Conjonction Mars Vénus du 24 août à 3° en Vierge

Mars et Vénus se rejoignent du fait de leur position sur l’écliptique et leur vitesse différence de vitesse, tous les dix-huit mois environ. Elles sont le yin et le yang, le masculin et le féminin, l’animus et l’anima selon Jung, en fait les pulsions de la libido et la tendresse.

Mars ne fait rien tant que Vénus ne le lui a pas demandé. Si Vénus est faible, dans un thème , personne ne s’est penché sur vous avec tendresse lorsque vous étiez enfant (les mères africaines, elles,  savent intuitivement qu’il faut masser les enfants).

A partir de là vous avez du mal à vous exprimer parce que la qualité de votre perception est due à la tendresse procurée ou pas par Vénus. La perception se fait par la peau, la caresse lors de l’allaitement, le contact peau à peau.

Comme le développement de votre sensualité précède la capacité à vous exprimer par la parole,  votre verbalisation, votre capacité à communiquer avec vos semblables qui se fait avec  votre Mercure, peut en être amoindrie. Ensuite, vous aurez du mal à agir parce que votre Vénus n’a pas éclos dans votre petit monde personnel et que Mars n’a pas son guide.

Les notions sur Mars et Vénus sont une des facettes les plus importantes de l’astrologie humaniste psychologique et karmique.

Au départ, ce sont les planètes personnelles les plus importantes :  il y a la Lune qui dit les besoins de base comme la protection et la nourriture. C’est la qualité de votre Lune qui les exprime (bien ou mal aspectée). Mais si la Lune,  elle, fait bien  son travail de nourricière, elle y ajoute sa Vénus, et l’enfant se développe bien.

Pour la conjonction du mois d’août, Mars et Vénus en conjonction étant deux qualités d’énergie différentes. La Vierge, signe de Mercure insuffle des qualités de pragmatisme : la conjonction crée une fusion de la lente Mars avec la rapide Vénus. Leur démarrage du tour du zodiaque se fait dans cette ambiance, ensuite en se séparant les deux planètes prennent leur distance mais restent teintée de la conjonction de départ : on fera des bilans pendant dix huit mois. Actuellement Jupiter étant rtrograde, de même que toutes les planètes lentes Uranus, Neptune et Pluton,  il est nécessaire de cesser de croire que tout nous est dû sans efforts, ce que Chiron rétrograde en Bélier nous confirme.

Sur le plan de la tendresse, c’est un signe pragmatique de terre, qui fait bien son travail, mais ce n’est pas très expansif. Un sextile part des Poissons, un peu troublé par la lune noire et plus Vénus s’éloignera, plus elle se débarrassera de cette atmosphère.

Pour les personnes nées pendant les années soixante, la conjonction se fait sur leur conjonction Uranus/Pluton en trigone avec la conjonction de Pluton et Saturne en Capricorne  , et relance  les demandes de plus de justice et d’égalité, de mieux-être et de changements , et, il est possible que les choses avancent dans ce sens.

Au niveau personnel je prends 4 exemples, les porteurs d’Uranus et Pluton en Vierge avec une opposition en Poissons de Saturne ont eu une période d’opposition de Vénus-Mars à Saturne, et bien sur les états intermédiaires,  comme les oppositions et les carrés de Mars et Vénus; En ce qui concerne, un carré provenant de Mars ou de Vénus en Gémeaux, ou un carré de Mars ou Vénus  provenant du Sagittaire (selon les années : durant le mois d’août ,  un carré de leur Mars à Mars et à Vénus de transit en Vierge (santé, soucis domestiques) ,se produisant sur le même degré que le leur,  amènera peut-être des fièvres, des crises, des obstacles, d’éventuels désaccords si l’on perd son sang froid. Mars dérangé par un aspect difficile concerne des soucis dans l’activité, et dans la mobilité, donc des blocages.

Dans le cas où dans le thème natal, il existe déjà un carré à Vénus, (ci- contre exemple d’un carré de Vénus venant du Sagittaire, à la  date du 5/12/66) : il y aura  un carré de leur Vénus à Mars et à Vénus : blocage des désirs ou exagération de ceux-ci, et des caprices et des comportements d’addiction.  Vénus en Sagittaire en carré concerne les idées, etc,mais encore faut-il s’occuper du secteur pour apprécier.

Si Vénus est en Gémeaux cela concerne l’activité sociale de proximité, les déplacements,  type secteur III.

L’opposition avec Saturne met un frein,  un stop à ce que l’on est entrain de faire, comme la nécessité de repenser son action et de restreindre ses désirs. On butte devant une porte fermée.

Deux autres exemples, dont je mets les thèmes, une conjonction de Vénus avec Pluton (21/9/66) dans le natal  une conjonction de Vénus avec Saturne dans le natal (ici le 21/2/67) .

Dans le premier cas Vénus en conjonction avec Uranus et Pluton revient à sa place et repart pour son tour, (mais dans les années soixante le départ ne s’est pas fait en Vierge) : on a une personne indépendante et explosive, passionnée qui ne supporte pas la tiédeur, qui a besoin de mouvements, de changements, et dans le second cas Vénus conjointe à Saturne la personnalité à la base est frustrée, retenue,  et peut avoir peur de manifester des désirs volcaniques qui la mettent dans une dualité permanente.

Dans les deux cas, il se peut qu’avec Mars qui arrive en face ou en conjonction cela soit difficile pendant ce mois-ci , ce qui augure encore des mouvements de protestation, qui pourront se manifester dans les rues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La crise psychologique du Lion

“C’est en abordant les signes avec une analyse de leur problèmes qu’on parle de crise…la crise psychologique est l’opportunité sacrée pour (re)-muer l’inertie d’un héritage culturel auquel on appartient. Cette crise obéit à un appel de l’âme, à une ouverture spirituelle…Cette transcendance … est vivante à chaque fois que nous maintenons le cap pour ne pas nous laisser submerger par les limites d’un passé qui ne veut pas changer.

En utilisant les quatre niveaux des symboles nous pouvons moduler sur le sens des crises…

Ces 4 niveaux sont : biologique, socio-culturel, individuel, transpersonnel.

“La crise psychologique et l’art du conflit qui s’y rattache, sont liés au passage du niveau socio- culturel au niveau individuel. Un thème astral révèlera… comment donner sens au conflit et la richesse potentielle qu’il détient…

En connaissant les crises psychologiques qui résonnent avec chaque signe nous pouvons donner un sens élargi à ce qui peut se passer et être en jeu, entre des valeurs du passé et un besoin de se libérer de ses valeurs.”

Le leader Bélier est devenu le roi Lion. La guerre du feu est devenue l’expression du feu, être ce feu. Le problème majeur est de conserver son rôle car il est le totem du clan. Le Lion exprime le désir de devenir une personnalité forte et admirée, quelqu’un qui se distingue par son charisme, son aura, tout cela dans les limites du royaume. Pour le Lion social, assumer (et assurer) sa descendance et, la conservation de sa couronne sont des occupations importantes. Le besoin d’être reconnu est primordial. Dans ses crispations, le Lion peut devenir autocrate, dictateur, animé par la soif de pouvoir. Il ne veut pas finir comme le vieux cerf, lorsqu’il doit céder sa place. Le problème est de conserver sa force comme dans la vie sauvage, être le centre procréateur.

Le besoin d’affirmation doit laisser la place à un rayonnement personnel et à une estime de soi nouvelle. Il doit se reconnaître, avec le danger d’une profonde dévalorisation ou une surestime passagère, telle est la crise du Lion.

Exposer ses œuvres est toujours d’actualité, mais il faut faire parler son talent, son style, son unicité, laisser les fausses modesties, et rester connecté à son enfant intérieur, sinon l’infantilisme est grand (se plaindre, tout ramener à soi). Le niveau transcendant est la simplicité, l’absence de paraitre, la disparition des besoins de reconnaissance, la joie véritable de vivre et d’être là, le sourire intérieur, la grande présence d’une lumière vive dans les yeux et le cœur. ”

En résumé, le Lion a un besoin de reconnaissance dans son clan, et de savoir qu’il laissera une trace par ses créations (enfants, oeuvres).

La crise psychologique du Cancer

J’ai passé ce texte en entier mais je crains que chacun ne lise que son signe astrologique, aussi je vais le repasser signe par signe.

“C’est en abordant les signes avec une analyse de leur problèmes qu’on parle de crise : la crise psychologique est l’opportunité sacrée pour (re)-muer l’inertie d’un héritage culturel auquel on appartient. Cette crise obéit à un appel de l’âme, à une ouverture spirituelle…Cette transcendance est vivante à chaque fois que nous maintenons le cap pour ne pas nous laisser submerger par les limites d’un passé qui ne veut pas changer.

“En utilisant les quatre niveaux des symboles nous pouvons moduler sur le sens des crises : ces 4 niveaux sont  biologique, socio-culturel, individuel, transpersonnel. La crise psychologique et l’art du conflit qui s’y rattache, sont liés au passage du niveau socio- culturel au niveau individuel. Un thème astral révèlera comment donner sens au conflit et la richesse potentielle qu’il détient.

“En connaissant les crises psychologiques qui résonnent avec chaque signe nous pouvons donner un sens élargi à ce qui peut se passer et être en jeu, entre des valeurs du passé et un besoin de se libérer de ses valeurs.”

“La survie du signe du Cancer est symbolisée par la grotte primitive, elle-même représentative du ventre maternel… Nous sommes au niveau de l’intégration. Sa survie personnelle à ce stade dépend de celle du clan, ce qui suscite un mouvement de repli sur soi formateur. Le repli devient une défense des valeurs familiales.”

“La crise majeur touche à la capacité de rompre le cordon ombilical…au figuré,  parce que l’incapacité à couper symboliquement avec les dépendances à la famille de base risque de provoquer une même incapacité à faire face à tous les défis de séparation et de perte ! L’acquisition d’une autonomie véritable est fondamentale pour pouvoir voler de ses propres ailes et laisser place à une intégration à soi-même (In- tégration = rendre entier).”

“Le signe du Cancer est dit la porte de l’inconscient, de l’âme, il signe l’appartenance. La notion de patrie, de nation, de milieu familial va remplacer “la grotte”, mais le processus est le même, identification totale au cercle familial protecteur et à tous les cercles.”

Fonder un foyer est essentiel pour le Cancer. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas à cause d’un repli sur lui-même, et sa santé en est affecté grandement.”

En résumé, la crise psychologique du signe est reliée à la famille,  au clan (et par extension à la patrie), celle d’où il vient et celle qu’il crée ou surtout parce qu’il n’en a pas créé. En face se situe le Capricorne, et bien que ce soit son opposé, les deux signes sont complémentaires et le probléme du Cancer peut être aussi celui du Capricorne.

Texte résumé de J F Berry dans “le Chant de la Résonance”. (Éditeur : Bérangel)

 

 

Le génocide “oublié” des vendéens il y a 230 ans

vitrail de l’église de Dt-Gemme

Au moment où à Nantes, Steve s’est noyé dans la Loire dans des circonstances non élucidées,  au cours de la fête de la musique, on peut rappeler les exactions  perpétuées au nom de la République envers des innocents, après la révolution de 1789,  il y a 230 ans, un anniversaire dont personne ne parle en 2019.

La connaissance de soi passe par la connaissance des autres dans ce qu’ils ont de pire, les autres les plus proches, nos compatriotes, ce qui nous ramène à nous-mêmes. On ne peut pas dire que cela fasse beaucoup de bruit : faut-il s’étonner qu’on est tant de mal à s’entendre d’une seule voix ?

Les révolutionnaires de 1789 ont voulu supprimer – et de quelle façon – les vendéens qui étaient fidèles à la royauté.   Les colporteurs ne devaient pas tellement dire du bien de ces têtes qui tombaient dans Paris , que cette révolution ne devait pas sembler sympathique à une population profondément catholique, ou du moins attachée à ses traditions.

Une actualité de février 2009 – dix ans déjà – a remis à la surface les sans-culottes et leurs exactions sous le nom d’Armée de la République et voilà que Nantes est de nouveau dans les faits divers.

“En février 2009, plusieurs fosses contenant des ossements ont été mises à jour lors de fouilles préalables à la construction d’un nouvel espace culturel, place des Jacobins au Mans. Les archéologues ont rapidement établi l’origine de ces charniers : les massacres du Mans, les 12 et 13 décembre 1793. Cette découverte archéologique, une première (?) pour l’histoire des Guerres de Vendée, a révélé quantité d’informations précieuses, après deux années de travaux et d’analyses menés par l’INRAP. Les fouilles se sont achevées en septembre 2010. Dans les neuf fosses découvertes, 159 squelettes ont été retirés: 70 hommes, 38 femmes et 41 enfants. La disposition des corps montre que les charniers ont été creusés et remplis dans la précipitation, sans rite funéraire. Du reste, la présence de petits objets, pièces, boutons, croix, chapelets, etc. atteste que les victimes n’ont pas toutes été dépouillées avant leur inhumation, probablement par crainte de la maladie – la dysenterie faisait alors des ravages dans les rangs de l’armée vendéenne. Autre révélation, beaucoup de corps portent des traces de coups d’armes blanches, sabres et baïonnettes, mais également d’armes à feu. La question de savoir ce que vont devenir ces corps reste toujours ouverte, en espérant à terme qu’un mémorial les présentera au Mans, afin de ne jamais oublier, sur le lieu même de ce drame, l’importance de cette bataille dans notre Histoire”. http://www.vendeensetchouans.com/archives/2011/12/12/22960162.html.

Ce n’est pas une bataille, mais un génocide,  est-ce une révélation ? Serait -ce vraiment le premier charnier ?

Je me suis rendue sur des blogs qui sont dédiés à ces massacres en Vendée, voici  des villages martyrs mais tout d’abord Nantes :

Nantes (44) Fin décembre 1793 – Janvier 1794 : Entrepôt de Bouffay,
600 à 700 enfants sont emprisonnés. 300 de ces enfants viennent du champ de bataille de Savenay entre le 23 décembre et le 26 décembre. Le 5-6 janvier 1794, la commission militaire de Nantes demande au Comité de sûreté générale de décider du sort de ces enfants. Le comité se garde bien de répondre et personne n’ose prendre la décision soit de les libérer ou de les tuer. Les enfants restent donc dans l’entrepôt, dans des conditions épouvantables, d’excréments humains. Ceux qui n’ont pas succombé à la maladie et la faim, ont tous finis noyés, œuvre sans doute de Fouquet et Lamberty, selon Alain Gérard. “Les berges de la Loire se peuplent de petits cadavres de quatre à huit ans.”( Source : Bulletin du Tribunal révolutionnaire, séance du 19 octobre 1794. Les archives de l’extermination, Alain Gérard. Chavagnes-en-Paillers 85) 

 Et la nuit de Noël !

Pouzauges (85)    
24 décembre 1793 : le docteur Jean-Maurice Clercq a retrouvé une lettre d’un officier bleu du nom de Baptiste Nogaret : “Nous sommes le 24 Décembre 1793, à Pouzauges, en plein bocage vendéen. Il est minuit. Environ quatre-cents personnes sont rassemblées dans l’église du village pour assister à la messe de Noël. Soudain, une colonne de soldats républicains fait violemment irruption dans l’église et massacre la totalité des fidèles. Pas un seul survivant. La nuit de Noël bascule dans le sang et la tragédie. Et pour couronner le tout, le militaire commente : « Nos chevaux avoient du sang jusque au jaret».” Source Amaury Guitard, site de www.vendee-chouannerie.com

30 janvier 1794 : 30 prisonnières vendéennes sont violées par les officiers de la colonne républicaine Grignon avant d’être fusillées près du donjon du château. Source Nicolas Delahaye et Pierre-Marie Gaborit, Les 12 Colonnes infernales de Turreau, p. 45.

23 février 1794 : 201 habitants au moins sont massacrés par la colonne républicaine Cordellier. La colonne républicaine Cordellier se dirige en deux bandes vers Chavagnes-en-Paillers. La première passe par Benaston. La plupart des habitants ont fui. Cependant les Bleus ont arrêté un homme à qui ils ont ordonné d’abattre la croix du village. Pensant sauver sa vie, le malheureux obéit à l’ordre sacrilège, et reçoit en récompense une décharge dans le dos. Le village est alors brûlé, ainsi que la Robertière. Non loin de là, à l’Anjouinière, les soldats surprennent une douzaine de femmes qui revenaient de la messe de l’abbé Remaud à la Trottinière. Ils les alignent dans une aire et les fusillent toutes. A la Prilliaire, c’est un vieillard de 78 ans, Jean Gilbert, qui fait les frais de leur fureur. La seconde bande se jette quant à elle sur les villages de la Baudrière et de la Maison-Neuve. Au Chiron, les Bleus enferment dans une maison trois femmes et quatre enfants âgés de 3 à 9 ans, puis y mettent le feu.

Les témoins du drame ont rapporté qu’on entendait les cris des suppliciés jusqu’à la Ménardière. Les deux bandes se rejoignent ensuite à Chavagnes, déserté par ses habitants prévenus de leur approche. Les ordres sont respectés, le bourg est incendié, de même que le village voisin de l’Ulière, puis les Bleus se divisent à nouveau en deux bandes. La première descend vers la Dédrie que les habitants ont abandonnée. On ne relève qu’une victime. La bande poursuit vers le Cormier. Dans un champ, un Bleu aperçoit une jeune fille prénommée Jeanne, qui se sauve à toutes jambes. Il court vers elle, la rattrape et s’acharne sur elle de plusieurs coups de sabre avant de l’achever en l’égorgeant. Un vieillard de 70 ans, Jean Moreau, subit le même sort à la Martellière. Puis, à l’Angellerie, c’est au tour de Jacques Chauvet, 60 ans. Plus loin, aux Crépelières, une mère et sa fille, et un homme à l’Hopitaud.

Pendant ce temps, l’autre bande a pris, depuis Chavagnes, la route de Saint-Fulgent. C’est là qu’eurent lieu les plus grands massacres de ce dimanche 23 février. Dans un champ près de la Bonnetière, les Bleus saisissent un homme. Croyant tenir un prêtre, ils lui arrachent la langue avant de l’achever. A la Morinière, les soldats tombent sur une cachette dans laquelle s’étaient réfugiés des femmes et des enfants, 32 au total, tous massacrés. Les tueries des Bleus se répètent de village en village : trois femmes et cinq petits enfants de 2 à 4 ans à la Cornuère, deux morts à la Bretaudière, deux autres au Rochais, etc. En tout, 58 victimes identifiées, dont 34 femmes et 16 enfants. (Source : Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! », p. 44 et 504. et le registre clandestin de Chavagnes 1794).

Legé (44): Parmi les innocents massacrés, voici une liste chronologique des enfants  qui ont été exterminés pendant le Génocide Vendéen de décembre 1793 à septembre 1794,
Pierre PATRON, âgé de 8 ans, Catherine PATRON, âgée de 6 ans, Jean PATRON, âgé d’un an, Rose NEAUD, âgée de 11 ans, du village des Goupilleaux, Anne BELLAUDEAU, âgée de 12 ans, Joseph MOINARD, âgé de 3 ans, Victoire MOINARD, âgée de 7 ans, Marie-Anne MOINARD, âgée de 7 ans, Pierre MOINARD, âgé de 2 ans, Marie GIRAUDET, âgée de 6 ans, Rose GIRAUDET âgée de 7 mois, une petite fille de Louise BRETOMME âgée d’environ un an, Jean SORET, âgé de 6 ans, Pierre SORET, âgé de 3 ans, François SORET, âgé de 2 ans, Joseph MOINARD, âgé de 5 ans, Jean MOINARD, âgé de 3 ans, Pierre VOISIN, de la Gaillardiere, âgé de 16 ans, Jean GARIOU, âgé de 6 ans, Rosalie CHARIER, âgée de 9 ans, Julien PERROCHEAU, âgé de 6 ans, Louise CHANSON, de la Bourrie, âgée d’11 ans –

Plusieurs femmes furent brulées vives, des femmes enceintes égorgées et leurs enfants portés au bout de la BaïonnetteLa Limouzinière (44) Jeanne AYRIAU, âgée de 6 ans, Pierre AYRIAU, âgé d’un an, Françoise PATRON, âgée de 15 ans, Charles PAIRON, âgé de 6 ans, Prosper PAIRON, âgé de 4 ans, Olympe GUESDON, âgée de 3 ans, François GUESDON, âgé d’un an, Marie ORDONNEAU, âgée de 2 ans, Louis CHANSON, âgé de 4 mois, Joseph LOUIS, âgé de 9 ans, Jeanne BOSSIS, de la Garreliere, âgée de 16 ans, François, de la Guichere, âgé de 16 mois, Pierre BELLOUARD, âgé de 5 ans, Marguerite DURAND, de la Pouvraire, âgée de 9 ans, Pierre LOISEAU, âgé de 3 ans, Marie MOLLE, de la Gaillardière, âgée de 4 ans, morte d’une blessure faite par l’ ennemi, la fille de Julie Magdelaine GRATON âgée de 4 mois, François VRIGNAUD, âgé de 16 ans, Marie BEZIAU, de la Besilliere, âgée de 16 ans, Pierre PEAUDEAU, de la Retiere, âgé de 5 ans, Reine CAVOLEAU, de la Logne, âgée de 16 ans et Pierre DODIN, âgé de 17 mois.
(Source : “Les Lucs” p.218 à 226 du livre de Pierre Marambaud. Massacres de Legé pendant le Génocide Vendéen).

10 février 1794: une centaine de femmes et d’enfants sont égorgés dans le bourg et d’autres dans les environs, par la colonne républicaine Duquesnoy. Quelques habitants parviennent à se sauver à la suite de l’attaque des troupes de Charette lors de la bataille de Saint-Colombin. Source : Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, (Mémoires d’un officier vendéen, p. 77-78. http://www.genocidevendeen.fr/les_massacres.htm#B)

Il faut savoir que les “colonnes infernales” sont les “milices” des opérations menées par les armées républicaines du général Turreau lors de la guerre de Vendée, en France, afin de détruire les dernières troupes vendéennes. De janvier à mai 1794, les colonnes quadrillent les territoires insurgés en Maine-et-Loire, dans la Loire-Inférieure, la Vendée et les Deux-Sèvres. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes et valent aux colonnes incendiaires d’être surnommées « colonnes infernales ».

Dans le thème du général Turreau, de l’armée revolutionnaire , deux aspects sont très difficiles Uranus en Poissons opposé à Mars en Vierge, dans l’axe Poissons- Vierge (pourtant axe du service ), et le carré Uranus-Pluton Gémeaux-Sagittaire (ici on est dans le fanatisme des idéologues). Ces deux aspects sont très violents : ce sont  ceux que nous avons eu durant les  années récentes.  La  Lune en XII maitresse du Soleil est conjointe à la lune noire, la lune blanche étant en  carré à la lune noire (distorsion entre les besoins, ici une déshumanisation) , Chiron (un sacrifice) en Capricorne (signe d’obéissance et de froideur) dont le maitre est Saturne en Verseau en interception (une idée de la liberté contrainte)  opposé Neptune (contre le religieux),  Jupiter opposé Soleil (recherche de célébrité à son profit), Soleil  conjoint à la lune noire (absence de lumière, cruauté au mieux indifférence envers les enfants). On a ici toute l’influence ou la résonance de la lune noire, qui nie le rôle du Soleil protecteur de la famille en Cancer. Vénus en Lion en X maitresse de l’ascendant est conjointe  à Mars maitresse de la VII (combattre  pour sa gloire). Mercure maitresse de la XII, les prisons, etc est au milieu du ciel, la plus haute planète dans le secteur de la vocation.  Cet homme accomplissait son idéal, il pensait avoir raison avec son nœud nord en Vierge,  en faisant un travail de sélection (fanatisme idéologique dont on voit les drames encore aujourd’hui).

Après l’anéantissement de l’Armée catholique et royale lors de la Virée de Galerne, le général Turreau met au point un plan visant à quadriller la Vendée militaire par douze colonnes incendiaires avec pour ordres d’exterminer tous les « brigands » ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus, de faire évacuer les populations neutres ou patriotes, de saisir les récoltes et les bestiaux et d’incendier les villages et les forêts, de faire enfin de la Vendée un « cimetière national » avant de la faire repeupler par des réfugiés républicains.

Loin de mettre fin à la guerre, ces exactions provoquent de nouveaux soulèvements des paysans menés par les généraux Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny. Ne parvenant pas à vaincre les insurgés, dénoncé par les patriotes locaux et certains représentants en mission, Turreau finit par perdre la confiance du Comité de salut public, sa destitution mettant fin aux colonnes mais pas à la guerre.(wikipedia).

 

 

Le Lion, le secteur V versus le Verseau, le secteur XI

La maison ou secteur V est en analogie avec le Lion. D’après la tradition, la maison V est celle de l’amour spontanée, bien loin,  des mariages de convention en VII, lieu des contrats entre partenaires et associés : mais de nos jours peu de gens  se marient, sinon justement pour avoir un contrat.

Mais loin de la généralité, on a un mariage d’amour  lorsqu’il y a le maitre de la maison VII en V, par exemple. Mais la nécessité de la rencontre avec l’autre comme alter ego, en I/VII  existe, et elle est obligatoirement source d’oppositions pour s’identifier.

C’est l’aspect psychologique de la maison VII, tandis que le secteur V est le narcissisme à deux, il s’oppose au secteur XI, l’amour des autres, celui qui transcende les premiers émois.

Nos enfants sont en secteur V, le secteur XI serait les enfants des autres, ces petits qu’on pourrait protéger dans un grand élan d’humanité. Et, certains  le font.

On peut avoir des planètes dans cet axe, ce qui signifie que l’axe V/XI fait partie de nos priorités. On peut aussi avoir des planètes en Lion-Verseau, et il faut voir comment on s’en sort selon l’axe, c’est l’ego versus le non-ego.

Normalement, Vénus,  Eros, est la planète de l’amour,   mais ici il s’agit du Soleil, du rayonnement, de la force de la sève dans les bourgeons, la sève est en Bélier, là c’est sa puissance. Vénus est “seulement” la tendresse et l’avidité, d’ailleurs elle est maitre de la VII et de la Balance, pas de la V.

Il faut donc aller voir où se trouve le Soleil, s’il est en Lion, il est comme le roi de la jungle : on ne peut pas dire que le soleil est mal aspecté, il est. Ce sont les planètes qui sont aspectées par le Soleil, le principe de toute vie.

En face, c’est Uranus qui dicte ses intentions, il aime sans discrimination, sans racisme, sans mesquinerie, sans fanatisme. Sauf s’il est mal aspecté, par des planètes violentes comme Mars ou Pluton, ou la Lune noire, un point qui a un rôle majeur à jouer.

Le secteur XI est avant la matrice (qui est en secteur XII) qui procure des aventures pas toujours faciles à vivre, des déceptions, qui vont aller se bloquer dans la maison XII, des enfants avortés, morts dans l’utérus, parce que l’amour des autres, de l’autre,  n’est pas toujours récompensé par la vie.

Si tout se passe bien, la XII peut porter de bons fruits et apporter la transcendance. Cet axe V/XI, suivi par l’axe VI/XII est comme axe Lion-Verseau, qui est suivi de l’axe Vierge- Poissons :  vous avez rarement les deux ensemble, sauf si vous êtes ascendant Bélier sans interception. Les aspects avec d’autres planètes vont moduler le jugements, mais le Soleil est la planète la plus puissante.

La personnalité du Lion ou d’une personne ayant des amas en V, a du rayonnement , soit par sa beauté intérieure, soit par son intelligence, soit par son dynamisme, elle a quelque chose … c’est pour ça que les gens sont agacés par les Lions.