Technique astrologique : Vénus – Transit du 4 juin 2012

« Un transit de Vénus devant le Soleil se produit lors du passage de la planète Vénus exactement entre la Terre et le Soleil, occultant une petite partie du disque solaire. Pendant le transit, Vénus peut être observée depuis la Terre sous la forme d’un petit disque noir se déplaçant devant le Soleil. La durée de tels transits est en général de quelques heures (celui de 2004 dura 6 heures).

Un transit est similaire à une éclipse solaire par la Lune, mais bien que Vénus fasse presque quatre fois la taille de la Lune, elle apparaît bien plus petite du fait de la distance plus importante la séparant de la Terre. Avant l’ère spatiale, l’observation de transits de Vénus aida les scientifiques à calculer la distance Terre-Soleil.  

Les transits de Vénus font partie des phénomènes astronomiques prévisibles les moins fréquents et se produisent actuellement suivant une séquence qui se répète tous les 243 ans, avec des paires de transits espacés de 8 ans séparées par 121,5 puis 105,5 ans. Avant 2004, la paire de transit précédente date de décembre 1874 et décembre 1882

Le premier de la paire de transits du début du XXIe siècle a eu lieu le 8 juin 2004 et le suivant a eu lieu le 6 juin 2012. Après 2012, les prochains transits auront lieu en 2117 et 2125.

Au-delà de sa rareté, l’intérêt de l’observation d’un transit de Vénus est qu’il permet de calculer la taille du système solaire en employant la méthode des parallaxes. La technique consiste à mesurer la légère différence de l’heure de début (ou de fin) du transit observé depuis des points très éloignés de la surface terrestre. L’écart entre les lieux d’observation permet de calculer la distance Soleil-Vénus par triangulation.

Bien qu’au XVIIe siècle les astronomes sachent calculer les distances relatives de chaque planète par rapport au Soleil en termes de distance Terre-Soleil (c’est-à-dire en unité astronomique), cette unité de base n’avait jamais été précisément mesurée.

Kepler fut le premier à prédire un transit de Vénus pour 1631, mais il ne fut pas observé car la prédiction de Kepler n’était pas assez précise pour déterminer que le transit ne serait pas visible depuis la plupart de l’Europe.

Dans l’antiquité, les astronomes grecs, égyptiens, babyloniens et chinois connaissaient Vénus et notaient ses mouvements. Vénus était importante  pour les Mayas qui la nommaient Chak ek, « la grande étoile » et lui accordaient peut-être plus d’importance qu’au Soleil ; ils identifiaient Vénus au dieu Kukulkan et basaient leur calendrier essentiellement sur les cycles de Vénus. Dans le Codex de Dresde, les Mayas tracèrent le cycle complet de Vénus, mais malgré leur connaissance précise de ses mouvements, ils ne mentionnent pas le transit. 

Les passages de 2004 et celui de 2012 intéressent également les scientifiques dans l’étude de l’atmosphère de Vénus. Lors de l’entrée et la sortie de Vénus du disque solaire, la lumière du Soleil est réfractée par l’atmosphère de la planète et fait apparaitre une auréole autour de Vénus.

il est possible que le transit soit partiellement visible depuis certaines régions tandis qu’il ne sera pas observable depuis d’autres.
La dernière occurrence d’un tel cas remonte au 19 novembre 541 av. J.-C. et la prochaine est pour le 14 décembre 2854.  Ce transit de 2854 (le second de la paire 2846 / 2854), ne pourra pas être observé depuis le centre de la face éclairée de la Terre, il ne sera partiellement visible que depuis une partie de l’hémisphère Sud.

L’occurrence simultanée d’un transit de Mercure et d’un transit de Vénus est possible, mais se (re)produira dans un futur très lointain : le prochain est prévu pour le 26 juillet 69 163, puis le suivant en l’an 224 508 !!». source wikipedia 

“Des questions de valeurs, d’amour, de liens affectifs, de sincérité dans nos engagements humains peuvent être bouleversées durant cette éclipse de Vénus, et réorienter fortement notre vie.
Cet événement eut également lieu le 08 juin 2004 au 18° Gémeaux, période où il est possible que nous ayons déjà vécu une période de renouveau quant à nos investissements affectifs et nos centres d’intérêts. Il s’agit désormais de continuer à développer les qualités de notre âme en écoutant ce que notre monde intérieur cherche à faire émerger”.

Mon commentaire : Vénus a fait un triple passage sur certains points de notre théme en gémeaux,  puis il y a eu la conjonction exceptionnelle avec le Soleil, durant les phases retrogrades en particulier, il y a retour sur le passé, des mémoires nous  ont assailli, puis lorsque la planète  est redevenue  directe nous avons été dans un nouvel état : peut-être avons nous eu des ressentis définitifs, avons nous essayer d’ ouvrir ou  de tourner une page, particuliérement ceux qui ont Vénus retrograde dans leur théme natal, il s’est effectué une mise à jour,  “j’aime, j’aime pas, je n’aime plus”, peut-être avons nous quitté ou perdu un être cher…

La conjonction  a  pu donner une volonté plus forte pour installer ce que nous souhaitons vraiment. Cette conjonction se produisant dans un signe de jeunesse mutable d’air, les gémeaux demande une  communication originale, nouvelle, favorise les échanges créatifs au plan technique, constructif, et nous demande d’interpréter , de réinterpréter les systémes théoriques figés du Sagittaire (noeud nord en Sagittaire qui va passer en scorpion en septembre 2012). C’est ce que nous pouvons observer en politique : certains nous ont ressorti les vielles lunes -tant d’un côté que de l’autre – alors que la situation exceptionnelle demande des idées exceptionnelles ! la politique n’est que le reflet de ce qui peut se passer en chacun de nous dans nos cercles familiaux.

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.