Mercure : conjonctions supérieure et inférieure

Dans les livres des bases astrologiques traditionnelles,  on classe Mercure dans les planètes “neutres”.

Quelle injustice! Lorsqu’on sait quel tort peut faire le mental s’il n’est pas bon, on ne peut parler de neutralité ! Mercure qui est notre mental (mind) est  solaire, puisque proche du Soleil,  qui est lui « l’Esprit » en nous (spirit).

 « A la racine de tous les problèmes mentaux, il y a un nécessaire équilibre entre l’Esprit (Soleil), le mental (Mercure) et le corps (la terre). Le processus “d’individuation” passe par le développement du mental et de la capacité de l’individu à exprimer son Moi et à donner un sens à sa destinée, et cela ne peut s’accomplir qu’à travers un mode de pensée clair. »

Jugé en domicile en Vierge et en Gémeaux, anciennement qualifié de domicile nocturne et diurne, les autres affinités ont été laissées de côté par les anciens.

Le cycle  de Mercure à été décrit par  Rudhyar (en Amérique) et par Ruperti (en Suisse) qui lui ont donné ses lettres de noblesse. Le cycle de Mercure autour du zodiaque – l’écliptique, la route des planètes en héliocentrique – n’est pas très simple. Mercure croise deux fois le Soleil auprès duquel elle se tient en ne s’écartant jamais de plus de 30° en moyenne, faisant avec lui une conjonction inférieure et une conjonction supérieure, ce phénomène se produisant seulement trois fois par an, tous les 116 jours dans des signes différents tandis que le Soleil avance durant l’année du Bélier aux Poissons.

Dans cette approche d’analyse, on ne se contente pas d’un thème fixe, on l’étudie dans son évolution.

La conjonction de Mercure avec le Soleil, dite inférieure, n’a en rien une infériorité par rapport à la conjonction, dite supérieure. En fait, elle est considérée comme une Nouvelle Lune , tandis que la conjonction supérieure avec le Soleil est considérée comme une pleine Lune ; ceci change l’interprétation  de la façon et du style de Mercure vis-à-vis du Soleil, passant de fusion subjective dans la conjonction inférieure,  à une distanciation objective dans la conjonction supérieure où Mercure est directe.

Cela va même plus loin, puisqu’il y a en fait quatre phases qui ont été décrites : Mercure après le Soleil est Épiméthée direct puis devient Épiméthée rétrograde   en conjonction avec le Soleil, avant de devenir direct dit Prométhée direct ce qui donne quatre types de mentals, lorsque ceci est “cristallisé” dans un thème natal :

Mercure Prométhée direct au natal : considéré comme avide de nouvelles idées et expériences, sans s’appuyer sur des acquis, rebelle à toutes mises en forme, original, inventif, curieux, téméraire, optimiste.

Mercure Épiméthée direct au natal : un mental traditionnel, classique, se référant aux expériences connues, ( après s’être éloigné du Soleil de 28° maximum.  La vitesse de Mercure est de 1°30  par jour tandis que celle du Soleil est de 59′, permettant de le rattraper, les vitesses  diffèrent au moment de la rétrogradation jusqu’à être stationnaire.

On peut voit Mercure se lever avant le Soleil par observation astronomique, il s’agit du moment où Mercure Épiméthée rétrograde devient Prométhée, en passant entre le Soleil et la Terre au plus prés des deux. La planète passe avant le soleil dans les degrés précédents ceux du soleil et souvent dans le signe précédent. Dans la colonne, vous voyez un petit R prés de Mercure dans la colonne de  droite à 4°46 Sagittaire. Il s’agit de la précédente conjonction inférieure.

Voilà ce qui se passe dans le natal chaque fois qu’une personne vient au monde avec un Mercure rétrograde, c’est  différent selon la phase de rétrogradation.

La rétrogradation donne une tendance à la remise en question de tout ce qui sera dans l’ordre des choses. Lorsque par progression (un jour égal un an), votre Mercure deviendra rétrograde au moins une fois dans votre vie  vous reconsidérerez les choses d’une façon différente autour de vous, envoyant des signaux originaux, mais où vous n’êtes pas sur d’être compris, durant 16 ans environ.

Le moment de la conjonction inférieure risque d’être confusionnel pendant plusieurs années, cela donne un Mercure “différent”, même si les apprentissages se font difficilement, mais finalement ne nuira nullement au progrès intellectuel, sauf si le départ de la vie est difficile.

Quand Mercure devient Prométhée direct, durant l’adolescence,  par exemple à 13 ans  l’individu évolue, se construisant une personnalité différente, originale et talentueuse dans des domaines insoupçonnés. Le processus de transformation se fait vers l’adolescence puisque la durée de la rétrogradation à partir de la conjonction dure 13/14 jours avant que la planète Mercure ne redevienne directe (on remarquera que c’est  aussi l’opposition de Saturne à 14 ans). Il y aura à ce moment l’émergence du papillon contenu dans la chrysalide (pas forcément gracieux, mais en pleine possession de ses moyens). Quand Mercure devient rétrograde par progression, on se referme sur soi-même et on adopte un comportement encore plus retiré qu’on pouvait l’avoir auparavant avec un Mercure classique Epiméthée, mais ce comportement n’a rien à voir avec une quelconque attitude de retrait qui peut être due à d’autres facteurs dans le thème (un Poissons, une maison XII chargée de planètes).

Nous vivons une conjonction supérieure le 31 janvier 2019 entre le Soleil 11°23 et, Mercure 12°25 directe qui vient de Mercure Prométhée direct (passant de avant à après le soleil)  durant les derniers mois de 2018 (voir après)  et passera à Mercure Epimithée directe devant le Soleil. Devant veut dire en terme de degrés après car dès le 1er février 2019, Mercure sera à 13° et le soleil à 11° en Verseau donc Mercure est devenu Epiméthée.

Le 6 mars 2019 Mercure devient rétrograde à 29°39 en Poissons, et le Soleil est à 15° Poissons.

Le 15 mars 2019, Mercure devenu rétrograde fait sa conjonction inférieure avec le Soleil à 24° Poissons durant les 5 jours suivant, ce sera pareil.

Puis le 29 mars 2019, Mercure redevenu direct à 16° en Poissons, Soleil à 8° en Bélier, on voit que Mercure est Prométhée (avant dans le signe), tandis que la future conjonction supérieure Mercure et Soleil aura lieu le 21 mai 2019 à 29° Taureau.

Cela a commencé (ou continué parce qu’en fait on pourrait l’expliquer en parlant d’abord de la conjonction supérieure puisque c’est un éternel recommencement) au début par la conjonction inférieure du 27 novembre 2018 avec Mercure rétrograde Epiméthée à 4°/5° en Sagittaire avec le Soleil, puis Mercure est devenu directe et Promothée le 7 décembre à 27°Scorpion, le Soleil étant à 15° Sagittaire.

On voit qu’il y a un écart  de deux mois et une semaine entre les deux conjonctions.

Tout ceci peut paraître difficile, mais ce mouvement est important pour bien analyser son Mercure. Référez-vous aux ephémérides du blog et faites l’effort de voir quel fut votre cycle de Mercure, cest assez fastidieux et précis et vous avez surtout à regarder si les planètes sont dans le même signe dans les conjonctions, de même que si le R se trouve en haut de la colonne dans le mois,  vous le conservez sur la ligne, jusqu’à ce que vous voyez apparaitre un D pour direct. C’est un phénomène pendulaire, une fois avant une fois après le Soleil. Si vous avez votre mercure dans le signe précédent votre signe solaire, ou à un degré inférieur au soleil vous avez un Mercure Prométhée, si vous avez un Mercure dans le signe suivant ou à un degré supérieur au soleil vous avez un Mercure Epiméthée…

 

*Dane Rudhyar dans « Approche Astrologique des complexes psychologiques »

 

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.