La dépression : quels thémes sont concernés ?

Peut-on prévoir la dépression, y-a-t-il  des prédispositions chez certaines personnes plus que d’autres, des tendances “latentes” repérables en astrologie ?

D’emblée disons que cela peut toucher presque tout le monde, donc tous les signes astrologiques et tous les thémes.

Que se passe-t-il lors de la dépression ? La personne interprète tout en fonction d’un schéma de pensée négatif. On parle de « pensées automatiques » en psychologie “cognitive”.

Des phrases prononcées durant l’enfance par les parents, comme “tu seras toujours nul (le)”peuvent plomber toute la vie, mais un désenchantement devant la vie par rapport aux espoirs d’une “petite princesse” trop choyée peuvent l’entraîner à la mélancolie, comme forme de neurasthénie, jusqu’à la fin de ses jours.

Généralement, cela commence par un besoin d’approbation exagéré de la part des autres (signes doux de Vénus comme la Balance, les Poissons et les gémeaux signes doubles, fragiles et susceptibles. Le moindre rejet venant des autres est perçu comme une atteinte personnelle. La personne s’est construite sur la vision que les autres ont d’elle-même et, chaque fois qu’elle a une déception, cela renforce son sentiment d’abandon et de solitude.

Une Vénus avec une dissonance comme la rétrogradation, l’interception, placée dans une maison difficile (VI, XII, VIII), en aspect à Saturne ou à Pluton ou à un Neptune rétrograde ne permet pas de recevoir l’affection dont la personne aurait besoin, Neptune étant une planète qui incite à une dose massive d’illusion et de désillusion confirmant ensuite, le sentiment d’abandon.Mais il y a bien d’autre causes, des ruptures, des disparitions et le sentiment de solitude (chez les ados et chez les personnes prenant de l’âge).

On trouve dans le thème une accentuation sur Pluton, l’exigence avec « image de soi en tout ou rien » et, un Saturne qui pose des jugements sur soi, et prête des jugements aux autres, donc un comportement rigide hérité de l’éducation, du milieu.(d’après Iréne Andrieu)

La Lune noire peut aussi donner un sentiment de négation de soi, placée sur l’ascendant et dans la maison XII, ou en aspect de n’importe quelle planète personnelle “peut faire des dégâts tant qu’elle n’a pas été appréhendé par un travail sur soi”.

Comme dit I. Andrieu : « la meilleure façon de changer le cours du karma, c’est de changer sa façon de penser ». Facile, non ? Mais il faut commencer avant, en amont du malaise, or certains événements sont déclenchants et ne peuvent être préparer. D’autre part, on ne peut demander à un dépressif d’agir de quelques façons que ce soit, c’est justement ça la dépression, le dégout de tout, le vide, le trou, le néant, le sommeil non réparateur, les cauchemars, la souffrance latente, diffuse ou aigüe, recidivante, les douleurs dans la poitrine.

Le secours peut venir de l’art et la nature, se ressourcer dans le calme et se plonger dans des activités jugées entièrement égoïstes jusque- là, mais peut venir, surtout, de la reformulation des pensées par une orientation positive de celles-ci (grâce à l’hypnose, la sophrologie, etc).

Certaines choses, évidemment sont par définition insurmontables, mais peuvent être envisagées différemment. Le manque de souplesse est le principal écueil  le matérialisme affiché par certaines personnes est en cause, la vision dite cartésienne fait le reste -vision qui est aussi celle de nombreux soignants. On a souvent en face de soi les signes de terre (Taureau, Vierge, Capricorne et les signes fixes sauf le Verseau) accrochés à leurs sensations physiques qui “considèrent toute atteinte à leur valeurs personnelles, comme une trahison. Pour eux, il n’y a qu’une voie, et qu’une vision des choses.” C’est comme cela et pas autrement.

Donc, il faut chercher où se situe Uranus et le Verseau qui peuvent indiquer le moyen de se libérer de ces chaines, dans quelle maison. On trouvera un Uranus un peu faible qu’il faudra réveiller, puis il faudra chercher le prochain transit favorable, d’ailleurs les gens disent toujours “quand est-ce que cela changera ?”, alors que c’est eux qu’ils doivent entreprendre de changer. Le petit coup de pouce de cette planète peut faire beaucoup, mais il faut surtout dire : « quand vais-je changer? ».

citations d’ Iréne Andrieu, « Astrologie et Psychiatrie », lithographie de Jeantimir

 

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.