Techniques astro – maisons vs signes, système Campanus vs Placidus

Lotus Mougins--Ces articles s’adressent à des personnes capables d’avoir un jugement critique sur les différentes écoles d’astrologie, notamment pour voir les apports des uns et des autres, et leurs faiblesses et traverser la jungle des informations qui se télescopent.

Maisons et signes : importance réciproque
En astrologie traditionnelle, on a pris l’habitude d’accorder toute l’importance aux signes. Les signes sont ce à quoi nous nous identifions le plus facilement, surtout lorsqu’ils paraissent nous flatter.

« Les signes sont douze qualités d’âme, d’énergies. Les maisons, sont ce qui lie l’espace et le temps : ce sont douze qualités expériences. Les maisons sont des expériences communes mais différentes dans leur réalité pour chacun d’entre nous. Elles sont liées au cycle des jours et des nuits : il y a la séparation diurne/nocturne entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud du thème. En haut la lumière du jour, en bas la lumière intérieure.
Sous nos latitudes, le Lion est un signe de longue ascension tandis que les levers de soleil d’hiver en Verseau sont courts, on aura donc plus de personnes nées avec les ascendants Lion, Cancer, Vierge que d’ascendants Verseau, Capricorne, Poissons à une période où la nuit est plus longue. Plus on descendra en latitude, plus il y en aura, ce qui veut dire qu’il y a plus de gens dans l’hémisphère sud concernés par une dynamique collective, puisque ce sont des signes collectifs. La planète indique une fonction. Le thème entier développe la personnalité.” Ch Drouaillet

Equivalence maison/signe 
Nous savons (ou pas) que les signes ne correspondent plus du tout à ce qu’ils étaient au temps de Ptolémée, 40 ans après J.C. : une référence aux constellations du ciel. Maintenant, nous faisons maison-astronomie-3référence aux saisons puisque nous pouvons toujours nous fier aux équinoxes et aux solstices qui rythment notre vie : on a toujours le Bélier qui commence le premier signe du printemps et les Poissons qui terminent l’hiver.
En fait, à cause de la précession des équinoxes, le point vernal (lieu où l’écliptique rencontre l’équateur terrestre prolongé Y sur le schéma) recule d’une degré vers l’ouest tout les 72 ans, parce que la terre recule vers l’ouest, ce qui fait que le printemps avec le point vernal, devrait se situer au moins 22° en arrière dans le signe des Poissons en 2000, le Soleil à 7°47 Poissons au 27 février.
Or, on voit que lorsqu’on cherche dans les éphémérides, l’entrée du Soleil en Bélier se fait toujours au 1er degré du Bélier le 20 ou 21 mars (une affaire de calendrier).
Ceci étant dit, j’émets l’hypothèse que c’est sans doute une des raisons pour laquelle, les astrologues humanistes ont mis l’accent sur les maisons, voulant prendre leurs distances avec les constellations.
De la même façon, des livres sont écrits dans lesquels les astrologues donnent la même valeur d’interprétation aux signes et aux maisons, ce avec quoi je ne suis pas d’accord car cela revient à nier complètement les signes, et sans le dire. Originellement seulement, les maisons sont “comme” les signes mais pas dans nos thèmes, donc on ne peut qu’analyser en faisant des amalgames grossiers si l’on lit la même chose pour les deux. et c’est justement toute la difficulté de l’analyse.
Supposons qu’on enlève les signes après avoir établit un thème classique avec ses maisons : on interpréterait alors avec les planètes, sans ramener aux signes, puisqu’on ferait l’équivalence maison/signe selon le schéma habituel :
Maison I = Bélier, planète régente Mars
Maison II = Taureau, planète  régente Vénus
Maison III = Gémeaux, planète régente Mercure,
Maison IV = Cancer, luminaire  régente Lune
Maison V = Lion, luminaire régente Soleil
Maison VI = Vierge, planète régente Mercure, etc…
Si l’on pousse l’hypothèse, en interprétant, nous aurons une attitude Bélier en maison I, nous serions tous Béliers, ou du moins nous agirions dans la maison I avec l’attitude la plus agressive possible, puisque la planète maitresse est Mars. La différence entre individus viendrait du fait que Mars ne serait pas pour tout le monde, dans la même maison (selon le mois et l’année) et puisqu’un ascendant change en moyenne toutes les deux heures, il serait dans la maison I à des degrés différents, mais toujours équivalente au Bélier. On voit que c’est absurde.

Comme il nait environ 2300 personnes en France par jour, cela ferait forcément beaucoup de gens qui auraient des thèmes semblables !

Conclusion, si on abandonne les signes, on aura vite un troupeau de moutons.

Dès qu’on analyse en remettant les signes, on a une infinité de nuances qui se rajoutent, faisant qu’on approche souvent de la vérité de quelqu’un en étudiant son thème, même si on ne l’a jamais rencontré.

Ceci qui joue donc en faveur des signes et surtout pas de l’équivalence maison/signe. Ici je dois dire que ce ne sont pas les astrologues humanistes qui le disent puisque ces mots sont de Ch. Drouaillet.

Les maisons égales de la domification Campanus : vous voyez dans les livres d’astrologie des astrologues américains humanistes  (Marc E. Jones, Rudhyar, Ruperti son traducteur suisse) des maisons “égales” à partir de l’ascendant (ici on a l’heure et il y a les degrés), ce qui pgandhiour beaucoup d’entre nous, est une aberration, (voir thème de Gandhi ci-contre en système Campanus à droite et en Placidus).

En fait, les astrologues humanistes mettent  l‘accentuation  sur les aspects avec les configurations des planètes et les dessins planétaires  nous  familiarisant avec le grand carré, le t-carré, grand trigone, triangle mineur, cerf volant, enveloppe ou rectangle mystique, yod, etc, qui permettent d’analyser les énergies (mais le système ne permet pas de les afficher comme vous pouvez le voir).

Nous, nous utilisons le système Placidus de Edgar Morin. et cela donne le théme ci-dessous de Gandhi.

Tout ceci  participe de la mise en valeur des dix énergies planétaires, et ne parle plus d’une astrologie fixe comme l’astrologie traditionnelle, mais parle d’une astrologie en mouvement, mettant l’accent sur l’évolution de l’individu, le libérant ainsi de la fatalité antique.

Dans les dessins planétaires (dessein karmique des planètes) nommés Bol, Seau, Coin, thème éparpillé, et Locomotive, trépied, sablier, on n’a besoin ni de l’Ascendant, ni des maisons, on a besoin des signes et de la division de 30° en 30°: si vous avez six signes ou six maisons (égales à environ 30° dans Campanus) vous avez le thème en Bol. Grâce à ces visualisations  ingénieuses repérées par Marc E. Jones (Apprendre l’Astrologie), on visualise une disposition de planètes, une figure,  qui est en rapport avec le type de dynamique du thème, et c’est pratique si l’on n’a pas d’heure de naissance.

 

*ceci n’est pas un cours sur les dessins, ni sur les configurations, qui sont selon Marc Edmund Jones (livre en Français avec une intro de Ruperti : Apprendre l’Astrologie), d’après les écrits duquel  Ruperti a tiré deux livres que je vous conseille : La géométrie du Ciel T1, les dessins planètaire T2. En France, on trouve ceci dans les livres de Pierre Lassalle.

 

 

 

 

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.