Saturne : ses différents visages

J’ai réuni ici quelques notes importantes à mes yeux, qui présentent des idées parcellaires sur Saturne, mais on y voit une différence de point de vue ce qui est toujours intéressant.

Il s’agit de trois grands astrologues : deux français Luc Bigè et Martine Barbault (notes d’après ses livres de transgénèalogie), et finalement Tom Lescher, un américain dont j’apprécie la clarté et la fraicheur. On peut lire aussi l’incontournable “Saturne, un regard nouveau sur un vieux démon” de Liz Green, astrologue  anglaise.

Saturne par Luc Bigé (conférence) : force signifiante qui donne des limites à tous les systèmes d’organisation (peau, os) principe de réalité, devoir tenir compte de l’existence du réel.

Si Jupiter pèche par excès de réalisme, Saturne met des limites, s’organise dans la durée, voit sa réussite sur le long terme,  intériorise, alors que Jupiter extériorise, dépendant du regard des autres. C’est la capacité à hiérarchiser les urgences, séparer l’essentiel du subsidiaire, ordonner : souvent synonyme d’ascèse. Saturne permet le retournement vers une pureté, permet d’accueillir le sentiment de responsabilité, c’est le sens du devoir accompli, l’engagement ; c’est ce qui est  rébarbatif pour Jupiter ou Uranus :  le travail de Saturne intègre aussi  la joie qui nait de l’effort (mais seulement celle-là),

Martine Barbault  sur Saturne (livre d’astro psychogénéalogie) : les transitions, les ancêtres, un “surmoi” qui vient des grands parents, brise la créativité.

Saturne en feu : en rapport avec l’ identité : en Bélier ou MI, père manquant de maturité ;

Saturne Lion ou MV  problème narcissique des ancêtres obligeant à réparation, mais il faut dépasser 

Saturne en Sagittaire ou en IX : hérédité marquée par des croyances étouffantes ou étouffées, c’est la génération suivante qui cherche

Saturne en Terre : en rapport avec le sentiment d’insécurité

En Taureau ou MII : pauvreté, avarice, avidité, le descendant doit transcender ; 

En Vierge ou M VI,  peur de l’irrationnel, marqué par le misérabilisme social ;

En Capricorne ou MX : sacrifice de la vie intime, toute puissance ;

Saturne en Air : en rapport avec le langage

En Gémeaux ou en M III : les non-dits familiaux, problèmes de fratrie, quête de vérité ;

En Balance ou M VII : couples en souffrance, incompatibilité, immaturité car relié à l’œdipe (moi/l’alter ego, mon inconscient/son inconscient) ; dans une relation, on est quatre.

Saturne en Verseau ou M XI : ombre sociale, dette de rejet, d’isolement, questionnement de la valeur des identifications sociales ;

Saturne en Eau : en rapport avec la fonction sentiment

En Cancer ou MIV, lésé au niveau émotionnel, ancêtres immatures, âme d’une grande profondeur émotionnelle 

En Scorpion ou MVIII, se retrouve dans les lignées où les deuils n’ont pas été faits, l’échange psychique peut être vécu comme menaçant, la transmission des dons (matériels) a été interrompue.  

En Poissons ou en M XII, généalogie sacrificielle avec sentiments d’injustice, culpabilité, ressentiments, mais apporte un questionnement métaphysique….

Tom Lescher, astrologue américain : “Le zodiaque est une carte de notre inconscient ; Saturne, c’est une partie du karma, (on l’appelait le seigneur du karma) , c’est la maturité, devenir un être éveillé,  pour ma communauté et ma famille, la génération future .

« L’ombre » qu’on associe à Saturne est notre part obscure. C’ est le sentiment négatif que j’ai, sur moi , parce que j’ai des opinions négatives vis-à-vis de moi. La plupart des gens la supprime : nous nous montrons sous notre meilleur jour : « je ne veux pas avoir affaire à elle », et nous la projetons sur les autres ; nous pouvons nous cacher de notre meilleur ami.”

Il faut que je sache qui je suis, et ce que je veux ! Quelles sont mes pensées inconscientes : mon partenaire le plus proche me montre  mon ombre, mon partenaire est un miroir. Dans le zodiaque, c’est le signe de la Balance, celui aussi des ennemis déclarés.

Le  signe du Capricorne qui est lié à Saturne, c’est la « persona », mon ainé, en face du Cancer qui est « ma vérité personnelle » ; il faut se mettre debout et décoller les faux masques, pour exposer sa vérité !

Soyez la force du changement, sinon vous deviendrez paranoïaque : moins vous vous cachez à vous-même, plus vous êtes transparent, authentique, moins vous dépensez votre énergie en pure perte. Unissez ou réunissez, votre masque avec votre vraie identité, et vous vivrez en harmonie avec la nature.”

Le conformisme , c’est le bien-pensant, le prêt-à -vivre dans un papier cadeau à la naissance : faire comme-ci, manger comme-ça (on de coupe pas sa salade, on léve le petit doigt en prenant sa tasse de thé), s’habiller chez un tel (la veste en Loden commandée à Paris des propriétaires de manoirs en Sologne), reprendre l’entreprise de papa, marcher sur les traces de maman, directrice de… 

Stop , pensez par vous-même !

Soyez qui vous êtes, et pas des copies conformes de leurs rêves : parce qu’on va dans telles ou telles  grandes écoles , quand on a été dans tels ou tels lycées et collèges, on aura la situation dont maman et papa ont rêvés, puis un burn-out ou un cancer à 45 ans !

Gare à celui qui déçoit  déchu, il deviendra le mouton noir d’un monde idéalisé sur papier glacé !

 

https://youtu.be/4vhWYlHAUxM 

Karma et ADN

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.