L’Homme et l’ours

On s’est affolé parce qu’un ours a été tué dans les Pyrénées, mais dans nos Alpes  on  traque des désespérés qui fuient  la guerre et la misère , on tue ça et là officiellement des hommes dans des circonstances douteuses et, on passe à autre chose. 

Quelle valeur a l’homme ?

Pour vivre quelque part, il faut être conforme aux standards. Actuellement,  on assiste à un sursaut mondial dans tous les domaines contre les  injustices : femmes, racisme, homophobie, et quelquefois certains cumulent les trois.

Comme disait Sammy Davis Junior dans ses shows  :  “quand on est juif, noir et borgne, comment s’en sortir ?”

Il semblerait qu’on soit à  un pic, un tournant, mais c’est déjà arrivé par le passé : ça ne plait pas à tout le monde, les équilibres sont fragiles, l’injustice avance masquée. Aussitôt découverte, on la cache afin que  l’ordre ancien, Saturne, ne soit pas dérangé. L’ordre ancien ne veut pas disparaître, et il ne demande qu’à mordre dès qu’on y touche, afin que les grands de ce monde ne soient pas dérangés.

L’esclavage est vieux comme le monde : Louis XIV a demandé à Colbert de le réglementer par le “Code noir”, c’était à l’origine une ordonnance promulguée par le roi. C’est une manie bien française d’organiser l’horreur avec de la paperasse :  sait-on que nous avons inventé le numéro de la Sécurité Sociale en 1940,  et qu’il y avait un code spécial  pour les juifs avec un chiffre différent, code qui a été ensuite supprimé à cause de biens tristes souvenirs.

On sait que, pour n’avoir pas de “désordre”, Pétain demanda aux allemands de rafler les enfants avec leurs parents, alors que même ceux-ci n’y songeaient pas, puis que la SNCF a accepté de faire de belles fiches avec la liste des gens qu’elle embarquait dans ses wagons vers les camps de “travail”, listes de martyrs que vous pouvez consulter !

La guerre, la guerre civile, est une même source de cruautés : il y en a eu pour tout le monde ; les Vendéens, réfractaires à la République, furent tristement assassinés par les colonnes du Général Turreau (le bien nommé)  en 1793 et 1794 (voir article ).

Actuellement, malgré la Commission Nationale Informatique et Liberté, qui  se bat contre toutes les dérives, on se sent piégé  par les innovations qui se liguent contre notre liberté : dépistage  du Covid 19 par une application, mais en même temps, outil de surveillance de l’entourage, surveillance  de la température par caméras dans la rue en Chine. Petit à petit, nos libertés se rétrécissent au prétexte de notre sécurité (Voisins Vigilants/voisins espions). Mais les loups et les sangliers prospèrent, ils sont si doux ! Pauvres agneaux, que nous sommes !

Mais  “vous mangez encore de la viande, quelle horreur !”, entend-t-on dans les villes où personnes ne connaît la dure vie paysanne ! Pendant que vous regardez par là, on s’occupe de votre bien-être : viande reconstituée à partir de cellules, tomates dures, mais calibrées, qui n’ont jamais vu la lumière. Va-t-on vers une civilisation de gens sur la défensive, prêt à dénoncer leur voisin, mais ne mangeant pas de viande de bœuf, afin de ne pas être cruel envers les animaux, tandis qu’ils prendront des avions polluants, des bateaux immenses pour faire fructifier l’économie, grâce au sacro-saint tourisme de masse ?

L’histoire de l’humanité est connue, les civilisations se sont toujours constituées de la même façon : deux forces antagonistes sont toujours en concurrence, on voudrait croire à une amélioration , elle semble proche, puis elle s’éloigne. La dernière fois qu’il y a eu un grand bouleversement ce fut à la Renaissance, qui nous amena Christophe Colomb et ses missionnaires, celui dont la statue a vu sa tête séparée de son corps : on pourra  toujours décapiter les statues de Christophe Colomb, détrôner le roi Léopold II de sont pied d’estale, la civilisation avance, mais la nature humaine ne se transforme jamais vraiment, elle dissimule ses atrocités, elle les exile ailleurs, elle les pervertit, elle cherche des boucs émissaires et des alibis pour se rassurer sur ses bonnes raisons de mal agir. On essaie pourtant  de changer et, au prix de beaucoup de renoncements, on arrive à supporter un environnement de plus en plus pénible, parce que lui ne se transforme pas  : une des preuves les plus éclatantes est de voir des poubelles sélectives remplies de manière non sélective, sans le moindre respect pour ceux qui passent derrière : elles sont à l’image de notre société actuelle, régit  par des amendes, des caméras de surveillance.

Dans cette société, comme un message d’espoir des femmes admirables essaient de faire quelque chose, et se font traîner par les cheveux lorsqu’elles protestent… Oui mais…j’oubliais, l’infirmière F. C. lançait des petits cailloux… ils l’ont pris pour un “black bloc”,  vous savez ceux qu’ils n’arrêtent jamais, bien que leurs identités soit connues ! (images de l’arrestation sur youtube) https://www.youtube.com/watch?time_continue=111&v=DiaJ4Q6psmI&feature=emb_logo

Tout ceci nous ramène à une autre époque, celles des femmes tondues par des français bien pensants, et une institution qui “n’avait rien à se reprocher”.

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Un commentaire sur “L’Homme et l’ours”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.