Les aspects entre les signes du Taureau et du Capricorne : compte à rebours ?

Depuis l’entrée d’Uranus en Taureau, et pour sept ans malgré la rétrogradation qui fera retourner la planète en Bélier cette année pour quelques mois, nous nous trouvons devant de futurs aspects qui passeront par des trigones avec les planètes en Capricorne (surtout pendant deux ans avec le passage de Saturne).

Sans partir dans une liste d’aspects, plus généralement, nous nous trouvons actuellement, devant  deux signes de terre le Taureau et le Capricorne, devant des planètes lentes qui font le fond du tableau.

Nous voyons au niveau de la vie publique des états – Italie, Royaume Uni- un repli,  qui en est la conséquence directe. Selon les points de vue personnels, c’est soit un progrès, soit un recul, mais du point de vue astrologique c’est une avancée dans le repli.

Si les carrés en général, et ceux que nous avons vécu entre le Bélier et le Capricorne (qui vont continuer entre Chiron avançant très lentement en Bélier et les planètes séjournant en Capricorne) sont difficiles, ils provoquent par la confrontation, des contestations,  puis une évolution, par contre,   nous attendons du trigone qu’il procure un consensus.

Les trigones se forment entre deux planètes dans deux signes de même élément et ont plus ou moins 120° quand ils sont exacts, sinon l’orbe peut être de 8° et, de 12° avec les luminaires (les orbes sont limitées par l’aspect différent qui précède : le sesquicarré 135°, le quinconce 150°, le biquintil 143°).  

Il  y a quatre  sortes de trigones, en dehors des trigones dissociés qui affaiblissent le trigone,  ceux de feu , de terre, d’air ou d’eau.

Les trigones  associent  la triplicité, mais ne sont pas dans la même quadruplicité puisque  le Capricorne est cardinal et le Taureau fixe. Uranus arrivant dans du fixe, met un coup d’arrêt aux évolutions des carrés qui se situaient dans du cardinal entre le Capricorne et le Bélier depuis 2011, ceci  ayant eu une synchronicité  avec toutes les révolutions qui ont eu lieu.

Or l’énergie  cardinale, Bélier surtout, c’est aller de l’avant, changer, bouger, agir, tandis que l’énergie fixe, surtout le Taureau, c’est le stable et, … le stable bien qu’il rassure, revient souvent sur l’ancien, le connu, le traditionnel, le limité, le fermé, et quelque fois l’obsolète ! Or nous avons un trigone Uranus – qui associe deux planètes de valeurs totalement opposées, une de progrès et d’innovations Uranus et, une de limite, de contrôle, et même de recul, Saturne.

Aussi, souhaitons que le futur soit stable, mais ne soit pas un compte à rebours vers des valeurs obsolètes dont on connait tout le mal, dans un siècle qui doit inéluctablement s’ouvrir, puisqu’il va vers l’ère du Verseau.

Cela ne nous empêche pas d’avoir sur la France de très beaux aspects de sextiles à 9 h 15,  ce 23 mai avec une figure rare d’étoile dite de David (sextiles tout le tour du zodiaque formé par des trigones) et, de rectangle dit mystique ou de l’écriture ( reliant Mercure, Neptune, Lune, Jupiter), ce qui peut faire présager de “divines” surprises.

Technique astro : Les Gémeaux

En Astrologie humaniste, Dane Rudhyar a développé la notion de force de nuit et de force de jour,  montrant que nos activités humaines  balançaient entre ces deux pôles. Basiquement depuis l’origine des temps, la nuit nous réunit tous dans le sommeil (bien qu’ on ait utilisé tous les moyens pour passer outre), et puis lorsque  le jour se lève nous partons vers des occupations diverses dans des taches différentes qui nous divisent plus qu’elles nous réunissent. Ces forces modulent notre caractère, nos croyances, et nos habitudes et définissent chaque signe. Voici son introduction, Rudhyar parle ici du niveau psycho mental.

On ne peut comprendre le commencement d’un cycle sans connaitre le sens général du cycle tout entier, quand on parle de cycle, il est évident que son commencement marque également la fin de celui qui le précède. Connaitre le sens général d’un cycle, c’est connaitre la nature de deux forces de base qui agissent tout au long de son cours.  La force de jour est une énergie personnalisante, elle force les idées, les abstractions, à prendre forme, à se concrétiser de façon particulière. Elle commence à croitre au solstice d’hiver mais elle ne devient visible que dans le signe du Bélier, symbole de germination et dans l’homme, symbole de l’adolescence.

La force se jour accentue l’unicité individuelle de l’être humain qu’on appelle « personnalité ». La force de nuit est une énergie rassemblante. Elle réunit les personnalités, les groupes. Dans le signe du Cancer c’est le foyer, un homme et une femme, dans le signe du Lion on ajoute l’ enfant, dans la Vierge les employés, mais l’intégration ne devient collective que dans la Balance, symbole de l’activité sociale…la force de nuit atteint le sommet de son pouvoir dans le Capricorne , le tout organisé. La force de nuit accentue toutes les valeurs relatives à la société.

Dire que la force de jour décroit après le solstice d’été, ne donne pas une image psychologique exacte de ce qui se passe dans l’être humain. Sa décroissance signifie que ce qui est une force positive et active se retire de plus en plus du champ de l’objectivité. Elle devient subjective introvertie et plus transcendante, elle agit à un niveau  inconscient plutôt que conscient…*

Pour parler des Gémeaux, le troisième signe de début de zodiaque,  et de  la polarité Sagittaire, rien de mieux que ce que Rudhyar écrit dans “le rythme du zodiaque” (page 71 et suivantes) :

« A cette étape Gémeaux, la force de nuit est à marée basse, elle représente la puissance de la matrice familiale, de la tradition collective, des habitudes, qui rattachent le jeune, impatient de franchir tous les barrages, à un passé où il a néanmoins ses racines. Il refuse systématiquement de reconnaître cet asservissement ; pourtant son indépendance assurée est surtout une réaction négative contre des choses qui le lient, dans ses profondeurs subconscientes. Il gagne une liberté  illusoire contre la collectivité ancestrale alors que la véritable libération consiste à se dégager de ce que l’on a consciemment accompli, puis abandonné, parce qu’asservissant, mais gardé comme soutien solide.”

“La force de nuit (celle qui rassemble) est donc presque entièrement négative dans les Gémeaux. Elle s’intervertit : elle nourrit des complexes psychologiques  plus ou moins subtils que le jeune, inconscient de leurs présences, projettera malgré lui sur son futur foyer. Mais l’adolescent n’a ni le temps de se casser la tête sur des complexes, ni celui d’analyser son désir ardant d’échapper aux relations familiales fixes. Tout ce qu’il cherche, c’est une extension de sa personnalité, aussi incertaine soit-elle et quels que soient les moyens d’association avec une multitude de facteurs nouveaux…Ce développement se limite au départ, à la sphère de l’entourage immédiat et fait constamment référence à l’individu qui se relie à un nombre toujours croissant de facettes de la nature humaine…

Les Gémeaux voient apparaître le langage à sa phase naissante, expression créatrice de l’esprit qui est né avec la force de  jour au printemps…C’est le poète mais pas encore le philosophe. Les mots ont leur source dans les images du vécu et de l’expérience personnelle, plutôt que dans la recherche de significations universelles conditionnées par l’expérience sociale du Sagittaire.

Dans le Sagittaire, la force de nuit opère avec une grande intensité et se manifeste dans la tendance à rassembler des facteurs lointains et divers dans la généralisation. Dans les Gémeaux où la force de jour est particulièrement active, la tendance générale est la particularisation et la personnalisation. Ainsi le processus d’extension éclatante que représente les Gémeaux concerne l’extension d’expériences particulières et concrètes, et le but de cette extension est la construction d’une personnalité et de sa base d’opération : le foyer, symbolisé par le signe suivant du Cancer.

Il se prépare à construire un foyer pour y rencontrer l’étranger qui est aussi le bien-aimé. C’est de cette rencontre que peut surgir la personnalité dans sa plénitude. Il y a tant de dangers possibles pour le moi, dans cette confrontation, qu’elle doit être circonscrite, limitée par encore plus de mots, de tabous : mariage, foyer, monogamie, et toutes les lois éthico – sociales qui entourent cette rencontre du moi et de l’autre. Le Gémeaux est (seulement) le donneur de noms… les paroles de pouvoir, les incantations, les formules magiques…

Pour comprendre ce qu’implique l’activité humaine pendant la phase Gémeaux , il faut reconnaitre les deux types fondamentaux de relations organiques afin de comprendre ce qui crée les problèmes psychologiques particuliers aux Gémeaux. Le premier type de relation (terre) appartient au Taureau… relations par les racines de l’être (contact physique, nourriture, sexe, etc.), relations définies par l’assujettissement commun à la terre et au facteur fécondité à tous les niveaux.

L’autre genre de relation est la relation air : nous sommes concrètement reliés, unis à tous les organismes qui respirent. Nous respirons le même air…respiré quelques instants auparavant par un autre (quel qu’il soit).

C’est  par l’air que nous respirons, que s’étend malgré nous le cercle étroit de nos relations conscientes avec les autres êtres humains…or  l’air nous unit par le langage…Aussi épais que puissent être les murs… que nous construisons autour de notre précieux ego…l’air nous oblige à nous lier. L’air est l’élément grâce auquel l’homme peut expérimenter… une relation.

Les Gémeaux sont le premier signe d’air. Dans le Bélier, la pensée n’est pas vécu comme un processus associatif…il expérimente des idées. A travers le Taureau ses idées ou révélations inspiratrices, s’imprègnent dans la substance des sentiments humains et des réactions organiques… Ce n’est qu’au Gémeaux que la pensée devient un processus fonctionnel, organique, sous la direction de la force de jour. La pensée des Gémeaux est d’une part,  liées aux besoins de la personnalité, d’autre part, suscitée par l’environnement ; elle est apprise. A quelques niveaux quelle fonctionne, la pensée Gémeaux est une pensée transmise…verbale. C’est un penseur psychologique alors que le Sagittaire est un penseur social.

Il construit avec des mots exactement comme les mains construisent avec de l’argile, des pierres et du bois… parce qu’il doit se développer personnellement à travers cette expérience…Plus sa personnalité s’affirme, moins le flot de la vie lui semble saisissable des mains, du cerveau, et elle projette images, symboles et mots pour se rassurer, se persuader de sa connaissance, de sa maitrise…

Dans le signe des Gémeaux l’homme essaye ardemment de construire une trame serrée de connexions proches (page 139) – un système nerveux, un système, intellectuel logique, une technique d’expérimentation pour satisfaire sa curiosité des phénomènes qui l’entourent ; au Sagittaire, l’individu complétement absorbé par des facteurs sociaux ou mystiques, est à la recherche de connexions lointaines. Ces connexions serviront de « système nerveux » à l’organisme social, à cette réalisation à laquelle il s’est voué.

Connexions proches ou lointaines, signifient intelligence et activités mentales. C’est pourquoi Gémeaux et Sagittaire sont des signes « mentaux ». Le premier représente l’esprit qui agit dans la sphère réduite de la personnalité, le second , c’est l’esprit qui opère dans la sphère plus vaste de la société. Dans les deux cas les activités sont directes et constructives. Au contraire, chez la Vierge (et chez les Poissons) le mental agit de façon destructrice, critique et si tout se passe bien, régénératrice…ici en Gémeaux, c’est le mental précédant les solstices. Or le mental précédent les équinoxes est tout à fait différent, c’est une force qui dégage la scène pour une nouvelle forme d’activité, qui refuse, nettoie… C’est le mental qui nous dit ce qui doit être oublié, laissé de côté, surmonté et dépassé. Chez la Vierge, l’émotivité personnelle et le goût des plaisirs raffinés du Lion,  doivent être contenu par l’auto discipline, l’hygiène, le sacrifice de soi.

Au Sagittaire, (la polarité opposée des Gémeaux), l’homme cherche à organiser efficacement ce qu’il a expérimenté dans les profondeurs des sentiments, au Scorpion… La mentalité Sagittaire est cohérente, cohésive – d’où son opiniâtreté et son inflexibilité. Tout lui est inventaire, programme ou loi…obsédé par la morale, l’éthique, mais l’éthique comme système pratique de relations humaines et non pas comme rêve idéaliste. C’est un interprète plutôt qu’un inventeur. Il ne perd jamais le sens des limites… son pouvoir a sa source dans la réalité connue, expérimentée… Il n’est pas esclave de son pouvoir, il l’utilise……Il aime beaucoup travailler avec les gens, sentir la société, les groupes. S’il reste seul enfermé dans un entourage trop étroit, il devient déprimé et irritable. Il a besoin de vastes espaces…” Comme le Gémeaux a besoin d’air en exerçant la parole à son profit.

Pour ce mois-ci, j’analyse le thème de l’entrée du Soleil en Gémeaux par les maisons solaires à partir du Soleil de signe en signe, ce système est général. Le thème ici, n’indique que les maisons pour une nativité à Nice.

Ce mois ci, les Gémeaux ne voit  aucune opposition partir du Sagittaire, vide de planètes. Ils  ont un début de cycle avec une Lune en Lion dans la maison III solaire , ils vont se sentir comme  royaux (le mariage princier !) d’autant qu’il y a le noeud nord, et seront pressés de se retrouver dans leur foyer. Ils  voudront l’embellir, mais des discussions peuvent s’y mêler parce qu’en face, il y a Mars qui est entré en Verseau qui préfère manifester pour le  bien-être de la collectivité (nos acquis partis, que nous restera-t-il ?).

En carré à ces deux planètes en opposition, on trouve Mercure et Jupiter dans les deux autres signes fixes, Taureau et  Scorpion, qui vont  alimenter les débats et les discussions en partant de l’actualité sociale.

Vénus en Cancer en maison II solaire est opposée à Saturne en VIII, qui limite les  possibilités financières pour le foyer (nous sommes des prolétaires pour la plupart).

La Balance en V  indique un désir de se mettre en couple, mais Jupiter R en Scorpion provoque la peur et les difficultés sociales, et les problémes de compréhension.

Saturne, Pluton se situent en secteur VIII, ce qui montre bien l’influence de l’extérieur sur l’installation, l’organisation personnelle. Il y a les limites posées par Saturne et les questions soulevées par Pluton.

Chiron, tout début Bélier en maison XI solaire, fait un sextile avec le Soleil, qu’il va booster, tout en le torturant un peu, Mars oblige, il veut des actes pas des paroles. Tandis qu’Uranus en XII, maitre de la IX rêvera mais, peut-être, ne pourra pas se payer les vacances espérées. Neptune en secteur X indique la désillusion…

*Si nous réalisons que nos actions sont en partie le résultats d’efforts conscients, et en partie le produit de nos motivations issues d’un inconscient qui n’est pas le nôtre, mais un océan d’énergies raciales et sociales, totalement étrangères au structures de l’ego, de la morale et de la raison, alors il nous est possible d’expliquer les actions humaines d’une autre façon ; l’homme peut se sentir intégral et non divisé, centre de la vie universelle, dans son processus cyclique de changement.  L’homme peut voir le conscient interprétant l’inconscient, la rationalité dans son jeu rythmique avec l’irrationalité, sans être perturbé, ni s’efforcer frénétiquement de devenir ce qu’il n’est pas.