’être fusillées près du donjon du château. Source Nicolas Delahaye et Pierre-Marie Gaborit, Les 12 Colonnes infernales de Turreau, p. 45.

Nantes (44) Fin décembre 1793 – Janvier 1794 : Entrepôt de Bouffay,
600 à 700 enfants sont emprisonnés. 300 de ces enfants viennent du champ de bataille de Savenay entre le 23 décembre et le 26 décembre. Le 5-6 janvier 1794, la commission militaire de Nantes demande au Comité de sûreté générale de décider du sort de ces enfants. Le comité se garde bien de répondre et personne n’ose prendre la décision soit de les libérer ou de les tuer. Les enfants restent donc dans l’entrepôt, dans des conditions épouvantables, d’excréments humains. Ceux qui n’ont pas succombé à la maladie et la faim, ont tous finis noyés, œuvre sans doute de Fouquet et Lamberty, selon Alain Gérard. “Les berges de la Loire se peuplent de petits cadavres de quatre à huit ans.” Source : Bulletin du Tribunal révolutionnaire, séance du 19 octobre 1794. Les archives de l’extermination, Alain Gérard. Chavagnes-en-Paillers (85) 

23 février 1794 : 201 habitants au moins sont massacrés par la colonne républicaine Cordellier. La colonne républicaine Cordellier se dirige en deux bandes vers Chavagnes-en-Paillers. La première passe par Benaston. La plupart des habitants ont fui. Cependant les Bleus ont arrêté un homme à qui ils ont ordonné d’abattre la croix du village. Pensant sauver sa vie, le malheureux obéit à l’ordre sacrilège, et reçoit en récompense une décharge dans le dos. Le village est alors brûlé, ainsi que la Robertière. Non loin de là, à l’Anjouinière, les soldats surprennent une douzaine de femmes qui revenaient de la messe de l’abbé Remaud à la Trottinière. Ils les alignent dans une aire et les fusillent toutes. A la Prilliaire, c’est un vieillard de 78 ans, Jean Gilbert, qui fait les frais de leur fureur. La seconde bande se jette quant à elle sur les villages de la Baudrière et de la Maison-Neuve.

Au Chiron, les Bleus enferment dans une maison trois femmes et quatre enfants âgés de 3 à 9 ans, puis y mettent le feu.

Les témoins du drame ont rapporté qu’on entendait les cris des suppliciés jusqu’à la Ménardière. Les deux bandes se rejoignent ensuite à Chavagnes, déserté par ses habitants prévenus de leur approche. Les ordres sont respectés, le bourg est incendié, de même que le village voisin de l’Ulière, puis les Bleus se divisent à nouveau en deux bandes. La première descend vers la Dédrie que les habitants ont abandonnée. On ne relève qu’une victime. La bande poursuit vers le Cormier. Dans un champ, un Bleu aperçoit une jeune fille prénommée Jeanne, qui se sauve à toutes jambes. Il court vers elle, la rattrape et s’acharne sur elle de plusieurs coups de sabre avant de l’achever en l’égorgeant. Un vieillard de 70 ans, Jean Moreau, subit le même sort à la Martellière. Puis, à l’Angellerie, c’est au tour de Jacques Chauvet, 60 ans. Plus loin, aux Crépelières, une mère et sa fille, et un homme à l’Hopitaud.

Pendant ce temps, l’autre bande a pris, depuis Chavagnes, la route de Saint-Fulgent. C’est là qu’eurent lieu les plus grands massacres de ce dimanche 23 février. Dans un champ près de la Bonnetière, les Bleus saisissent un homme. Croyant tenir un prêtre, ils lui arrachent la langue avant de l’achever. A la Morinière, les soldats tombent sur une cachette dans laquelle s’étaient réfugiés des femmes et des enfants, 32 au total, tous massacrés. Les tueries des Bleus se répètent de village en village : trois femmes et cinq petits enfants de 2 à 4 ans à la Cornuère, deux morts à la Bretaudière, deux autres au Rochais, etc. En tout, 58 victimes identifiées, dont 34 femmes et 16 enfants. Source : Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! », p. 44 et 504. et le registre clandestin de Chavagnes 1794.

10 février 1794: une centaine de femmes et d’enfants sont égorgés dans le bourg et d’autres dans les environs, par la colonne républicaine Duquesnoy. Quelques habitants parviennent à se sauver à la suite de l’attaque des troupes de Charette lors de la bataille de Saint-Colombin. Source : Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, Mémoires d’un officier vendéen, p. 77-78. http://www.genocidevendeen.fr/les_massacres.htm#B

En effet, il faut savoir que les colonnes infernales sont les opérations menées par les armées républicaines du général Turreau lors de la guerre de Vendée, en France, afin de détruire les dernières troupes vendéennes.

Dans le thème du général Turreau, deux aspects sont très difficiles Uranus Poissons opposé à Mars  en Vierge, dans l’axe Poissons Vierge, et le carré Uranus-Pluton Sagittaire. Ces deux aspects sont très violents : ce sont  ceux que nous avons eu durant plusieurs années. Rappelons le rôle de protecteur des enfants de Jupiter, or nous voyons ici dans ce thème que Jupiter plus Lune maitresse du Soleil, carré Lune noire carré Soleil, Chiron également carré Jupiter.

Après l’anéantissement de l’Armée catholique et royale lors de la Virée de Galerne, le général Turreau met au point un plan visant à quadriller la Vendée militaire par douze colonnes incendiaires avec pour ordres d’exterminer tous les « brigands » ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus, de faire évacuer les populations neutres ou patriotes, de saisir les récoltes et les bestiaux et d’incendier les villages et les forêts, de faire enfin de la Vendée un « cimetière national » avant de la faire repeupler par des réfugiés républicains.

De janvier à mai 1794, les colonnes quadrillent les territoires insurgés en Maine-et-Loire, dans la Loire-Inférieure, la Vendée et les Deux-Sèvres. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes et valent aux colonnes incendiaires d’être surnommées « colonnes infernales ».

Loin de mettre fin à la guerre, ces exactions provoquent de nouveaux soulèvements des paysans menés par les généraux Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny. Ne parvenant pas à vaincre les insurgés, dénoncé par les patriotes locaux et certains représentants en mission, Turreau finit par perdre la confiance du Comité de salut public, sa destitution mettant fin aux colonnes mais pas à la guerre.(wikipedia).

Legé (44): Parmi les innocents massacrés, voici une liste chronologique des enfants de Legé qui ont été exterminés pendant le Génocide Vendéen de décembre 1793 à septembre 1794, je pense que vous allez trouver cela atroce mais, lisez l’article en entier.
Pierre PATRON, âgé de 8 ans, Catherine PATRON, âgée de 6 ans, Jean PATRON, âgé d’un an, Rose NEAUD, âgée de 11 ans, du village des Goupilleaux, Anne BELLAUDEAU, âgée de 12 ans, Joseph MOINARD, âgé de 3 ans, Victoire MOINARD, âgée de 7 ans, Marie-Anne MOINARD, âgée de 7 ans, Pierre MOINARD, âgé de 2 ans, Marie GIRAUDET, âgée de 6 ans, Rose GIRAUDET âgée de 7 mois, une petite fille de Louise BRETOMME âgée d’environ un an, Jean SORET, âgé de 6 ans, Pierre SORET, âgé de 3 ans, François SORET, âgé de 2 ans, Joseph MOINARD, âgé de 5 ans, Jean MOINARD, âgé de 3 ans, Pierre VOISIN, de la Gaillardiere, âgé de 16 ans, Jean GARIOU, âgé de 6 ans, Rosalie CHARIER, âgée de 9 ans, Julien PERROCHEAU, âgé de 6 ans, Louise CHANSON, de la Bourrie, âgée d’11 ans –

Plusieurs femmes furent brulées vives, des femmes enceintes égorgées et leurs enfants portés au bout de la Baïonnette – Jeanne AYRIAU, âgée de 6 ans, Pierre AYRIAU, âgé d’un an, Françoise PATRON, âgée de 15 ans, Charles PAIRON, âgé de 6 ans, Prosper PAIRON, âgé de 4 ans, Olympe GUESDON, âgée de 3 ans, François GUESDON, âgé d’un an, Marie ORDONNEAU, âgée de 2 ans, Louis CHANSON, âgé de 4 mois, Joseph LOUIS, âgé de 9 ans, Jeanne BOSSIS, de la Garreliere, âgée de 16 ans, François, de la Guichere, âgé de 16 mois, Pierre BELLOUARD, âgé de 5 ans, Marguerite DURAND, de la Pouvraire, âgée de 9 ans, Pierre LOISEAU, âgé de 3 ans, Marie MOLLE, de la Gaillardière, âgée de 4 ans, morte d’une blessure faite par l‘ ennemi, la fille de Julie Magdelaine GRATON âgée de 4 mois, François VRIGNAUD, âgé de 16 ans, Marie BEZIAU, de la Besilliere, âgée de 16 ans, Pierre PEAUDEAU, de la Retiere, âgé de 5 ans, Reine CAVOLEAU, de la Logne, âgée de 16 ans et Pierre DODIN, âgé de 17 mois.
Source : “Les Lucs” p.218 à 226 du livre de Pierre Marambaud. Massacres de Legé pendant le Génocide Vendéen.
La Limouzinière (44)