les maisons XI et XII, métamorphose de l’ego

La maison XII termine la roue du zodiaque : on lui attribuait en astrologie traditionnelle le secteur des ennuis graves comme la prison, l’hôpital, l’exil et par analogie les lieux de souffrances, de solitude, une sorte “d’enfer”.

Du coup, les Poissons qui sont en analogie avec la maison XII , vous savez ce que je veux dire lorsque vous allez dans un livre d’astrologie et que l’on vous dit : si vous avez la planète A en maison XII ou en Poissons se retrouvent taxés de ces interprétations négatives. Or les poissons  sont le signe qui termine les douze travaux d’Hercule du zodiaque, le signe le plus évolué spirituellement, celui des artistes naïfs et doux comme Vincent Van Gogh.

En effet, ce n’est pas logique puisque les chrétiens des premier temps – en référence à l’astrologie – en firent leur symbole, une nourriture à la fois matérielle et spirituelle, la fécondité, la source inépuisable de nourriture spirituelle (la multiplication des Poissons lors de la pêche miraculeuse, symbolisée par le repas d’eucharistie). “Dans l’iconographie des peuples indo-européens, le poisson emblème de l’eau est symbole de fécondité et de sagesse. Caché dans les profondeurs de l’océan, il est pénétré par la force sacrée de l’abîme. En Chine le poisson est le symbole de la chance et il est vrai que ce signe en a. Malgré de nombreuses variantes dans les légendes, le poisson était généralement un être ambigu, déconcertant.”(d’après le dictionnaire des symboles”.

Il faut rassembler ce que l’on dit sur le sens de la maison XII, n’oublions pas que c’est la vie dans sa complexité qui est représentée par les douze secteurs du zodiaque, chaque secteur comportant ses propres aspects positifs et négatifs.

Les astrologues humanistes l’ont apprivoisée en montrant que ceux qui recherchent la solitude sont souvent satisfaits de cet état, que tout lieu clos loin de l’agitation n’est pas forcément vécu de la même façon par tout le monde, même s’il fallait bien qu’un secteur soit dévolu à ce genre de chose. Bien sur, si par peur de se concentrer sur sa  vie intérieure beaucoup préfèrent le bruit et l’agitation dans une fuite en avant, la solitude et la méditation peuvent paraitre une enfer, une punition.

La matrice en temps que notre premier berceau se situe aussi en maison XII mais depuis les années soixante-dix, elle est considérée par les psy comme un lieu dangereux où la vie intra-utérine ne seraient pas forcément agréable, affirmant que la délivrance de l’accouchement serait une aussi grande souffrance pour l’enfant  que pour la mère.Toutes planètes contenues ici indiquera une dissimulation ou peut avoir été une souffrance provoquée durant la gestation. Souvent, ces hypothèses trouvent un écho dans le ressenti des consultants.

Mars en maison XII ou sur l’ascendant, supposerait que l’enfant veut se débarrasser de cet utérus, d’où un danger pour la mère durant la première année de la vie de son enfant, à moins que ce ne soit le contraire, que la mère n’est pas voulu enfanter (et ait fait des tentatives d’avortement), ou moins grave qu’elle soit déçu du sexe de l’enfant (Mars étant le garçon attendu), ou même qu’un jumeau ait disparu au début de la grossesse (“syndrome du jumeau perdu” des somatologues).

La Lune noire en XII ou sur l’ascendant, pourrait indiquer que la mère n’a pas accepté de porter cet enfant, que l’enfant se sent nié, non désiré, et finalement qu’il ne se sent pas exister. Il est vrai que les enfants ont des ressentis différents de ceux de leur mère, mères dont on ne prend jamais en compte la difficulté de l’enfantement, de la grossesse et de l’après grossesse, la tradition considérant qu’on doit enfanter dans la douleur. De la part de l’enfant, cela pourrait n’être que des fantasmes négatifs, mais on sait à quel point les fantasmes prennent vite le pas sur la réalité.

Pour se réconforter, il ne faut jamais oublier que le thème natal de l’enfant est l’instant T de l’accouchement de la maman, que ce thème est un moment qui leur appartient à tous les deux, qu’elle a mis dedans ses ressentis et son vécu pour y arriver, et que c’est un moment dans sa vie, qui peut mêler la peur à la joie d’être enfin parvenue à la délivrance, au sens médical, le plaisir d’être mère pouvant arriver en second, à ce moment-là : les bouddhistes prennent d’ailleurs le moment de la conception pour faire un thème natal, ce qui est plus exaltant (sauf en cas de viol).

Pour finir cette diversion sur la maison XII, voici l’opinion de  Ferdinand David :

“Lorsqu’ il y a un grand nombre de planètes dont les luminaires, dans la maison XII, cela montre qu’on a des choses à terminer, qui sont enfouies dans la psyché et qui se mettent même, en travers de nos vies. Il peut s’agir d’affaires non terminées dans les vies précédentes mais aussi d’une habitude de ne pas tirer les leçons des affaires commencées dans cette vie et non complètement terminées, avant de passer à autre chose. La fuite, en laissant une œuvre non achevée est impossible… cela revient à s’emparer du meilleur de nos expériences limitatives  pour faire du neuf, pour aborder la maison I aidé dans la XII, par les énergies neptunniennes.

Dans les deux maisons XI et XII avec Uranus et Neptune, l’homme dispose de deux espaces-temps pour parfaire sa conscience, pour mieux renaitre : aussi nous y trouvons les maladies graves nécessitant hospitalisations, ennuis, soucis marquants régulièrement l’existence, avec une sorte de fatalité, renoncement, détachement, solitude, doute, sacrifice, mensonge, isolement voulu ou obligé , isolement intérieur, l’évolution intérieure et la pensée religieuse de haut niveau.

La maison XII est devenue la maison du karma, mais il ne faut pas que ceci soit considéré comme une excuse à un manque d’action, de lucidité et de courage ; pour payer les dettes d’un passé “fautif”, il faut en prendre la mesure et cela revient à une analyse des grandes  dualités de la personne. Il y a souvent beaucoup de mauvaise foi, on veut mais on a toutes sortes d’excuses pour ne pas le faire, cette mauvaise foi, jaillit de la dualité.”

Je concluerais par la phrase de Jeff Green dans Les métamorphoses nécessaires : “Le processus d’expansion qui débute dans la maison VI de la Vierge, culmine en maison XII dans la métamorphose de l’ego, lors de sa fusion avec la Source.” 

 

 

Écrit par 

Un commentaire sur “les maisons XI et XII, métamorphose de l’ego”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *