Quiproquo sur les signes

Lotus Mougins--Les signes zodiacaux sont des symboles, des archétypes, des étalons-or. Lorsque vous dites que votre Soleil est dans un signe, ce n’est pas vous, c’est le reflet d’un “moi idéal” que vous devez atteindre un jour : rien ne nous est donné d’emblée même si l’on constate une hérédité, on peut en faire le meilleur comme le pire. Les signes solaires ont chacun une demande de spiritualité différente puisqu’ils sont douze qualités d’âme.

Nous vivons un signe au niveau de nos tendances physiques/biologiques, mentales/psychologiques et, quelquefois, spirituelles. Comme nous ne sommes pas des idées puisque nous sommes incarnés, mais le niveau que nous devrions viser, est le niveau spirituel.

Le zodiaque est structuré comme les rouages parfaits d’une horloge, chaque signe contient un degré d’évolution qui n’appartient pas au précédent et le signe suivant est porteur de quelque chose que le précédent n’a pas, tandis que le signe en face est son opposé et son complément. S’attribuer les  caractéristiques d’un seul signe, même si l’on cherche à se connaître en toute bonne foi,  serait une erreur d’interprétation.

Voici un exemple des qualités spirituelles que devraient développer les signes Bélier et Balance du premier axe du zodiaque et, comment ils peuvent échouer à y parvenir : 

Le Bélier peut ne pas avoir assez développé les qualités du moi en rapport avec l’autre, seulement celles de l’ego, et n’a  pas voulu être un leader, tendant à être plutôt impatient avec ceux qui n’apprennent pas aussi vite que lui et ne faisant pas aussi bien. Il y a un manque de compréhension et il n’a pas donné aux autres la liberté d’expression.

Un Bélier doit être une personne active, un organisateur, un meneur.  Nous pouvons avoir  une personne qui a pris le chemin de la moindre résistance.

Le Bélier peut échouer quant à se relier à une philosophie de la vie qui fonctionne et soit constructive. Il n’a pas développé une largeur du champ de conscience, une largeur de vue, rejetant toute recherche de la vérité, plus intéressé par sa sécurité physique que par les domaines spirituels, l’amenant à n’avoir pas de direction propre, à ne pas s’intéresser au sens de la vie.

Quant à la Balance, elle se doit  de développer les qualités d’harmonie et de communion avec les autres, par réaction au Bélier. Elle est raffinée, aime les belles choses, l’art et la musique,  négativement, elle peut aussi pervertir l’art et semer le trouble au lieu de l’harmonie ; l’élitisme de la Balance peut être de s’associer seulement avec ceux qui ont les mêmes goûts et les mêmes intérêts, de ne développer que les valeurs mondaines.

Éventuellement, elle peut avoir pu profiter d’études dans toutes sortes de domaines,  seulement par curiosité, plutôt qu’en l’appliquant dans la vie et ceci, implique la négligence de son influence intellectuelle et spirituelle sur les autres, étant le signe le plus idéaliste dans le zodiaque.

La Balance à l’ascendant met l’accent sur le manque d’identification avec les autres parce que ici, l’individu négligea d’intégrer le concept du « nous » dans le développement de sa personnalité car,balance-2

L’axe Bélier-Balance, est celui de l’identification où chacun des signes représente le début de 2 moitiés du zodiaque, c’est par le « je-nous » que nous pouvons arriver à l’universalité.

Chaque signe et chaque axe possède ses caractéristiques et devait assumer un développement vertical, s’il le peut, sinon il ne peut se targuer d’être le signe.

D’après Donald Yott, astrologue américain

 

 

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Un commentaire sur “Quiproquo sur les signes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.