Pervers narcissique ?

Cet article est un article de néophyte, car je ne suis pas spécialiste et justement je trouve excessif de qualifier n’importe qui de n’importe quel psychose grave, à cause de modes lancées par des journaux qui veulent vendre du papier  aussi “pervers narcissique” devient un adjectif dans la bouche des femmes, pour qualifier généralement un compagnon très pénible.

Actuellement, c’est  pervers narcissique.

Il y a eu le border-line,  à tel point que le mot est passé dans le langage courant, il y a bi-polaire et, bien avant le parano et le mégalo. Bref, la société  semble peuplée de malades mentaux. Mais où sont les lignes de la normalité !

Poser un qualificatif psy sur quelqu’un est grave : une névrose est une atteinte temporaire due à un moment de vie difficile, ou bien un terrain hérité de l’enfance, mais on ne passe pas toujours au stade suivant la psychose, qui se développe, en général, dans des moments où la personne est dans un contexte très difficile.

Je transcris ici un article pour nous éclairer.

Les pervers narcissiques, qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ?

Voici ce que dit  Jean-Charles Bouchoux, en 2013.

“Un pervers narcissique n’a jamais tort ! Il utilise le déni pour nier ses responsabilités ainsi que la réalité de ses actes” explique dans son livre ce psychanalyste. Ce type de pervers cherche à éviter toutes sources de conflit pour toujours garder une bonne image de lui. Il n’avoue jamais sa culpabilité.
Le pervers narcissique ne refoule pas ses pulsions, car il cherche à tous prix à éviter une souffrance morale. “Le passage à l’acte lui permet de les évacuer vers l’extérieur. Le pervers a entendu la loi, il sait que ce qu’il fait est répréhensible, il va devoir dénier l’origine et porter sa faute sur quelqu’un d’autre”.

Son mode opératoire pour passer à l’acte ? La double personnalité… “Jekyll est le bon sujet, le bon enfant que l’on attendait qu’il soit. Pour les mauvaises pulsions, Hyde s’en charge…” . Pour se débarrasser de toute culpabilité, le pervers narcissique rejette ainsi sa faute sur l’autre. De cette façon, il garde une bonne image extérieure et passe même parfois pour la victime. C’est ce qu’on appelle l’identification projective. Il isole, il rabaisse l’autre pour se valoriser

Le narcissisme est l’amour que l’on porte pour soi-même*. Contrairement à ce qu’il laisse paraître, le pervers narcissique est une personne qui manque de confiance en lui. “Pour compenser, il développe une image démesurée de lui-même”. Pour se donner l’air important, il essaye d’avoir de beaux objets ou des relations avec des personnes attirantes. Il garde ainsi un sentiment de pouvoir en rabaissant sans cesse sa victime, tout en la faisant culpabiliser pour mieux la contrôler

L’angoisse de la perte : le problème avec le pouvoir c’est qu’on peut le perdre à tout instant. Lorsqu’un pervers narcissique obtient de sa victime une admiration totale, il ne veut pas qu’elle puisse reprendre le dessus et le quitter aussi il dévalorise sa victime, la rendant moins importante à ses propres yeux.

Pour garder l’emprise, l’empêcher de prendre conscience de la situation anormale, le pervers narcissique fait tout pour la contrôler. “Ce pervers a besoin de proximité et d’un lien difficile à rompre : lien de subordination, lien parental, lien filial ou encore amoureux, il utilise ces liens pour assujettir l’autre”.

Aussi se servir d’une autre personne pour soulager les pulsions, est la meilleure diversion. “On peut aussi trouver l’utilisation d’un tiers dans les groupes, les entreprises ou les institutions”. Par exemple un responsable qui se moquerait d’un salarié. Si les autres ne veulent pas perdre leurs places, ils ont tout intérêt à faire pareil. De cette façon, il se met à l’abri et n’est pas le seul fautif.

Comment sortir de son emprise ?

 Quelques conseils pour contrecarrer les manipulations d’un pervers narcissique :

– Renouez avec vos proches : n’hésitez pas à expliquer les événements et demander de l’aide aux autres. Prenez de la distance, pour éviter de retomber sous ses belles paroles.

– Arrêtez de vous justifier : Plus on se justifie plus le pervers se sent en position de force.

– Osez le détester : Arrêtez de culpabiliser, “la victime en ne s’autorisant pas à détester, ne peut pas procéder à un deuil salutaire”.

– Coupez court à toute communication : lui infliger à votre tour des attaques ferait de vous un pervers narcissique. Le mieux est de vous éloignez et ne plus avoir aucun contact avec lui.”

* Complexe de Narcisse : Centration sur soi et incapacité d’aimer. Fait de trouver naturel d’être aimé sans retour.  Fait de s’auto analyser et de ne parler que de soi. Fait de ne s’intéresser à l’autre que si on se reconnaît en lui.Le narcissisme s’étend au prolongement du Moi (famille, amis, etc.).Il est associé aux complexes d’abandon, d’infériorité et de culpabilité. Une personne très susceptible l’est car elle rapporte tout à elle-même.La société exalte le culte du Moi.

*une vidéo d’une émission d’Arte sur Youtube nous explique que c’est le marketing des sociétés pharmaceutiques qui popularise des termes pour nous familiariser avec des désordres que nous pouvons soigner avec leurs médicaments

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.