La Lune comme marqueur des événements

En astrologie “prévisionnelle”, on traite de faits et chaque fois que nous nous associons, créons une entreprise ou entreprenons un voyage, l’intention est d’obtenir un résultat gratifiant, rentable et durable. Ceci est le rêve de tout le monde sinon nous n’entreprendrions rien. On a donc toujours désiré chercher le moment de lancement, ou de commencement parfait, il existe de vieilles méthodes et elles  font toujours ressortir la Lune. Mais lorsqu’on recherche les aspects favorables, on a aussi les moments défavorables, car les aspects ne sont jamais totalement bons, c’est impossible.  Quand  bien même on les réunirait, on ne maitriserait pas le futur inclus dans le moment qu’on choisit, qui est la résultante de cycles commencés avant nous, et avec nous. On peut donc juste souhaiter avoir bien choisi le moment. Ceci se fait surtout en observant la Lune.

Par conviction,  je n’aime pas les prévisions, car je pense aux projections inévitables, aux attentes qui modifient le comportement, au manque de naturel d’un comportement hésitant basé sur la peur de l’avenir, et je pense qu’il faut essayer d’agir envers et contre tout, quand on est enfin décidé, mais cela dépend de son propre tempérament.

Pour cette méthode il faudra toujours étudier d’abord le thème de la personne  qui cherche un horaire qui lui est propice puisque ce moment lui appartient, et n’est pas celui d’un autre,mais lorsque cela implique plusieurs personnes, on n’a rarement leurs thèmes  (d’où mes doutes), de même que le thème du début de la construction d’un vieux bateau ou de la pose de la première pierre d’un édifice ancien (cas de Notre-Dame).

Dans le cas contraire, on étudiera le thème horaire tout seul (l’incendie de la cathédrale Notre-Dame)  qui contient sa symbolique.

En considérant les conditions favorables de la Lune , la méthode  peut être utilisée à diverses fins car inversement , tout ce qui est bon peut devenir mauvais, donc on ne peut se servir des indications contraires pour voir les moments difficiles dans une séquence de temps.

Voici la théorie de base :

“La Lune en tant que racine de tous les événements, si proche de la Terre et comme corps céleste qui se déplace le plus rapidement, est l’indicateur du temps et de la séquence des événements. Sa phase, qu’elle augmente ou diminue en luminosité, joue un rôle important dans l’adaptation à une activité.”

Pour avoir un résultat espéré, il faut attendre  que la Lune soit visible, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’elle apparaisse à au moins 17° de distance du Soleil (plus les planètes sont éloignées les unes des autres, sans aspect,  plus elles s’expriment objectivement, 17° (une journée et six heures environ). Une Lune non visible (nouvelle Lune) n’est favorable que si son intention est de passer inaperçue, comme dans des situations illicites (la nuit tous les chats sont gris, illustre ce propos).

“Si l’intention est de développer,  d’accroitre, faites-le pendant la phase de croissance de la Lune car elle est plus favorable dans cette phase puisque son pouvoir augmente.

Les activités qui impliquent une réduction,  une démolition,  la rupture d’une relation, l’organisation et le nettoyage, la chirurgie, l’alimentation et la désintoxication ont  une résonance avec la phase décroissante de la Lune.”   Quand on conclu un marché, c’est la fin des négociations et le début de l’accord : pleine Lune ?

Les aspects de la Lune déterminants pour les résultats, racontent une histoire dans un contexte : en s’appliquant, les aspects parlent du futur de ce prochain “événement” lié au contexte, les aspects séparatifs racontent des histoires sur le passé et la situation déjà existante.

D’autre part, la Lune transmet des messages d’une planète à une autre, avec sa signification et son caractère. Ceci est traditionnellement appelé “transmission de la lumière”, quand cette planète absorbe le message correspondant. Le message transmis doit ensuite être interprété pour décider de sa teneur positive ou non. Si elle vient de transiter Vénus avec un sextile, et forme une opposition à Saturne, cela transmet un message amical et harmonieux et atténue le caractère ardu et exigeant de Saturne et, si la Lune vient de rencontrer Mars à travers un signe, elle est vive et,  est probablement heurtée à l’idée de rencontrer Saturne qui va la limiter (cas de fin de l’incendie). Dans ce cas, elle ne porte pas un message de concorde, mais d’affrontement

On s’occupe toujours du symbolisme traditionnel (et théorique) des planètes rencontrées : Saturne et Mars sont les moins faciles, tandis que Jupiter et Vénus sont les dispensatrices de bienfaits. Lorsqu’elles sont bien placées en dignité c’est encore mieux. (Mais si un aspect dit “mauvais” est “bon” pour cette personne dans le natal, il ne s’agit pas de dire qu’il est mauvais dans les transits, Mars est le maitre du Bélier et le Bélier ne s’en plaint pas, même si son Mars est “mal aspecté”, il ne peut pas être gouverné par Vénus qui ne lui convient pas, ce n’est pas son carburant).

Ensuite, le meilleur choix (selon l’auteur) est de considérer les planètes extérieures uniquement lorsqu’elles sont connectées avec des angles ou lorsqu’elles font les aspects serrés  avec les planètes et avec les luminaires  (et aussi quand elles sont dominantes dans le thème natal pour une raison comme apex, singleton , régente karmique). Uranus, Neptune ou Pluton ajoutent l’imprévisibilité dans le cas d’Uranus, le brouillard dans le cas de Neptune et, les conflits de pouvoir dans le cas de Pluton. Les situations qui nécessitent une stabilité finissent par devenir incontrôlables.

Les aspects qui facilitent l’action sont les trigones, les sextiles  et,  les aspects qui empêchent la conclusion d’une initiative, nécessitent des corrections ou des ajustements indésirables  sont les carrés et  oppositions (la Lune de début de l’incendie était en opposition avec Neptune). Ces aspects varient en échelle de facilité ou de difficulté en fonction de la nature de la planète avec laquelle ils forment l’aspect (tout ceci est donc une question d’expérience de celui qui interprète). Les planètes domiciliées dans leurs propres signes font preuve de plus de droiture et de stabilité. La planète exaltée donne une performance « extra ordinaire » à la planète (mais très dangereuse par l’exagération).

Les conjonctions varient selon les planètes impliquées . Les conjonctions avec Mars et Saturne (sauf Cazimi à moins de 1° du Soleil) étant considérées comme des aspects difficiles, alors que les conjonctions avec Vénus et Jupiter sont considérées comme favorables (toujours prendre la précaution de voir si affinité ou non avec la maison, le signe). Les aspects liés à Mercure sont, dans la plupart des cas, considérés comme favorables, mais il est nécessaire d’évaluer les conditions de Mercure, car son affaiblissement : rétrogradation, combustion, signe défavorable, si Prométhée ou, Épiméthée, peut ajouter à l’instabilité. Tout trigone ou sextile facilite, surtout s’il implique Vénus et Jupiter. Les carrés et les oppositions vont interrompre et représenter des obstacles, les rétrogradations aussi (elles peuvent retarder mais stimuler). Aussi pour les affaires impliquant une affection et les questions financières, choisissez d’agir avec Vénus. Quand les choses impliquent  des  conflits ou des actions en force, c’est Mars, Saturne traitant de questions liées au travail, aux débuts et aux limites, aux obstacles, à la terre et à l’agriculture (s’il est néfaste pour se distraire, il est positif pour les choses importantes). Mercure concerne la communication, les procédures bureaucratiques, l’enseignement, la culture, les échanges, les partenariats. Jupiter est important pour les matières liées à l’enseignement supérieur ou les questions religieuses, les supérieurs éminents, les groupes culturels, etc.

Une autre variable qui intervient lorsque vous considérez les planètes impliquées dans vos prévisions est la dignité accidentelle, car elle joue un rôle décisif dans le succès de votre initiative. La Lune gagne en force en formant des aspects avec des planètes : dignes par accident (planète bien située en maison ou en trigonocratie  dans le même élément ou en réciprocité de domicile). C’est un succès si la Lune s’approche pour rejoindre une Vénus angulaire, directe  mais libre des rayons du Soleil.

Ici une précision importante, il faut savoir que la proximité du Soleil est considérée comme l’une des conditions les plus invalidantes pour toutes les planètes, y compris la Lune. Le Soleil recouvre la planète : lorsqu’elle se trouve sous les rayons du Soleil à moins de 15° du Soleil – elle est invisible, affaiblie. Plus proche (8 degrés ou moins) elle devient combuste et est considéré comme gravement désactivée sauf lorsque la planète est Cazimi (à moins d’1°du Soleil) considérée comme forte et élevée.

Choisissez des moments au cours desquels ces planètes ne sont pas rétrogrades, ni stationnaires, bien placées par maison, signe, libres des rayons du Soleil (à plus de 15°). Utilisez les aspects de la Lune qui transmettent de ou vers ces planètes qui correspondent à la nature de l’initiative proposée.

Si l’intention est de démarrer une grande entreprise avec des investissements financiers importants, il est conseillé d’examiner les positions des planètes extérieures pour s’assurer qu’elles facilitent la situation en appliquant les mêmes règles, parce que cela donnera l’ambiance général (crise financière, etc…). Une fois que vous savez quelle planète a plus d’affinité avec votre initiative et si les conditions de la planète sont raisonnablement bonnes, recherchez les moments où la Lune leur apporte des aspects favorables, qu’ils vont  terminer sans interventions d’autres aspects qui peuvent interrompre ce bon aspect et que l’aspect  s’effectue dans le même signe, pas à cheval entre deux signes, ce qui changerait sa tonalité.

La période d’opportunité prend en compte le dernier aspect formé par la Lune avant d’entrer dans le prochain signe, moment où elle  est dite sans  aspects. Il y a quelques désaccords sur ce qui est vraiment défini comme une Lune sans aspect, mais pour cette méthode, on utilise le concept le plus largement accepté aujourd’hui, qui est la période entre le dernier aspect ptolémaïque  avec la Lune jusqu’au moment où elle entre dans le prochain signe (ce dernier point est largement discutable, mais disons que ce sont plutôt les aspects forts et agissants en bien ou mal).

 Il est important de déterminer l’issue de la situation. Si l’aspect entre signifiants est terminé alors que le signe est le même, la question sera certainement résolue. Mais, si la Lune doit changer de signe pour compléter l’aspect,  le désir de réussite ne sera plus présent et la situation sera changée car celui qui commence l’activité n’aurait plus aucun intérêt pour l’idée.

Ce qui rend les périodes d’opportunité si puissantes, c’est que, puisque le dernier aspect qui se produit à l’intérieur d’un signe est un aspect facile (c’est-à-dire un trigone, un sextile ou une conjonction avec un maléfique bienfaiteur ou digne), vous avez un ensemble de conditions qui ne vont pas empêcher le succès de votre initiative. Ensuite, une séquence de bons aspects avant que la Lune ne devienne sans aspects apporte le succès théorique.

En passant à travers un signe, voyez  quels sont les aspects qu’elle forme jusqu’à ce qu’elle soit sans aspects. Pour les affaires de tous les jours, une séquence d’aspects favorables de la Lune  constitue une bonne stratégie pour prendre des décisions rapides qui facilitent le décollage fluide des événements.

Mais quand elle entre en contact avec Mars, Pluton ou Saturne  à travers un carré pendant la journée, la Lune porte sa “lumière” ou son énergie et,  le message porté par une planète inquiète n’est pas si positif que cela. Si le prochain aspect est apparemment facile comme un trigone de Vénus sur une autre planète difficile, il ne serait pas considéré comme une période au cours de laquelle il serait souhaitable de lancer des projets en raison de la transmission.

Donc, il s’agit de trouver le dernier aspect difficile que la Lune a fait avant le dernier aspect facile et commencez à partir de là. Si vous souhaitez attendre 2/3 heures pour que la Lune se sépare d’au moins 1° de l’aspect stressant, n’hésitez pas et faites-le, afin  qu’il n’y ait pas d’influences difficiles et, si vous pouvez   choisissez l’ascendant au moment où vous démarrez, car  il tempère l’activité. En effet : un ascendant peut être cardinal, fixe ou mutable.

Les signes cardinaux (Bélier, Cancer, Balance et Capricorne) sont bons lorsque les choses doivent être vite conclues, ou tout ce qui donne les résultats dès que ces signes sont favorables, activités qui ne nécessitent pas beaucoup d’effort,  ni une longue période de temps, ni un suivi ultérieur, voyages d’affaires par exemple.

Les signes fixes (Taureau, Lion, Scorpion et Verseau) rendent l’activité solide et durable, telles que la construction d’une maison, mariage.  durables. Des plans structurés bien conçus sont recommandés.

Les signes mutables (Gémeaux, Vierge, Sagittaire et Poissons) sont associée à la dualité et bien pour les négociations, les réunions agréables que vous voudriez répéter, mais  moins recommandés en raison de leur variabilité et de leurs changements, et du risque de devoir commencer autre chose avant d’achever ce qui a été proposé, ou d’avoir à s’interrompre et changer de projet (idem Bélier) : créer une association sans limites définies ou  un lieu de rencontre en croissance constante  censé être en perpétuelle évolution. Les efforts commencés avec cet ascendant n’ont pas de conclusion définitive ni de clôture. 

* la notion de Lune vide d’aspects est discutable et dépend des astrologues ; j’ai tendance à penser qu’il y a toujours un aspect en comptant tous les aspects existants mais ils n’ont pas tous la même force et certains sont plus  psychologiques ou spirituels et, ils influencent surement celui qui doit agir ou subir , en outre tout ceci dépend de l’orbe, et on prendra les orbes classiques pour les actions, mais pour les sentiments ?

Exemple d’un thème horaire , début présumé de l’ incendie de Notre Dame

 

Notre Dame de Paris , notre vieille dame brûle

L’incendie  a sévi sur Notre dame de Paris et, j’ai fait le thème du commencement présumé de l’incendie 18 h 50  le thème horaire du moment de l’événement.  Le Soleil , qui est la lumière (sens spirituel) va vers  Uranus la foudre, et est carré à l’axe nodal, et  carré à Saturne, planète conjointe à Pluton en Capricorne, Saturne et Pluton  en sesqui-carré à la Lune FACE à la Lune noire. Saturne ce sont les limites, Pluton la destruction et la transformation, de tout cela il ressort que les aspects sont durs,  il annonce la tristesse, mais aussi la transformation après. Mars est maitre du Soleil, le feu, et se trouve en Gémeaux signe d’air, l’air accélérant le feu.

La Lune en Vierge est déjà opposée à Neptune en Poissons, Mercure maitre des Gémeaux est en conjonction avec Vénus trigone au noeud nord , sextile au noeud sud  (seul aspect dit positif. Neptune en Poissons, c’est la quintessence de la spiritualité. Autrefois,  on aurait dit  que c’est un avertissement de la puissance divine, maintenant on pense  à une malveillance… J’y vois ici le symbole significatif de l’entrée d’Uranus en Taureau, qui est le symbole de notre patrimoine, car Uranus est la foudre qui viendrait de  frapper ! Saturne alimente la sévérité, la “punition divine”. La Lune, tout au long de cette tragique soirée, est en face de toutes les planètes , et progressivement en carré à Jupiter , mais il y a un grand trigone Soleil Jupiter Lune.

 

Le 16 au petit matin, alors que les pompiers ont fait un travail sensationnel, et sauvé du pire , les cendres sont chaudes et brulent encore  voici le thème proposé : la Lune (26°)  opposée à Neptune 17°37, sesqui carré à Soleil-Uranus et à Pluton Saturne, aspects très agressifs, carrée à Mars, Jupiter étant aussi carré à Neptune, tandis que le trigone Jupiter- Soleil est le seul vrai trigone qui indique peut-être les innombrables messages de soutien du monde entier et la force de la foi.

Au bout de cela y aura-t-il un éveil, un réveil ?

 

Je ne fais que transcrire la symbolique des signes et des maisons.

*”Fluctuat nec mergitur” est une locution latine signifiant “Il est battu par les flots mais ne sombre pas”, qui sert de devise à la ville de Paris.

 

Le couple Vénus – Mars

«Le couple Vénus-Mars  forme une paire complémentaire…et représentent les facteurs les plus intimes de la personnalité humaine

Il y a entre les deux planètes une interaction profonde qui donne la mesure des réponses directes les plus profondes, les plus personnelles, tout ce qu’il rencontre dans la vie, quoi que ce soit, qui que se soit.  L’individu trouve son auto-motivation à travers ces planètes.

Le sens du Je et le sentiment d’être différent des autres, qui vont avec la connaissance instinctive de ce qui est bon pour ce Je, sont liés à la fonction Vénus. Mars représente le désir et la capacité d’exprimer ce sentiment de manière spontanée. 

Quand Vénus décide qu’une personne ou quelque chose peut être valable, Mars part à la conquête ou à la rencontre de la personne ou de la chose, et si Vénus la trouve détestable, Mars la combattra ou s’enfuira… sans référence à des conditions sociales extérieures, quelles qu’elles soient….

Elles correspondent aux exigences purement personnelles : Vénus déterminant le caractère et les besoins particuliers et Mars gouvernant l’impulsion à agir selon son caractère particulier avec ses exigences particulières.

Vénus indiquera le caractère de base de l’être,  mais la force et la qualité des sentiments de Vénus dépendront de la valeur que l’on accorde à la personne, à la situation.

L’amour auquel on rapporte Vénus doit être envisagé dans un contexte  plus vaste que celui des sentiments personnels, Vénus natale montre la qualité de la capacité personnelle d’amour, la valeur que l’on attribue à l’amour, plutôt que l’expression individuelle de l’amour : Vénus montre comment on fera face à l’amour quand il se présente….

La relation de Saturne et de la Lune à la paire Vénus-Mars dans le thème natal, montrera à quel point l’expression – Mars – de l’être intérieur – Vénus-, pourra être déformée ou brouillée par les pressions parentales ou familiales ou par des modèles sociaux de comportement.»

Prenons un exemple : si Vénus est en opposition à Saturne  en carré à la Lune, la personne aura rencontrée dans on enfance un manque, une absence une froideur de la mère telle, qu’elle n’aura qu’un sentiment d’abandon qui ne lui permettra pas d’avoir accès à ses ressentis.

Si Vénus est en Taureau ou en Cancer ce sentiment sera plus en liaison avec la mère, un complexe de sevrage éventuel (voulu ou non par la mère) pourra provoquer une tendance névrotique à la boulimie en cas de crise durant sa vie, le goût pour le sucre.

Si Vénus est en Capricorne, elle risque l’anorexie, par une tendance masochiste.  La place de Mars est importante : si Mars est en bon aspect elle arrivera à s’extraire de ce processus, mais si au contraire, Mars est peu propice, elle n’aura pas la force morale de lutter.

Si Vénus est en Scorpion, elle n’aura de réponse que sexuelle à sa souffrance, confondant sexualité et tendresse, et sa déception étant pire, elle peut devenir sadique. Mais ce ne sont que des exemples généraux, donc  il faut apprécier au cas par cas dans chaque thème. Tout aspect en signes d’eau de la Lune et de Neptune, peut contrebalancer, notamment si l’une des deux est forte selon son statut dans le théme.

Vénus en Poissons

Vénus est en Poissons depuis le 27 mars et jusqu’au 20 avril. Le signe des Poissons c’est « no borders », pas de frontières, prenez, prenez et, en amour c’est toujours un peu dangereux. Cela dépend sur qui on tombe ! (Tom Lescher)

J’avais relevé cette description, dont j’ai oublié l’auteur qu’il me pardonne :

« Un amour unique est souvent rencontré dans les Vénus Poissons soit parce que la fusion est totale ou en cas de séparation, la personne qui possède Vénus Poisson ne retrouve pas le niveau de vibration rencontré précédemment. On y trouve également les concessions et le manque de courage dans la rupture avec l’espoir que la situation s’arrange. La douceur de cette Vénus en fait un partenaire qui fait abstraction de certaines situations et se sacrifie pour préserver un confort matériel. Vénus en Poisson fait fermer les yeux autant sur des attitudes injustes que dans les expériences sexuelles et l’extase qui en découle ». ci-contre thème d’André Dussolier né le 17/2/46, Soleil Verseau, Vénus Poissons illustre bien le gentil, avec sa belle voix.

Vénus en entrant dans le signe venait de rencontrer la lune noire corrigée (la moyenne est encore dans le signe précédent), mais  la présence de Neptune dans sa dignité donne à  cette Vénus une grande douceur mais aussi une grande sensibilité mais fragilité. Et cette rencontre se fait depuis plusieurs jours et en sextile avec Pluton à 23°, mais en carré à Jupiter en Sagittaire rétrograde à 24° . Aussi, si l’on ajoute le carré Soleil -Saturne assez bref, mais avec l’opposition Lune- Saturne, et le carré Vénus-Jupiter ces jours ne seront  pas encore des  jours faciles, d’autant que Mars et Saturne sont en sesqui-carré, aspect dur entre l’action et les limites mises à l’action, même si le plus grand désir est la douceur !

la Lune en nous tous, l’Anima

Pourquoi a-t-on escamoté la Lune,  pourquoi continue-t-on de l’escamoter ?

On assiste actuellement, à une révolte féminine, qui est le résultat de siècles de mépris, de prétention masculine et de soumission de la femme. 

Malgré le féminisme détourné par certaines, qui se croient plus malines, les progrès en matière de sensibilité masculine sont vraiment très faibles, à la vue des abus constatés journellement.

“Dans les temps anciens, le Soleil et la Lune regardés comme des dieux, ont été chacun l’objet des cultes. Ces cultes permettaient aux humains, de vivre leur double personnalité la rationnelle solaire et, l’irrationnelle lunaire. L’observation des luminaires date du tout début de l’humanité. L’observation des périodes des femmes et la durée des grossesses, la fécondité, les naissances permirent d’en tirer des déductions que se soit chez les amérindiens comme chez les africains, et les premiers habitants de l’Europe occidentale, et autres peuples de l’Indonésie, de l’Asie, du Moyen Orient ; à ce sujet lire les écrits de Jung.

Lunaire à l’origine, le calendrier romain laisse la place, en 46 avant J.C, à un calendrier solaire qui perdure. Il s’agissait pour César de mettre fin au pouvoir que les autorités religieuses tiraient du calendrier lunaire. Or, dans les deux calendriers les rythmes sont différents.

On semait, coupait et, récoltait selon une combinaison de phases du Soleil et de la Lune. On concevait et on enfantait selon les phases de la Lune. Le passage à un calendrier exclusivement solaire a fait perdre à l’homme une partie de son équilibre, mais le rythme  régulier du Soleil a permis un découpage du temps en année, en accord avec le mouvement de la Terre entre l’équinoxe de printemps et celle d’automne, ou entre le solstice d’hiver et celui d’été, puisqu’on voyait la croissance et la décroissance de la lumière sur un simple calendrier solaire. Il faut dire que l’homme actif avait besoin de cette montre pour visualiser ses actions sociales et publiques tout au long du jour, et depuis longtemps, il se levait à l’aube et se couchait au crépuscule, tandis que ce qui se passait la nuit était du domaine privé.

Mais le temps passant, pour méconnaître ses valeurs lunaires, l’homme d’aujourd’hui met en danger son psychisme, en s’éloignant des rythmes naturels lunaires qui règlent les fonctions du corps et de l’inconscient.

Ce qui est nommé l’irrationnel constitue le trésor et non le déchet du psychisme humain, l’une de ses composantes essentielles. Sans l’inspiration lunaire, l’homme est  sans âme.

Il a fallu au vingtième siècle, les travaux de Jung pour établir et faire reconnaître en occident (car l’Asie le savait) que les principes masculin et féminin vivent nécessairement ensemble dans la psyché humaine, que leur cohabitation harmonieuse engendre l’équilibre psychique, et que l’identité sexuelle consciente chez un humain doit être équilibrée dans son inconscient, par le principe opposé.

C’est (selon l’appellation donnée par Jung) l’Anima, son âme, son double féminin pour l’homme, qui équilibre son psychisme masculin. C’est l’Animus, son âme, son double masculin pour la femme qui équilibre son psychisme féminin.”

Voici ce qu’en disait C. Drouaillet, astrologue  trop tôt disparu : “L‘Anima pourrait être décrite comme l’archétype du féminin, et l’Animus comme celui du masculin : l’éternel féminin et l’éternel masculin. Ces archétypes contiennent donc les images archétypales du féminin et du masculin, ou toutes les façons -passées, présentes et à venir- d’être mâle ou femelle pour un être humain.

Le premier écueil est celui du corps, il n’est pas possible de faire l’expérience du masculin (Animus) directement à travers son propre corps pour une femme, et pour l’homme il en est de même pour ce qui concerne le féminin (Anima).

L’anima et l’animus sont, au sein de l’inconscient, des “passeurs”. Ils nous permettent d’établir une relation entre conscient et inconscient…

Relation est un mot clé en ce qui concerne ces archétypes, car c’est bien sûr à travers nos relations… avec l’autre sexe que nous rencontrerons les expériences susceptibles de nous permettre de prendre conscience de cette part de nous-même qui nous est, dans un premier temps, étrangère et le plus souvent inaccessible…

C’est aussi la fonction positive de l’anima et de l’animus de rendre nos relations inter-personnelles homme/femme complètes et créatives, riches de nouveaux possibles dans l’émergence de facettes jusque-là indifférenciées du masculin et du féminin. D’autre part, comme le yin et le yang dans le dessin du Tao, l’animus et l’anima sont complémentaires et opposés mais contiennent chacun une “perle” de l’autre au plus profond d’eux-mêmes.

Anima et Animus ont  un but spirituel, et aussi un but sexuel. Nous sommes généralement attirés par l’humain du sexe opposé au nôtre, et dans la dimension psychique par ces qualités inaccessibles représentées par l’Anima et l’Animus. Mais cet “Autre” est aussi ce dont nous avons le plus peur,  car il peut aussi détruire notre identité puisqu’il représente ce que nous ne pouvons être.

L’Animus effraie par sa puissance et sa violence, l’Anima effraie par son infinie plasticité, et son impulsion dans la conscience peut être ressentie comme un engloutissement dans l’océan psychique.

Cela se manifeste dans nos plus grandes peurs vis à vis de notre partenaire (le plus souvent inconscientes ou refoulées), même si ces images destructrices n’émanent pas tant de lui que de notre propre inconscient, qui a réellement cette capacité de détruire la frêle structure de notre ego…

Il apparaît nécessaire de structurer d’abord l’ego par une démarche de reconnaissance puis d’intégration de la “Persona” ( notre masque /visage social) et de l’ombre (ce qu’on ne veut pas reconnaitre en soi)  avant de rencontrer l’Anima ou l’Animus.

Structurer ne signifie pas rigidifier mais solidifier, connaître et intégrer à sa juste place dans la psyché.

Lire aussi:La polarité et le Tao

extrait d’un livre d’Odette et Christophe Norman