Polarité

Je vous invite à réfléchir sur le principe de polarité qui opère en nous.

« Là, où il y a la vie, il y a le principe de polarité. Les biologistes ont réalisé que la vie implique essentiellement une disposition positive et négative des phénomènes électriques.

Toutes nos cellules sont chargées électriquement et les nerfs opèrent sur la base des courants électriques. Dans le système nerveux d’un être humain, deux sous- systèmes s’opposent dans leur action et, la santé résulte de leur équilibre dynamique.

Bien sur, toutes les activités demandent la libération de ces charges électriques, l’électricité a un caractère bipolaire, un aspect positif et négatif.

Dans l’organisme humain plusieurs fonctions agissent ensemble. La santé est présente quand ces fonctions opèrent harmonieusement et, dans une interdépendance  rythmée.

Les anciens philosophes chinois exprimaient le caractère auto rythmé propre à tout processus, dans l’image des 2 forces opposées des polarités Yin et Yang, qu’on Polarité - suite voit dans un cercle. Cette figure n’est pas statique, elle représente un processus bi-polaires. Il exprime le rythme des saisons et, le zodiaque astrologique est l’expression symbolique de ce processus bi-polaires.

La force de jour se réfère à la polarité masculine, yang, qui a moins de force au moment du solstice d’hiver. La force de nuit, Yin, se référant à la polarité féminine est à son maximum de puissance. Durant les mois d’hiver, la force de jour augmente et les jours deviennent plus longs, la force de nuit décroit : les deux forces sont équivalentes au moment de l’Équinoxe de printemps.

Au Solstice d’été, la force de jour atteint le maximum de sa puissance, la force de nuit est au plus bas. Puis la force de nuit augmente peu à peu, pendant que la force de jour diminue encore une fois, pour devenir égale au moment de l’Équinoxe d’automne…   

Le principe de polarité opère aussi dans le royaume de la vie, dans la sexualité : les formes du début de vie ne sont pas classées, selon le sexe. L’organisme uni cellulaire se divise en deux, automatiquement, à l’infini. Jusqu’au troisième mois de la gestation, l’embryon dans le ventre de sa mère, possède les germes des organes mâles et femelles. La différence structurelle qui se produit ensuite, n’est pas absolue. Le corps masculin conserve potentiellement des structures  féminines (anima) et, le corps féminin montre des structures correspondant à des  marqueurs masculins (animus)…Mais le corps en entier ne représente qu’une partie de la personnalité extérieure.

A l’aspect extérieur, on doit ajouter l’aspect intérieur de la personnalité qui est habituellement appelé la psyché…

Les forces qui ont produit le caractère mâle ou femelle du corps ne sont pas les seules : à l’intérieur et à travers le corps mâle  une psyché femelle est aussi au travail. On peut penser qu’elle provient des caractères primordiaux femelle existant durant la phase pré sexuelle de la croissance de l’embryon.

En d’autres mots, l’ovule fécondée dans la matrice est à la fois mâle et femelle potentiellement, et quand le germe des fonctions dominantes mâle devient dominant et que l’embryon  développe graduellement des caractères rudimentaires masculins, le germe femelle ne disparaît pas. Il ne perd pas entièrement sa force, il grandit dans une direction opposée à la construction sexuelle du germe mâle, il développe en même temps des traits  sexuels opposés psychologiquement… cela opère à l’intérieur du subconscient…

Astrologiquement, avec le Soleil et la Lune, nous avons les symboles de l’aspect sexuel de la nature humaine, dans le corps masculin et féminin tandis que Jupiter et Saturne nous donne des indices sur l’activité opposée des forces, respectivement dans  la psyché masculine et féminine qui sont deux planètes sociales et, aussi les planètes de l’âme. Elles traitent de l’organisation sociale de la communauté, de son maintien, des facteurs collectifs… La puissance sexuelle, elle,  opère par les structures organiques qui sont régis par Mars et Vénus.

Toutes ensembles, Soleil, Lune, Mars et Vénus, Jupiter et Saturne traitent des facteurs individuels or les principes individuels et collectifs sont les polarités les plus basiques de toutes formes d’existence.

La force de jour, yang, dans le cycle de l’année se manifeste par une poussée d’individualisation et la sexualité est la force qui agit au cœur de ceci. Mais l’individu  nouveau né (puis plus tard l’adulte) est seul. Il est né dans une collectivité et, c’est cette collectivité, sa tradition qui fournit à cet être ce dont il a besoin au niveau biologique et mental, la nourriture, le savoir, le langage, et les institutions sociales nécessaires pour l’accomplissement de sa personnalité individuelle symbolisée par Jupiter et Saturne.

Quand Jung nomme  l’anima , le principe féminin dans l’homme et, l’animus principe masculin dans la femme, il en parle comme de quelque chose d’indifférencié, de fonctions psychiques archaïques qui peuvent se manifester dans les rêves, les fantasmes, les intuitions, les facultés supra sensibles,  constituant ce qu’il y a de moins évident, symbolisé par Jupiter et Saturne.

D’après “Sex factors in personality” de Dane Rudhyar, disponible gratuitement sur Khaldea.com

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.