la femme ou l’homme de “votre vie”

Beaucoup de personnes romantiques attendent toute leur vie,  “l’homme de ou la femme de leur vie” : disons-le tout de suite, ceci est un fantasme qui fait négliger une rencontre tout simple  d’un soir qui pourrait devenir autre chose avec un peu d’attention à l’autre !

La personne que vous désirez rencontrer n’existe que dans votre imaginaire : elle vous comprendrait, elle est intelligente si elle a une situation suffisamment bonne selon vos critères personnels, elle est surtout désirable parce qu’elle vous plait selon les schémas habituels (votre genre de beauté n’est pas toujours très personnel). Aussi le jour où une personne différente s’intéresse à vous, vous passez bêtement votre chemin parce que vous ne la juger pas conforme à l’élu(e) de votre vie !

Certains moins catégorique, ou plus indulgent, font un essai qui peut s’avérer concluant, ils ne fuient pas à la première déception (il ronfle, elle mange trop, plus grave elle veut un enfant et vous n’êtes pas prêt), bref, ils acceptent l’humanité de l’autre, là où d’autres passent leur vie en errance, en se disant “qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné” quand ils entendent se plaindre ceux qui ont un conjoint.

Pourquoi avons- nous des préjugés sur le sexe opposé ? Qui nous les a mis dans la tête ?

Il existe une ou plusieurs rencontres qui sont des tests pour nous jauger, il y a aussi des retrouvailles de personnes que nous sentons infiniment proches alors que nous ne les connaissons pas, mais ce n’est jamais pour une totale harmonie : en effet, où serait le défi, s’il fallait toujours être d’accord, et que la vie se passe sans anicroches d’aucunes sortes ?

Nous avons quelque chose à apprendre de l’autre, aussi cela demande un minimum d’efforts, en échange de quoi, nous progressons sur la voie humaine et spirituelle : l’autre n’est pas notre pourvoyeur de confort, de bonheur. Cette attitude, totalement égoïste, montre une immaturité, chez des personnes qui se croient infiniment supérieures aux autres, et qui demandent la perfection, alors qu’elles doivent elles-mêmes évoluer. Voici ce qu’il faudrait savoir de soi-même et de l’autre : 

K. G. Jung  a inventé l’animus et l’anima  (probablement en découvrant le yin et le yang au cours des ses voyages) :  l’animus et de l’anima, est une version du soleil et de la lune, une paire de termes complémentaires se référant à l’image archétypale du sexe opposé. Le terme anima fait référence à l’image de la femme idéal pour un homme et l‘animus, l’image idéal qu’un homme à de la femme. Ces images ont souvent peu de relation avec les relations réelles qu’une personne peut vivre. Elles sont influencés par des images issues de l’inconscient, de la petite enfance notamment, tel qu’il est défini par les parents. Pour se développer, une personne doit prendre conscience de ces concepts et les intégrer consciemment à toute relation.

En astrologie, les planètes féminines (lune, Vénus) et masculine (Soleil, Mars) indiquent les caractéristiques de l’anima et de l’animus.

Dans l’horoscope d’un homme hétérosexuel, la maison et le signe zodiacal de Vénus et de la lune, ainsi que leurs aspects, reflètent son anima.

Par exemple, s’ils sont de nature scorpionique, un  homme cherchera inconsciemment une femme profondément passionnée qui ne craint pas les aspects les plus sombres de la vie. Si, au contraire, le Gémeaux est la qualité dominante, il sera inconsciemment attiré par des femmes claires et plus intellectuelles, qui ne sont pas à court de mots et qui sont disposées à partager de nouvelles expériences.

Dans l’horoscope d’une femme hétérosexuelle, la maison et le signe zodiacal de Mars et du Soleil, ainsi que leurs aspects, donnent un aperçu de l’animus (le Soleil, en astrologie traditionnelle, représentait souvent le père ou le mari de la femme, plutôt que sa propre identité pour une femme).

Pour les deux sexes, le type de personne vers laquelle l’individu est attiré peut être vu par le signe situé sur la cuspide de la septième maison et son dirigeant planétaire, ainsi que par toutes les planètes pouvant se trouver dans la septième maison.

Bien sûr, les visions négatives ou trop idéalistes de ses anima et animus peuvent causer de sérieuses difficultés aux  hommes et femmes dans leurs relations : par exemple, si un homme croit que toutes les femmes sont infidèles (Scorpion) ou si une femme immature (type Gémeaux, Cancer) cherche sans cesse son prince charmant.

Les hommes acceptant leur propre «féminin intérieur» et les femmes acceptant leur propre «masculin intérieur» , plutôt que de rechercher individuellement quelque chose d’ extérieur à eux-mêmes sont bien mieux dans leur peau et peuvent plus facilement vivre en couple.

Les hommes peuvent développer leur propre côté bienveillant et nourricier avec la Lune, Vénus, tandis que les femmes peuvent développer leur courage et leur autonomie  avec Mars, et le Soleil en utilisant leurs horoscopes comme outils de prise de conscience de soi .

La relation de couple  s’opère avec cet handicap qui surgit dès lors qu’on accepte l’idée qu’on vit avec une femme idéale dans la tête de son mari , et un homme idéal dans la tête de sa femme en plus des êtres réels. Dans le couple, on est quatre.

Cet homme ou cette femme sont souvent fabriqués à partir de films vus dans l’enfance : les modèles américains où on ne cesse de se dire “je t’aime” sans aucun sentiment, les  femmes immenses des magazines (alors que la moyenne est à peine d’un mètre soixante-cinq) et les hommes avec des muscles à la “Rambo”, mais aussi la tarte que faisait maman et le bricolage de papa à qui rien ne résistait !  La réalité est différente, même si on a essayé de se rapprocher du modèle. Il y a donc beaucoup de monde à satisfaire dans un couple.

D’après un cours de Ch Drouaillet

Écrit par 

2 commentaires sur “la femme ou l’homme de “votre vie””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.