Le mois du Scorpion

Dans le texte “à chaque jour suffit sa peine”, nous avons vu que les mouvements de planètes des trois prochains mois avaient peu d’ harmonie  et que sans s’affoler, il faudrait  nous en contenter.

Je reprends ce que j’ai dit, bien que certains m’aient dit que cela ne leur suffisait pas , je  donnerais quelques petits détails A  ce sujet je rappelle que les transits se font dans vos maisons personnelles, avec vos planètes personnelles, mais que  les planètes ne nous tombent pas dessus comme des météorites, car nous sommes les barreurs de notre bateau ce qui fait que ce qui compte, c’est toujours et avant tout , notre thème personnel qui montre ce que nous avons “dans le ventre”. Ce qui  veut  dire : tenir toujours compte de notre caractère, qui se lit dans l’analyse de nos aspects, maisons, signes, car c’est ce qui nous différencie les uns des autres !

Une personne qui n’a pas de carrés avec les planètes lentes en transit, ne devrait pas (trop) se laisser impressionner, et celle qui en a ,  doit garder un moral d’acier. Les aspects peuvent être de formidables leviers pour agir lorsqu’on est indécis.

Au moment du passage du Soleil en Scorpion (le 22 octobre), les choses s’arrangeront un peu avec un triangle mineur composé d’un trigone exact à 16° entre Vénus en Scorpion et Neptune en Poissons, les deux planètes sextils à Pluton , permettant une avancée idéologique au sujet des questions de bioéthique, ce sont les eaux de la fécondité alliées aux eaux “la totalité (depuis que j’ai dit cela,  il y a eu le vote de la PMA pour toutes). Ceci peut intéresser celles qui sont concernées.

Dès le 1er novembre, Mercure Épiméthée devient rétrograde : la communication sera brouillée. Ce n’est pas le moment de reprendre contact, mais  vous pouvez le faire en sachant que l’autre ne peut vous entendre.

Le 11 novembre,  Mercure fait une conjonction  inférieure avec le Soleil à 19° Scorpion, ceci  favorise généralement une période de  grave flottement durant toute la période de rétrogradation de Mercure, il s’agit toujours d’un ralentissement des affaires, et de problèmes de communication, fâcheries, bouderies, incompréhensions. Nous n’avons pas les idées claires (type Brexit !).

Dès le 19 novembre, Mars entrant en Scorpion sera en opposition exacte à Uranus rétrograde en Taureau, l’opposition très dure commencera durant les  derniers degrés de la Balance (26°), jusqu’au 5 décembre inclus : l’axe Taureau-Scorpion étant celui de la possession, il est question ici de savoir  qui possède quoi, à droit à quoi, comment protéger ses biens. Cela concerne autant les états en guerre,  que les couples entrain de se séparer.

L’aspect alimentera les controverses ; les libertés vont se rétrécir, Mars, le guerrier ici est plus fort qu’Uranus, l’éveilleur. La force de cet aspect est à prendre en compte : c’est un aspect qui peut être violent, mais il peut être facteur d’ouverture après être passé par d’âpres discussions …

Dès les 21/22 novembre, Mercure devient Épiméthée direct à 11°39 en Scorpion, tandis que le Soleil passe en Sagittaire : on trouvera des solutions nouvelles , cela se débloquera progressivement, mais il va falloir le temps de Saturne, pour résorber le désordre engendré par le changement.

Comme la lune noire (mais il y en a trois)  est  en Poissons  en conjonction avec Neptune, il peut y avoir une duplicité lors des échanges et il faudra regarder avant de signer.

 

L’art du zodiaque

Le zodiaque qui fut conçu par des hommes, est une œuvre d’art à l’image de la perfection du monde, mais le créateur, ne demande pas qu’on le vénère. C’est une invention  mathématique, intellectuelle mais inspirée. La comparaison la plus utilisée est celle une palette de couleurs avec des nuances infinies qui correspondent à la diversité de l’humanité. Aussi, le zodiaque  n’est ni fixe , ni autoritaire.  L’artiste, c’est vous par le biais des pinceaux symbolisant les planètes en vous.

Les signes se distribuent en quatre groupes de signes d’énergies cardinales, fixes et mutables  comprenant chacun un signe de feu, de terre, d’air, d’eau. qui sont les premiers : Bélier, Balance, Cancer, Capricorne  marquant les quatre points cardinaux ;  les deuxiémes, Taureau, Scorpion, Lion, Verseau , les plus connus sur le tympan des églises chrétiennes ;  les troisièmes, Vierge,  Poissons, Gémeaux, Sagittaire dans lesquels les Poissons sont le symbole du Christ.

Mais il existe une autre classification, qui montre à l’intérieur des mêmes éléments, une progression vers le haut : en signes de terre on va du Taureau , au Capricorne en passant par la Vierge ; en signe d’air, on va des Gémeaux au Verseau en passant par la Balance ; en signe de feu, on va du Bélier au Sagittaire en passant par le Lion ; en signe d’eau, on va du Cancer aux Poissons  en passant par le Scorpion. 

Toutes ces combinaisons ont une signification contenant les informations basiques.  Ce faisant, on  peut comprendre que tout dans le zodiaque, à l’image de la vie, découle de ce qui précède immédiatement,  imbriqué dans un système organisé de manière fractale (exemple du brocoli qui a une organisation  architecturale se répétant à l’infini) .

Ceci est résumé par ces mots : “tout est dans tout”, qui revient à dire aussi que  : Ex nihilo nihil,  rien de vient de rien.

Des six axes de signes en relation deux à deux et, formant les maillons d’une roue qui est celle de la vie, on arrive aux concepts de  polarité, dualité, opposé, contraire, et ce faisant on peut aller vers la compréhension des oppositions mathématiques mais aussi humaines.

Les astrologues humanistes ont mis en évidence la relation d’un signe par rapport au suivant, ou au précédent avec  la capacité que  chacun à d’appartenir à un ensemble plus vaste, le zodiaque,  pour former un ensemble complet. Voici ce que disait Ch Drouaillet, à la suite de Rudhyar. Mais ceci peut se faire aussi avec l’examen des six axes car la polarité est au cœur de l’homme, on n’est pas Bélier mais Bélier-Balance, car l’autre y  est potentiellement contenu, et on va osciller entre les deux, en allant chercher ailleurs ce qui nous complète, dont on a inconsciemment besoin. Ceci a sa résonance en psychologie (lire “le chant de la résonance” de JF Berry)

I – Axe Bélier – Balance : dans le Bélier , le germe – l’enfant – n’a aucune compassion pour la graine, car le germe est dans une sorte de mission pour “tuer” la graine : c’est le cas de tout les novateurs qui permettent à la civilisation d’avancer. Le germe est la promesse du produit de la graine. 

L’adaptabilité aux besoins du moment a besoin de la Balance pour se poser ; Balance signifie Équilibre,   aisance, lien avec ce qui est juste et beau. Elle rencontre sur un pied d’égalité, elle est l’énergie de l’amour humain. Elle veut vivre en couple (le Bélier ne sait pas trop comment entrer en relation). Elle tient toujours compte de l’autre. Elle doit comprendre qu’elle est amour alors qu’elle cherche l’amour chez l’autre. C’est un axe de signes maîtrisé par Vénus et Mars.

II – qui maitrise aussi l’Axe Taureau – Scorpion : Le Taureau  est attaché aux formes, aux gens, aux choses, puissance, endurance, patience, travail, sens des affaires, fécondité, enracinement du germe, possession avide. Ce qu’il apporte c’est son bon sens, la capacité à nous identifier à la matière, une vie en profondeur (il s’enfonce quelquefois !). Il doit se détacher et se dire que  « ce que nous possédons, nous possède ».

Le Scorpion : pouvoir de vivre et de mourir – le phénix –  transforme la matière. La pesanteur en esprit, c’est le principe de l’alchimie antique  qui “transforme” le plomb en or. Là où se trouve le Scorpion, nous sommes boiteux, tordus, prisonniers de nos instincts. Il  apporte la puissance de renaître à autre chose, il faudra mettre ce qui est humain dans la lumière, en Sagittaire.

Le Scorpion ouvre le feu de l’esprit, si l’on a traversé l’alchimie de la passion, la passion permet de traverser la mort, aussi il doit apprendre à faire les choses sans compétition.

III /IX- Axe  GémeauxSagittaire : maîtrisé par Mercure, Jupiter ; Les Gémeaux sont curieux de l’extérieur, passe du nombre au détail avec une manière analytique d’expliquer les situations. Le type Gémeaux est la liberté maximum ;  impatient, il passe à côté du train, oublie des trucs bons pour lui, il doit comprendre qu’on est jamais seul, il doit se regarder honnêtement, de l’intérieur.

“L’esprit” qui est en lui, lui donnera la capacité d’être patient. La précocité, en fait un être très humain, mais il brûle bien avant de supporter la chaleur.

Le Sagittaire : il met tout le monde dans le même sac or sa généralisation est abusive, il aime les lois universelles, les principes. “Ceux qui ne sont pas comme moi, ont tort”. Il doit maitriser la force des instincts, c’est le serviteur d’un dieu brutal qui donnera naissance au Capricorne qui fera les lois. Le Sagittaire ouvre  le zodiaque spirituel, il a la capacité  de montrer une direction. Le don de l’esprit en lui, c’est la camaraderie.

IV/X  : l’axe Cancer- Capricorne , la culmination du jour au Cancer. C’est le moment où le soleil décroit, symbolisé par le crabe, qui marche à reculons. Il est ying, féminin, il termine le zodiaque naturel. Il ouvre la dynamique de l’eau : dans la nature, c’est la source. Il possède une sensibilité fermée sur elle-même, accrochée au passé, la nostalgie d’un paradis où tous les besoins devaient être satisfaits par papa-maman. L’émotion seule compte, il ne s’intéresse qu’à lui, manque d’ouverture au monde et aime trop la sensualité sous toutes ses formes. On récolte des fruits au Cancer au Lion, c’est pourquoi,  il ne pense pas à la suite, car après avec la lumière du feu solaire donnant la vie,  l’eau va stagner en Scorpion ! Ce Signe cardinal commence, jaillit et ne doit pas devenir marécage, il doit rester fidèle aux signes d’eau, mais il doit passer par le Scorpion  pour se relier au niveaux horizontal (la matérialité) et passer par  les Poissons pour se relier au niveau vertical (la spiritualité). 

Le Capricorne (moitié chèvre, moitié poisson), c’est le moment du  minimum de lumière. Il est en haut du zodiaque, il relie l’eau à la terre (Cancer en face, planète Terre au centre). Il dit « je suis un élément de la société, et je fais ce qu’on m’a dit de faire », il a tendance à être trop respectueux de la loi et à être mu par le sentiment de peur (Saturne).

La qualité à développer en lui est la confiance en soi « je dois apprendre quelle est ma loi, pour pouvoir la remettre en cause » : ce qu’il apprendra, sa leçon dans cette vie, c’est la capacité à être lui-même, à se doter de sa loi intérieure, à être son propre père.

V/XI – Axe Lion -Verseau  – Le Lion : l’ami de l’humain, veut tout personnaliser, c’est l’aspect socio-culturel du Lion.  « Est-ce qu’on m’aime vraiment ? ». Il développe la capacité d’être lui-même. Le Lion s’identifie à la lumière du Soleil,  il doit demander la simplicité !  Au Lion, nous atteignons l’esprit, c’est le pouvoir d’amour sans retour.

Au Verseau :  C’est le minimum de lumière,  le cœur de l’hiver, le premier signe d’air, l’opposition au Lion, (pureté d’un ange ou un démon s’il échoue). Nous permet de prendre une distance : là où nous avons le Verseau, nous sommes désincarné, dés…identifié,  le Verseau ne choisit rien,  c’est la vision de notre troisième œil : l’être au service de la sagesse. Il doit prendre une distance avec lui-même à cause de sa  susceptibilité émotionnelle. Comme  il veut toujours bien faire, il est fragile : il doit développer son sens de l’humour pour supporter l’insupportable. Il est  capable d’être au service de l’humanité.

VI/XII – Axe Vierge-Poissons : Comment l’humanité se manifeste à travers la pensée ? Par Mercure. . La Vierge c’est le besoin de précision, la naïveté : elle se fait avoir par le mental, elle organise, (mais elle ne voit pas qu’on lui vole la caisse). Poussée à l’extrême, elle asphyxie, elle ne comprend pas l’amour du Lion : ” c’est quoi ça ? dit-elle”. Elle doit faire des choix justes, en accord avec ce qui l’anime. Elle doit savoir supporter, avoir de la tolérance, savoir être responsable des choix. “Ce que j’ai fait, je dois accepter de le donner au collectif “ (impôts, dons, mais aussi partages,  par ex). L’opposé de la Vierge, c’est les Poissons

Le signe des Poissons : il est fait pour l’eau, il est dans son monde, dans une sensibilité à l’universel, l’amour universel. Ce qui lui est donné, c’est sa confiance dans l’avenir, le courage d’affronter, le fait d’être la matrice (secteur XII) de l’esprit, ici il faut trouver la foi intérieure, car « la foi ressemble à un acte de respiration conscient » comme la méditation. 

Lorsqu’on a établit la relation (à l’intérieur de nous) , entre les opposés de l’axe Ascendant- Descendant, symbolisée par le Bélier et la Balance, on peut attaquer la montée Fond du ciel-Milieu du Ciel symbolisée par le Cancer et le Capricorne.

(d’après le cours de Ch Drouaillet commentant son “Astrologie de la Guérison”)

Ce que l’Astrologie karmique ne doit pas être

L’Astrologie n’est pas, ne doit pas être un moyen de contrôle sur les autres, ce n’est pas un système de manipulation. L’astrologue n’est pas une augure qui prédit leur avenir à ses consultants comme au temps de la Pythie de Delphes*, au pied du mont Parnasse, ce qui est du domaine de la voyance. Et c’est ce projet que l’astrologie karmique peut vous aider à découvrir,  pour que vous soyez “aligné.”

Les astres, selon les termes anciens, les planètes maintenant, ne sont ni maléfiques, ni bénéfiques, mais on peut penser lorsqu’on observe les vies humaines, qu’il existe un projet pour nous de toute éternité, marqué du sceau d’un certain déterminisme, même lorsqu’on tente de le fuir en partant à l’autre bout du monde.

Personne ne détient toute la vérité sur un autre, il y a trop de marge entre le réel et le supposé et surtout , on ne sait jamais comment fera la personne pour se débrouiller avec sa réalité, parce qu’on ne connait pas son degré de résilience, son courage, et son éveil spirituel : on reste donc dans la généralité tant qu’elle ne nous a pas tout dit sur elle dans un dialogue. Il est inutile de chercher à deviner si elle vous cache quelque chose, vous tomberez peut-être à côté. Mieux vaut lui poser la question, si l’on voit un indice qui pose question !

Les astrologues grecs ont projeté sur les planètes des symboles qui  arrivent parfaitement à coller avec un certaine réalité,  parce qu’il y a un symbolisme subtil pour la description du caractère, les situations et les événements de la vie dans un  contexte vaste. Mais justement, ce contexte est tellement vaste qu’on ne doit en aucun cas affubler les planètes et les personnes qui sont porteuses de telle ou telle planète dominante ou signifiante de défauts, pire de psychoses culpabilisantes ! On peut définir un caractère, un tempérament potentiel.

Christian Drouaillet disait que ce qu’il y avait dans un thème était ce que nous avions de mieux pour vivre cette vie, et qu’il fallait s’en servir dans une perspective verticale. Il suivait les pas de Rudyar, de Ruperti, ou d’Arroyo.

Par exemple, avec la planète Neptune, on a toute une gamme de nuances qui part de l’intuition à la tendance au relâchement avec l’alcool, la drogue,  entrainant le vol et le mensonge, tandis que pour Mars, on va de l’action juste, à l’agressivité la plus dure toujours selon la situation en signe et l’aspect. Les aspects sont des palettes pleines de nuances, et il en va ainsi avec toutes les planètes et  les signes qui sont le reflet d’une vision archétypale des mois de l’année, à l’image des douze travaux d’Hercule.

L’astrologie karmique n’est pas une histoire de sorcellerie avec des vies antérieures merveilleuses de prêtres en Égypte et, de sadiques tortionnaires de l’inquisition.

Pourquoi ? Parce qu’on se rend bien compte que dans toute l’histoire de l’humanité, il y a eu plus de victimes que de tortionnaires ! En effet, pour un Hitler ou un Staline combien de millions de morts innocents ,  combien de noyés dans la mer par des passeurs avides, et il faut bien garder en mémoire que parmi les oppresseurs il y a le même nombre de personnes nées le même jour et à la même heure que parmi les oppressés. 

Autre question : quel serait le rythme d’une réincarnation ? C’est une question que pose l’ astrologie karmique  ? Personne ne peut vraiment le dire , et pour cause (sauf le voyant Edgar Cayce, en état “d’hypnose” –  voir dans le blog).

Pour savoir combien d’années se sont écoulés en moyenne entre deux vies , en aucun cas on ne peut se servir d’une moyenne en comptant  vingt ans par génération, car pour la durée des vies antérieures, on ne peut pas se fier à des statistiques.

Pourquoi ? Sur un panel de 10.000 personnes recensées dans une généalogie familiale, on dira qu’on vivait  trente ans à quarante cinq ans en moyenne à une certaine époque, mais c’est seulement une moyenne puisque  les enfants qui sont décomptés mourraient souvent avant l’âge de deux ans, de même que leurs mères, Cependant , dans les registres , on peut constater qu’on trouvait de longues vie d’hommes qui font remonter les statistiques (Victor Hugo est le plus connu)  mariés plusieurs fois, qui ont eu une belle descendance, mais  chez les hommes, c’était les guerres qui produisaient des hécatombes.

Par contre, avec la trans généalogie nous avons une suite de personnes qui ont des dates de naissances connues, un ADN commun et des thèmes astrologiques portant des aspects communs. On peut donc estimer qu’on se réincarne dans une famille parce que celle-ci réunie des traits communs sur lesquels nous allons devoir travailler pour polir notre âme… .

L’astrologie dite karmique est la recherche du sens,  qui conduit à une transcendance possible  à partir de nos tendances  dans une perspective d’évolution  intérieure : une âme s’incarne, pour accomplir quelque chose de grand, même dans une petite vie banale et ceci de génération en génération, par l’incarnation d’une âme  dans une lignée.

Pas d’assassins, parce que vous avez un Mars , un Uranus ou une Lune noire trop importante, simplement une vigilance à avoir sur votre comportement , car un astrologue honnête sait que les assassins ont de jolis thèmes de saints tandis que les gens particulièrement actifs pour la communauté, ou pour leur famille  ont des aspects difficiles : il faut seulement admettre que ce sont leurs expériences difficiles qui les ont rendus courageux et pugnaces.

Il est dommageable de  culpabiliser quelqu’un qui cherche à se connaitre, donc à progresser, en l’accablant d’un passé sulfureux. Certains astrologues ont un malin plaisir à croire que la majorité des gens vivait dans la turpitude, alors qu’ils ont juste passé leur temps à essayer de survivre dans des temps toujours difficiles .

Ces astrologues projettent leur propre vision subjective du monde. Ils s’attaquent massivement aux religions en voulant les remplacer par une vision d’une astrologie sacrée : comprendre la sagesse de la Bible, du Talmud, du Coran, ou du livre des morts tibétains pour en tirer l’essentiel, si l’on n’en tire pas les pires versets pour appliquer des sentences de mort, est une ouverture, celui qui agit fanatiquement ensuite  est le vrai coupable.

Ce sont toujours les mêmes vérités qui sont à l’œuvre depuis des millénaires. Certains astrologues karmiques  remplacent par de la sorcellerie les vieilles religions traditionnelles,  or l’humanité  a besoin de valeurs, pas de dénigrement. Ce ne sont pas les hommes qui changent, ce sont  les techniques qui évoluent , mais il s’agira toujours de lutter contre ses  fameux “démons”  qui sont à l’ intérieur et non à l’extérieur,  en s’appliquant à soi-même ce qu’on a appelé  les lois non écrites. 

Certains astrologues agissent comme si le karmique était un règlement de compte avec le consultant : ce n’est pas cela l’astrologie karmique, l’astrologie karmique est une intention de l’âme d’aller vers une progression spirituelle, à partir des données du ciel natal rencontré au moment de la naissance.

* l’astrologie bouddhiste explique tout ceci, et le médium Edgar Cayce en a également fournit sans ses lectures, contrôlées par des docteurs

*La Pythie, également appelée Pythonisse,  tire son nom de “Python”, le serpent monstrueux qui vivait dans une grotte à l’emplacement du site actuel aux pieds du Mont Parnasse avant d’être tué par Apollon, “Pytho”, est le nom archaïque de la ville de Delphes.

 

Edgar Cayce, le prophète dormant

 

Technique astro : Cycle des crises

Comment trouver l’énergie nécessaire pour traverser une situation problématique ?

Il faut décider de surmonter la peur, crier, couper, se couper du passé pour affronter le besoin d’aller vers quelque chose.

Il existe deux grands types de crises :

Les crises, qui sont liées à l’avancée des planètes et au retour sur les mêmes points du thème. Ces crises génériques nous sont communes.  comme la crise d’adolescence, mais aussi celle de la quarantaine. 

Quand les planètes passent ( ou repassent) sur notre ascendant, les planètes générent des crises personnelles à des dates qui sont donc différentes et elles peuvent créer des crises individuelles : ce sont les transits sur les points clés du thème, dans les maisons qui sont des champs d’expérience. Lorsque nous sommes petits ce sont nos parents qui vivent ces crises, qui se répercutent sur nous, car nous ne pouvons prendre les décisions.

Derrière la crise, il y a une ouverture de conscience. La crise, c’est la manifestation de l’âme qui s’incarne en nous pour manifester ce qu’elle est :

Voyons comment cela se passe ?

Au niveau de la santé : on a laissé les choses s’installer, puis on descend de plus en plus, l’âme nous prévient, mais on se forme (déforme)  à la normalité, ou bien, il y a conflit pour savoir qui va gagner. C’est la conséquence d’une crise au niveau psychologique, la personne doit trouver sa solution, pour résoudre sa crise, couper une partie pour libérer une partie ou sortir son potentiel. 

Les cycles des planètes  sont les mêmes pour tous :  

Cycle de  Jupiter : lorsqu’en  conjonction, carrés, opposition  tous les trois ans , crises dans les activités sociales, mais aussi amplification de la circulation du sang dans les artères, partout où passe jupiter il y a amplification pour le meilleur mais aussi pour le pire.

Cycle  de Saturne :  crises tous les 7 ½,  14, 21, 28 ½, ans plus retour de la lune progressée sur elle-même 27 ans et 4 mois. crise de croissance, demande de structuration, il faut  prendre des responsabilités. Pour Saturne, c’est un besoin de structuration*

Cycle d’Uranus : une crise tous les 20 ans environs à 21, 42, 63, 84 ans avec durant  vingt ans des progressions de 7 ans de  signe en signe  = 84 ans pour revenir à la même place. Ce sont des crises de libération, sur le sens de la vie, il y a besoin de projet-sens et, si nous n’avions contacté que notre ego il faut s’ouvrir à des plans plus larges. 

Les causes de crise sont donc multiples, mais elles sont source d’évolution, le but c’est la transformation, si on s’était engagé dans un chemin d’évolution. Quelque chose de plus vaste doit s’accomplir à l’intérieur de nous mais l’incapacité à y accéder, c’est la peur -symbolisée par Saturne-  de l’inconnu – symbolisé par Uranus.

L’astrologie peut nous aider en nous disant la nature de la crise. Elle nous dit quand elle a commencé et quand elle peut finir. Il faut mettre de l’analyse dans nos problèmes, mais c’est insuffisant si on ne met pas de l’âme car la dimension spirituelle nous invite à  nous verticaliser.

Comment supporter les aspects difficiles du thème natal, puisque même un thème difficile peut-être créatif ?

Mots clés des transits

Pluton : aller à l’essentiel en soi

Neptune : dissolution de ce qui nous animait, excès d’idéalisme, invitation à voir plus vaste, à laisser plus de place à l’âme

Uranus : invitation à sortir du connu

Saturne : amener une nouvelle structure dans le champ d’activité de la maison

Ex : axe parental M4/M10  avec Uranus en M4, on croyait avoir mis en ordre des choses qu’on avait rangé une fois pour toutes  mais c’est sans compter les crises d’Uranus tous les 7 ans.

 Jupiter : « vais-je reprendre confiance ? » cela demande du discernement,  attention aux excès de confiance avec Jupiter, il faut ramener la confiance

 Mars : crise de 2 ans en 2 ans, dynamiser, mettre en action, poser des actes, ne pas être en réaction

Vénus : moment de mise au point de décisions antérieures, il faudrait se doter de nouvelles valeurs, être capable de se brancher sur sa source d’amour personnel

 Mercure : changer notre façon de comprendre, intuition qui nous révèle ce qui est juste pour comprendre l’âme 

Par rapport à ces crises, on voudrait avoir le vécu des générations précédentes, mais si on me donnait la solution, je n’aurais rien appris, car vivre, c’est avancer.”

*il faut compter une orbe de 7/8° avant le point de crise, et après le point 4°/5°

 D’après les notes du cours de Ch Drouaillet du 29/08/2010, astrologue psychothérapeute humaniste, disparu en janvier 2013.

 

les conflits potentiels par les axes – Lion -Verseau et Vierge -Poissons

Je poursuis ici l’intéressante question des crises potentielles que ne manquent pas de rencontrer les signes que nous portons dans notre zodiaque, elles concernent nos ascendants, nos soleils, et nos dominantes, nos régentes karmiques, là où elles se trouvent, ce qui fait que nous pouvons être “attaqués” sur pas mal de fronts : il faut donc savoir à quoi s’attendre pour pouvoir se défendre plus précisément. D’autre part, il faut aussi ramener ceci aux axes des maisons, car bien que n’étant pas des signes, un amas dans une maison peut jouer le même rôle ; bien souvent le thème est composé en harmonie, ce qui fait qu’on retombe toujours sur ses pieds au niveau de l’analyse : un amas en VI et la personne est de la Vierge, un amas en XII et la personne est ascendant Poissons, etc, ce qui fait que de toutes façons, on ne risque pas trop de se tromper de cibles ! C’est ce qui démontre la justesse de l’astrologie. Écoutons Jean-François Berry :

“Nous émergeons dans notre vie relationnelle en quittant de vieilles matrices de fonctionnement (axe Bélier-Balance), -délimitons un nouvel espace de bien-être dans un territoire physique (axe Taureau-Scorpion), où nous pouvons découvrir de nouveaux horizons (axe Gémeaux-Sagittaire), nous pourrons ainsi nous centrer sur notre rôle à  jouer dans ce monde (axe Cancer-Capricorne), animés par un pouvoir créateur personnel et social (axe Lion-Verseau), nous laissant inspirer par une compassion puissante, que nous pouvons mettre en œuvre avec efficacité là où nous sommes (axe Poissons-Vierge). Ici il s’agit du bel ordonnancement des six axes de notre thème. Poursuivons la lecture des conflits, et des crises potentiels dans les axes :

L’axe Lion – Verseau

“Nous touchons à un conflit de territoire concernant le royaume de notre héritage social, le rang. Lorsque la « persona » Lion nous submerge, plus rien ne compte que notre titre et valeur sociale, masquant un manque total de rencontre avec soi-même. Le Lion s’identifie très vite à des images extérieures oubliant son propre cœur, tous les drames de sa vie personnelle le rappelleront à l’ordre pour  ouvrir son cœur pas sa tête.

Dans toutes les histoires cardiaques, le cœur lâche parce qu’il est abandonné au profit de l’intellect, du mental qui veut tout régir : il faut qu’il accepte de lâcher avec les brillances extérieures, qu’elles soient humaines ou sociales.

Avec le Verseau , nous allons à travers ses mal-être, apprendre à nous détacher et , nous libérer des liens émotionnels enfouis dans notre généalogie qui nous saisissent les chevilles.

Le Verseau a des crises « éruptives » qui peuvent se traduire par des démonstrations spectaculaires et provocatrices. Le Verseau représente toute la circulation de l’énergie vitale sanguine le long des artères, veines et vaisseaux.

Derrière les problèmes de tension, les courts-circuits peuvent aller jusqu’à certaines formes de paralysie, scléroses, etc, liés avec des révoltes viscérales, contre les injustices personnelles, sociales etc, traduisant l’impuissance vécue ou héritée, si ces injustices vont de pair avec un ressenti d’enfermement. Il devient glacialement distant et s’abstrait du cœur, mais il se bat toujours contre un certain type rétrograde de mentalité.”

L’axe Vierge – Poissons

“L’axe Vierge-Poissons est un grand nettoyeur de généalogie et son rôle doit être pris en compte dans le thème. C’est un axe d’élimination et de transition trainant sur le plan des conflits et des crises psychologiques des poubelles de non-dits, de rumeurs, de secrets. C’est un placard où s’entasse tout ce que notre clan n’a pas voulu confronter et, a vite enfoui, toutes les explications Vierge, qui auraient pu clarifier de sombres histoires, toutes les misères du monde Poissons, qui ont laminé tant d’hommes et de femmes qui n’ont pas été reconnus, pris par les aléas de l’histoire. C’est aussi un pont à construire au cours de notre vie entre un vieux monde et un nouveau monde, un passage à franchir, une véritable crise personnelle et collective pour s’affranchir, sortir des peurs et doutes puissants qui animent ce couple zodiacal. Tous les conflits et douleurs nés de séparations, deuils, migration, exil, exode, sont là et continuent d’exercer leur pression, si nous n’acceptons pas une lessive psychologique importante. Leur somatisation n’est jamais d’une clarté aveuglante : mal au ventre, au dos, pieds que l’on traîne. Cet axe de crise se retrouve chez tous ceux qui soignent et œuvrent dans la relation d’aide (cela peut être votre axe VI/XII, IV/X, I/VII ou l’axe des nœuds) .

Avec la Vierge, attendons  nous à un inventaire à la Prévert : elle symbolise le bas -ventre , le  tout reliés à l’assimilation et l’élimination. Les intestins – mal au ventre, mal à l’âme-  terminent le processus de digestion conduisant à l’intégration , tant physique que psychologique ; les intestins sont un immense filtre dont le rôle discriminateur est fondamental pour notre survie, séparer le pur de l’impur. ils sont pleins de bon sens.

*L’intestin grêle est le monde de la critique, la Vierge nous aide à éliminer du mieux que nous pouvons ces images lourdes de négativité, faire le tri, etc… C’est peut-être le début d’un chemin d’individuation,  l’intégration de l’ombre, côté sombre de l’humain. Avec cet organe, nous lâchons prise avec les derniers restes, les plus tenaces, les plus inscrits dans nos cellules.

Avec le Poissons, les pieds ont aussi une dimension spirituelle importante, la blessure du pied révèle la faiblesse de la dimension humaine rappelée à l’ordre de sa mortalité , de son aveuglement (Œdipe = pieds gonflés, le Christ lavant les pieds de ses disciples,  « talon d’Achille »).”

Jean-François Berry – “le Chant de la Résonance”

* lire “le charme discret de l’intestin, tout sur un organe mal aimé ” de Guilia Enders