les pouvoirs positifs de l’opposition et du carré

“La vie avance selon une progression arithmétique simple. La série des valeurs des aspects en astrologie, est basée sur des multiple de 30° qui sont les phases successives du processus de croissance et de désintégration du cycle de la vie. Pour comprendre les aspects, on doit garder le sens de ce processus.”

Vous connaissez peut-être le cycle de la lunaison qui sert de base à tous les cycles des planètes : le cycle de la Lune et du Soleil est la représentation de tous les cycles mettant en relation deux planètes.

“Le cycle de la lunaison est un cycle de transformation : ceci est la base de la physique classique et de la métaphysique rationaliste développée plus tard en Grèce classique… Les phases de la Lune ne nous disent rien sur la Lune elle-même ou sur la position de laOn peut dire que toute relation n’ayant pas pour but de satisfaire le besoin d’un troisième facteur est sans signification spirituelle. Lune, elles ne se référent qu’à l’état de relation entre le Soleil et la Lune, à l’essence même de la vie. Elle nous révèle la lumière atténuée du Soleil. Ce cycle comme tout cycle de relation est un cycle comportant deux facteurs se mouvant à des vitesses différentes et des plans différents, et dont la relation donne des résultats concrets (nous et tout ce qui nous entoure) sur la Terre, Le  troisième facteur.

Le cycle commence à la Nouvelle Lune (c’est la “conjonction du Soleil et de la Lune), puis apparait un croissant à l’ouest, et ensuite vient le premier quartier,  la distance zodiacale continue d’augmenter, jusqu’à ce que le lever de la Lune à l’est coïncide avec le coucher du Soleil à l’ouest vers “l’opposition” ou pleine Lune.  On décompose ainsi passant de la poésie métaphysique à la mathématique astrologique.

Premier hémicycle : activité instinctive –germination et éclosion- rythme de conquête, puis tension au moment de l’opposition où nous atteignons un nouveau domaine : l’être humain responsable et conscient cherche le sens, en donne un, assume.

La conscience nait à l’opposition, la subjectivité doit cesser, il y a prise de conscience de la réalité, le mental se développe : l’objectivité consciente est le fondement de l’intelligence. Mais le sentiment de plénitude se divise à cause d’une myriade de relations. A partir de l’opposition, les aspects ne sont plus en rapport avec la conjonction de départ, mais en rapport avec l’opposition, c.a.d avec la prise de conscience engendrée par la nouvelle perception.

L’opposition est un type de relation unique : ici  Il faut prendre conscience du fait que dans l’opposition l’un ne peut être changé sans que l’autre le soit aussi : laisser le « voir » de l’autre, nous modifie et nous modifions le monde.

-Soit les deux protagonistes symbolisés par les planètes sont difficilement réconciliables, comme lorsqu’il s’agit d’un aspect de tension entre deux facettes de la personnalité (une Vénus manipulatrice en Scorpion et une Lune généreuse en Taureau).

-Soit on peut reculer par peur : «je ne veux pas savoir». L’expérience de l’opposition devient un quinconce (de 150°) croissant (quinconce  Bélier/ Vierge qui est type maison VI),  qui est une mauvaise adaptation personnelle, qui se transforme éventuellement en maladie, réparation de faute, omission, inefficacité. Cependant  le 5 représente  , la puissance qui permet à l’homme de s’adapter au monde matériel.

Soit l’opposition entre deux planètes est issue d’un quinconce décroissant de 210°, Bélier/Scorpion type maison VIII. Dans ce cas, on avait une opposition qui est devenue un quinconce décroissant, plus dur que le premier. Ici c’est l’autre planète qui prend le dessus : on a régressé. Un quinconce décroissant serait plus dur à maitriser que l’opposition qui l’aurait  précédé.

Soit on peut aller vers une nouvelle expérience, dans ce cas l’opposition peut devenir un trigone (dans les agissements dans le vécu) : ici le sujet avance pour inclure la personne, l’objet, dans son expérience et s’en servir, le trigone   nous force à nous questionner sur ce dont nous avons pris conscience à l’opposition : comment utiliser notre relation de la façon la plus significative. Le trigone est une vision du possible.

C’est le trois qui produit le trigone, une figure à trois côtés. on découvre le trois dans le triangle. le chiffre trois représente l’homme mental, l’intelligence active.

Le triangle est un symbole sacré, on a toujours fait  un usage mystique des triangles depuis Pythagore (voir le triangle égyptien du nombre d’or utilisé en Égypte et jusqu’à Kepler).

Dans ce triangle rectangle (bleu), l’hypothénuse représente le pouvoir divin permettant l’intégration des deux polarités de l’opposition car le triangle est soit la division d’un carré soit celle d’un rectangle  ce qui indique qu’il y a passage par le chiffre 4 qui contient une autre signification :  l’inertie de l’univers résiste aux pensées transformatrices, aussi il faut franchir le pas vers le carré, et passer du 3 au 4 car symboliquement le 4, c’est le monde matériel. En se divisant, le cercle de 360° (ou le zodiaque) forme une croix, la croix de l’action.

La vision du trigone doit aller vers l’action, aussi le trigone doit aller vers le carré, sinon, il dégénère spirituellement en sesqui-carré de 144°* – le thème visuellement ne change pas, c’est nous qui changeons.

Le carré et son pouvoir de formuler une vision , peut nous faire construire un modèle concret comme la maquette d’un bâtiment, les statuts d’une association, la partition d’une symphonie , etc… Si la vision ne peut avoir une emprise suffisante sur la conscience, on aura à combattre l’inertie intérieure ou extérieure qui bloque la transition du trigone au carré. Tout aspect de trigone dit  positif est activé par un carré : paradoxalement, ce sont les difficultés procurées par ce carré qui permettent de prendre conscience de la facilité des trigones.

C’est la raison pour laquelle lorsque vous avez, par exemple,  une pyramide (triangle équilatéral avec trois côtés de 120°) – souvent situé dans une configuration appelée cerf-volant (pyramide avec un triangle mineur fait de deux sextiles) – on vous demande de chercher s’il existe un carré qui part d’une des planètes, afin de faire vivre cette belle figure, qui peut vous enfermer dans l’inaction, et la satisfaction de soi, même si effectivement,  elle vous apporte beaucoup de bien-être. Cherchez votre carré le plus exact pour le faire vivre consciemment, car il est très puissant, notamment si une des  planètes  part d’un trigone.

Dans le thème de Coluche, plusieurs grand trigones entre Soleil 5°/Mercure 10°/ Mars 10° et Saturne rétrograde à 10°  faisant un carré avec Pluton 10°.

On voit ici que l’ironie verbale de Coluche symbolisée par Mars-Mercure -en VI – carrée Pluton -en IV-  alliée avec le trigone de  Saturne rétrograde en III au Soleil , conjoint nœud nord, a lié paroles et actions en faveur des déshérités : en fait s’il n’avait pas eu ce carré qui lui avait fait connaître le manque dans son foyer natal, son Saturne rétrograde en Cancer (nourrir) trigone Soleil en Scorpion (dureté) ne l’aurait pas forcément poussé à agir. Par contre, Vénus en VII (être aimé par les autres, donner de l’amour aux autres) maitre de l’ascendant Taureau, trigone à Pluton Maitre de Soleil-Mars-Mercure a peut-être été déterminante.

On note que l’opposition Lune en Poissons – maitresse du nœud nord- au MC  à Jupiter en Vierge a été dépassée pour devenir un joli trigone nourricier.

On peut voir un cerf-volant  formé par l’opposition des nœuds la pyramide en terre avec l’ascendant et le nœud sud et le trigone mineur qui va sur le nœud nord apex. Ici on a des points qui sont théoriquement moins “forts” que des planètes !

*Les phases représentent non pas des changements dans la Lune elle-même, mais des changements dans la relation angulaire de la Lune et du Soleil par rapport au centre de la Terre.

*le sesqui-carré est un aspect de réaction,  jouant le même rôle que le quinconce pour la transition de l’opposition au trigone : dans le sesqui-carré, on peut faire l’expérience ici de la défaite de l’idéaliste qui a échoué dans ses tentatives de rompre les “on doit” ou les tabous des traditions passés, peurs, découragements).

voir https://www.jacquier.org/nombre-or-art.html).

Idées et paroles extraites du “Cycle de la lunaison” et des “Aspects astrologiques” de  Dane Rudhyar,et Leyla Rael.

 

 

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.