Comment estimer le potentiel de spiritualité dans une thème ?

Lotus Mougins--La question de la foi et de la religion en astrologie ne réside ni dans les mêmes signes, ni dans les mêmes maisons, ni dans les mêmes planètes.

 Croire en quelque chose et avoir la foi, ce n’est pas pareil : dans le premier cas on est dans le mental, et dans le second on est dans l’amour. La foi c’est la confiance, l’espérance, le don, un ressenti, une vision meilleure de l’autre, des autres, structurée par la croyance intuitive en quelque chose de plus grand que l’homme.

L’organisation de la foi est d’ordre religieux car la religion relie ceux qui ont les mêmes croyances morales, intellectuelles, et raisonnablement spirituelles. Je dis spirituelle, parce qu’on dépasse le mental, mais bien souvent ce n’est pas le cas.

C’est la raison pour laquelle, les faux croyants de toutes religions et les faux prêtres pullulent dans des organisations, qui sont en fait des parties politiques déguisés, puisqu’ils veulent donner à leurs enfants, à leur famille, aux pays, leur organisation, leurs croyances. Ce n’est bien sur pas le cas de toutes les personnes qui sont ensemble reliées par la même foi dans la même religion.

Et, les athées imbibés de raisonnements scientifiques qui datent du XIXe siècle de se moquer en parlant d’opium du peuple ! C’est vrai, mais maintenant, l’opium, on peut en consommer pour de bon dans les écoles. Donc, que faire, que croire ?

En astrologie, la foi c’est Neptune, le signe des Poissons et la maison XII. Seuls ce signe et cette planète, ne comptent pas, ne jugent pas, croient en l’homme et éventuellement en une vie meilleure et, cela tout simplement, sur cette terre.

La musique qui nous vient du “ciel”, c’est celle des Poissons, l’inspiration, c’est celle qui nous vient de Neptune*.

La religion, c’est autre chose. Blaise Pascal* avec son célèbre pari disait, « si vous n’avez pas la foi, agenouillez-vous et priez, priez, il est possible que cela vienne».

Oui, mais priez avec quels mots ? Les gens qui n’ont pas appris, n’ont pas de mots, or nous sommes des animaux doués de paroles. Aussi notre cerveau se met à dérailler vers d’autres voies, dès que nous essayons de prier sans paroles (le conjoint, les enfants, les courses, les voisins, les factures).

Or prier, c’est faire silence en soi, pour écouter sa petite musique intérieure, cela ressemble fort à ce que les bouddhiste appellent la méditation, sauf qu’on y rajoute des paroles qu’on a apprises, et qui s’envolent vers ceux en qui l’on croit. Ceux-là sont divins, cela veut dire meilleurs que nous, plus puissants, capables de nous soulager, de nous aider, de nous soutenir dans les moments de paniques que la vie nous octroie. En fait, nous sommes des enfants qui nous tournons vers un plus Grand père, lorsque nous n’en avons plus, ou quand notre géniteur ne peut nous aider (et souvent parce qu’il ne nous comprend pas).

Que se joue-t-il dans ces moments ? Le repos, l’apaisement des tensions, l’espoir, et cela, seule la foi, peut vous le donner. Et, la foi, c’est Neptune.

Actuellement, Neptune est en Poissons son domicile, le lieu le plus grand, celui de l’océan, et c’est la maison XII qui est concernée, de même que le maître de la XII qui dit comment on vit les choses. En outre, l’opposition entre Jupiter et Neptune indique peut-être l’opposition entre la foi, et la manifestation religieuse de celle-ci liée à des débordements pour le moins catastrophiques.

Voilà, pourquoi nous assistons à une telle manifestation de recherche de sens, avec toutes sortes de dérives. L’argent manque pour beaucoup d’entre nous, la vie est distrayante au moyen de vidéos plus affligeantes les unes que les autres, les âmes exigeantes recherchent quelque chose de plus grand, qui les dépasse, et le nomme dieu.

Pourtant le silence en soi, on peut aussi le trouver en apprenant la méditation, qui vous apprend à vous aimer un peu avec vos vides et vos faiblesses, et à faire pause, à lâcher les affaires courantes, ce qui s’appelle positivement lâcher-prise.

Et, c’est déjà une “prière” parce qu’elle vous relie au plus grand tout.

Dans quelle partie du théme zodiacal trouve-t-on le religieux ? Où trouvent -on les prêtres, les bons et les autres, où sont les grands discours qui quelquefois ressemblent plus à des exhortations de guerre qu’à des mots d’amour pour l’humanité ?

Ils sont dans le signe du Sagittaire et dans la maison IX, dans Jupiter et, dans Mercure, les deux compagnons de route.  

Dans le temps, on disait que Jupiter était le maître de Poissons, parce qu’il brasse les affaires  avec bonhommie, mais il est aussi le maître des gourous, des grands prêtres de toutes religions qui se rallient pour porter des paroles pas toujours très humaines.

Le signe du Sagittaire « sait », d’ailleurs le mot est contenu dedans, « s’agiter » aussi,  et on voit bien un homme avec de grandes manches discourir à la tribune, un grand diseur de bonnes aventures mais dans l’au-delà, un homme  qui parle de morale, de philosophie ou d’ésotérisme, pleins de mots sans actes, juste des mots qui culpabilisent, qui parlent sans aucune humilité, dont les sources sont des écritures qui ont été remaniées, retravaillées et, tellement triturées qu’elles n’ont plus aucun caractère d’authenticité et, surtout dont ils ne veulent pas saisir l’essence spirituelle.

Il faut apprendre à déconstruire les théories, les contes, pour voir ce qu’il y a derrière, croire à ce qu’il y a de meilleur et de subtile.

Aussi actuellement, Saturne en Sagittaire nous montre qu’un travail de fond est péniblement en cours pour révéler à quel point tout ceci est fragile et surtout protégé par le silence, non pas un silence de prières mais un silence hypocrite, masquant les petites magouilles des uns et des autres, les pratiques humiliantes, les incitations à la haine de l’autre, les limites à l’amour du Poisson. C’est la raison pour laquelle on assiste, grâce à des hommes de bonne volonté, à un effort minime de clarification. Tout vaut mieux que de faux  prédicateurs, de faux protecteurs chargés de l’instruction des enfants : il s’agit de l’avenir de l’humanité !Questions de foi et de religion dans un théme

Jupiter est le maître du Sagittaire, on a tous entendu dire que Jupiter peut exagérer, jusqu’à se gonfler comme une baudruche,  or  actuellement Jupiter est en Vierge entrain de nous forcer à faire nos comptes, à rendre justice (à rendre gorge) et on voit que  tout ces grands prédicateurs ne sont pas très justes.

Le nœud nord va-t-il les contraindre à plus de générosité ? Il se situe en conjonction avec Jupiter, c’est la raison pour laquelle depuis quelques mois, on voit monter le désir de partage de certains, tandis que les autres ferment les grilles. Les deux planètes en cause sont en opposition Neptune en Poissons veut, Jupiter en Vierge (qui voudrait bien) ne peut pas, elle compte…

Et la Lune noire dans le signe de la Justice et de l’amour social, qui est celui de la Balance se moque des deux autres, faisant obstruction.

Ne croyons pas que l’athèïsme (opinion qui fait croire que l’homme serait raisonnable et que la religion ne serait pas une invention de l’homme : les idéolog … ismes ont aussi échoués) serait la solution, car la religion est aussitôt remplacée par la toute puissance de la Science qui parle par le biais de la psychanalyse, pour s’adresser aux idiots que nous sommes (cellules psychologiques remplacent églises, psychologues remplacent prêtres). Or ceux- ci, s’ils nous soulagent un moment, ce qu’on ne peut contester (les prêtres aussi), sont pleins de mots basés également sur des théories toutes aussi didactiques et fumeuses pouvant aussi bien nous mener à la catastrophe.

Par exemple en cas de mort violente d’un être cher, au lieu d’oublier, il faut connaître la vérité pour pouvoir faire son deuil, oui mais, on peut se poser la question : est-ce si utile ?

Pour certains, jusqu’à quel point n’est-il pas plus sain de de passer à autre chose, sans gratter ses plaies ? Car en fait tout ceci, est un appelle à la vengeance, aux ressentiments, une torture mentale (d’autant que les procès durent des années dans les affaires d’accidents), Je sais qu’il faut mettre des mots sur les maux, mais… Essayer d’oublier, si l’on peut, est la meilleure médecine.

La solution est en nous, la méditation peut apporter la sérénité en faisant taire les paroles et en nous apprenant à nous aimer un peu plus, quand nous souffrons, et surtout en nous accordant plus de confiance, c’est-à-dire en croyant en nous.

Lire aussi : Clovis ou comment la religion est un ciment unificateur

*Dans les Pensées, il nous livre les pensées les plus sophistiquées sur la foi, et la religion, reliée au cosmos

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.