Technique astro : le rythme des planètes lentes

Comme le retour des planètes lentes extérieures à la Terre est régulier, il a servi de  calendrier pour les étapes de la vie humaine, depuis la nuit des temps. les anciens se sont vite aperçus que nous vivons tous, plus ou moins, au même  rythme, avec le même développement depuis l’enfance en croyant pourtant, être maitre de nos décisions.

La Lune, la planète la plus rapide et dont l’effet est le plus visible, est encore dans  certaines civilisations où la religion est associée étroitement à la vie publique, car c’est le mouvement respiratoire de la vie.

Je vais parler ici des planètes lentes, à noter qu’Uranus  n’a été découverte qu’au moment de la révolution américaine de 1781,  Neptune en 1843, Pluton en 1930 et Chiron en 1977.* Quel est ce rythme  ?

Entre deux planètes comme Saturne (cycle de 29 ans*) et Uranus (cycle de 84 ans), il se produit un balancement régulier, comme avec une grande et une petite aiguille (qui n’a rien à voir avec le rythme très rapide  du Soleil et de la Lune : voir article).

Ceci donne des phases dans notre vie qui se décomposent de la façon suivante :

– âge de raison à 7 ans, c’est le premier carré croissant de Saturne : un défi d’action, l’enfant sait ce qu’il veut, et on constate qu’Uranus a avancé de 30°, aspect positif de semi sextil.

– crise de la puberté à 14 ans, c’est l’opposition de Saturne à lui-même, avec le sextile d’Uranus qui l’incite à agir différemment, en se tournant vers sa nouveauté.

– carré décroissant de Saturne à 21 ans, le jeune adulte refuse les anciens schémas et c’est la première fois qu’il désire agir à partir de ses propres schémas de pensée, accompagné du trigone d’Uranus qui lui ouvre des perspectives de nouveauté, (et jusqu’aux années soixante dix la majorité était  à 21 ans).

Ces règles remontent à la Grèce Antique où l’on ne pouvait entrer au “parlement” qu’à 28 ans et, 28 ans c’est grosso modo à quelques mois prés, le retour de Saturne à sa position natale, tandis qu’Uranus fait un aspect facilitateur de trigone à sa place de naissance : à ce moment là,  le jeune adulte fait un bilan, avant d’avancer dans sa vie.

Actuellement, on voit des jeunes très diplômés tourner le dos à leur études pour faire une formation plus manuelle et pas forcément parce qu’ils ne trouvent pas de travail : en fait il y a un début de maturité qui leur met les idées en place. Les faits sont parlants. C’est pour une femme le moment de faire un enfant, car déjà la fertilité décroit lentement dès 30 ans. Tous le monde en y réfléchissant s’aperçoit que ces dates ont compté ; mais ce sont des moyennes, et il faut  donner un an ou deux de battements pour en juger

Le retour de la Lune progressée (calcul où un jour égal un an) se fait à 27 ans et 8 mois,  marquant déjà le changement qui sera entériné par le retour de Saturne à 28 ans et demi. Durant cette période, se passent des choses généralement importantes , des prises de décisions qui vont ensuite tout changer (souvent en toute liberté).

 Uranus  se met en opposition avec lui-même entre quarante et quarante-deux ans ce laps de temps de plusieurs mois agit fortement sur les énergies de l’individu et entraine pour de nombreuses personnes des changements profonds, souvent définitifs et irréversibles. A quarante-cinq ans, Saturne se met en opposition à lui-même continuant de perturber les décisions, par des événements qui semblent des coups du sort.

Le retour de Chiron à sa place natale à cinquante ans est là pour entériner les changements, il va gérer la tempête, c’est un peu l’artisan du grand bilan quand il revient à la même  : la personne peut lâcher prise sentant qu’elle n’a plus le courage d’aller au devant de nouvelles aventures trop fatiguantes, elle veut se calmer, elle appelle l’apaisement !

Chiron est un pont entre les vieilles habitudes de Saturne, qu’il balaie, pour nous faire avancer vers le renouveau symbolisé par Uranus dans la maison , dans le domaine où la puissance d’Uranus se situe dans notre thème.   Ce transit lent qui dure selon les personnes de plusieurs mois à plusieurs années nous fait évoluer si nous comprenons que ce que nous avons enduré durant les années précédentes.  C’est le moment   de changer nos façons de voir et de faire, de comprendre, d’envisager l’existence. Mais si au lieu de bouger nous nous replions sur nous-même et accusons le “mauvais sort”, nous avons souffert pour rien.

Tout ceci se passe différemment en chacun d’entre nous, personne ne peut dire : “moi je n’ai rien vu, je n’ai rien senti”, à moins d’être sourd et aveugle aux changements.  Chaque action ou innovation, ou décision au cours d’une période de passage d’une ou plusieurs planètes lentes, y fait écho.

Jupiter, qui revient presque tous les onze ans à la même place, apporte  un peu de chaleur, de chance,  mais c’est toujours selon sa place, ses aspects  dans notre thème natal. Si au natal il fait des aspects difficiles avec des planètes comme Uranus, Mars ou Pluton, le couple de planètes produit une telle force qu’il peut causer des excès , des éclats qu’on peut regretter ensuite. L’énergie de Jupiter amène l’exagération, tandis qu’on peut prendre de sages décisions au moment du retour de Saturne des décisions qui étoufferont peut-être un peu la personnalité.

Le retour des nœuds lunaires est une donnée importante à prendre en compte ; ils reviennent à leur place à 18 et demi, et 37 ans, âge auquel les femmes font souvent leur premier et leur dernier bébé et ces dates sont en rapport avec leur fertilité, les intercylces de 9 ans, produisent également leur effet, à 27 ans et demi donc en même temps que le retour de la lune progressée, et à 46 ans en même temps que le retour de Saturne. On voit que la période entre 41 et 51 est fortement chahutée. Naturellement tout cela continue après mais comme on considère que la vie est faite avant, les astrologues n’ont pas été très bavard à ce sujet. Actuellement avec le progrés de la science et l’allongement de la vie on peut continuer à calculer, le retour de Saturne en opposition à 71 ans, le retour des noeuds à 74 ans (quatre fois 18½).

 Les nœuds, tous les neuf ans et quatre mois environ se retrouvent en sens inverse de leur position natale, ce qui ajoute un second rythme, avec celui des planètes citées (on ne prend pas les nœuds rétrogrades puisqu’ils font déjà un travail rétrograde en se déplaçant en sens inverse des planètes la plupart du temps). Ainsi on peut dire que les lois des planètes sont en concordance avec la nature normale des choses. On peut même ajouter que si les hommes (et surtout les femmes) s’imaginent plus fort(es) que la nature, ils/elles vont souvent au devant de grands problèmes.

Ces phases sont aussi couplées avec d’autres : le passage sur l’ascendant et le passage sur votre Soleil, qui sont tous importants et qui se font avec la même régularité.

En ce qui concerne Pluton, nous sommes actuellement dans des durées du passage de la planète en signe qui sont plus courts qu’autrefois à cause de la situation sur le zodiaque (13 ans en Capricorne) et le passage en Scorpion (11 ans et trois mois) : c’est  un aspect fort qui joue sur la fin de vie des personnes qui maintenant arrivent à l’âge avancé de 90 ans et plus, puisque Pluton  se met en opposition à elle-même aux alentours de cette date. Mais cette planète fait un carré avec elle-même à 39 ans et elle démarre dont la période des oppositions de la quarantaine. On a aussi les petits aspects des planètes les plus lentes comme les semi sextils de 30°, les semi carrés de 45° qui agissent et nous force à agir.

 Neptune  fait son tour  de zodiaque en 164 ans avec un carré vers nos 44 ans, ce qui vient s’ajouter à la période difficile vécue à cause de Saturne et d’Uranus, les noeuds etc ajoutant au ressenti  : on peut être victime de malhonnêteté, être désillusionné,  ou le faire subir à quelqu’un d’autre, tromperie, perte et maladie type déprile sont au menu, par contre l’ouverture spirituelle peut être d’une grande aide…

Le fait de connaitre ces périodes permet de résister aux crises, avec un peu plus de détachement : tout se passe en dehors de nous, comme lorsqu’on monte dans un tramway à la suite d’une erreur, en se trompant de direction, ou au contraire , quand ce tramway par une intuition subite,  nous conduit dans la bonne direction.

Je crois, pour ma part que la méditation est le seul moyen de se détacher des affolements produits par l’énergie des planètes qui viennent théoriquement nous secouer. C’est la raison pour laquelle en restant positif , il ne faut pas attendre que l’événement dont on a envie arrive ou au contraire redouter une fin négative   car avant tout,  cela dépend de notre état d’esprit.

D’une certaine façon, tout transit peut être utilisé comme tremplin pour une amélioration de notre sort. C’est ainsi que des carrés, tout aussi bien que des trigones amènent de belles réalisations, que Saturne plus que Jupiter peut nous aider à réussir, il est vrai avec plus de patience mais en nous donnant une obstination que les jupitériens qui se croient plus légers envieront.

*On découvre une planète qui était là, lorsqu’on la voit dans un télescope, et les astrologues l’associent aux tendances mondiales du moment, après vérification de leur utilité dans ces mouvements, considérant qu’il y a une synchronicité entre les deux.   C’est la raison pour laquelle Ptolémée qui ne voyait que jusqu’à Saturne en a fait la planète de nos limites. Bien sur, il y a une projection de l’astrologue sur le sens des planètes  avec lesquels nous sommes synchronisés. C’est la raison pour laquelle, il faut toujours vérifier le bien-fait de vos dires avec votre interlocuteur, même s’il est peut-être dans le déni. Ce sont des une analyses prudentes et circonspectes qu’il faut croiser avec plusieurs transits.

*les chiffres sont des moyennes.

 

Partager avec:

Écrit par 

4 commentaires sur “Technique astro : le rythme des planètes lentes”

  1. Oui j’ai à coeur de vulgariser parce que l’astrologie n’est pas de la voyance : l’astrologie est simplificatrice de l’astronomie (en fait la terre tourne autour du soleil ) mais elle donne un éclairage exact la plupart du temps, on se demande toujours pourquoi, et c’est pour cela qu’on continue, emerveillés et parfois affolés par tant de régularité.
    amicalement
    emma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.