Dépoussiérer les maîtrises des planètes

On se demande, quelquefois, même si l’on connait la signification mythologique pleine de poésie, et de cohérence comment s’est faite l’attribution des maîtrises principales des planètes des signes du zodiaque…

 Une note d’un astrologue américain, Richard Nolle  dit  : 

 “Le système de Ptolémée du second siècle est un schéma artificiel dont l’utilité est dépassée…Ptolémée  récapitulait le savoir des Babyloniens et des Egyptiens”.

 La découverte des planètes  Uranus, Chiron, Neptune et Pluton, a permis  d’envisager une autre manière d’analyser  l’influence des planètes en signes et de définir là où elles se trouvent le mieux.

Auparavant, on ne disposait que des deux luminaires le Soleil et la Lune et, des planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. On a donc attribué deux signes à chacune et, un signe aux luminaires, puis plus tard des astrologues ont choisi des signes du zodiaque où il leur semblait que ces planètes étaient moins bien situées. Ce qui fait qu’en face du domicile de la planète on a l’exil de celle-ci. L’exaltation désigne un lieu où la planète serait mieux que mieux, en pleine exagération, et en face, c’est la chute (forcément, quand on fait la folle, on chute). Pour Mercure, on a un vide des deux, totalement injustifié.

D. Rudhyar et A. Ruperti ont remis cela en cause car on sait que tout est énergie : les planètes et les éléments qu’on pouvait considérer comme relativement stables sont composés d’atomes en mouvement, qui sont en synchronicité avec nos atomes.

Christian Drouaillet disait : « que les planètes étaient bien, là où elles étaient dans les thèmes, pour la vie que la personne avait à vivre », ni en mal, ni en bien, juste avec une signification qui véhiculait un sens, qu’on devait comprendre.»

En fait ,”tout est bien dans le meilleur des mondes” disait Candide de Voltaire.

On peut oublier les exils et les chutes selon Drouaillet,  mais on peut les retenir pour faire sa cuisine intellectuelle personnelle lors d’une analyse, mais c’est plus dangereux que salutaire : celui qui aime faire peur pour se donner du pouvoir en jouant les mauvaises augures peut continuer.

Voici d’abord, le schéma tiré du livre L’astrologie de la guérison de ChriFaut-il depoussierer les maîtrises des planètes ? stian Drouaillet, où l’ on voit le classement de Ptolémée auquel ont été rajoutées les trois nouvelles planètes à gauche : Uranus, Neptune et, Pluton.

Les planètes au centre, sont en domicile, elles sont chez elles dans les signes qu’on voit de part et d’autre jusqu’à Mars,  puis nous voyons ensuite les planètes à l’extérieur du cercle. Pluton, maître du Scorpion avec Mars, Neptune maître des Poissons avec Jupiter et, Uranus maître du Verseau avec Saturne. On dit alors que ces signes là ont deux maîtres, au contraire des planètes Mercure, Vénus, qui maîtrisent deux signes ( l’astrologie de la guérison de Christian Drouaillet).

En fait , depuis les choses ont encore changées, car les astrologues américains de la fin du XXém (Jeff Green, etc) ont observé l’influence des  trois nouvelles planètes, et de la quatriéme Chiron. On conserve les domiciles classiques, en substituant pour trois signes du zodiaque ces trois autres planètes découvertes il y maintenant cent ans pour Pluton, et bien plus pour Neptune et Uranus et on peut se dispenser de donner deux maîtres à certains signes, puisqu’on a le choix à partir de Mars.

Pluton est totalement à sa place en Scorpion, si l’on s’intéresse au niveau spirituel du Scorpion (équivalent à maison VIII : la II de la VII)  signe  de la sexualité créatrice, fort d’un potentiel de transformation. Pluton modifie profondément nos comportements quand il transite sur une dominante ou sur un angle, grâce à son potentiel transformateur, il est donc celui qui va le mieux avec le signe. Mars ici donne plutôt le côté primaire de la sexualité puisque en tant que maître du Bélier, il est juste le germe de toute naissance.  

Uranus est le maître incontestable du Verseau, il y est totalement à sa place , il a une force terrible qui ressemble à celle de Mars et les tibétains prenaient déjà Mars comme maître du Verseau ! Saturne ne peut y être bien car la planète des limites, est le contraire d’Uranus, la planète de la transgression, de l’ouverture à de nouveaux horizons, de nouvelles valeurs.

Neptune est  bien le maître des Poissons, l’eau du maître des océans évoque la confusion de la perméabilité, la diffusion dans les profondeurs de l’insondable.

Jupiter n’a pas grand chose à faire en Poissons, Jupiter est omniprésent, ostentatoire dans bien des cas et rarement modeste dans ses approches protectrices, or les Poissons sont aussi serviables que discrets, c’est tout le contraire et si l’on rapproche des affinités en maison, Jupiter n’est pas à sa place dans la maison XII !

On peut garder les exaltations qui sont des surcompensations, donnant l’exagération : Lune en Taureau, Soleil en Bélier, Vénus en Poissons, Mars en Capricorne, Jupiter en Cancer, mais, on ne peut pas mettre Neptune en exaltation en Lion le signe de l’ego, le feu éteindrait ce dieu de l’eau ! Neptune est mieux en Scorpion ce qui le mettrait d’ailleurs, selon l’ancien système en chute en Taureau, signe le plus matérialiste du zodiaque. 

Quant à Saturne, qui  n’est bien que chez lui en Capricorne, on peut  le mette en Vierge, signe de la comptabilité, ce qui le mettrait en chute en Poissons, et c’est bien le cas, car ici il enlève toutes les illusions, nie la foi, et critique l’intuition et les arts.

Les planètes rapides, elles, sont toujours maitresses de deux signes, Vénus du Taureau et de la Balance, Mars maitre du Bélier et éventuellement second maitre du Scorpion.

Mais réfléchissons  à  Mercure , Dieu ailé, messager, porteur du caducée, dieu des voleurs, il ne peut être mal placé en Sagittaire puisque le Sagittaire est le signe des études supérieures, des grands voyages (or l’astrologie classique le classe ici en exil parce qu la IX a des visions vers le ciel que Mercure ne pourrait atteindre !Faut-il depoussierer les maitrises des planètes ?

Pourquoi y serait-il plus mal qu’en Gémeaux, le signe des touches à tout, grand négociateur, commerçant ( dieu des voleurs dans la mythologie) ?

Pourquoi y serait-il plus mal qu’en Vierge, un signe de terre, dans lequel tout est discuté, disséqué et où ce dieu léger, doit vraiment souffrir d’un tel traitement  ? Les signes de terre sont lourds : Mercure le Capricorne le rend sec, et le Taureau le rend lent, les deux le rendent têtu, mais en Vierge, c’est un bon organisateur, un bon assistant, paré de toutes les vertus.

En ce qui concerne Mercure en Poissons, où il était placé en exil , il y a un total mépris pour l’esprit de finesse, alors qu’il y est bien pour la création artistique : au final, on peut dire que ce sont les signes d’air qui lui conviennent le mieux, un lieu ou l’esprit peut réfléchir à son gré.

Réfléchissons et n’utilisons pas de recettes toutes faites : les planètes de feu, comme Mars, Jupiter, Uranus, Pluton, sont en affinités avec les signes de feu et d’air et, perdent de leur puissance dans les signes d’eau où leur action est amollie, mais où elles y gagnent en inspiration : Jupiter en Cancer fait des enfants (ici en exaltation), en Poissons, il les soigne, en Scorpion, leur sort est fatal.

Les planètes de feu s’endurcissent dans les signes de terre : Mars en Capricorne fait bien la guerre, il y est en exaltation , alors également Pluton  car ne dit-on pas que pluton est l’octave supérieur de Mars ! Jupiter en Taureau amasse, thésaurise, et de généreux part dans les paradis fiscaux, comme d’ailleurs en Capricorne, ou en Vierge.

Uranus en signe de terre, en tant qu’octave supérieur de Mars, multiplie les effets : nous verrons cela au printemps quand Uranus arrive en Taureau.

Les planètes douces la Lune, Vénus, Neptune sont à l’aise dans les signes d’eau et de terre, puisque les deux éléments sont compatibles. L’eau est fortement reliée à l’âme, tandis que la terre est concrète et fécondable.

Vénus en Scorpion (classée en exil) n’ y est pas si mal car elle féconde, tandis que la lune ou Neptune,  y sont tournées vers l’ésotérisme et la médiumnité.

D’autre part, les maisons sont aussi équivalentes aux signes et vous devriez en tenir compte, dans votre analyse, en laissant un moment les signes de côtés, comme le font les américains à cause de la précession des équinoxes (recul de 23° par rapport au ciel) .

La destinée semble plus attachée aux maisons, les planètes sont des acteurs en nous, les signes sont rattachés au tempérament. Une lune en IV est une Lune foyer, home, maison, même si elle n’est pas en Cancer, et même si elle a envie de faire autre chose, elle le fera chez elle, car c’est son besoin.

Toute planète peut avoir une action positive, il n’y a aucune raison pour que ce soit négatif à priori , c’est à nous de nous adapter !  

Si l’individu  peut aussi renaître à lui-même et, dépasser la crise qui était inscrite dans tel ou tel aspect, de ce fait transformer son thème comme il se transforme,  les aspects étant des signaux d’alerte, des balises de détresse, on doit s’en servir pour avancer.

Certains astrologues disent que peu de gens veulent faire un travail sur eux – mêmes : ils continuent donc de flatter l’aspect “augure” de l’astrologie traditionnelle.

 

 

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.