Princesse Margaret d’Angleterre

Née avec beaucoup d’atouts en plus de la richesse, le 21 août 1930 à 22h22 à Glamis – Écosse, la princesse Margaret, sœur de la reine d’Angleterre  était d’un tempérament fait pour briller et commander : Soleil Lion, ascendant Bélier.

Si sa vie fut choyée, elle ne connut pas la réussite personnelle ou professionnelle qu’un Bélier uranien aurait pu connaitre dans un contexte normal.  Elle choisit la voie de la facilité : l’alcoolisme et la cigarette furent sa réponse à la souffrance  de ses amours déçus , au cours d’une vie de jetsetteuse. La conjonction Soleil-Neptune  en secteur VI le souligne. Elles se consola ainsi de ses unions  qui furent des fiascos, et de la lassitude de son rôle de “potiche” (comme disait Lady Diana). Elle avait pourtant de belles positions de planètes en signe Soleil en domicile, Lune en domicile, Mercure en domicile en Vierge,Vénus en domicile en Balance et Saturne en domicile en Capricorne  rétrograde. Cependant, on peut voir les carrés qui relient les planètes angulaires Uranus/Pluton-Jupiter/Vénus et Saturne qui forment un grand carré cardinal dans lequel une psychologie peut s’enfermer. Formant une croix dite cosmique, les planètes en opposition (Saturne opposé Mars, Vénus opposée Uranus) poussent l’ être vers la  matérialité,  quelque fois bloqué  il est en cage, ce qui provoque l’angoisse.

La planète isolée (ici Saturne) permet de se concentrer dans le domaine du secteur (ici la X, la position sociale). Le fait qu’elle soit rétrograde montre bien l’aspect karmique de la situation (la royauté est le karmique par excellence, ici encore plus du fait de l’ordre de succession : être la sœur de la reine c’était être dans l’ordre de la succéssion, tant que celle-ci n’avait pas de descendants).

Son opposition Vénus-Uranus n’incitait pas à la fidélité, d’autant qu’Uranus angulaire impacte l’ascendant Bélier, signe masculin de son énergie rebelle, lui donnant une personnalité volcanique qui n’acceptait pas la demi-mesure .

Sa Lune en carrée au nœud nord et sud sur 25°, est conjointe à Pluton à 20°. Elle focalise les problèmes affectifs karmiques, malgré la part de chance en secteur I , qui l’a protégé (il vaut mieux pleurer dans la soie …).

Son axe karmique indiquait un nœud nord en Bélier dont le maitre Mars se trouve en secteur III, en Gémeaux – un secteur de seulement 15°-  qui est celui de la fratrie, liée à Mercure par un carréen secteur VI en Vierge, en domicile de signe et de maison : sa sœur fut donc en relation directe avec sa souffrance, mais elle fut assez raisonnable pour s’y plier la plupart du temps, par calcul bien compris de ses intérêts (Mercure en Vierge sextile exact à Pluton, la rendait lucide). Le fait que le secteur comporte peu de degrés implique que les transits sont courts et arrivent ensuite dans la maison IV : il peut s’agir d’un problème d’environnement qui cesse lorsque la planète passe dans le foyer, secteur suivant ; il ne faut pas s’étonner qu’elle se soit mis à voyager pour se délivrer de cette influence.

Mars opposé Saturne R  indique ici une lutte,  et des discussions : la reine, chef de l’église anglicane,  opposa son veto à son mariage avec son premier amour héros de guerre Peter Townsend, de seize ans son ainé et, père de deux enfants,  américain et divorcé (ce qui rappelait n’était pas sans rappeler l’épisode d’Édouard VII abdiquant pour épouser Madame Simpson, américaine et divorcée, son abdication et le fait que le père d’Elisabeth soit monté sur le trône, à son tour).

D’autre part, il faut noter un yod, entre les planètes Mars et Neptune en sextile et en quinconces avec la lune noire, qui bien qu’un point, semble avoir jouer un rôle néfaste en XII en Verseau, opposée au Soleil, symbole du masculin. La lune noire en XII signifie une enfant qui n’est pas forcément bien accueillie (cela peut très bien ne pas être conscientiser par les parents).  Ici on peut penser que la mère, dans un premier temps attendait un garçon, d’où l’ascendant Bélier et le Soleil opposé Lune noire qui montre l’absence ou le manque de père ou du père.

Margaret,  Jupiter en secteur IV Lune et Jupiter en Cancer : la famille,  après la déception de ses vies conjugales, vécue sa vie de femme librement  (sa Vénus en domicile  en  Balance opposée Uranus,  carrée à Saturne R et à Jupiter, Mars, Pluton) : le foyer,  devenant un lieu souffrance à chaque rupture ( Lune conjointe Pluton en Cancer). Vieillissante, elle vécut comme toute femme riche et désœuvrée allant et venant  comme en réaction à sa sœur , mais  s’acquittant les devoirs de sa charge :  les tabloïds ont parlé du sérieux d’Elisabeth et des amants trop jeunes de Margaret.

Son Saturne rétrograde au milieu du ciel en Capricorne indique une discipline et, la concentration de planètes – Mars, Jupiter, Pluton et Lune, au fond du ciel et montre à quel point elle a aimé la famille où la reine  mère la protégeait, à une période où l’étiquette gouvernait chacun de ses pas (qui fit ensuite le malheur de Diana, morte un 31 août), mais où elle fut dominée par sa relation avec sa sœur.

Il faut se représenter qu’après la guerre, Londres démoli par les bombardements,  la royauté, se relevant de l’abdication d’Edouard VII, et ensuite de la mort de leur père Georges V qui avait soutenu le peuple anglais durant toute la période, elles devaient travailler avec Winston Churchill à remettre d’aplomb le pays et l’empire,  les crises se succédant dans un contexte difficile (indépendance de l’Inde en 1947, avec création du Pakistan suivies de guerres civiles et de massacres,  terrorisme de l’IRA début soixante dix, mort de lord Mountbatten dans un attentat, crises avec Margaret Thatcher dans les années quatre-vingt et guerre des Malouines). Les membres de la royauté  devaient resserrer leur rang, ne pouvant se permettre le moindre faux pas sous peine de chaos ou de disparaitre ( on dit que la reine règne,mais ne gouverne pas,  aussi c’est la colonne vertébrale du pays).

Il y a plusieurs façons de voir le dessin fait par les planètes de son thème pour expliquer la destinée de Margaret :

 Une configuration de planètes en “parapluie” (terme plus visuel pour moi que “seau” selon Jones) dont “la poignée” était Saturne en X, secteur de la promotion sociale, une corvée pour elle, (rétrograde)  la “toile” se situant dans l’hémisphère nord entre Uranus et Vénus, planètes en opposition, montrant la distorsion entre sa vie sentimentale et son désir de liberté.

L’autre façon de regarder le thème donne une  configuration  de planètes dont dont “la poignée” serait Uranus en I,  et la “toile” les planètes entre l’opposition Saturne-Mars. Je pencherais plutôt pour cette figure, Uranus étant sur l’ascendant, conjoint au nœud nord, et semblant mieux dépeindre  son caractère : dans ce cas Uranus tient le thème, mais le quart le plus peuplé de planètes est le quart affectif dans les deux cas et montre bien, comment elle fut la proie de ses sentiments. Dans les deux cas, Saturne opposé Jupiter montre la dualité de sa situation, tiraillée entre son besoin de famille et la corvée des devoirs de la charge, qu’elle s’efforça de remplir. On ne peut le classer  dans la catégorie du quadruplet, parce que les planètes ne forment pas un carré exact entre Vénus et Saturne (orbe trop large). La lune noire en XI, secteur de la lignée des femmes et des projets est trigone à la Lune, mais  elle n’est jamais bénéfique, d’autant qu’avec sa conjonction à Pluton et, le carré aux nœuds, elle porte une très grosse charge karmique.

Elle a disparu à 71 ans le 2 février 2002, c’était une grande fumeuse, ceci provoqua des problèmes pulmonaires puis une attaque cardiaque.

 

 

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.