Astrologie humaniste vs astrologie traditionnelle

.L’astrologie traditionnelle est baséeAstrologie humaniste versus astrologie traditionnelle sur le géocentrisme, tandis que l’astrologie humaniste est basée aussi sur l’héliocentrisme : la position des planètes par rapport au Soleil définissant une analogie-sens avec notre psychologie  tandis que l’astrologie traditionnelle est très tournée vers la mythologie et orientée sur des normes quantitatives plutôt que qualitatives.  

La Lune est l’interface entre le Soleil et nous, sans le Soleil nous ne serions rien, mais c’est la Lune qui nous renvoie sa lumière, et ainsi l’énergie solaire est transmise aux humains qui peuplent la terre ! Le Soleil est donc important mais l’astrologie humaniste redonne sa place à la Lune qui, de tout temps, fut plus étudiée que le Soleil.

On étudie attentivement le cycle de la Lune (Les multiples visages de la Lune, de Ruperti et Cavaignac). On utilise le cycle de la Lune pour étudier sur le même modèle tous les cycles des planètes, en détaillant les types d’aspects tantôt croissants, puis décroissants, séparant ou appliquants, pour en tirer des conclusions sur le comportement psychologique de la personne étudiée, ne traitant pas une conjonction Soleil-Lune comme une conjonction Lune- Soleil, et ceci influera sur le “diagnostic” posé sur la façon dont va se comporter le porteur d’un thème (durant le début de sa vie).

 

Astrologie humaniste versus astrologie traditionnelle

Les planètes sont considérées hèliocentriquement dans leur interprétation (puis gèocentriquement sur le thème) divisées en planètes intérieures, celles qui sont entre le Soleil et la terre et en planètes extérieures Mars, la ceinture des astéroïdes, Jupiter, Saturne, toutes visibles à l’œil nu. Ensuite, on trouve les planètes extérieures dites transpersonnelles parce qu’elles n’ont pas le temps de revenir à la même place dans un Astrologie humaniste versus astrologie traditionnellethème, durant une vie humaine (sauf à devenir assez vieux car Uranus revient à 84 ans : lire  Le cycle du devenir, de Ruperti .

On prend en compte dans l’analyse d’un thème la durée du cycle des planètes et leur parcours dans le thème, ce que ne faisait pas tellement l’Astrologie traditionnelle, excepté pour les prévisions dans l’étude des révolutions solaires et des transits,  pour la prédiction et la prédiction qui est ce justement ce que s’interdit l’astrologie humaniste parlant plutôt de météo astrologique (on peut toujours ouvrir son parapluie, prendre une barque et ramer).  

On pratique la nuance dans l’astrologie humaniste,  ce que ne fait pas la traditionnelle qui se construit sur des affirmations péremptoires ôtant toute chance à l’individu d’avoir le moindre espoir sur son avenir et complètement enfermé dans un déterminisme implacable, qui affolant certaines personnes qui en sont désespérées.

L’astrologie humaniste étudie beaucoup la rétrogradation des planètes d’un point de vue psychologique d’où l’on tire des conclusions sur le comportement de l’individu au cours de sa vie et, leur retour à la marche directe (les planètes à certains moment paraissent reculer dans la vision géocentrique), les planètes intérieures rétrogradant toujours prés du Soleil avec une faible longitude, tandis que les planètes extérieures et lointaines rétrogradant lorsqu’elles sont en opposition au Soleil.

 

Les Maisons

Les humanistes ont mis en valeur l’intérêt des maisons, qui sont plus personnelles que les signes  puisqu’ elles dépendent de l’heure de la naissance, de la longitude et de la latitude du lieu de naissance.

Ruperti l’explique dans son livre, «La roue de l’expérience individuelle» et, Rudhyar dans «Les maisons astrologiques» soulignant le rôle psychologique du passage  par transit des planètes, sur l’ascendant amenant l’initiation d’une nouvelle période pour le porteur du thème.

Avant tout, on essaie de ne pas affoler un “consultant” pour tel ou tel aspect qu’on considère évolutif à Astrologie humaniste versus astrologie traditionnellecause des progressions* durant la vie de cette personne. 

On met en valeur l’évolution positive qu’il peut intégrer par le travail sur lui-même à condition qu’il veuille le faire, les aspects anciennement néfastes comme le carré et l’opposition étant vus comme des aspects dynamiques, les crises qu’ils engendrent étant considérées comme des tremplins vers une amélioration,  lorsqu’ elles permettent de gérer des situations qui devaient de toutes façons évoluer ou cesser, selon le type de carrés ou d’opposition.Les aspects ne sont donc pas  totalement inscrits une fois pour toute (mais on se réfère quand même toujours au thème natal).

La force des planètes dans les aspects dépend aussi du signe et de la maison dans lesquels ils se trouvent : on ne traite pas un carré Soleil-Saturne avec un Soleil en Cancer et un Saturne en Capricorne, comme on traite un Soleil en Capricorne avec un Saturne en Cancer, le type de maison où il se situe est aussi pris en compte, aussi n’est-il pas bon de vouloir apprendre par cœur des listes mais il vaut mieux essayer de comprendre comment réagissent les planètes en les mettant en scène dans les différents éléments.

C’est une astrologie vivante et active opposée à une fatalité et une destinée implacable. Elle fait la part belle au libre-arbitre.

Cette astrologie rejette totalement l’astrologie traditionnelle, car elle voudrait réhabiliter cette grille de lecture du vivant dans sa noblesse…

Il est vrai que tout astrologue finit par se demander comment la répétition des aspects entraînent des périodes de vie  pour une majorité de gens, se vivant souvent de manière  quasi identique, (et différente pour chaque individu, du fait de l’importance des maisons-domaines de vie- dans lesquelles elles se produisent).

 

Loin de cette boutade, lorsqu’on sait que la psychologie d’un individu conditionne ses actes, de même que son histoire et son environnement, on peut dire qu’on est encore loin du libre-arbitre : il faut donc agir sur sa psychologie en travaillant sur son thème, en décortiquant les aspects, pour déjouer nos propres conditionnements, c’est ce que Jung a appelé l’individuation.

* Un thème progressé est un thème dressé pour une année de la vie d’après l’équivalence d’un jour est égal à un an, selon la longitude des planètes, indiquée dans les éphémérides : on y lit  toute l’évolution psychologique de sa vie symboliquement, celle-ci est donc contenue dans les premiers mois de sa naissance !

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.