Pluton : Eros et Thanatos

Que celui qui fait de l’astrologie et n’a pas senti dans sa vie la force de Pluton, laisse un commentaire sur ce blog ! Nous sommes en effet, nombreux à avoir vécu ses effets !

Voici plusieurs exemples : une jeune femme a fait une embolie à 26 ans, lors de la naissance de ses jumeaux, au moment de la conjonction Soleil-Pluton en Scorpion Les progrès de la science l’ont sauvée, mais elle n’a plus eu l’autorisation d’avoir d’autres enfants. Il y avait d’autres indicateurs qui portaient à croire à un danger dans son thème natal dont une conjonction natale Soleil-Saturne avec pourtant un Soleil trigone Pluton conjoint nœud nord ! Son père est mort lorsque Pluton est arrivé dans sa maison 4, où elle avait son pluton natal en conjonction à son Soleil en Capricorne (opposé à son Mars natal) .

Un soleil Scorpion ascendant Bélier reçu une greffe du cœur lors du passage de Pluton sur l’ascendant : aujourd’hui,  il est l’un des plus vieux greffés du cœur.  

Je possède dans mon thème natal une conjonction Soleil Saturne-Pluton en Lion entre 14° et 26°, un sextil Pluton-Mars sur mon ascendant Balance 20°, j’avais Pluton qui passait sur mon ascendant à 23° pour la naissance de mon premier enfant et Pluton à 2° en Scorpion, près de mon Nœud Sud à 7°pour la naissance du second lors de l’entrée de Pluton en Scorpion: tout ceci n’est pas anecdotique lorsqu’on sait que je suis devenue maman, difficilement !

Que dire de mon père qui avait Pluton à 16° en Scorpion opposé au Soleil Taureau,  au moment de sa mort, suite à des pontages, avec dans son natal une opposition Jupiter (artères)-Pluton?

On a aussi expliqué l’apparition du SIDA par l’entrée de Pluton en Scorpion durant les années 80 et, les jeunes accouchées par césariennes transfusées, durent faire le test de dépistage. On sait ce qui suivit pour nombre de personnes infectées.

Pluton est bien lié à la naissance et à la mort.

Actuellement l’entrée de Pluton en Capricorne en 2008 semble avoir entraîné ce vent révolutionnaire, des catastrophes planétaires en séries, dont tremblements de terre (capricorne = terre), éruptions volcaniques ( pluton =sous-sols, inondations, glissements de terrains), ouragans de plus en plus violents et dans des lieux où cela n’arrivait jamais.

Peut-on dire que tout cela est le fait du hasard ? Pluton préside à la table de la destinée lors des événements les plus importants de notre existence- l’astrologue ne croit pas au hasard, la part de libre arbitre semble encore plus faible au niveau collectif, mais il s’agit toujours d’événements déterminants pour notre existence .  

Voici comment on peut utiliser cet aspect lorsqu’il se présente sur un point important de votre thème en transit :

“Cette influence fait naître des énergies considérables, mais seulement lorsqu’il s’agit d’éliminer ce qui est réellement inutilisable, non pas pour faire ce qui vous passe par la tête, il s’agit d’une influence transcendantale. Par conséquent, ces énergies ne sont pas facilement utilisables lorsqu’elles sont au service d’un égoïsme aveugle.

Ce que vous faites de cette influence devrait être pour le bien éventuel de chacun autour de vous, pas seulement le vôtre. Vous êtes le pilote de cette énergie, non son propriétaire.

Si vous employez cette énergie à des fins égoïstes, vous provoquerez une opposition telle que finalement, vous ne pourrez rien faire. Et si vous utilisez cette énergie pour éliminer des structures qui ne sont pas encore prêtes à disparaître, vous serez incapable de progresser.

Cette influence indique la nécessité de remplacer un état d’être inférieur et ancien par un état nouveau et réellement supérieur ce qui signifie qu’il ne se remplace pas simplement, arbitrairement, l’un par l’autre.

Pluton demande toujours le sacrifice de quelque chose de la vie d’avant, il ouvre une nouvelle approche de l’existence plus épurée, tournée vers l’essentiel, il ne se prête pas aux compromis, on ne peut pas négocier lorsqu’il rentre dans notre vie…

Lorsqu’ il s’agit de la conjonction avec le Soleil, il y a une transformation au niveau de l’idéal, un changement d’orientation, une prise de conscience d’un autre “ailleurs”, que celui qui est ici et maintenant. 

Le portrait  ne serait pas complet sans mentionner un effet important de Pluton sur la femme qui est celui de la passion amoureuse à tel point qu’on appelle “complexe de Carmen” les aspects Vénus-Pluton difficiles, par lequel s’exprime une tendance à l’amour passionné qui peut être fatal et destructeur dans son expression.

En ce qui concerne l’ aspect Lune-Pluton natal, il s’agit de la sensibilité accolée à la force la plus puissante : on est donc dans une forte émotivité, qui peut aussi être ressentie par les autres face à celui qui en est pourvu comme un envahissement psychique. 

Disons le, pour être vivable, tout cela doit être vécu par une attitude positive, contrôlée de la part de ceux qui en sont témoins sinon les causes.

Les phases de la Lune

Les phases de la lune et les éclipsesCeci est de l’astronomie et bien que cela puisse paraître étonnant, à certains, toute notre astrologie est basée sur la symbolique de ces mouvements et l’utilisation de huit autres planètes en plus des luminaires Soleil et Lune.

Phase 1 : Nouvelle Lune
L’angle Lune-Terre-Soleil est de 0 degré et la Lune est du même côté du ciel que le Soleil et ne peut donc être vue de la Terre parce que la face éclairée n’est pas tournée vers la Terre 

Phase 2 : Premier croissant
L’angle Lune-Terre-Soleil est d’environ 45 degrés. On voit un quartier de Lune dans le ciel à l’ouest au coucher du Soleil.

Phase 3 : Premier quartier
L’angle Lune-Terre-Soleil est maintenant de 90 degrés et on voit une demi-Lune. Comme le Soleil se couche à l’Ouest, cette demi-Lune pourra être relativement haute au zénith.

Phase 4 : Lune gibbeuse
L’angle Lune-Terre-Soleil est maintenant de 135 degrés et on voit 3/4 de Lune à l’Est du Soleil couchant.

Phase 5 : Pleine Lune
L’angle Lune-Terre-Soleil est maintenant de 180 degrés. Cela signifie que la Lune est à l’opposé du Soleil.

Une Pleine Lune se lève toujours du côté du soleil couchant et, est toujours au zénith à minuit.

Phase 6, 7, 8 :
Ce sont les mêmes que 4, 3, 2  en remplaçant Soleil couchant par Soleil levant et le cycle est décroissant.

Le cycle lunaire est de 29,5 jours et coïncide presque à notre calendrier pour lequel le mois moyen est de 30,5 jours. En astrologie, on utilise un cycle de 28 jours, qui sert  à décrire des phases partagées en 4 /7j ou 8/3 1/2, sur le cercle astrologique d’une nouvelle lune à une autre nouvelle Lune.

 

Interception des signes du Taureau -Scorpion axe VI-XII : Gulia Bruni Sarkosy

 Giulia Sarkosi : interception des signes du taureau -scorpion axe 6-12

Un thème d’enfant, devrait être fait dans  l’angélisme, n’ayant pas devant nous un individu fait qui peut nous exprimer son ressenti, l’astrologue part forcement dans une analyse brute. Cependant,  nous savons que certaines choses sont choisies par l’âme avant la naissance et se produiront vraisemblablement, seule la réponse de la personne sera susceptible d’être différente du fait de “son libre arbitre” qui est la capacité à s’adapter aux situations, son intelligence, sa sensibilité. Nous sommes dans une science humaine et non dans une science exacte. 

Soleil Balance, Maître Vénus avec une Vénus (interceptée) en Scorpion conjointe à Mercure

Ascendant Gémeaux, maître Mercure (intercepté) en Scorpion conjointe à Vénus 

Le Soleil et l’ascendant sont en signe d’air. L’air a besoin de liberté, d’espace, vie mentale importante. Mais comme les deux maîtres sont en conjonction dans le signe du Scorpion, d’eau : charme, aisance dans la communication mais on ne livre pas ses sentiments profonds, on est dans l’ intériorisation. Il y a déjà ici une difficulté d’être, parce que l’eau a besoin d’émotions, de sentiments et que l’air est libre et détaché.

La Balance est un signe qui désire l’équilibre et l’harmonie, c’est le signe de celui qui ne vit que par les autres et pour les autres.Les Gémeaux sont des « zappeurs » qui désirent tout connaître un peu, et doivent se faire violence pour terminer ce qu’ils commencent avec enthousiasme, une intelligence théoriquement vive.  

La Lune en carré est au dernier quartier -décroissant. C’est une crise de conscience pour l’être en devenir, la psyché symbolisée par la Lune a fait avant la naissance, le tour du zodiaque et arrive au moment où l’être doit prendre des décisions sur le sens. Par progression, dans les huit ans environ, elle arrivera au degré du Soleil, et à un nouveau départ, avec une nouvelle lune dite progressée.  

La Lune est en Cancer en domicile en maison III, maison en résonance avec les Gémeaux, elle suggère un fort attachement à la mère, au foyer, aux objets, à ses intimes, à la la fratrie. En psychologie nous savons que tout ce qui est fort est un petit peu dangereux pour le psychisme. Cette Lune est carrée décroissant à Saturne, ce qui préfigure qu’elle se sentira sevrée trop tôt. La lune est aussi carrée au Soleil qui est conjoint à Saturne ce qui implique une difficulté d’adaptation, des digestions difficiles, la crainte des adultes, du père, des règles.

Il faut cependant faire un rapprochement avec le thème de Carla (voir en fin d’article) on voit la Lune de Giulia à 21 °se placer sur l’As de Carla à 19° en Cancer tandis que Pluton à 5°se place sur le Soleil de Carla à 2°:  le “projet-sens” inconscient de la mère pour l’ enfant est  “cet enfant sera bien avec moi et sera bien à moi, c’est une mère pour moi “.  Par contre, la relation de Pluton en face se fait sur le Soleil de Carla à 2°. Il y a là matière à réflexion, cet enfant va-t-elle la manipuler, la transformer ? Aucun parent , de toutes façons, ne sort indemne de l’arrivée d’un enfant dans sa vie.

L’aspect Soleil – Saturne pose déjà le problème, dès le départ, d’un attachement et d’une crainte du père, d’un possible complexe de frustration, d’un manque de contact avec ses propres  valeurs phagocytées par Saturne – la loi, la vieillesse, la règle. Saturne impose la froideur et le manque de chaleur, bien qu’il remplisse tout ses devoirs et responsabilités. Cet aspect  donne de la force de caractère, de l’obstination. Il équilibrera la légèreté de l’ascendant Gémeaux.

Bien que la Lune soit à 5° et que Pluton soit à 21°, l’opposition existe, il s’agit de deux énergies opposées et surtout par progression la Lune va avancer.C’est là que les ennuis vont commencer. Ceci est une indication forte. Liz Greene, dit durement que « c’est payer cher de passer neuf mois dans le ventre de sa mère, lorsqu’on hérite d’un aspect Lune-Pluton !». C’est ce que possède également carla dans son thème en conjonction, il y a transmission de cet aspect de mère dominante, puissante au final castratrice.

Cette lune en Eau – Cancer, ajoute un élément Eau aux maîtres Vénus-Mercure en Scorpion. Le signe des Poissons est vide mais Neptune étant la plus haute planète au milieu du ciel, l’eau est très bien représentée, on est dans les sentiments, la créativité  artistique, l’intuition, la sensibilité, l’affectif.

On trouve quatre planètes, amas, en maison VI celle du travail  et de la santé : deux planètes en Scorpion, et deux planètes en Balance. Le Scorpion est le signe angoissé,  la vie intérieure des porteurs peut être tumultueuse, le questionnement important, en outre le Taureau et  le Scorpion sont interceptés dans l’axe VI/XII  celui du service-travail/santé. L’axe de signes Taureau-Scorpion est celui de la sécurité, de la possession/dépossession  que peut-t-il se passer ? On a une personne qui pourrait avoir choisi comme mission en venant au monde, d’aider et de soulager, par exemple en tant que  psychologue (sera-t-elle inspirée par le père de son demi-frère ?).

Cette personne ne s’intéressera pas à la possession, elle aura un problème avec ça. Elle pourrait manquer de réalisme ou il se pourrait qu’elle est peur de se confronter à la réalité.

Au niveau de la santé, dans la jeunesse ou à l’adolescence, il est possible que des angoisses déclenchent des problèmes d’anorexie par projection du signe du Scorpion, en Taureau, des problèmes peuvent se situer aussi au niveau de l’audition, qu’elle se ferme d’elle-même ou non (comme un reproche vis-à-vis de son père Soleil-Saturne) mais ceci est un cas extrême et ne doit pas être envisager, si les choses se passent “normalement”.

Pour juger correctement d’une interception, il faut avoir l’heure exacte de la naissance, car à cinq minutes prés, celle-ci change de signes, se produisant dans les signes suivants. Ici on a une grande interception bien dessinée avec une plage  de 15° dans le signe de la Balance.

Le fait que Jupiter soit rétrograde et en maison XII  fait penser qu’elle n’aura aucune envie de se conformer aux modèles, et qu’elle ne  sera  pas à la recherche du consensus, qu’elle n’aura pas la célébrité que recherchent ses parents, non plus. Du moins jusqu’au premier retour de la lune progressée et de Saturne,  à 27/28 ans. 

Et que voyons nous ?

Elle a la conjonction Soleil-Saturne (20°/28°)en planètes d’entrée dans la maison VI. Papa craint et aimé dans la maison du travail, va vouloir peut-être influencer les études de sa fille. Saturne qui va y rester toute sa vie par progression, le soleil va y rester jusqu’à ses quarante ans, engageant sa vie dans une direction remise en question au passage d’Uranus par opposition à lui-même.

Il faudra le passage des planètes de transits dans le Scorpion, sur Mercure -Vénus (dans les années qui viennent assez rapidement) pour que la zone soit activée , nous aurons par exemple, le Soleil durant  le mois de novembre et Saturne dans les mois qui suivent, en conjonction avec les maîtres, cela représente tous les sommets politiques en novembre,  la campagne présidentielle qui va suivre, mettant papa dans l’interception. Sur le plan psychologique, cela ne manquera pas d’avoir des conséquences qui sont signalées par Mars en maison IV en Lion (disputes des parents, changements brusques).

Les maisons liées, conséquences des signes interceptés, sont  la I- II et face à la VII – VIII. Elles sont  généralement vécues en surcompensation. Leurs maîtres sont donc Mercure (conjoint à Vénus) en Scorpion pour les maisons I – II  et Jupiter rétrograde intercepté en taureau, maître du Sagittaire pour les maisons VII – VIII.

L’axe I-VII est celui de l’identification de soi et de la rencontre avec les autres.
L’axe II-VIII est celui de la possession –dépossession (équivalent symbolique des signes  interceptés Taureau – Scorpion) : La signification pourrait être que cette personne voudra  renforcer sa sécurité pour  compenser une angoisse intérieure, ou au contraire qu’elle méprisera souverainement l’argent et la sécurité qu’il est censé apporté.

Il existe un yod dit « mystique » entre le sextile  Pluton –Mercure/Vénus en quinconce avec l’ascendant. Ce sextile semble très positif  réunissant les deux maîtres du Soleil et de l’Ascendant, avec Pluton maître du Scorpion, il favorisera l’émergence d’une profonde lucidité, et contribuera à la fondation de sa personnalité en maison I, après une évolution affective nécessaire par une démarche consciente d’auto-analyse, avec Jupiter rétrograde en maison XII , maître du Sagittaire en maison VII, et le nœud nord. 

Dans un premier temps elle aura du mal à aller vers les autres, même si elle est charmante. Elle fera peut-être une rencontre  sentimentale importante (le bel étranger) qui lui permettra de réaliser cela. Mais sa Vénus est interceptée et maître du signe du Taureau en XII,  la Lune noire est également en XII affligeant le Bélier et Mars,  il y a là matière à se demander comment elle va s’en sortir, sentimentalement parlant, elle se cachera peut-être, par peur d’être critiquée.

Pluton opposé à la Lune est relayé par le trigone à Jupiter, rétrograde en maison 12, et la Lune est trigone à Vénus-Mercure, les 2 maîtres, lui assurant un charme “magnétique” (comme sa maman). Pluton est sextile à Mercure-Vénus, ceci se fait en faveur de la lucidité, et de la sexualité, de l’argent pour lequel elle n’aura pas de soucis

Pluton en Maison VIII, maître de Mercure et Vénus en Maison VI, part de fortune en Maison X en Poissons, conjointe à Neptune, en Verseau, en maison X, montre l’argent, mais cela ne sera pas sa préoccupation, le Verseau indiquant l’humanisme.

Un trigone se situe entre  Neptune et Soleil-Saturne, et adoucit l’opposition Neptune-Mars (déception, violence). Cette planète Neptune est la plus haute au milieu du ciel, elle implique une participation  idéaliste  à l’existence (symbolise aussi Carla), et un sens artistique tandis que Mars en maison IV, indiquent les dissensions avec son père.

 En fait comme tout les saturniens, elle émergera de la jeunesse, pour vivre mieux la seconde partie de sa vie. Saturne, conjoint au Soleil, maître du Verseau, maître de la maison IX, et de Pluton lui donnera suffisamment de maturité pour le faire quand elle aura maîtrisé son Gémeaux ascendant.

ci-dessous : Carla B S née le 23/12/1967 à 18 h 10 à Turin – Italie ; sa fille met sa lune sur son ascendant, comme pour la materner. Carla a une lune conjoint pluton et Uranus qui l’a faite souffrir, à la fois libre et sensuelle, mais aussi castratrice et tourmentée, dans un signe qui demande de l’ancrage. Elles ont toutes les deux vénus en Scorpion. Toutes les deux ont l’aspect Lune Pluton fort.

 

Carla B. S.

La fin du monde des Mayas en 2012 ?

 Il n’existe astronomiquement aucun alignement planétaire durant l’année 2012. 

 – La mystérieuse planète Nibiru qui se promènerait de temps en temps dans notre système solaire sèmerait la plus grande pagaille dans l’orbite de nos belles planètes, et si cela s’était déjà produit… l’humanité s’en souviendrait.

 – Selon les explications fournies en abondance actuellement par les géologues, l’inversion des pôles magnétiques terrestres aurait lieu environ tous les 500 ans et serait  suscitée par une concentration importante des planètes dans le ciel. Il y en a eu plusieurs en une trentaine d’année s, dont une majeure en 1982 et 1983 (un tel alignement n’avait pas eu lieu depuis 1454). Mais aucune actuellement ni dans un avenir proche.

 – En outre, les variations des pôles magnétiques en question, liés au mouvement du magma terrestre, n’ont rien à voir avec l’orientation Sud/Nord de l’axe de la Terre, orienté vers les galaxies et par lequel se définit d’ère en ère notre étoile polaire. Si vous redoutez, en vous fiant à ces messages d’alerte, que la Terre se retrouve d’un seul coup tête-bêche, cela devrait déjà commencer à calmer votre angoisse.

 La précision redoutable de cette soi-disant prédiction maya, jusqu’à en fournir l’heure exacte, fait cependant frémir nombre d’internautes qui la propagent de site en site. Comme s’ils préféraient une bonne fin du monde une fois pour toutes et pour tous à la recherche des moyens plus habiles et plus humanistes de sauver notre univers terrestre.

 J’ai du mal à y croire, et tous les arguments pseudo-scientifiques n’arriveront pas à m’en convaincre. Alors, logiciel astronomique et quelques connaissances de la civilisation maya et de l’histoire des divers calendriers à l’appui, j’ai mené mon enquête et réalisé mes calculs personnels sur le sujet.

QUI ETAIENT LES MAYAS ?

Réunissant plusieurs groupes ethniques, la civilisation maya qui incluait le sud du Mexique et l’état actuel du Guatemala s’est particulièrement développée entre les années 200 et 900 après J.C., avant de tomber sous la coupe de l’empire du Mexique. On la connaît pour son écriture (les premières pierres gravées dateraient de plus de 5000 ans), ses pyramides perdues aujourd’hui dans la forêt vierge, et sa remarquable connaissance des mathématiques et de l’astronomie. Ajoutons, depuis que le bruit a commencé à courir sur Internet d’une prévision maya de la fin du monde, également son calendrier sur lequel on peut lire actuellement tout et n’importe quoi. 

OUI… MAIS, LE CALENDRIER MAYA DIT QUE…

 Dans cette civilisation, on comptait au moins 17 calendriers différents, qui étaient utilisés simultanément mais dont chacun relevait d’un usage particulier : périodes de plantations et de cueillettes, administration, rites religieux masculins ou féminins, durée de l’année, état de paix et état de guerre entre les tribus, etc.

La plupart couvraient des cycles relativement courts. Par exemple, le calendrier  Tzolk’in, accordait le cycle de Vénus vue de la Terre, régulait certaines périodes d’importantes célébrations rituelles. Nous y reviendrons. Celui du Haab fixait la durée de l’année : 365 jours et quart. Les astronomes et mathématiciens mayas disposaient donc d’une connaissance assez remarquable des mouvements des astres pour être capables de calculer les années bisextiles.

En combinant le cycle soli-lunaire (une trentaine de jours en moyenne) et le cycle vénusien, ceux qui rythmaient la majorité des circonstances de leur vie, les Mayas obtenaient un grand cycle de 52 ans. C’est à chaque issue de ce cycle qu’avaient lieu de grands sacrifices humains et des feux de veille la nuit sur les rivages du Yucathan… pour chasser les ombres des morts qui en sortant de leurs tombes étaient susceptibles de répandre des maléfices dans l’univers des vivants. 

En combinant ces deux cycles avec ceux d’autres de leurs calendriers, les Mayas avaient également défini un grand cycle de 400 ans significatif de périodes de grands changements,  fauteurs de troubles et de destruction.

LE « GRAND TEMPS »

En croisant ces divers cycles, les Mayas avait également conclu à l’existence de « grands temps », rythmant la vie de l’homme sur la Terre. 

Certains archéologues spécialisés dans la culture maya et aztèque pensent que les pyramides à neuf degrés, existant aussi bien au Yucatan qu’au Mexique sont significatives d’un décompte de « grands temps » qui se seraient succédés depuis la nuit des temps. Une théorie veut que de la base au sommet de la pyramide, chaque étape soit le résultat du grand temps précédent divisé par treize. Il y aurait donc neuf grandes époques (de l’histoire de l’humanité) et celle qui s’achève, la quatrième, aurait commencée en 3314 avant J.C.

 En tenant compte de cette hypothèse et de la durée du grand temps actuel, le premier étage de la pyramide représenterait une durée de plus de un million six cents mille années.

 Que de grands changements puissent intervenir aussi bien dans la configuration de la Terre que dans la vie des groupes pré-humains puis  humains durant des phases historiques aussi longues est évident. Cependant, à l’évidence aussi, même si chaque grand temps symbolise la fin d’un monde… ce n’est pas la fin du monde. Les pyramides n’ont pas surgies de terre, en Egypte et au Yucatan trois mille ans avant J.C. sans que des civilisations avancées (donc survivantes en cas de déluge ou d’autre chose) aient été capables de les construire.

 LA » MALEDICTION » DE VENUS

 Considérons la date du 11 août 3114 avant J.C. comme celle de la création du calendrier maya sur lequel repose les cris d’alarme actuels. C’est une constante qu’un événement considéré comme majeur par un groupe particulier donne naissance à la conception d’un calendrier.

Comment les Mayas ont-ils définis leur propre date de départ ? Deux théories sont avancées sur ce plan. Selon les archéologues, la grande référence de l’année chez les Mayas était le passage du Soleil au zénith. Donc, le premier jour de l’été, le 21 juin. Une autre théorie repose sur une écriture Maya signant le début du quatrième grand temps : « Vénus est apparue pour la première fois à l’horizon Ouest ».

 C’est sur cette dernière version que s’appuient les amateurs de cataclysmes naturels : une planète inconnue serait venue subitement s’interposer entre la Terre et le Soleil. Comme ça ! Sans prévenir ! 

Il est étonnant, dans ce cas, qu’aucune des civilisations de la lointaine antiquité, tout aussi avancées (Egypte, Vallée de l’Indus, Mésopotamie),  n’en aient pas gardé la mémoire. Car Vénus surgissant du néant pour éclater de beauté en étoile du soir… ça se remarque ! Et pas seulement au Yucatan. En outre, un astre d’une telle taille venant se situer sur son orbite aurait dû provoquer un beau chambardement dans l’équilibre orbital des autres planètes du  système solaire. 

Poursuivons le même raisonnement apocalyptique : dans la mesure où cette apparition miraculeuse de Vénus préside bien à l’origine du décompte du temps maya, il est vraisemblable (échos du Net…) qu’à la toute fin de ce dernier (demain, dans un mois ?), elle devrait disparaître aussi soudainement qu’elle est apparue. Nouvelle catastrophe cosmique en prévision !

Le rébus se résout en prenant en compte la simple observation du ciel. Vénus, dans notre position géocentrique (vue de la Terre), « apparaît » en étoile du soir tous les 18 mois et pour une durée de 263 jours avant de passer entre la Terre et le Soleil et de renaître en étoile du matin. Que les Mayas aient choisi ce jour particulier où après avoir disparue derrière le Soleil pendant une cinquantaine de jours, elle se lève « pour la première fois » à l’horizon Ouest, n’est pas étonnant. D’autant plus que cette planète jouait un rôle capital dans les fêtes rituelles des Mayas. Ces derniers s’appuyaient en particulier sur ses phases pour rythmer les temps de paix et les temps de règlements de compte et de guerre entre les tribus.

VARIATIONS DES CALENDRIERS

La précision de cette date est également fortement sujette à caution dans la mesure où les durées de l’année et les dates de création des divers calendriers ont fortement variées dans le temps.

Ainsi à Rome, l’année débutait en mars et comportait 355 jours et dix mois. C’est Jules César qui, en – 46 avant J.C., instaura l’année de 365 jours sur 12 mois débutant le 1er janvier,  à laquelle s’ajouta une année bisextile tous les quatre ans. D’où le nom du « calendrier julien ». Ce dernier figure donc à l’origine de notre calendrier actuel. 

 L’Eglise, au IXe siècle, conserva ce calendrier mais aurait fait remonter son décompte à la naissance du Christ, telle qu’elle apparaît dans les Evangiles. Elle aurait ainsi délibérément effacé six ou sept années du temps calendaire pour s’accorder sur la date connue du recensement ordonné par Hérode. Information non garantie, mais figurant dans certaines encyclopédies. 

Durant la Renaissance, le calendrier grégorien opéra le même tour de passe-passe dans le temps pour s’aligner sur la réalité de la précession des équinoxes (progression d’un degré tous les 72 ans de l’axe de la Terre devant le champs des galaxies). Les occidentaux s’endormirent le 4 octobre 1582 et se réveillèrent le 15 octobre. De nos jours, si nous voulions nous accorder sur la même référence, il faudrait ajouter presque 6 jours à notre calendrier universel. 

En outre, les savants Maya auraient révisé leurs calculs de cycles croisés et conclut à une erreur de quatre cents vingt jours en trop pour leur « grand temps » actuel. En fait, le troisième « grand temps » aurait commencé le… 28 octobre 2011.

Dans ces conditions, l’exactitude de la date prévue pour la fin du monde est plus que sujette à caution. C’est pourquoi certains, désireux d’inscrire leur prédiction dans une certaine vraisemblance historique, la situe entre le mois d’octobre 2011 (ouf ! on est sauvés), et le mois de décembre 2012, d’autres en 2014.  D’autres, comme l’auteur de la citation figurant en tête de cet article, sont formels : ce sera bien entre le 21 décembre à 7 heures du matin. Heure universelle, de Paris, de New-York ? Ce n’est pas précisé.

La seule chose certaine ce jour-là, c’est que Vénus sera dans sa position d’étoile du matin et que son « apparition miraculeuse » identique à celle du calendrier maya n’aura lieu que le  26 mars 2013.  

Il est donc douteux que Vénus, s’arrachant soudain de son orbite le 21 décembre 2012, se mette à jouer au bowling avec les autres planètes du système solaire.

 REVENONS AU CALENDRIER MAYA

 Laissons de côté tous ces mystères passés ou à venir pour observer comment les Mayas ont conçu réellement ce fameux calendrier. Il s’agit d’un système ingénieux appuyé sur une  table mathématique évoluant de 1 à 99999 séquences de vingt jours.

Le temps 0 est donné pour 1. Après 20 jours, le calendrier indique 1.1. Encore 20 jours, et nous sommes en 1.2. A la fin du 1.9, nous passons en 1.2.1. Au bout de 9999 séquences de 20 jours, nous passons à 2.0. Le temps long actuel s’étire ainsi sur 5116 ans pour parvenir à son terme au bout de la 99999e  séquence de 20 jours. Nous en sommes à la date approximative qui circule sur Internet… à quelques années et quelques jours près selon les références calendaires utilisées et leurs variations dans le passé.

 Plutôt que de refaire un calcul fort aléatoire, je vous propose de résoudre cette énigme par vous-même en répondant à ce quizz.

 Le moteur de votre voiture indique99999 kilomètres. Encore un kilomètre et…

 1 – Elle vole en éclat 

2 – Elle s’envole dans l’espace 

  – Le compteur revient à zéro 

 En résumé, l’an 3114 av. J.-C, le premier lever de Vénus en étoile du soir cette année-là, a signé le point de départ d’un calendrier maya établi en fonction des modes de calculs de l’époque. La date réelle d’échéance de ce calendrier ne pourrait être établie qu’avec de nouveaux calculs complexes nécessitant une solide programmation informatique.

Le peuple des Mayas existait nécessairement avant pour avoir été capable de concevoir un tel calendrier… Il est donc vraisemblable qu’un très grand nombre de cycles de 20 jours nous attendent encore après 20″

Coluche a disparu il y a 25 ans

Un livre remet en cause la thèse de l’accident mortel de l’humoriste il y a juste 25 ans
“Route départementale No 3 entre Cannes et Grasse, sur la Côte d’Azur le 19 juin
 
1986. Il est 16 h 40 quand la Honda 1100, la grosse moto de Coluche  percute un semi-remorque.
 

Alors humoriste préféré des Français, il meurt sur le coup.Coluche est mort il y a 25 ans

Les gendarmes qui arrivent sur les lieux concluent à l’accident.
Mais, aujourd’hui 15 juin, quatre jours avant le 20e anniversaire de la mort du créateur des Restaurants du Coeur, «Coluche, l’accident.
Contre-enquête» – un livre signé Antoine Casubolo et Jean Depussé – vient contester cette thèse de l’accident.
Tout au long des pages, les questions transpirent:Coluche est mort il y a 25 ans
 Coluche a-t-il été tué ? Par qui ? Pourquoi ? Point de départ d’enquête, les interrogations et confidences de Didier Lavergne, ami de l’humoriste et témoin de sa mort.
Ce 19 juin 1986, Lavergne et un autre ami, Ludovic Paris, suivaient Coluche, eux aussi à moto.
Depuis deux ans et la rencontre avec Depussé, Lavergne se pose des questions. «Parce que, dit-il, il y a des choses qui ne collent pas».
Et les deux journalistes de les recenser dans leur livre.
La première dépêche de l’AFP annonçant la mort de l’artiste diffusée une heure avant l’accident
L’attitude du chauffeur du 38-tonnes, après le choc, il a un détachement étrange, comme s’il ne se sentait pas concerné par ce qui venait d’arriver…
 La version (fausse?) officielle d’excès de vitesse de la moto:
«On roulait calme, entre 60 et 80 km/h, en ligne droite… au moment où on est arrivé à sa hauteur, le camion a brusquement tourné à gauche. Une manoeuvre insensée», raconte Lavergne. 
Depuis 1981, lorsqu’il avait voulu se présenter à l’élection présidentielle, Coluche se sentait menacé. Ainsi, on apprend qu’il a reçu un courrier avec, à l’intérieur, une balle et un mot: «La prochaine est pour toi». 
 
En 1986, il préparait un nouveau spectacle titré «Y en aura pour tout le monde».
 
 
Et lui, homme de gauche, pour la première fois, il avait l’intention de taper sur les socialistes.
Parce qu’ils avaient mis sur écoute l’écrivain Jean-Edern Hallier qui avait tenté de révéler au public l’existence de Mazarine, la fille naturelle de François Mitterrand.
 
Coluche avait imaginé un sketch sur Mazarine, un «Putain d’camion» (comme l’a chanté Renaud) l’a empêché de le raconter au public…”
 
D’après le blog Pandemonium.inc