Astro Psycho humaniste fille de Palo Alto

Ce texte est une information du lecteur qui ne connait que l’astrologie traditionnelle : il faut savoir qu’il existe d’autres astrologies, encore différentes. Elles cherchent toutes un chemin vers la lumière.

L’Ecole de Palo Alto est à la source de l’astrologie humaniste réflexions que l’on retrouve dans :

La devise de l’Ecole Palo Alto est : « Il est impossible de ne pas communiquer ». Selon l’approche de Palo-Alto, on trouve le plus souvent une réponse adéquate aux difficultés de la vie, mais pas toujours. Un problème est une difficulté qui revient sans cesse, soit parce qu’on n’y a pas apporté de solution, soit parce que les solutions essayées entretiennent la difficulté au lieu de la résoudre.

C’est là qu’apparaît la notion de système : il faut considérer l’individu dans son environnement, avec les relations qu’il y entretient.

Le thérapeute aidera alors le patient à agir et interagir avec son environnement. La personne essayera donc de nouvelles solutions, en fonction des relations qu’elle a avec les autres. Il peut en résulter des changements importants pour elle.

  • la communication interpersonnelle , la Programmation Neurolinguistique (PNL), l’Analyse Transactionnelle (AT)

Origines : La psychologie humaniste se veut différente dans son approche de la psychanalyse ou du behaviorisme. Celle que l’on appelle la Troisième Force, a vu le jour dans les années 1960 aux États-Unis. C’est Abraham Maslow psychologue américain connu pour ses travaux sur la motivation, et qui a axé ses recherches sur l’accomplissement de soi,  qui créa en 1954 l’American Association for Humanistic Psychology, s’adjoignant pour cela l’aide de Rogers et de Victor Frankl.

On doit à Carl Rogers, autre psychologue américain , l’idée de développement personnel et qui a insisté sur l’approche centrée sur la personne.(qui a donné la “person centered astrology de Dane Rudhyar). L’astrologie humaniste devient une grille de lecture qui permet de repérer les domaines de souffrance psychologique.

Principes de la Psychologie humaniste 

  • elle fait ressortir l’idée du potentiel humain : la personne a la capacité de s’autodéterminer et de grandir ;
  • elle reconnaît qu’il existe un processus vivant, un élan qui pousse à accomplir et à s’accomplir ;
  • elle implique l’engagement de la personne, sa responsabilité
  • elle n’oublie pas la liberté de l’individu ;
  • elle fait ressortir le respect de la créativité qui permet le développement personnel de chacun ;
  • elle s’appuie sur l’expérience, le vécu émotionnel, le ressenti des choses et de son propre corps ;
  • elle intègre la dimension corporelle de la personne ;
  • elle met la relation patient/thérapeute au premier plan, avec un respect marqué pour le patient.—————————————————————————–
  • La psychologie transpersonnelle est une école de psychologie née au tout début des années 70, de la rencontre entre plusieurs thérapeutes, dont Abraham Maslow (cofondateur de la psychologie humaniste  “Devenir le meilleur de soi-même”, “être humain”) et Stanislav Grof (fondateur de la respiration holotropique)… Les idées de Maslow furent utilisées dans le commerce et la communication (voir la pyramide des besoins, ci contre).La psychologie transpersonnelle Elle se situe dans la lignée de psychanalystes comme Carl Gustav Jung et Roberto Assagioli . Elle intègre les données philosophiques et pratiques des grandes traditions spirituelles (religions et chamanisme), ainsi qu’une étude approfondie des états modifiés de conscience. En France, la psychologie transpersonnelle a du mal à s’imposer comme un courant fort de la psychologie et, est absente des enseignements universitaires du fait de sa posture qui intègre clairement la dimension spirituelle de l’humain, «une discipline visant à faire une synthèse de la spiritualité authentique et de la science » selon Grof dénoncant l’impasse de l’actuel paradigme scientifique (matérialiste) et, prônant l’émergence d’un nouveau paradigme. 
  • Au cours des années 80, le transpersonnel est devenu un mouvement de pensée auquel se sont ralliés nombre de chercheurs, y compris dans les sciences dites « exactes ». Dans le livre, “La fin du matérialisme – The end of matérialism», Maslow” déclare : “Je considère  la troisième école de psychologie, la psychologie humaniste, comme une préparation pour une quatrième psychologie transpersonnelle, trans-humaine, centrée sur le cosmos plutôt que sur les besoins et les intérêts humains, allant au-delà du fait humain, de l’identité, de la réalisation de soi et tout autre chose de cette nature.”——————————————————————————————–
  • La  Somatologie : La médecine “officielle” ne tient pas encore compte de la somatologie ( (l’ acupuncture et l’hypnose, les medecines par les plantes et HE sont à peine tolérées par la médecine française), tout juste utilisée ça et là par des docteurs dans leur cabinet, car certains médecins et soignants reconnaissent le bien fondé de cette pratique. La somatologie rend à la vox populi toute sa valeur, en effet, on reconnait que les personnes qui souffrent physiquement ont eu à un moment donné un choc (dont elles ne se rappellent pas toujours consciemment) qui est à la base d’une maladie grave ; “cet enfant me fera mourir”, “j’ai perdu pied à la mort de mon mari”, “je n’ai pas pu avalé cette nouvelle”, “j’ai ressenti un coup de poignard dans l’estomac”, etc : toutes ces façons de s’exprimer traduisent à un moment un choc, qui n’est pas passé, même si le cerveau a fait son travail de refoulement pour qu’on puisse continuer à survivre.
  •  Le fondateur de la somatologie, le Dr Hamer*, est arrivé à la conclusion, qu’un choc ou qu’une suite de petits chocs, déclenchaient une maladie en relation avec la partie du corps en lien avec la partie du cerveau concernée. “Ce médecin allemand découvre en 1979 que “son” cancer testiculaire a suivi le choc de l’assassinat inattendu de son fils Dirk, alors âgé de dix-neuf ans.
    Il examine 170 dossiers de patients et découvre qu’ils ont tous vécu un choc émotif important avant l’apparition de leur cancer et poursuivant ses recherches sur plus de 15.000 cas il découvre que “toute maladie du cancer débute par un DHS (Dirk Hamer Syndrom), c’est-à-dire, un choc conflictuel extrêmement brutal, dramatique, vécu dans l’isolement, provoquant au cerveau un foyer de Hamer, puis le démarrage du cancer dans l’organe (à l’instant du choc la teneur du conflit détermine aussi bien la localisation du foyer de Hamer au cerveau que la localisation de la tumeur cancéreuse dans l’organe). Pour plus d’informations voir livres dans la bibliographie
Partager avec: